FR EN
FR EN
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

[RP] Prenez-en de la graine

Par Zephix40 25 Octobre 2017 - 14:52:54

---------------------------------------
Salut jeune explorateur !

Bienvenue à la taverne de la Tabasse, Je m’appelle Zephix. Commande donc une bière elles sont délicieuses !

Tu sais, tu n’es pas le premier à avoir traversé Cania depuis Astrub pour venir déguster la bière Tabasse. C’est qu’ils sont nombreux, les aventuriers à être venus se reposer et boire un coup ici. Je sais de quoi je parle, j’y suis tous les jours depuis ma retraite !


Pas plus tard que la semaine dernière, un sacri est entré en fin de service avec la mine décrépite. Le patron allait le sortir à coup de pied au derrière mais il a vite compris que le pauvre avait besoin d’un remontant et de divertissement.
Il avait l’air d’en avoir vécu des mésaventures... Bon et puis vu sa tenue, il devait avoir la bourse pleine, les affaires sont les affaires !

Comme je m’entends bien avec le tavernier, il m’a soufflé d’aller lui conter mes histoires pour lui changer les idées. Bien sur la consigne était également de le faire boire, alors je lui ai payé son premier godet et j’ai commencé à raconter mes histoires.
---------------------------------------

0-30/Prélude

Mon père était un vrai sadida comme on n’en trouve plus. Il usait de sa force à la ronce comme les autres, c’est sûr, en revanche il était encore à moitié sauvage. Il avait le poil noir mais personne ne savait si c’était sa couleur d’origine ou si c’était la crasse accumulée car il vivait dans un arbre perdu au milieu la forêt sombre et les douches, là bas, c’est pas courant.


Ses seuls repas étaient constitués de champignons de Luidegît agrémentés de pattes d’Arakne. Il avait même appris à brasser sa propre bière à la sève d’Abraknyde, un truc imbuvable...
Ses parents l’avaient appelé Zerth-Bilutrok. Je crois qu’ils aimaient bien picoler, eux aussi, vu le prénom de papa.

Ma mère était plus coquette. Elle avait le poil blanc ce qui l’obligeait à prendre des douches bien plus régulièrement.
Contrairement à mon père, elle aimait le contact des gens et passait ses journées entières dans les champs d’Astrub. Les plantes et les céréales, c’était sa passion.

A mon trentième cercle, j’ai choisi la voie de l’eau tout comme ma mère Mellix et comme Ulgrude, le protecteur de Martalo, mon mois de naissance.
Crédule et un peu maladroit, il était courant d’entendre mes camarades se moquer de moi, j’étais le spécialiste pour être au mauvais endroit au mauvais moment !

Ma première mésaventure a eu lieu à mon cercle cinquante...

50/Sadid’au trou !

C’était au début du mois d’Octolliard et comme tous les ans, j’avais décidé de retrouver mes parents pour la merveilleuse soupe que me préparait maman le jour de Kosal, la Méryde de la stabilité. J’adorais cette soupe même si je craignais chaque année que mon père rajoute au dernier moment des Champa’s rouges, difficiles à digérer...

Après avoir terminé le copieux repas et après avoir poliment refusé la liqueur d’écorce sombre que mon père me proposait, nous avons décidé avec Mellix de partir faire une cueillette d’orchidées et de trèfles pour préparer la tisane pendant que Zerth entamait sa sieste.

Après plusieurs heures de recherche infructueuse à l’orée de la forêt, je commençais à trouver le temps long...

Je m’étais alors souvenu d’une discussion que j’avais eu quelques jours auparavant avec l’une de mes connaissances. Un bucheron hors pair avec qui j’avais l’habitude de commercer et avec qui je m’entendais bien :
« - Vandanor prochain, je dois bosser pour préparer l’Almanax du 2, j’en profiterai pour passer pas loin de chez tes parents Zephix. Il y a un bel Orme caché dans la forêt, il est entouré de trèfles et de fleurs blanches, tu connais ce coin ? L’entrée est cachée dans une mine... 
- Non mais tu sais, la forêt, c’est pas mon truc, moi je préfère les espaces dégagés comme les champs de Cania ou les calanques d’Astrub, ça me permet de voir ce qui va me tomber dessus !
- Zephix La Guigne, j’avais oublié ahahah ! »


Après en avoir parlé à Mellix, notre motivation était revenue et nous sommes partis à la recherche de cette entrée.

Je suis très rapidement tombé sur la fameuse mine, j’ai appelé ma mère mais, excité par ma découverte, je ne l’ai pas attendue et je suis entré en éclaireur.


C’était étonnant. A peine après avoir traversé le couloir sombre de la mine, je me suis retrouvé dans un cœur de forêt avec beaucoup d’arbres sans chemin tracé au sol. En revanche, pas l’ombre d’une fleur.

J’ai avancé de quelques pas quand j’ai senti l’ambiance devenir pesante.


L’ombre que j’ai aperçue derrière un chêne devant moi m’a fait frissonner et lorsque j’ai voulu faire marche arrière, je suis tombé dans un trou caché par un tapis de feuilles. Assommé par ma chute,  j’ai perdu connaissance.

Il m’a fallu du temps avant de reprendre conscience.


Lorsque j’ai repris mes esprits, j’ai eu immédiatement très froid et très peur, que s’est-il passé ? Où suis-je et où est passée maman ?
Après un bref regard autour de moi, j’ai vu des barreaux m’empêchant de sortir d’une sorte de sous-sol glacé.

Je suis poissard mais pas idiot, j’adore lire et j’avais, à l’époque, déjà vu un certain nombre d’ouvrages illustrés du monde des Douze. J’ai immédiatement reconnu le style décoratif de Frigost, l’ile que Jiva a laissé aux mains de Djaul.

Du haut de mon cercle 50, je n’étais jamais allé sur Frigost mais je n’aimais pas cette ile... Et surtout, je me demandais comment j’avais bien pu atterrir ici !


---------------------------------------
Entre nous, tu as bien remarqué que j’étais moins poilu que les autres sadida, c’est surement pour ça que Frigost ne m’a jamais plu. Ah, je vois que ton verre est vide, tu payes ta tournée cette fois-ci ?
---------------------------------------

Mon premier réflexe fut de chercher une issue. Logique. Mais je n’ai trouvé aucun moyen de sortir de ma prison. J’ai bien tenté de faire geler mes Larmes sur la serrure, d’invoquer une sacrifiée pour faire un passage dans le mur, ... pas moyen de m’échapper.

Certainement averti par le bruit, un Eniripsa bedonnant est arrivé dans le sous-sol en râlant :

« Pas moyen de travailler en paix ici, dis-donc le gris, tu vas te calmer oui ! Celle qui t’a amené ici est en train de cueillir des perce-neiges pour me remercier de t’avoir soigné, tu étais si agité que j’ai dû t’enfermer, visiblement j’ai bien fait, c’est quoi ça ? Un cadavre de poupée ? J’ai pas de temps à perdre, elle te racontera tout à son retour, en attentant, SILENCE ! »

Je ne sais pas combien de temps j’ai attendu mais ça m’a paru être une éternité !

Une fois revenue, Mellix m’a raconté que j’avais été capturé par un individu masqué et qu’il avait réussi à s’enfuir lorsqu’elle était arrivée à mon secours. Avant de disparaître, il m’avait transformé en Abraknyde !

 « Seul Albert Paisse, le médecin de Frigost, a su trouver une formule capable de te faire reprendre ta forme naturelle. Te rappelles-tu de la personne qui t’a parlé de cet endroit dans la mine ? Car j’ai eu la sensation d’un piège en arrivant sur place... »

Malgré le froid et la fatigue, je me suis rapidement rappelé de ce Cra qui avait sympathisé avec moi il y a quelques semaines déjà : Terater. Il était bizarre mais pas méchant. Il avait l’air de ne vouloir vendre son bois qu’à des Sadidas !

Après m’être réchauffé à l’étage et avoir remercié Albert, j’ai demandé à Mellix :

«  Bon maman, qu’est ce qu’on fait ? Il faut retrouver celui qui m’a fait ça !
- Ecoute Zephix, en allant chercher les perce-neiges, j’ai trouvé des champs de Frostiz. Mon sac est presque plein et je compte bien aller vendre tout ça sur les marchés d’Astrub après avoir fini de le remplir. Tu es de cercle cinquante, je crois que tu es dorénavant assez grand pour te débrouiller tout seul, non ? »

Sur le coup j’étais vexé, ce n’est pas tout à fait le soutien que j’attendais de la part de maman ! Mais avec le recul des années, je crois qu’elle a bien fait de me laisser me débrouiller sur cette première aventure...

Après un au revoir furtif sur le quai, Mellix est repartie à dos de dragodinde vers les champs pendant que j’embarquais sur le bateau à destination du continent.


Arrivé sur le continent, mon objectif était simple : retrouver Terater ! Il m’a fallu arpenter Amakna de long en large durant des jours et des jours à la recherche de la moindre information. J’ai demandé à tous les sadidas que j’avais vus discuter avec lui et j’ai fait le tour de toutes les tavernes !

---------------------------------------
Entre nous, j’ai pas fait de la Tabasse mon QG pour rien, la bière est la meilleure !
Tiens recommandes-en une pour moi s’il te plait.
---------------------------------------

J’ai enfin pu retrouver Terater grâce à une sadida d’une beauté ! Je suis tombé littéralement amoureux de Karnakoss avec ses yeux d’un bleu azur. Visiblement, mon bégaiement au moment de la questionner ne l’a pas dérangée. A croire qu’elle avait l’habitude d’être admirée... 


Elle m’a affirmé qu’il était en train de prendre du bon temps avec une copine dans une chambre de Madrestam.


Effectivement, lorsque j’ai collé mon oreille à la porte de sa chambre, ils n’étaient pas en train de jouer aux cartes... Je me suis caché derrière des caisses sur les quais  et j’ai attendu que Terater termine sa petite affaire pour le suivre discrètement.

La discrétion n’étant pas ma spécialité, il n’était pas arrivé au zaap qu’il se retourna brusquement :

« Tu me suis ?! Je te reconnais ! Zephix ! Tu vas bien ? Que se passe-t-il ?
- Pourquoi tu m’as parlé de cet endroit dans la forêt l’autre jour ? Pourquoi tu ne vends ton bois qu’aux Sadidas ? C’est toi qui m’as transformé en abraknyde ? Qu’est-ce-que tu caches ?! Réponds ! »

Il a bien senti mon énervement et je l’ai vu blêmir.

« Non Zephix... Calme toi... On... On m’a forcé... Il a pris possession de moi... les... les sadidas sont en danger Zephix... Je... Cache toi, il arrive... Je... suis désolé... Je vais tout faire pour me faire pardonner... Cache toi Zephix... Il arr... »

Avant même qu'il ne finisse sa phrase, j’ai vu ses yeux s’écarquiller davantage. J’avais l’impression qu’il voyait Djaul en personne. Je suis retourné derrière mon tonneau, prenant ses avertissements au pied de la lettre. Il y a eu un bruit sourd puis j’ai vu apparaître devant Terater un Sram monumental, aussi noir que les ténèbres, il y avait du Brakmar en lui. Je n’étais pas aux ordres de Bonta à l’époque mais j’avais déjà peur de la cité Noire et ce sram confortait ma crainte. Il sentait le chaud, il sentait la Mort.

Je l’ai entendu chuchoter d’une voix grave et rauque mais de là où j’étais, il m’était impossible de le déchiffrer.
Terater s’est mis à genoux et fixait le sol, tremblotant. Il bredouillait avec une voix légèrement plus aiguë que d’habitude :

« Maitre... J’ai fait ce que vous m’aviez demandé... Je les ai transformés... Ils sont inoffensifs maintenant... Oui Maitre, Zephix aussi est dans la forêt pour toujours... J’ai fait ce que vous vouliez Maitre... Epargnez-moi... »
Aujourd’hui encore, il m’arrive de me réveiller en sursaut croyant entendre le rire diabolique du sram avant de découper à l’épée Terater d’un coup sec et brutal.

J’étais jeune à l’époque et c’était trop pour moi. Je me suis senti protégé par le mensonge de Terater et j’ai préféré abandonner là mes investigations, craignant pour ma vie.

---------------------------------------
Je te raconterais peut-être la fois où j’ai fait la connaissance de ce Sram. Il s’appelle Suffer. Mais c’est une autre histoire et il se fait tard. Buvons un dernier verre et rentrons. Retourne sous la protection des gardes d’Astrub, auprès des tiens, jeune explorateur.
---------------------------------------

BONUS SCREEN

Spoiler (cliquez ici pour afficher le spoil)

---------------------------------------
Te revoilà ! Reviens-tu ici pour ma compagnie et mes histoires ou bien est-ce pour la bière ? Ne te force pas à me répondre, je me vexe facilement ! Prends donc un siège et une boisson, j’allais justement raconter au tavernier la fois où j’ai failli me marier... Ce qui a capoté ? Elle n’était pas d’accord !
---------------------------------------

Nous sommes le 27 février. Comme tous les matins depuis mon cercle soixante-dix, je me lève avec un magnifique lever de soleil sur la plage d’Otomaï.


J’ai décidément bien fait d’acheter ce petit nid douillet sur la plage. Après avoir englouti mes frostiz au lait de bitouf des plaines, me voilà parti pour une nouvelle journée d’apprentissage.

J’ai maintenant fait le tour de ce qu’il faut savoir sur l’élément eau et je souhaite dorénavant maitriser parfaitement mon feu de brousse et mes herbes folles par l’apprentissage du feu noir de Brakmar mais aussi découvrir le feu blanc de Bonta afin d'utiliser la ronce apaisante à la perfection.

Au vu de la belle journée qui se profile, je décide, une fois n’est pas coutume, de ne pas prendre le zaap pour me rendre à la bibliothèque d’Amakna. Aujourd’hui, ça sera le bateau !

Ma matinée se déroule comme toutes les matinées des semaines précédentes : la lecture d’un ou deux livres théoriques puis le passage à la pratique avec des entrainements acharnés contre les poutchs. N’étant pas autodidacte, je dépense la quasi-totalité de ma bourse dans le salaire de Droopla, sage Enutrof ayant déjà entrainé des milliers de novices avant moi, je payerais cher pour connaître sa fortune, vu ce qu’elle me demande comme kamas !


Aux coups de midi, je donne congé à mon professeur pour aller manger un morceau à la taverne puis je débute l'après-midi en achetant des ressources à la criée à proximité du Kanojédo.

Ensuite je pars confectionner des bâtons à l'atelier d'Astrub. C’est ma seule source de revenus actuellement et je dois payer le prêt de ma maison à ce vieux Hibou de Sufokia en plus d’économiser pour la paye de Droopla.

La fin de journée approche et, comme toujours, je ne peux pas m’empêcher d’aller admirer celle qui fait battre mon cœur depuis mon cercle cinquante.

J’ai appris que contrairement à ce que je croyais, Karnakoss est chanteuse au bar d'Amakna

Je me fais peut-être des idées mais j’ai la sensation qu’elle me regarde très souvent en chantant !
Je suis malheureusement bien trop timide pour aller l’aborder pendant sa pause et je décide donc de rentrer tôt pour redémarrer une journée identique demain. C’est promis, demain, je l’aborde !

28 février
Aujourd’hui, j’ai remarqué deux choses étranges au marché et à l’atelier de sculpteur.

Premièrement, je trouve qu’il y a nettement moins de sadida que d’habitude.
Il est vrai que nous sommes en apparence sous représentés dans le monde des douze, un certain nombre d’entre nous préférant le silence de la nature au brouhaha des cités. Mais tout de même, je n’ai vu que deux sadidas depuis ce matin !
Même au zaap du village, généralement bondé à 13h, pas une trace de sadida...

---------------------------------------
Il fait chaud tu ne trouves pas ? J’ai la gorge sèche, pas toi ? Tu n’as pas l’air de comprendre donc je vais être plus clair : je veux bien continuer mon histoire si tu me payes un verre supplémentaire ! Ah voilà ! Merci, je vais pouvoir reprendre, j’en étais où ? Ah oui, c’est vrai, la deuxième chose étrange...
---------------------------------------

J’ai également aperçu qu’un disciple sacrieur me suivait ! J’ai cru à une coïncidence mais j’ai déchanté lorsque je l’ai vu se faire fabriquer un bâton auprès d’un collègue à l’atelier sculpteur d’Astrub.
 


Je ne sais pas pourquoi il me suit mais il risque d’être déçu, mes journées sont assez monotones en ce moment !

Je ne me lasse pas d’écouter Karnakoss chanter mais ce soir, je la sens distraite.
Je m’étais promis de l’aborder aujourd’hui, je décide donc de me servir un peu plus de bière que d’habitude pour trouver le courage.

A sa pause, je me lance :
« - Bonsoir, je ne sais pas si tu te souviens de moi, on s’est déjà croisé...
- Tu es Zephix c’est ça ? Tu m’avais abordée pour retrouver ton petit ami un Cra...
- Euh... Oui... Non... Ce n’était pas... Je suis célibataire....
- Ça te dirait de venir avec moi Zephix ? J’ai une chambre à l’hôtel à côté. »

Je ne sais pas si le sacrieur est dans la salle mais pour le coup, ce n’est pas une soirée monotone !
Je m’empresse de lui répondre par l’affirmative avec mon plus beau sourire.

J’ai pris ma douche de fin de mois ce matin, quelle coïncidence !

A la fin du service, elle me demande de la suivre sans mot et, en sortant de la taverne, elle se met à courir à l’opposé de l’hôtel !

Je ne suis pas au fait des nouvelles tendances de drague et de séductions et je sais que ça peut parfois être original venant des disciples de sadida mais quand même ! Le plus étonnant, c’est que je me surprends à courir après elle !

Après avoir fait le tour du village et une partie du château, nous arrivons enfin à l’hôtel, essoufflés tous les deux.

« Nous l’avons semé, il ne nous suit plus, entrons vite »

Je comprends qu’elle fait référence au sacrieur que j’ai repéré dans l’après-midi et je lui demande des explications :

« - Je suis désolé Zephix pour le quiproquo, si je t’ai invité ici, c’est que tu es en danger... Nous sommes en danger, les Sadidas.
- Que se passe-t-il ? J’ai remarqué qu’il y avait de moins en moins de disciples sadida dans les cités, explique-moi !
- La réalité, c’est que je ne suis pas chanteuse.
Je suis une espionne envoyée par le roi Allister en personne pour découvrir la raison de la disparition des sadidas. Cela fait un moment que je t’observe Zephix.
Je crois qu’ils en ont après toi, tu es le prochain...
Ces derniers jours, j’ai découvert que l’orée de la forêt abra était particulièrement agitée... Tu peux dormir ici pour la nuit, je vais surveiller l’entrée.

Demain, retourne chez toi à Otomaï et ne reviens sur le continent que lorsque je t’aurai donné des nouvelles. »


Karnakoss est alors sortie de la chambre me laissant seul pour digérer toutes ces informations.

Je suis en danger.
D’accord mais quoi ?
Je dois me cacher combien de temps ?
Et si Karnakoss disparaissait sans donner de nouvelles ?
Je resterais coincé sur l’ile d’Otomaï ?
Et mes parents ?
Sont-ils en danger ?
Et Karnakoss ?
Elle a joué de son charme sur moi ou bien a-t-elle des sentiments pour moi ?

---------------------------------------
T’imagines bien que j’ai eu du mal à dormir cette nuit-là, c’était effrayant d’apprendre tout ça mais je crois que de savoir que Karnakoss était derrière la porte au lieu d’être avec moi, c’était le plus difficile à accepter Ha ha ha... Tavernier ?! Le petit jeune repaye son coup à boire, amène donc le litre !
---------------------------------------

Au petit matin, j’ai profité d’un assoupissement de Karnakoss pour me faufiler hors de l’hôtel.
Il faut que je vérifie que mes parents sont en sécurité avant d’aller me cacher sur Otomaï.
Arrivé aux abords de la forêt, je vis l’effroyable spectacle.

Des centaines d’Abraknydes errent sans but. Tous ces Abraknydes sont en réalité des sadidas transformés comme je le fus avant eux...


Dans la demeure de mes parents, je remarque que le désordre y est plus présent qu’habituellement. Il y a eu une bagarre ici ! Sous la table basse, je découvre effrayé un bandeau ensanglanté.

Que s’est-il passé ?! Il faut que j’en parle à Karnakoss, tant pis si elle m’en veut de ne pas l’avoir écoutée, elle seule peut aujourd’hui m’aider à retrouver mes parents.
En sortant de la cachette servant de maison à mes parents, je tombe nez à nez avec Karnakoss :
« - Tu es incorrigible, tu devais te rendre sur l’ile d’Otomaï ! Tu n’es pas en sécurité ici je te le rappelle !
- Mes parents, ils ont disparu... J’ai trouvé ça par terre.
- Hum... Ce bandeau ne m’est pas inconnu... Laisse le moi, je vais faire examiner le sang imprégné dessus...
- Pas question, il s’agit de mes parents ! Amène-moi voir le roi Allister, je veux être ton coéquipier pour cette affaire. Tu auras toujours un œil sur moi et je connais la personne capable de soigner tous ces sadidas, je suis un atout indispensable ! »

Elle a bien compris qu’elle ne me ferait pas changer d’avis. Je suis de cercle 80 et je compte bien montrer que je suis capable d’agir en héros !

Nous avons perdu quelques heures avec le protocole royal mais après un tas de paperasse à signer, je deviens officiellement « enquêteur du roi » !


---------------------------------------
Comment ça le titre « Enquêteur du roi » n’existe pas ?! Tu ne vas pas commencer à être désagréable hein ! Je reprends, ne me coupe plus je te prie (sauf pour commander la prochaine tournée, ça va de soi).
---------------------------------------

Dorénavant officiellement aux ordres du roi, je propose à Karnakoss d’aller voir un spécialiste pour connaître la provenance du bandeau et savoir à qui appartient le sang qui l’imprègne.
« - Allons sur l’ile d’Otomaï !
- Ecoute Zephix, je sais que tu habites là-bas... Nous n’avons pas de temps pour ça et...
- Je voulais simplement te proposer d’aller voir Otomaï en personne qui saura certainement analyser le tissu et le sang...
-Ah... Je croyais que tu voulais... Laisse tomber, c’est une bonne idée, allons-y ! »

Après cet échange gênant, nous voilà en route à la rencontre du grand Otomaï ! Nous passons de longues heures à circuler au sein de l’arbre Hakam.
Même si je vis sur l’ile, je ne connais en réalité que la côte marine, et ce voyage au cœur de l’arbre Hakam est une première pour moi.

L’expérience du cercle 200 de Karnakoss nous permet d’arriver enfin à son laboratoire.
« Je n’ai pas besoin de faire analyser ce bandeau et ce sang, il s’agit sans aucun doute d’un bandeau de sacrieur. Le sang à l’air d’être là depuis un moment, j’en conclus donc qu’il s’agit de sang de sacrieur également. »

Nous décidons d’aller immédiatement sur le continent enquêter vers le temple sacrieur qui n’est pas si loin de la forêt.
Un disciple aura peut-être entendu parler de quelque chose ou vu un sacrieur sans son bandeau.

Karnakoss me propose de rejoindre une de ses amies pour continuer l’investigation ensemble, dans le cas où un combat devrait avoir lieu, il est préférable d’être plus nombreux.
Une fois arrivés au zaap du village d'Amakna, Karnakoss fait les présentations :
« - Salut Ral’, je te présente Zephix, il fait partie de l’équipe depuis peu, Zephix, je te présente Ralévie Madido, une espionne sadida du roi également. Je crois que nous allons avoir besoin de toi pour la suite Ral’ »

Présentations faites, nous voilà sur le chemin du temple sacrieur par les montagnes craqueleur. Nous arrivons sur place et demandons à un disciple à l’entrée s’il a des informations sur la disparition soudaine des sadidas et s’il connaît un sacrieur ayant perdu son bandeau.
Au vu de son regard et de son absence de réponse, nous comprenons qu’il est au courant mais qu’il a trop peur pour nous dire quoi que ce soit.
Qu'à cela ne tienne, nous entrons plus profondément dans le temple.
Notre arrivée avait l’air prévu. Nous sommes accueillis par pas moins de huit sacrieurs.
« - Je te reconnaîs ! Tu suis Zephix depuis un moment ! Pourquoi ? Qu’avez-vous fait des autres Sadidas ? Etes-vous de mèche avec le sram noir appelé Suffer ?
- Je m'appelle Mugi, je suis le disciple de Suffer. Vous n’auriez jamais dû venir ici ! Nous avons des ordres de sa part. Vous ne survivrez pas ! »

Face à nous, 8 sacrieurs sont prêts à en découdre. Le plus gros combat auquel j'aie jamais assisté démarre.

Certes Ralévie et Karnakoss sont de cercle 200 mais mon cercle 80 ne va pas faire le poids longtemps.

Nous décidons rapidement de jouer sur notre capacité naturelle à stopper l’avancée des ennemis. Mon apprentissage du feu grâce à Droopla et à mes lectures me permet d’être extrêmement efficace à l’herbe folle qui, couplée aux surpuissantes, herbes folles et ronces apaisantes de mes coéquipières, empêche toute tentative de corps à corps par nos ennemis. Le combat fut long et intense, de nombreuses poupées tombèrent au combat jusqu’à ce que trois sacrieurs arrivent enfin au contact de Ravélie.

Elle tomba à son tour. Karnakoss et moi nous retrouvons en face à face avec quatre sacrieurs dont deux salement amochés.
Nous avons nos chances.
Dans la suite du combat, Karnakoss réussit, grâce à ses ronces multiples et agressives, à mettre hors d’état de nuire trois sacrieurs mais, faible, elle décide de se transformer en arbre par sa puissance sylvestre.
Me voilà seul face au dernier sacrieur. Il est bien plus fort que moi et un seul de ses coups me tuera.

Libération, associé à une dernière ronce apaisante et un désenvoutement de Karnakoss, nous permet de prendre définitivement le dessus.
Affaibli mais pas mort, le Sacrieur s’avoue vaincu :
« - Pitié... Stop... Je n’en peux plus, vous avez gagné... Je vous dirai tout ce que je sais... Pas grand-chose malheureusement... Je sais où se cache notre chef... Suffer est aux champs du repos... Tu ne l’auras pas Zephix ! »=12.0ptRapidement, Mugi se rue vers une trappe ouverte et y plonge sans hésiter.
Je n’ai pas compris immédiatement.
J’ai percuté lorsque j’ai vu ma belle Karnakoss disparaître sous mes yeux sans un cri.
Je vois le sacrieur à sa place, tout sourire qui chuchote : « Coopération »

Il paraît que la colère décuple la force.
Je n’ai pas besoin de force pour vider mes Larmes sur le sacrieur. Je suis sur le point de l'achever avec violence mais Mugi, dans un dernier espoir, invoque son dopeul.
C'est à ce moment qu'il en profite pour s'enfuir.

J'arrive toutefois à tuer le dopeul mais avec Ralévie battue et Karnakoss disparue, me voilà seul face à mon destin.

Pour mettre un terme à tout ça, il faut mettre hors d’état de nuire Suffer. Je ne suis pas assez puissant mais ma colère et ma tristesse permettent de booster ma chance. Je dois tenter d’arrêter Suffer même si je dois y passer !

---------------------------------------
Raconter ce combat m’a donné soif... Ressers toi aussi, je ne suis pas prêt d’avoir fini !
---------------------------------------

Après une bonne rasade de potion de soin, je suis prêt pour le combat final. J’entre à pas de velours dans les champs du repos.

Il est là.

Je le sens comme je l’ai senti à Madrestam il y a 20 cercles de ça.

« - Zephix. Terater m’avait donc menti. J’irai le chercher jusqu’au cimetière de Brakmar pour le faire souffrir d’avantage pour cet affront. »


Il paraissait encore plus noir qu’avant.
Il n’a pas attendu que je lui adresse la parole pour entamer le combat avec une disparition immédiate et la pose de nombreux pièges.
Ma chance décuplée me permet de prendre un avantage certain dès le début de la confrontation. Ma ronce insolente touche du premier coup le sram qui n’a pas d’autres alternatives que de se rendre visible.
Le combat continua et malgré le niveau bien supérieur du sram 200, je réussis à survivre un certain temps.
Toutefois, affaibli comme jamais, je me retrouve acculé contre un arbre, Suffer prêt à me porter le coup de grâce à l’épée.


Au moment où le sombre sram leva son épée maléfique, un halo de lumière traversa les nuages pour illuminer Zephix.

Un événement que personne ne pouvait prévoir est en train de se produire.
Suffer baissa avec toute sa haine son épée sur moi. J’ai senti un sort m’envahir au même instant et, malgré moi, j’ai soufflé « Dérobade ».

Le halo de lumière a disparu à ce moment-là. Je n’ai pas senti le coup d’épée de Suffer et, profitant de sa surprise, j’ai pu à mon tour enchainer un sacrifice poupesque et ma double larme.

A chaque coup de Suffer, un sort inédit pour un sadida est apparu du ciel me permettant de prendre le dessus.

C’est lorsque je m’apprête à détruire une fois pour toutes le sram qu’une ombre jaune s’échappa de ses yeux.
A genoux, le sram prit la parole avec une voix étonnamment moins rauque qu’auparavant :
« Ne me tue pas Zephix ! J’étais possédé, laisse-moi t’expliquer.

A ta naissance, tu as été choisi par Ulgrude, protecteur de Martalo depuis la mort de Menalt lors de la bataille de l’Aurore Pourpre.
C’est Djaul lui-même qui a pris possession de mon corps pour te retrouver. Il avait dans l’espoir d’éradiquer les sadidas pour prendre possession de leurs pouvoirs et ainsi régner sur les forêts du monde des Douze.
Ulgrude avait eu vent de ce plan grâce à Hecate, démone amoureuse d’Ulgrude et protectrice de Jouiller.
C’est certainement lui qui t’a permis de résister aux âmes dangereuses et d’acquérir des compétences cachées pour prendre le dessus aujourd’hui.
Je te demande de me pardonner Zephix, je n’ai jamais voulu te faire du mal et je suis prêt à faire ce qu’il faudra pour oublier cette histoire..
- Il faut retrouver Karnakoss, mes parents, rendre aux sadidas leurs formes naturelles.
Je te crois Suffer et je compte sur ton aide pour tous les sauver. »

Nous avons retrouvé Karnakoss dans l’ancienne caverne du DC, inconsciente mais vivante.

Après un détour à Frigost pour la liste des ingrédients nécessaires à la potion, nous avons fait le tour du monde pour récupérer et donner les ressources à Albert Paisse afin qu’il nous concocte assez de mixture pour tous les sadidas.
Mes parents comme les autres sadidas étaient sains et saufs, transformés en abraknyde dans la forêt. Après quelques heures, les voilà de nouveau sous leur forme naturelle.

Nous nous sommes ensuite rendus au château pour les félicitations du roi Allister pour notre remarquable gestion de la crise ! Évidemment, nous avons eu une pensée pour Ralévie qui a donné sa vie pour son peuple.
---------------------------------------
Tu te demandes peut-être ce qui s’est passé ensuite ? Je t’ai parlé d’une demande en mariage avortée... Lorsque nous avons fêté ça à la taverne, au moment de déclarer ma flamme à Karnakoss, elle m’a présenté... son fiancé ! Cette nouvelle m’a attristé mais pendant une courte durée, j’ai repéré dans l’assemblée une belle demoiselle qui me fixait du regard, comme subjuguée par ma beauté ! Mais ça, c’est encore une autre histoire !
---------------------------------------
FIN
BONUS SCREEN

Spoiler (cliquez ici pour afficher le spoil)

 
9 0
Réactions 8
Score : 2046

Si ce début d'histoire plait, je publierai certainement la suite,
Merci à feu Yethi pour m'avoir donné l'envie.

4 0
Score : 3713

Bien écrit pour du Bontarien.

2 -1
Score : 2046

Suite et Fin,
merci pour ceux qui m'ont félicité en mp IG ou sur Discord sleep
(Merci aussi à Suffer, Karnakoss, Droopla, Alseste, Mugi, Babawithe et Outrageur pour les screens)

1 0
Score : 325

D'ou je fuiiiiiis?

1 0
Score : 2046

Ihihih

0 0
Score : 507

Très bon ! Dépêche-toi d'écrire la suite biggrin

1 0
Score : 3713

T'as pas eu de chance Zephix... D'habitude Mugi fuit avant même le début du combat...

Sinon très sympa cette suite et fin! Tiens moi au courant si tu en publies d'autres wink

1 0
Score : 122

j'en veux encore $_$. tu m'as tenu la bouche ouverte pendant plusieurs minutes et j'ai adoré XD. il me faut absolument la suite avant que je ne fasse un manque a cette histoire!
 

2 0
Réagir à ce sujet