FR EN
FR EN
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

[Aurore Pourpre] Histoire et aventures de la guilde

Par bigzdelh 13 Juin 2017 - 01:38:16
Chapitre 0 : Création de la guilde

Bado et Yethi étaient deux âmes sans histoire, l’une discipline de Pandawa, l’autre de Roublard. Un passé méconnu, les premiers souvenirs qu’ils avaient de leur existence étaient les entrainements d’Oto Mustam dans la milice de Brâkmar…

Ils avaient fait leurs classes ensemble, perfectionné leur apprentissage à deux sous l’œil avisé de leur mentor. Mais Bado s’était un peu détachée de l’autorité d’Oto (sans doute à cause de sa fâcheuse tendance à arroser chaque victoire sans se soucier de la bataille du lendemain) alors que Yethi avait continué son service au sein des forces Brâkmariennes.

C’est d’ailleurs lors d’une de ses missions à Astrub que l’adepte des bombes rencontra l’homme qui allait changer le cours de leur vie. En effet, Yethi se reposait à la taverne de la cité neutre lorsqu’il surprit une discussion au sujet de vieux grimoires narrant les batailles d’autrefois.
Une fois rentré de mission, il profita de sa permission pour aller retrouver Bado. La maison de sa camarade donnait sur la tour de Brâkmar, une acquisition qu’elle avait faite plus jeune, grâce à la bourse dûment gagnée après avoir été décisive lors de la reprise des Terres Désacrées.

Lui connaissait bien l’obsession qu’elle portait à l’histoire de Brâkmar. Quand il lui expliqua ce qu’il avait entendu, Bado était à cran ! Elle avait soif de savoir ! Et ses bières quotidiennes ne suffiraient pas à l’étancher ! D’un commun accord, ils décidèrent de fouiller la bibliothèque de Brâkmar. Après plusieurs heures de recherche infructueuse, ils se mirent en route vers la milice. Bado savait qu’il y était entreposé d’anciens livres aux pages poussiéreuses.
Entre deux recettes de blopisier empoisonné, Bado trouva l’ouvrage qu’ils recherchaient. Elle se mit à le lire à voix haute. Certains passages marquèrent Yethi à jamais.

« Pour les défenseurs de Bonta, il semblait que jamais plus le jour ne se lèverait. Cette nuit était-elle la dernière qu'ils avaient à vivre ? »

« Au milieu des cadavres de gobelins et des armures vides, Raval avait eu l'idée qui allait sauver Septange. Lui qui, dès Fraouctor passé, s'évertuait à soutirer lentement la vigueur de chaque végétal, il allait rappeler à la vie les âmes des chevaliers trépassés. Il avait ce pouvoir... »

« A son commandement, les fantômes des chevaliers de l'Ordre du Coeur Vaillant s'étaient levés ; leurs armures roulèrent au sol dans un bruit métallique. »

« Hyrkul ne pouvait prévoir un tel retournement de situation. Les troupes de Brâkmar étaient prises en étau. Il vit les chevaliers fantômes, insensibles aux coups, qui taillaient en pièce son armée. »

« Un cri de victoire retentit dans tout Bonta. Les survivants voyaient enfin le jour se lever. Raval avait regagné les hauteurs de Sidimote, observant la débandade de Brâkmar. L'aurore était pourpre. La couleur laisserait son nom à cette bataille qui elle, resterait dans l'Histoire. « L'Aurore Pourpre » première bataille qui vit s'opposer Bonta et Brâkmar, fut l'une des plus meurtrières de la période dite de « la guerre des cités ». »

Après en avoir longuement discuté entre eux, Yethi décida d’aller se confronter à Oto Mustam. Etait-il au courant ? Si oui, comment se fait-il qu’il n’ait jamais eu l’envie de se venger ?! C’était une trahison de la plus haute importance que Raval avait porté à Brâkmar cette nuit là !

C’est ainsi que leur maitre leur expliqua sa position : ses contraintes en tant que chef de la milice, son pacte avec la cité blanche. C’était de l’histoire ancienne, la situation n’était plus aussi chaotique qu’à l’époque. Malgré son discours apaisant (ce qui était rare chez lui, avouons-le), Yethi sentait une noirceur profondément gravée, un sentiment d’échec inscrit au cœur d’Oto.

Cette entrevue laissa Yethi perplexe, il ne savait pas comment interpréter les dires de son chef. Bien installés à la taverne du Chabrulé, Bado et lui commencèrent à débattre sur le sujet. La disciple de Pandawa tenait bien plus l’alcool que son confrère mais elle buvait deux fois plus. Après plusieurs heures, la conversation n’avait aucun sens pour qui ne l’avait pas suivie depuis le début…

« Il faut venger nos ancêtres ! Il faut marcher sur Bonta ! »
[…]
« Un jour, j’ai rencontré un bouftou, tu sais comment il s’appelait ? Larry ! »
[…]
« Bontarien, bon à rien ! »
[…]
« T’as vu le foutoir qu’il y a dans les quartiers d’Oto ?! C’est fou d’être bordélique à ce point »
[…]
« On ne peut pas ! Les deux cités ne se font plus la guerre désormais ! On mettrait en péril l’équilibre du monde ! »
[…]
« A ton avis, si un Gloutovore gobe une de mes bombes, est-ce que ça lui donne des gaz ? »

La soirée se termina en « 10 mètres bière kokopaille », leur jeu favori. Il fallait courir 10m, boire une bière du Chabrulé avec une kokopaille et revenir en courant. Le premier arrivé avait gagné. Comme à chaque fois, Bado écrasa Yethi… Elle détenait d’ailleurs le record du monde des Douzes.

Si cette nuit là nombre d’insultes avaient été proférées par l’un ou par l’autre, il n’empêche qu’ils tombèrent d’accord. Il fallait retourner voir Oto pour lui exposer leur projet.

Et oui, car en refaisant le monde, les deux camarades s’étaient donné pour objectif de créer une confrérie pour dire à qui voulait l’entendre, que Raval avait trahi la cité noire en utilisant son pouvoir. Mieux, ils comptaient œuvrer discrètement pour faire payer à Bonta cette honteuse tricherie !

Quand Bado et Yethi se rendirent à la milice, le responsable des armées les attendait, comme s’il espérait entendre ce que justement ils étaient venus lui dire. La discussion fut brève, Oto Mustam leur donna son accord, tout en posant quelques conditions. Ils ne devraient pas faire éclater une nouvelle guerre au grand jour, ils devraient agir en toute discrétion, égorger leurs ennemis seulement dans les ruelles désertes et autres joyeusetés.

L’appui de leur supérieur en poche, il leur manquait juste un nom pour leur confrérie. Mais celui-ci était tout trouvé : L’Aurore Pourpre !
______________________________________________________________________________________________

Chapitre I : La tête de Menalt

Une fois la guilde de L’Aurore Pourpre créée, il leur fallait davantage se renseigner sur cette fameuse bataille de l’an 26. Apparemment, ils n’avaient récupéré que la moitié de l’ouvrage consacré à cette dernière. Ils décidèrent donc de retourner à Astrub dans l’espoir de recroiser ce sombre individu vêtu d’une tunique lui recouvrant totalement le corps, celui qui avait mis Yethi sur la piste en premier lieu ! Ils se doutaient bien qu’ils n’allaient pas forcément le croiser le premier soir, mais ils ne s’attendaient pas à subir un tel ennui. Bado eut la merveilleuse idée de commander deux bières, pour faire passer le temps. Mais Xelor devait se jouer des deux aventuriers car les minutes paraissaient des heures, et les bières s’enchainaient.

La nuit était maintenant tombée depuis plusieurs heures et toujours aucun signe de l’informateur. Par contre des signes de fatigue se faisaient ressentir. Après un rapide passage aux toilettes de la taverne, Bado et Yethi se préparaient à repartir mais le tavernier bloqua la porte.

« Hop hop hop les deux ivrognes ! Vous comptez rentrer comment ? J’espère que vous ne repartez pas en dragodinde ! Vous avez peut-être l’impression d’être des cavaliers hors-pairs mais il n’en est rien. Vu le pourboire que monsieur a laissé aux toilettes, je ne le permettrai pas ! J’ai moi-même perdu de nombreux amis en accident de montures ! »

« Oh, non, ne vous inquiétez pas, nous repartons en potion ! »

« Vous êtes sûrs qu’il vous reste de la place pour cette dernière boisson ? J’aimerais ne pas avoir à renettoyer derrière vous ! »

Ils retournèrent à la taverne le lendemain mais cette fois-ci, l’homme en tunique s’y présenta au crépuscule. Yethi le reconnut tout de suite ! Son regard l’avait d’ailleurs trahi car l’homme prit peur et voulu sortir immédiatement. Bado lança son ami d’enfance qui réussit tant bien que mal à attraper le bras de l’homme mystérieux. Celui-ci essaya de s’échapper mais en vain. En fait, en se débattant, son coude vint frapper le visage de Yethi. Grossière erreur, qu’il regretta aussitôt car en retour il eut droit à toute une panoplie de coups et tomba dans les pommes.

L’homme se réveilla dans une salle sombre et pleine de sang. Il était maintenant vêtu d’une tenue de prisonnier et attaché sur une table. Vu qu’il ne pouvait voir que très légèrement d’un seul œil (à cause de la férocité du roublard), il ne distingua pas tout de suite la lame magnifiquement aiguisée qui trônait au dessus de son cou.

Le blessé ne comprenait même pas ce qu’il faisait là et lorsque Bado lui parla du livre retraçant la bataille perdue par la cité noire, il dit aussitôt tout ce qu’il savait sur le sujet. Il existait un livre dans la tour des Ordres de Bonta où tout y était expliqué. Un livre rare, d’une grande valeur qui permettrait selon lui, de trouver une relique toute aussi puissante qu’effrayante : la tête de Ménalt ! Après plusieurs heures de torture (tous les outils avaient été préparés, ça aurait quand même été dommage de ne pas s’en servir) accompagnées de hurlements et de rires (ceux des geôliers), la sentence tomba et sépara du corps la tête du prisonnier qui finit dans un panier en osier sombre.

Fort de cette nouvelle information, Yethi se rendit à la tour de Bonta le lendemain matin, pour essayer de trouver le fameux livre. A sa plus grande surprise, la tour des Ordres était remplie de grimoires. Il lui faudrait plusieurs vies pour tous les regarder, malheureusement ce n’était pas un disciple d’Ecaflip ! Il essaya de parler au peu de gens présents mais se fit refouler aussi vite qu’il était venu. Son aura maléfique ne trompait personne.

Sans perdre espoir, il continua à demander des renseignements jusqu’à ce qu’il tombe sur un certain Jonas Bridget. Ce disciple de Crâ était moins fermé au discours et Yethi sentait bien qu’il pourrait en tirer quelque chose. Jonas possédait ce côté sombre en lui, il avait peur. La peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine mène à la souffrance et la souffrance mène à Brâkmar ! Moyennant quelques kamas, l’archer lui indiqua une étagère où étaient entreposés tous les manuscrits les plus sensibles. Cependant elle était surveillée jour et nuit par un garde qui ne se laissait pas distraire…

De retour à Brâkmar, Bado et Yethi cherchaient un moyen de dérober le livre. D’après leur informateur (Jonas), le garde posté devant la bibliothèque ne pouvait quitter son poste qu’en cas d’extrême urgence, si la ville est attaquée par exemple. Mais depuis le pacte de non agression entre les deux cités, cela était très rare. Un lâcher de bouftous avait bien failli semer la panique une fois, mais c’était à peu près tout.

Le meneur de L’Aurore Pourpre savait qu’Oto Mustam comptait sur lui pour rester le plus discret possible, ils ne pouvaient pas attaquer la cité blanche au nom de Brâkmar, et leur confrérie n’était pas assez grande pour espérer avoir un quelconque impact sur les défenses bontariennes… C’est alors qu’il eut une idée de génie. Comme lors de la vraie bataille de L’Aurore Pourpre, il allait faire appel à des créatures.

C’est ainsi que quelques semaines plus tard, Yethi se rendit dans le Cimetière de Bonta. Après quelques discours et quelques os brisés, une petite troupe de chafers se tenait sous ses ordres. Il réussit tant bien que mal à les faire sortir du cimetière pour que la petite armée se cache dans le bois de Litneg. Certains bûcherons n’en revenaient pas. Des chafers dans la forêt de Bonta ?! Ceux-là furent vite égorgés. Les chafers étaient bruyants, peu disciplinés et s’éparpillaient au moindre trool qu’ils croisaient. Qui eut crû qu’il serait aussi dur de gérer des bataillons de morts ?!

Yethi partit en éclaireur pour déterminer le nombre de gardes approximatif au niveau de l’orée du bois. Pour déclencher une défense exceptionnelle, il fallait lancer la première offensive au plus près des remparts et donc s’en approcher sans se faire repérer ! Aussi, Yethi ne devait pas se montrer, son mentor le lui avait interdit !

L’attaque des premiers miliciens se passa bien, nul cri n’avait retenti mais les gardes bontariens étaient bien entrainés, et il fallait au moins trois chafers pour venir à bout d’un seul homme. Les squelettes animés progressaient rapidement mais les pertes étaient trop lourdes. Ils n’arriveraient jamais jusqu’aux portes en nombre suffisant pour déclencher une réquisition de tous les gardes de Bonta, c’était peine perdue...

Caché derrière les rochers, Yethi décida de repartir discrètement mais il se rendit compte qu’une âme l’observait. Un des miliciens avait survécu et l’avait vu ! Si Amayiro en avait vent, c’était la mort assurée pour le disciple roublard et accessoirement la fin de la trêve entre Bonta et Brâkmar. Quand leurs regards se croisèrent, le garde se mit à détaler. Il avait une bonne longueur d’avance, Yethi ne pouvait pas le rattraper en courant. Il exécuta alors sa plus belle roublardise et se retrouva juste devant le fuyard. Il profita de la stupeur de sa victime pour dégainer son tromblon. Porté par son élan, le bontarien se retrouva à bout portant au moment de la détonation. Un bruit gras, lourd et assourdissant mit fin à cette course poursuite, et les arbres derrière le cadavre étaient entièrement recouverts de sang. Certains mulous avaient même commencé à les lécher, d’autres s’approchaient du corps, qui ne ressemblait plus vraiment à un corps d’ailleurs, en salivant. Leurs yeux brillaient dans la pénombre qui s’installait avec le crépuscule. Yethi prit quelques instants pour admirer cette sauvagerie puis repartit vers l’Est, là où la nuit se faisait plus sombre.
______________________________________________________________________________________________

Chapitre II : Le sceptre de Raval

Plusieurs semaines s’étaient écoulées depuis l’attaque de Bonta et Yethi craignait que quelqu’un d’autre ne l’ait vu aux abords des fortifications de la ville blanche. C’est pour ça qu’il s’était réfugié dans la salle de jeu secrète de sa taverne favorite. Forcément, sa consommation d’alcool avait augmenté, un peu trop à son goût d’ailleurs. Il en avait également profité pour recruter quelques nouvelles têtes au sein de sa confrérie. Des guerriers, bien évidemment, mais aussi des artisans de talent ! La plupart avaient été repérés tranquilles, peinards, accoudés au comptoir. Au moins, c’était un bon esprit de camaraderie qui trônait lors des réunions !
Vu que personne ne semblait chercher le roublard, il décida qu’il était temps pour lui de sortir, de reprendre ses activités ! Et il y avait beaucoup à faire ! Il l’avait bien compris lors de son dernier assaut, il manquait de troupes mais surtout de moyens ! Il entreprit donc d’ouvrir de nouveaux sentiers entre Brâkmar et certains points stratégiques. En organisant des courses de dragodindes, la guilde put stabiliser de nombreux sentiers jusqu’alors impraticables. Cela permit de faire entrer de nombreux matériaux dans la cité pourpre.

Yethi cherchait également un nouvel équipement, quelque chose de plus polyvalent pour ses combats. Il fit appel à un des artisans de sa guilde, un certain Pro-fm. Ce n’était pas son vrai nom mais ce vieux disciple d’Enutrof ne voulait pas lâcher le morceau. Lors de leur rencontre à la taverne du Chabrûlé, le bougre n’avait laissé passer que des bribes de son passé. Yethi et Bado y avait seulement appris qu’il avait servi en tant que pirate avant d’organiser une mutinerie. Rien de bien choquant dans le milieu…
Toujours est-il qu’il était un mage talentueux, et que son chef avait enfin trouvé un équipement à son goût ! Ils partirent donc tous les deux en direction du Bibliotemple pour se renseigner sur la fameuse panoplie de Theodoran Ax. Ce dernier avait un adage concernant les équipements : plus on en met, plus on en a. Une fois les mesures prises pour pouvoir créer une copie de sa panoplie, Yethi en profita pour lui parler de Raval. Le mage semblait pressé car il récoltait les offrandes de nombre d’aventuriers et lui indiqua un livre posé sur une des tables du temple.
A sa grande surprise, ce n’était pas un livre secret et visiblement il avait été consulté à maintes reprises. On pouvait y lire :
Une flamme vint titiller les tripes du meneur et celui-ci lança le livre à l’autre coin de la pièce. Theodoran Ax ne le vit même pas, bien trop occupé à soutirer quelques denrées aux gens de passage. A vrai dire, personne n’avait remarqué la scène. Il fallait voir le monde qu’il y avait dans ce temple ! Yethi repensa au prisonnier qui lui avait dit qu’on pouvait retrouver le crâne de Menalt. Il s’était bien payé sa tête. Heureusement qu’on lui avait ôté la sienne en retour !
De retour à Brâkmar, le chef de L’Aurore Pourpre ne comptait pas en rester là, il savait qu’autrefois Raval trainait vers les landes de Sidimote, il alla donc faire un tour vers Gisgoul, le village dévasté. En entrant dans la tour (que nul bontarien n’avait su égratigner), il se rendit compte que quelqu’un le suivait… Il distingua une ombre, cachée à l’entrée. Qui que c’était, elle devait le suivre depuis Brâkmar car personne ne savait où il allait. La silhouette s’avança et Yethi vit un visage qu’il n’avait pas vu depuis des années, celui de Couto Smisse, un des hommes à tout faire du clan des roublards.
Ce dernier l’escorta jusqu’à leur quartier général. Mais on n’entre pas si facilement dans le repère des roublards. Ses portes noires ne sont pas gardées que par des chafers. En ce lieu, il y a un chef qui ne dort presque jamais et l’air qu’on y respire n’est que vapeur empoisonnée !

Yethi n’était pas une personnalité suffisamment importante pour que Vil Smisse lui accorde un entretien, c’est donc avec Arty Smisse qu’il discuta. Celui-ci était toujours prêt pour la guerre, la
paix était un mot qu’il ne connaissait pas. C’était d’ailleurs le motif de la convocation. En effet, les actions de L’Aurore Pourpre n’étaient pas passées inaperçues et visiblement le clan avait perdu pas mal d’argent suite à la réouverture du sentier entre Brâkmar et la presqu’île des Dragoeufs, ce qui était bien entendu inacceptable ! La guilde devait faire en sorte de dédommager la famille Smisse.

Les deux interlocuteurs établirent donc un plan qui permettrait aux deux parties d’en tirer profit.Après plusieurs heures de débat, la stratégie était en place. Yethi devait convaincre Jonas Bridget de lui indiquer la date et le lieu de la prochaine livraison d’armes et armures à destination de la milice bontarienne.
L’Aurore Pourpre se chargerait de les attaquer, de remplacer la cargaison par d’autres équipements de même apparence mais magiquement modifiés pour qu’ils soient beaucoup moins puissants. Bien évidemment tout le contenu initial du convoi serait offert au clan des roublards en échange de leur bonne grâce, de l’annulation de la dette et de la promesse de leur soutien.
C’est donc en direction de la tour des ordres de Bonta que partirent Bado et Yethi. Il faut avouer que depuis l’Edit de Vhel, la circulation était chose aisée pour les âmes alignées. Il n’y eut donc aucun souci lors du voyage. Mais pendant que Yethi s’entretenait avec le traître bontarien, un disciple de Sacrieur les surprit. On était loin de l’apparence habituellement propre des gardes de la cité blanche : son corps était recouvert de cicatrices dont certaines coulaient encore rouge. On ne distinguait plus ses doigts tellement ses mains étaient recouvertes de sang. Il avait des lambeaux de peau verte accrochés à la ceinture et à en croire l’odeur et la taille de ces lamelles, elles avaient dû être arrachées au Bworker dans la journée.

Le guerrier avait l’air épuisé mais si quelqu’un apprenait qu’il avait laissé filer deux ennemis de la nation alors qu’ils complotaient contre la ville, sa tête finirait dans un panier en osier. A contrecœur, il se rua sur Jonas et Yethi. Bado, qui surveillait l’entrée, n’avait pas vu cet assaillant qui, lui, venait de l’intérieur de la tour.
Le combat fût long car le roublard ne pouvait prendre le risque de déclencher une explosion dans la tour de Bonta ! Heureusement que la disciple de Pandawa entendit les armes s’entrechoquer et accourut pour prêter main forte à son meneur. A deux, oui car Jonas Bridget ne comptait pas, ils prirent le dessus. Au moment où Bado allait donner le coup de grâce, l’écorcheur de Bworker demanda aux deux Brâkmariens de lui laisser la vie sauve. Il n’avait que faire d’Amayrio, de ses sbires et des querelles avec Oto Mustam. Son désir le plus cher était de terrasser tous les monstres du monde des Douze et ce qu’il redoutait le plus était l’Externam.

D'abord étonnés, puis intéressés, les fidèles de Domen prirent le risque d'épargner le blessé. C’est ainsi qu’après avoir nettoyé la salle, certes peu fréquentée, où travaillait Jonas, les deux dirigeants de l’Aurore Pourpre repartirent avec l’information dont ils avaient besoin ainsi qu’un membre de plus dans leur confrérie : Izero.
______________________________________________________________________________________________

Chapitre III : La découverte du Mal

Le grand jour était arrivé, le convoi devait parvenir à Bonta en fin de journée car les traversées de nuit étaient bien trop dangereuses ! Yethi et ses compagnons avaient prévu d’attaquer les transporteurs au niveau des deux tours, bâties sur le sentier de la cité blanche. Elles étaient très souvent laissées à l’abandon et les miliciens n’y établissaient leur camp que quelques heures avant le passage des convois.

Yethi décida donc de partir en éclaireur pour évaluer les défenses ennemies. La zone était dégagée, comme la plupart des terres de Cania, l’approche était donc difficile mais pas impossible pour un roublard aguerri ! Il rampa, usa de ses roublardises et autres entourloupes. Il ne lui fallut pas loin de quatre heures pour arriver assez proche de la tour et y compter le nombre de soldats postés.

A sa grande surprise, il n’y en avait qu’un ! Il avait l’air puissant mais tout de même, un seul milicien… Yethi posa une bombe et changea de position. Il fit carrément le tour de la zone protégée. Une fois positionné à l’endroit voulu, il actionna son détonateur. Le bruit sourd de l’explosion surprit le milicien qui, apeuré, fit quelques pas en arrière. Il essayait de distinguer les attaquants à travers l’épaisse fumée lorsqu’il entendit quelqu’un courir derrière lui. Il n’eut pas le temps de se retourner avant de perdre la vie. Le roublard était rapide et lui avait complètement brisé la tête avec sa pelle.

Après avoir essuyé son arme dans l’herbe, le meneur de l’Aurore Pourpre cacha le corps du milicien derrière un rocher. Le bougre était lourd et le premier pic rocheux capable de dissimuler un corps n’était pas tout près. Il traina donc le cadavre sur une centaine de mètres sous un soleil de plomb. Epuisé et  transpirant, le disciple d’Oto Mustam repartit en direction de ses camarades. Il se retourna une dernière fois, presque machinalement, pour vérifier que le corps était toujours là. Il ne vit qu’une horde de kanigrous le museau rouge de sang se battant pour engloutir la viande encore chaude du bontarien. Le roublard lâcha quelques jurons, il n’aimait pas perdre son temps, et s’éloigna du festin pour de bon.

Il était maintenant à mi-chemin du camp installé par sa guilde et vit une silhouette gigantesque passer au loin. Ce n’était pas une âme ordinaire, il en avait la certitude. Il prit ses précautions et s’allongea dans les hautes herbes pour passer inaperçu. C’est là qu’il distingua l’imposante créature ! Ce n’était pas la première fois qu’il voyait un lion évoluer dans le monde des Douze. Les rumeurs disaient qu’ils ne servaient aucun Dieu et avaient pour mission de combattre le Mal, avec un grand M. Etonnant tout de même, de croiser ce genre de guerriers au milieu de nulle part. Sûr de n’avoir rien à craindre, Yethi se releva et continua sur son chemin.

Lorsqu’il atteignit finalement le repère, il ne restait quasiment plus rien. C’était un vrai carnage, la majorité de ses hommes étaient morts, souvent éparpillés en plusieurs morceaux. Il ne restait plus qu’Izero et Eldur qui agonisaient au sol. Yethi s’empressa de leur donner des potions de soin et leur demanda ce qui était arrivé. Les deux blessés lui racontèrent alors l’attaque par des miliciens d’une puissance stupéfiante. Ils ne portaient les couleurs d’aucune cité et semblaient pris d’une folie à faire pâlir un Zobal. Fou de rage, le roublard s’assura de la survie de ses deux amis et partit vers l’Ouest, en suivant les traces des assaillants. Il était tellement aveuglé par la colère qu’il en oublia le pacte avec son clan et le convoi d’armures.

Après plusieurs heures de traque, il finit par apercevoir ses proies. Elles couraient bizarrement, comme possédées par un esprit malveillant. Elles avaient l’air très entrainées et leurs pas se succédaient à une vitesse peu naturelle. Cela fit hésiter Yethi mais son honneur était en jeu. Il ne pouvait laisser filer les assassins de ses confrères! Il redoubla d’efforts pour rattraper le groupe et leur lança une bombe aussi fort qu’il put. Cela n’eut aucun effet si ce n’est qu’il fût repéré… Ca tombe bien, c’est justement ce qu’il voulait ! Il engagea la conversation pour être sûr qu’il tenait les coupables. Et c’est à ce moment précis qu’il vit le Mal pour la première fois. Ce n’était pas un Mal ordinaire comme celui de Brâkmar ni comme celui qui habitait les créatures les plus féroces du monde, c’était un Mal défiant les possibilités de Rushu lui-même ! Ses ennemis parlaient chacun leur tour, les uns finissant les phrases des autres, comme si une seule âme contrôlait tous les corps. Leur coordination était parfaite, le démon qui se cachait derrière cette farce devait jubiler car Yethi ne faisait clairement pas le poids.

Peu importe, il allait combattre jusqu’à la mort ! Il dégaina son tromblon, prêt à faire feu, lorsqu’une flèche lui transperça la cuisse. Un genou à terre, une grimace sur son visage, il appuya sur la détente mais les protections du disciple Feca adverse rendirent cette action héroïque complètement inutile. Aveuglé par le protecteur et immobilisé par un fidèle d’Enutrof, le roublard ne put rien faire pour contrer le coup de grâce du guerrier Iop. C’en était déjà fini ! Le groupe sans âme reprit sa course effrénée laissant Yethi à genoux et recouvert de sang. Juste avant que son corps ne s’écroule sans vie, il vit le lion qu’il avait croisé avancer vers lui. Le guerrier céleste murmura quelques mots, comme s’il communiquait avec une force supérieure puis repartit en courant à travers les pâturages de Bonta, laissant l’adorateur de Domen mourir dans d’atroces souffrances.

Son âme n’eut pas l’occasion de rejoindre une statue de Phoenix et se dirigea directement en Externam. Ainsi se terminèrent les aventures de Yethi et de sa guilde.
1 0
Réactions 14
Score : 5

Vraiment bien écrit, j'attends la suite.

Si je peux me permettre une suggestion, au moment où Yethi apperçoit le survivant, et que tu parles des conséquences que cela pourrait avoir sur sa vie, c'est dommage que tu n'aies pas attendu le prochain chapitre avant de réveler le dénoument pour tenir le lecteur en haleine ! laugh


 

0 0
Score : 2505

Oh god ! J'pensais pas le lire en entier mais c'est top ! J'suis au taff donc j'ai pas les petites iages, bien dommages ^^  Ca va me remotiver a faire mes quêtes d'alignement tout ca smile

0 0
Score : 2505

Oh god ! J'pensais pas le lire en entier mais c'est top ! J'suis au taff donc j'ai pas les petites images, bien dommages ^^  Ca va me remotiver a faire mes quêtes d'alignement tout ca smile

0 0
Score : 3714

Ca doit être un peu rude sans image. Ca fait un gros pavé ^^"

tongue

2 0
Score : 643

C'est propre comme premier épisode ! Bravo, tu es peut-être un des seul rolistes talentueux du forum ! Peut-être entraineras-tu dans ton élan les lecteurs passifs à qui tu auras donné l'envie d'écrire ou rendu la passion. En tout cas, c'est posé et ca donne envie de lire la suite.

0 0
Score : 220

J'adore ! Félicitation, remplie de talent. C'est un plaisir pour les yeux d'autant plus que tu es un super joueur IG wink

Cardizem, Mora Mora

0 0
Score : 220

J'adore ! Félicitation, remplie de talent. C'est un plaisir pour les yeux d'autant plus que tu es un super joueur IG smile au plaisir.

Cardizem, Mora Mora

1 0
Score : 2505

Le peuple réclame la suite ! biggrin

0 0
Score : 3714

Elle devrait arriver dans la semaine héhé

0 0
Score : 3714

Le récit de nos aventures continue (à la suite du premier chapitre, dans le même message)! Laissez-vous tenter par la noirceur de Brâkmar et n'oubliez pas de défendre la cité pourpre le 12 Septange!

Brâkmar vaincra! fire

1 -1
Score : 307

Très bien écrit ;-)
Ça donnerait presque envie de devenir brakmarien, presque... à voir la suite si ça me convainquerait hehe !
Alseste

0 0
Score : 2047

Bien écrit pour du Brakmarien

0 0
Score : 3714

Le dernier chapitre des aventures de L'Aurore Pourpre est disponible à la suite des précédents, dans le premier message de ce sujet.

Bonne lecture et qui sait, peut-être à bientôt pour d'autres aventures avec d'autres héros!

3 0
Réagir à ce sujet