FR EN
FR EN

Une rumeur rapporte que le Tourmenteur, cet espèce de pistolet créé par Issering le Bricoleur, serait sur le point de faire sa réapparition dans le Monde des Douze… Alors que nous enquêtons sur le sujet, découvrez-en plus sur les origines de cette arme redoutable.

Les origines du Tourmenteur
Issering le Bricoleur était un guerrier et inventeur de génie. Grâce à son bras mécanique à vapeur multifonctions, il était capable de se propulser dans les airs, de découper des troncs d’arbre, de générer des flammes ou encore d’envoyer des projectiles. Autant dire qu’on évitait de le contrarier !
 
Son histoire prend un tournant inattendu le jour où il se voit missionner par le roi de Bonta pour mettre un terme aux sombres agissements du Comte Saverne. En effet, tapi dans sa Tour Noire, le Comte conservait dans des bocaux géants les corps de villageoises qu’il avait lui-même enlevées. Une histoire qui ne se raconte pas dans toutes les chaumières...
 
C’est au terme d’un combat des plus mémorables qu’Issering découvrit avec stupeur que le Comte avait cinq enfants : Ténèbre, Nuage, Goutte, Flamme et Feuille. Sans même hésiter, il décida de les adopter, ne se doutant pas que cela changerait à jamais le cours de sa vie…
 
Le temps passait, la vie était paisible. Puis un jour, quatre des fils adoptifs se découvrirent d’incroyables pouvoirs élémentaires. Issering devint alors totalement obsédé par cette magie et finit par fabriquer à chacun une arme capable de la canaliser et de l’amplifier : le Tourmenteur.
 
Mais plus tard, lorsque Ténèbre, le dernière frère, découvrit à son tour le pouvoir qui sommeillait en lui, ce fut la débâcle dans toute la cité ; hystérique, il se mit à tuer tous ceux qui se trouvaient sur sa route et Issering fut contraint d’intervenir. Capturé et emprisonné, Ténèbre fit le serment de se venger de son père adoptif dès qu’il serait libre...
 
Ce n 'est que quelque temps plus tard que Ténèbre mit sa menace à exécution : il retrouva Issering, le provoqua en duel, et, alors qu‘il était sur le point de perdre face à son père adoptif, il rallia ses quatre frère à sa cause : Issering mourut, assailli par les enfants qu’il avait jadis recueillis.
 
L’histoire d’Issering n’est pas des plus joyeuses… Et alors qu’elle se termine dans la douleur, celle de ses fils et de leurs Tourmenteurs ne fait que commencer