FR EN
FR EN
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

Maelström Apothéotique [HISTOIRE RP] (Épisode 2: Vos démons)

Par zraixif 04 Février 2020 - 22:57:59

Manésrom...




...j'arrive.





Killasangz: *sursaute* ...PAS MON BRAS !!! ....Oh...ce n'était qu'un cauchemar....

Le squelette se tenait assis dans son lit, il contempla ses beaux draps bleus et blancs puis il regarda par le hublot.

Killasangz: Des nuages à perte de vue... Informus est bien loin...

Cela faisait désormais 6 heures que le Maelström avait décollé, laissant Informus derrière. Myus, le maire d'Informus, était venu à nouveau remercier l'équipage avant de leur adresser des "Aurevoire" "bonne chance les amis !".

Le sram se leva de son lit. Il attrapa sa canne puis tituba jusqu'à la salle de bain. Son regard se tourna vers le robinet, il l'ouvrit et en fit sortir de l'eau bouillante, il s'arrosa le crâne avec. Il releva son regard et observa son reflet dans le miroir.

Killasangz: Allons bon... gardons le sourire.


"TOC TOC TOC"

Killasangz sursauta. Quelqu'un venait de toquer à sa porte. Il reprit sa canne, s'équipant de son chapeau puis se dirigea vers le bruit. Il ouvrit la porte puis sortit sa tête quand soudain...


Irilys: *se jette sur le sram* Grrrrrr !!

Killasangz: *surpris* Ho ho ho ! Regardez qui voilà ! Quelle énergie ce matin ma chère !

Irilys: Aujourd'hui je me sens capable de battre Un kanigrou géant !!

Killasangz: Eh bien... ! Puis-je savoir d'où te viens cette énergie ?

La fillette recula afin de laisser le sram respirer. Son visage vira à Un rouge semblable à celui de ses cheveux.

Irilys: *gênée* C'est...c'est Sensei... il m'a offert une fleur...

Killasangz: Ouhlala :3

Irilys: *gênée* Non, non, tu n'as rien entendu !

Killasangz: Haha, je veux bien être discret ! Mais tu es aussi rouge que moi !

Irilys: *gênée* Hmpf ! Si c'est comme ça je vais sur le pont manger !

Killasangz: Haha, c'est d'accord ! Pars déjà ! J'arrive dans 5 Minutes !

Irilys: Hihi, d'accord !

La Sadida quitta la pièce en sautillant, laissant seul le sram. Killasangz rattrapa son chapeau qui était tombé lorsqu'il avait croisé Irilys.

"Tu ne mérite pas son amour."

Killasangz: Tiens, ça faisait un moment que je ne t'avais plus entendu toi !

"...."

Killasangz: J'ai faim, ce matin !

Le sram se dirigea jusqu'à la porte menant au pont. Il posa sa main sur la poignée, prit une grande respiration puis sourit et ouvrit la porte.


Gru: VITE ROSS PLANQUES-TOI !!!

Sangpoursangs: PUT*N MON P'TIT DEJ' !!!

Gisei: Bon sang, il fait beau ce matin !

Micky-Nai: Hep, t'aurais pas un peu d'alcool ?

Irilys: J'ai 8 ans ._.

Ross: BATAILLE DE BOUFFEEEEEE

Le sram manqua de s'évanouir. Il respira à nouveau puis leva le bras en l'air afin de faire taire la foule.

Killasangz: Bonjour...Bonjour tout le monde !

Gru: ...

Sangpoursangs: ...

Gisei: Salut Killasangz !!!

Apatite: Yo, bg !

Micky-Nai: (roh nan, pas lui...)

Killasangz: Je vois que vous êtes tous très énergiques ! Vous avez tous reçu une fleur ?

Micky-Nai: Hein ?

Irilys: *gênée* Killaaaa !!!

Killasangz: Haha, je rigole...je rigole...

Killasangz vint s'asseoir à la table. Il attrapa le lait puis se servit ses céréales. Il sourit à toute la table puis dégusta son déjeuner sous le regard de l'équipage soudainement silencieux. Le sram les observa puis s'arrêta de manger.

Killasangz: Un problème ?

Gru: Bah...et maintenant ?

Killasangz: Comment ça "maintenant" ?

Sangpoursangs: C'est bon, on a visité Informus... c'est la fin du voyage... on a visité la meilleure ville...

Gru: Grave, à partir de maintenant le voyage va être trop nul.

Killasangz: Hahaha... détrompez-vous, le reste du voyage sera encore meilleur ! Et puis, nous retournerons forcément à Informus !

Gru: OK, Mais ça répond pas à la question...

Killasangz: *réfléchit* Maintenant...maintenant... eh bien... Notre prochaine destination se nomme Weston, la ville du désert. Elle est plutôt basique mais le climat chaud et sec ainsi que les nombreux bandits qui s'y cachent en fond tout son charme.

Sangpoursangs: Wouaaaah.... ça à l'air... nul...

Killasangz: Hahaha...nous verrons, nous verrons... Et sinon, il manque des Personnes à l'appel, non ?

Irilys: Llikasettez, Psycho, Aqua Et la dame.

Killasangz: La dame...?

Gisei: Ho Ho, je crois qu'elle parle de ma dulcinée hahahaha !

Killasangz: Ah, effectivement... Enfin bref, je dois vous présenter trois nouvelles Personnes..

*attrapant Micky-Nai* Voici Micky-Nai, c'est une Steameuse d'Informus, elle est enceinte et a tendance à forcer sur la bouteille... je compte sur vous pour la garder à l'œil !

*attrapant Gisei* Et voici Gisei, Un sacrieur qui est venu sur ce navire afin de faire un peu de tourisme en compagnie de sa femme, Eva !

Tout le monde: Bienvenue à board !!

Gisei: Merci les gars !! C'est trop cool !!

Micky-Nai: Cimer... Mais vous avez pas de la nimbière ??

Killasangz: BIEN ! Ceci étant fait, je vais finir de déguster ces délicieuses céréales !

Soudain, la porte de la salle des commandes s'ouvrit. Aquarelle en sortit. Il se protégea du soleil qui l'éblouissait puis il descendit l'échelle avant d'arriver, lui aussi, à la table.

Aqua: Bonjour tout le monde.

Irilys: Salut !

Sensei-Kz: Yo Aqua !

Apatite: Yo poto comment qu'ça va ?

Sangpoursangs: Je te dis pas bonjour.

Aqua et Sang se fusillèrent du regard. Killasangz avala une gorgée de ses céréales puis les calma en les invitant à reprendre du pain. Aqua le remercia mais refusa.

Aqua: Je mange pas de choses solides.

Killasangz: C'est vrai, excuse-moi.

Aqua: Pas de problème... Non, je venais te parler du voyage !

Killasangz: *posant sa cuillère* Voilà qui m'intéresse !

Aqua: En fait, on devrait arriver à Weston dans... pas très longtemp...

Killasangz: Super !

Aqua: Pas vraiment... les choses vont mal à Weston !

Killasangz: Comment ça ?

Aqua: Une grosse tempête de sable recouvre la ville...

Killasangz: On ne peut pas s'y poser ?

Aqua: Si, si, le Maelström a connu pire ! Mais ce n'est pas ça le problème !

Killasangz: Je ne comprends pas...

Aqua: Écoute, ils en parlent à la radio.

Le Steamer dégaina une étrange boite un peu abîmée qui était apparemment une radio. Il en sortit un long fil avec une boule à son sommet. Soudain, on entendit des voix, tout l'équipage tendit l'oreille en écrasant Aqua Et Killasangz.

Aqua: *écrasé* Peut po rechpirer...

Killasangz: *écrasé* Laichez-nous Un peut d'echpache ch'il vous plaît !

Les membres du Maelström reculèrent tout en restant, néanmoins, à portée de la radio.

Radio: "DEPUIS HIER, WESTON EST EN PROIE À UNE PRISE D'OTAGE ! EN EFFET, CE TRAGIQUE ÉVÉNEMENT SE DÉROULE DANS LA SUPER PIZZERIA COUNTRY !! LE PLUS EFFRAYANT, C'EST QUE LES CRIMINELS NE SEMBLENT PAS HUMAINS ! D'APRÈS LES RARES PERSONNES QUI LES ONT VUS, ILS S'AGIRAIENT DE SORTE DE POUPÉES MÉCANIQUES VIVANTES ! LA PLUPART DES PERSONNES SONT PERSUADÉES QU'UN STEAMER OU UN SADIDA SE CACHE LÀ-DESSOUS ! NOUS VOUS RECOMMANDONS VIVEMENT DE NE PAS RESTER DANS LES ALENTOURS DE WESTON !

Killasangz: C'est bien embêtant....

Aqua: Bah, c'est pas si grave, ça se passe dans la pizzeria...

Killasangz: Certes, Mais c'est tragique pour ces innocents !

Gru: Moi je trouve ça drôle !

Ross: Pareil !

Apatite: Bon, on fait quoi ???

Killasangz: On ne peut pas faire demi-tour maintenant ! Et ces Personnes ont besoin d'aide !

Aqua: Alors tu proposes quoi ?

Killasangz: Je propose que nous allions les aider !


[Chapitre II: Prise d'otage]


Sangpoursangs: QUOI ?!

Killasangz: Nous allons nous rendre à Weston et sauver ces gens !

Sangpoursangs: NON !! C'EST PAS NOTRE JOB !!!

Killasangz: Certe, Mais c'est notre Mode de vie.

Sangpoursangs s'approcha du sram. Il le fusilla du regard tandis que Killasangz restait calmement assis à l'observer gesticuler dans tout les sens.

Sangpoursangs: Tu sais même pas te battre ! Tu sais juste jouer le lèche-botte qui peut comprendre les problèmes de tout le monde !!

Killasangz: C'est exact.

Sangpoursangs: Grrrr... JE DÉTESTE QUAND TU JOUES LES SUPÉRIEURS COMME ÇA !!!

Killasangz: Tu sais quoi Sangpoursangs... tu m'as ouvert les yeux...

Sangpoursangs: ?!

Killasangz: Je voulais te choisir toi pour m'accompagner sauver ces gens... Mais tu n'en as pas envie et puis tu sais déjà très bien te battre... non, ton problème c'est que socialement tu as encore de la peine... pareil pour Aqua et ça tombe bien car vous ne vous appréciez pas du tout...

Sangpoursangs: J'pige pas...

Aqua: De même.

Le sram sourit puis se mit à ricaner, ce qui ne manqua pas de mettre le sacrieur en rogne.

Killasangz: Vous allez rester sur le navire à vous occuper des enfants.

Sangpoursangs: QUOI ?!

Aqua: AVEC LUI ?!

Killasangz: Exactement !

Le sacrieur se jetta à terre et supplia le sram.

Sangpoursangs: NON PITIÉ PAS ÇA !! PAS AVEC LES MIOCHES !! PAS AVEC LE BRICOLO !!!

Killasangz: Si.

Sangpoursangs: ET LES GOSSES ME CASSENT LES PIEDS !! SURTOUT CELLE AVEC LES CH'VEUX ROUGES !!

Irilys: Hey !!!

Le sram se leva de sa chaise puis amena le sacrieur à l'écart de l'équipage.

Killasangz: Tu sais Sang... je n'ai pas oublié ce que j'ai vu il y a plusieurs semaines...

Sangpoursangs: ...Quoi donc...?

Killasangz: Tu aimes la danse et le chant, pas vrai ?

Sangpoursangs: *boude* N'importe quoi...

Killasangz: Tu peux rester à l'écart d'Aquarelle si tu le souhaites mais je veux que tu t'occupes d'Irilys et de Psycho.

Sangpoursangs: Grrr...pourquoi eux...?

Killasangz: J'ai de bonnes raisons... et puis tu dois t'excuser de t'être si mal occuper de Psycho à Informus.

Sangpoursangs: Je te déteste...

Killasangz: Tant mieux, tu n'auras pas à t'occuper de moi haha !

Sangpoursangs: Mort de rire...

Killasangz: Allez, nous allons bientôt arriver et je souhaite être présentable !

Le sram fit une tape sur l'épaule de Sangpoursangs puis il retourna dans sa cabine. Une fois arrivé, il se jetta sur son lit puis prit son chapeau dans ses mains en observant le plafond.

Killasangz: Si je le mets avec Irilys Et Psycho... C'est parce qu'ils ont tout les trois des passions secrètes... enfin... je m'inquiète pour Irilys...

Le sram se releva puis partit observer son reflet dans le miroir de sa salle de bain.

Killasangz: Sa douceur saura-t'elle calmer la folie du Zobal Et l'agressivité du Sacrieur ? ...Je l'espère...


Le sram attrapa sa canne. Il avança vers la porte, quand soudain, il remarqua un problème dans son plan.

Killasangz: ...Mais qui va m'accompagner...?


[20 Minutes plus tard, dans la salle principale.]

Killasangz: Merci d'avoir accepter de venir ! Je suis heureux de voir que nous sommes au complet...

Gisei: Complet, complet...

Killasangz: Enfin, au complet, sans votre femme...

Sangpoursangs: Abbrège...

Killasangz: Oui vous avez raison... ALORS VOILÀ, je vais vous résumer la situation..



Une prise d'otage se déroule dans la pizzeria de weston... la célèbre Pizzeria "Five N'Fred" !


Ce qu'on sait sur cette prise d'otage... c'est qu'il semblerait que l'attaque sois faites par QUATRES Personnes... ce qui est effrayant c'est qu'apparemment ces quatres Personnes ne sont pas humaines !


Weston est connu pour être une ville avec aucune sécurité ! En effet, la police, l'armée et les soldats ne protègent pas cette ville... comme elle est dans un style western, seul Un shérif s'en charge...


...Malheureusement le shérif fait partit des victimes de la prise...


...Cette semaine ne nous a pas avantagé face à cette attaque Car l'Eden (Mael-Eden) semble déjà occupé par des vingtaines d'attaques terroristes frappant le continent de Frigost ainsi que la partie Nord d'Amakna...


...Nous sommes donc les seuls à pouvoir Nous en occuper !



Sangpoursangs: Put*in j'ai dis d'abbréger...

Killasangz: C'est presque fini....



J'ai donc décidé de former les groupes !



Groupe A: AQUARELLE, LLIKASETTEZ, SENSEI-KZ, APATITE, MICKY-NAI. (Resteront sur le Maelström)

GROUPE B: SANGPOURSANGS, EVA, IRILYS, PSYCHO, GRU ET ROSS (Resteront sur le Maelström)

GROUPE C: ZKILLA, KILLASANGZ ET GISEI (s'occuperont de l'attaque)

Gisei: *tremblant* T...T...Trois ?¿

Killasangz: Que se passe-t'il ?

Gisei: On est que trois ??? Ça m'effraye...

Zkilla recula. Elle allait être quasiment seule avec Killasangz et elle ne voulait pas. Elle serra les poings puis sortit de la salle. Elle se dirigea sur le pont puis respira un coup....


...elle observait les nuages en repensant à son voyage...

...elle se détacha les cheveux pour les laisser s'envoler avec le vents...


...comme lorsque qu'elle avait raconté son passé à...


Killasangz: Il fait beau n'est ce pas ?

Zkilla: ?!

Killasangz: Zkilla... qu'est ce qui t'arrive...?

Le sram posa sa main sur le bras de la roublarde, elle recula puis vira au rouge, les larmes montèrent.

Zkilla: Ne me touche pas....s'il te plaît...

Killasangz: Je m'en excuse...vraiment...mais je n'arrive pas à c...

Zkilla: Il n'y a rien à comprendre... je veux juste être seule !!

La roublarde fonça jusqu'à sa cabine en essuyant ses larmes. Killasangz resta seul sur le pont, il s'appuya contre les barrières puis observa à son tour les nuages.

Killasangz: Mais qu'est ce que j'ai fais...?

"Bien fait..."

Killasangz: *bouillant* Toi tu commences à m'agacer !

"Tu considères les femmes comme des objets... pas de bol, la roublarde est une vraie bombe..."

Killasangz: Alors tout d'abord... joli jeux de mot ! Et ensuite... Sache que je ne considère pas les femmes comme des objets alors je te conseille vivement d'arrêter de me reprocher de telles futilités, compris ?!

" T'ES QU'UNE ORDURE ET TU OSES ME DONNER DES ORDRES ?!?!"

Le sram reprit son souffle puis perdit son regard dans les nuages

Killasangz: Je crois que je commence à comprendre qui tu es...

"Oh ? Tu reconnaîtrais tes actes monstrueux ?"

Killasangz: ...Non, de toute façon ça ne peut pas être toi... tu es morte...

"La faute à qui ?"

Killasangz: *serrant les poings* T..tu...tu commences à....

Apatite: Bah alors ? Tu perds la tête ? Tu parles tout seul ?

Killasangz: Oh Apatite ! Haha... j'étais simplement pensif ! Comment vas-tu ?

Apatite: Bien bien mon mignon... par contre la choupette va mal...

Killasangz: Qui ça ?

Apatite: Zkilla, voyons !

Killasangz: Elle m'en veut il semblerait...

Apatite: Je sais pas ce qui s'est passé à Informus... Mais elle a changé de caractère avec moi... alors tu n'y est pour rien...

Killasangz: Je m'inquiète... enfin bon, laissons les choses évoluer puis nous verrons !

Apatite: C'est vrai ! Aller ! Il est temp d'aller te préparer pour la prise d'otage !

Killasangz: Tu as raison !

Le sram remit son chapeau sur la tête puis fit virvolter sa canne avant de s'engouffrer dans le Maelström, accompagné d'Apatite. Sur le pont où se trouvait Killasangz il y a quelque Minutes, apparut un petit personnage de mauvaise humeur.

Llikasettez: ...Y a pas qu'elle qui va mal... Mais décidément ça mon père s'en fiche !

L'éniripsa s'appuya à son tour contre la barrière, elle eut du mal vu sa petite taille. Elle s'aida de ses petites ailes pour s'élever dans les airs.

Llikasettez: Môman... Papa dit qu'un jour tu reviendras... Mais comment tu pourras nous retrouver si on vole tout le temp hein...? Tu me manques môman... Mais on dirait que papa t'as oublié... on dirait qu'il ne t'aime plus... *snif* Il t'a oublié parce qu'il a trouvé une nouvelle femme... Et avec Irilys c'est moi qu'il va oublier maintenant *snif* ... Môman *snif* ...tu es ma seule famille... reviens... s'il te plaît...


Au sommet du navire, une forme blanche transparente observait la petite fille en versant des larmes.

"Moi aussi tu me manques ma chérie...



... Je te promets de faire payer ton père TRÈS CHÈRE...



...je t'aime Llikasettez... tu es la dernière partie de moi encore en vie...



...ma chérie..."



[Une heure et demi plus tard]


Aqua: *haut-parleur* " MES CHERS AMIS, NOUS SOMMES ARRIVÉS À WESTON ! VEUILLEZ VOUS RÉUNIR AVEC VOS GROUPE ! "

Killasangz rejoignit Gisei sur le pont, il le salua de son chapeau tandis que le sacrieur lui fit de grands gestes avec ses bras.

Gisei: Ha ha ha !! Killasangz Et moi contre des bandits !! ÇA VA ÊTRE GÉNIAAAAAAAL !!! YOUHOOOOOU !!!

Killasangz: Eh bien, tu as pris de l'assurance dis-moi !

Gisei: On va gérer t'inquiète !!

Killasangz: C'est clair !

Gisei: Par contre l'équipage Nous souhaite pas aurevoire...? Même pas bonne chance...?

Killasangz: Ils doivent surement se réunir pour faire les groupes...

Gisei: Et Zkilla..?

Killasangz: Pardon mon ami... mais je crois que nous serons deux face à quatre...

Zkilla: Non...

Killasangz Et Gisei se retournèrent, Un large sourire se dessinèrent sur le visage des deux amis. Zkilla semblait timide mais déterminée.

Zkilla: Je viens aussi. (Je veux éviter Killasangz Mais pas au point qu'il en risque sa vie... et puis je ne vais pas bouder alors que des gens sont en train de mourir dans une pizzeria juste à coté !)

Killasangz: Super ! Merci beaucoup !

Gisei: YAAAAHOOOOOOOOOOU !!

Zkilla: Ne perdons pas de temp..

Killasangz: Bien, que l'opération sauvetage commence !

[Chapitre III: L'opération sauvetage]

Killasangz descendit en premier du navire, suivit de près par Gisei puis Zkilla. Ils posèrent les pieds sur le sol sablonneux de Weston. Il était difficile de s'y repérer car la tempête de sable faisait rage. Killasangz sortit une carte de ses poches. Il tenait fermement son chapeau tout en essayant de déchiffrer la carte. Il pointa un bâtiment au loin puis fit signe au groupe de le suivre.


Une fois arrivés devant le bâtiment, Killasangz remarqua un garde devant la pizzeria. Le sram s'approcha puis engagea la discussion.

Killasangz: Bonjour Monsieur, nous venons aider !

Garde: Bonjour, Mael-Eden n'est pas disponible alors je suis là pour empêcher des Personnes de pénétrer dans le bâtiment !

Killasangz: Oh ? La police s'occupe de la prise d'otage finalement ?

Garde: Négatif, il n'y a que moi et je ne peux pas engager un sauvetage en solitaire.

Killasangz: Alors laissez-nous vous aider !

Garde: Je regrette Mais c'est non.

Le garde était grand Et plutôt musclé, engager un combat était une mauvaise idée. Vu sa manière de rester immobile même malgré la tempête de sable, le garde ne voulait pas bouger. Killasangz lui fit un signe d'adieu avec son chapeau puis retourna avec son groupe, ils discutèrent d'un plan puis contournèrent la pizzeria.

Killasangz: Weston est une ville de type Western... c'est une longue ligne de bâtiment, néanmoins, ce n'est qu'une ligne...

Gisei: Et donc ?

Killasangz: Personne ne fait attention à l'arrière des bâtiments ce qui rend la pizzeria facile d'accès !

Gisei: Bien vu !!

Gisei attrapa un gros caillou puis s'apprêtait à briser la vitre, Zkilla l'arrêta.

Zkilla: La pizzeria est très grande... mais on ne peut pas savoir où se situent les criminels ! Alors si ils sont suffisamment proche pour nous entendre... nous perdrons l'effet de surprise !

Gisei: Très roublard, j'aime bien !

Killasangz: Elle a raison... cependant il n'est pas nécessaire de casser la vitre pour entrer.

Killasangz désigna une porte de secours. Ils s'en approchèrent puis tentèrent de l'ouvrir... fermée, évidemment. Killasangz s'avança puis crocheta la porte qui s'ouvrit finalement.

Gisei: Incroyable ! Où as-tu appris ça ??

Le sram prit le temp de respirer et de réfléchir puis esquissa un sourire au sacrieur.

Killasangz: Ma fille fermait souvent la porte de ma maison pour me faire des blagues...haha...

Gisei: Oh je vois ! Elle est comme sa mère !

Killasangz: *furax* Comment ça comme sa mère ?!

Gisei: *effrayé* U...une v..vraie roublarde...

Killasangz souffla puis ria, il était gêné.

Killasangz: Oh excusez-moi mon ami... Zkilla n'est pas la mère de Llikasettez...

Gisei: Oh pardon...

Killasangz: Ne vous excusez pas, c'est ma faute pardon...

Gisei: Hahaha, j'ai eu peur !

Zkilla: Oui enfin bref... nous n'avons pas beaucoup de temp...

Killasangz: Exact...

Le groupe s'engouffra dans la pizzeria. Killasangz marchait tout en admirant la magnifique décoration de la pizzeria, quand soudain, les hauts-parleurs s'allumèrent.

" TIENS TIENS TIENS... ON DIRAIT QUE TROIS NOUVEAUX AMIS NOUS REJOIGNENT !"

Gisei: QU...COMMENT ?!

"VOUS VENEZ SAUVER LES OTAGES ?! TRÈS BIEN, VOUS SAVEZ QUOI ? ON VA JOUER À UN PETIT JEUX...


...IL EST ACTUELLEMENT 7 HEURE DE L'APRÈS-MIDI... JE VOUS LAISSE JUSQU'À MINUIT POUR SAUVER LES OTAGES...


...SINON ON LES BUTE...."

Gisei tremblait de la tête au pied, il semblait, soudainement, moins confiant.

Gisei: C..comment ils savent qu..qu'on est là ?!

Zkilla: Apparemment ils ne sont pas humain... ils ont peut-être la capacité de nous localiser ?

Killasangz: Ça me semble logique.

Gisei: Mouais...j'aime pas ça moi...

Killasangz: Qu'importe, ils ne sont que quatre, nous pouvons le faire !

[Au même moment, sur le Maelström, dans la cabine 324]

Sangpoursangs: P*tain on s'fait ch*er...

Irilys: Tu parles vraiment mal !

Sangpoursangs: Et toi tu vas arrêter de parler pigé ?!

Irilys: Fais attention je suis très violente !!

La Sadida s'approcha puis envoya un coup de poing dans le genou du Sacrieur. Le coup fut si puissant que Sangpoursangs ne sentit rien.

Irilys: Je suis capable de faire encore plus mal !!

Sangpoursangs: Ouah...j'ai peur...

Gru: Bon, on s'ennuie ! Ross et Moi on va s'amuser à aller boucher les toilettes ! A++

Irilys: Hey !! Vous devez rester avec nous !

Sangpoursangs: Nan, cassez-vous, on dira rien...

Les deux Shushu quittèrent la cabine en réfléchissant à comment ils pourraient boucher les toilettes de manière "fun".

Sangpoursangs observa le Zobal Et la Sadida.

Irilys: Un jour je serai aussi musclée que toi !

Sangpoursangs: Tssss... impossible...

Irilys: Si !

Sangpoursangs: Allez vas-y amuses-toi Et fiche-Moi la paix...

Irilys: *boude* Vous êtes fort mal élevé !

La Sadida se rua sur un bout de papier afin d'écrire un poème. En retournant le papier elle constata un dessin de Psycho.

Irilys: Oups, pardon !

Psycho: ...

Irilys: C'est Un beau dessin !

Psycho: ...de gamin...je..je sais...

Irilys: Tu peux me dessiner ? Tu me fais super musclée et tout et tout hein ?

Psycho: Je..j'dessine pas les filles...

Sangpoursangs: Ha ha ha !! Dommage, ça me plairait bien Moi !

Irilys: Mais t'es pas une fille Sangpoursangs...

Sangpoursangs: Laisse tomber t'es trop petite pour piger !

La Sadida prit une autre feuille puis se mit dans son coin comme le reste du groupe. Elle observa le plafond puis écrit deux ou trois lignes.

[Au même moment, sur le Maelström, dans la cabine 198]

Apatite avait quitté la salle Depuis bien longtemp afin de faire sortir Llika Et Sensei. Désormais, il n'y avait plus qu'Aqua Et Micky.

Micky-Nai: T'aurais pas un peu d'alcool...?

Aquarelle fusilla la steameuse du regard.

Aqua: Non j'en ai pas Et de toute façon tu n'as pas le droit d'en boire.

Micky-Nai: Pffff...relou...

Aqua: Tu veux que je te dises ? Tu m'emm*rde avec ton alcool !!

Micky-Nai: Hey... calmes-toi...!

Aqua: Depuis que t'es sur le navire tu sais faire que ça !! BOIRE, BOIRE ET ENCORE BOIRE !!!

Micky-Nai: Eh, faut se calmer !!

Aquarelle fulmina, il attrapa une bouteille d'alcool qu'avait caché Micky-Nai puis la balança à travers le hublot.

Micky-Nai: PUT*IN VOUS AVEZ UNE MANIE DE BALANCER L'ALCOOL !!!

Aqua: Tu sais quoi Micky ?! Les gens comme toi ça me saoule ! Toujours boire...


...sérieux l'alcool c'est pour les faibles...

Micky-Nai: Répète !

Aqua: Les gens qui boivent de l'alcool c'est juste des gens faibles sans originalité qui sont incapable de traverser les moments difficiles dans la vie... alors ils boivent...

Micky-Nai: Mon mari est mort !!

Aqua: ET ALORS ?! PUT*IN J'DOIS MANGER DE LA SOUPE TOUT LE TEMP !! JE DOIS RESPIRER AVEC DES TUBES ET JE RESSENTS DES ÉMOTIONS QU'UNE FOIS PAR MOIS !!

Micky-Nai: Mais t'as jamais perdu quelqu'un que tu aimes...

Aqua: Peut-être parce que je n'ai personne à perdre... Avant Killasangz, je n'avais aucun ami... Ma famille préférait mes frères et j'ai été forcé de bosser pour l'armée... Mais j'ai jamais eu besoin de boire...

Micky-Nai: Normale...tu peux pas ressentir la tristesse...

Aquarelle fulmina, il fusilla du regard la steameuse puis se baissa à son niveau.

Aqua: Les machines, c'est ma seule raison de vie. Sans ça, Moi j'ai plus aucune raison de vivre... Mais tu sais quoi ? Peut-être que si je te déteste c'est pas à cause de l'alcool...c'est à cause d'Informus...

Micky-Nai: ???

Aqua: Avant qu'Informus existe, c'était Sufokia la ville de la technologie ! Et puis les steamers aquatique était les maitres de la machinerie ! Et puis vous êtes arrivés ! Et vous avez tous gâché avec votre satanée ville Et vos machines à vapeur !! Vos ridicules bâteau volant qui peuvent faire dix mètre avant d'être vidés !! NOUS À SUFOKIA ON A DÛT TAFFER DUR POUR ÊTRE APPRÉCIÉ !! ON A PAS EU UNE PLACE DANS CE MONDE AUSSI FACILEMENT QUE VOUS !!

Micky-Nai: Put*in mais c'est vrai ça, t'es un Sufokien... Eh bien sache mon cher que si Informus a dépassé Sufokia c'est simplement parce que Sufokia c'est une ville de m*rde !! DE NOS JOURS ÇA SERT À RIEN LES SOUS-MARINS !!

Aqua recula, il sentait la colère monter en lui Mais il appréciait ça.


[Une heure plus tard, dans la pizzeria de Weston]


Killasangz Et son groupe marchait Depuis Un bout de temp. Gisei semblait plein d'énergie tandis que Killa Et Zkilla semblaient éloignés. Killasangz s'approcha de la roublarde tout en gardant, néanmoins, un léger écart.

Killasangz: Zkilla... qu'est ce que j'ai fais de mal..?

Zkilla: ...rien...

Killasangz: Je comprends pas...on allait bien avant...non ?

Gisei: Chut...vous entendez...???

Killasangz: Quoi donc...?

Gisei: J'ai entendu Irilys...

Killasangz: Écoute Gisei...tu délires...Irilys est dans le M...


Irilys: KILLASANGZ À L'AIDE !!!

Gisei Killa Et Zkilla: IRILYS ?!

Le groupe courût en direction de la voix.

Sangpoursangs: LES GARS, TOUT VA BIEN !!

Killasangz: Sangpoursangs ?!

Gru: TROP COOL CETTE PIZZERIA !!

Gisei: Gru ?!

Zarrick: ZKILLA, VIENS ME CHERCHER !!

Zkilla: *effrayée* Zarrick ?!

Killasangz: Zarrick ? Qui est-ce ?

Gisei: Peu importe !! C'EST QUOI CE BORDEL ?!

???: Killasangz... mon amour... tu me manques tellement...

Soudain, tout le groupe se figea. Zkilla observa le sram. Killasangz serrait les poings. Ses pupilles vertes avaient disparus de ses yeux sombres.

Killasangz: *pas lui même* C'est bon j'ai compris...



...quelqu'un se fout de notre gue*le.


[Chapitre IV: Les manipulateurs]


Sans attendre une seconde de plus, Killasangz fonça à travers la pizzeria, il s'arrêta plusieurs fois pour écouter les voix afin de mieux s'approcher. Il n'attendait plus le groupe. Zkilla Et Gisei se regardèrent en se demandant tout les deux ce qui se passait tandis que Killasangz était à deux doigts de les semer.

Soudain, le sram arriva devant le premier des bandits, celui qui s'amusait à copier les voix de tout le monde. Le bandit n'était effectivement pas humain, il ressemblait à une étrange poupée remplie de rouages et de méchanismes, il était recouvert d'espèces de cicatrices. Son visage était grand Et difforme et ses yeux étaient rouge sang. La machine se tourna vers le sram, lorsqu'il le remarqua, il écarquilla ses yeux rouges.

Ménos: *paniqué* OH MON DIEU JE VAIS MOURIR, CE N'ÉTAIT PAS PRÉVU !!!

Zkilla: *essouflée* Il fait...*pfiou* moins...*pfiou* ...le malin...

Ménos: *énervé* NON JE VAIS VOUS ÉRADIQUER...JE NE PEUX PAS PERDRE APRÈS TOUT...!!

Killasangz: *pas lui-même* ...

Ménos: *effrayé* MAIS PEUT-ÊTRE QUE JE VAIS PERDRE....

Gisei: Eh bien, il est sacrément lunatique... surtout pour une machine...

Ménos: *heureux* JE VAIS VOUS ÉCRABOUILLER PUIS LES AUTRES ME FÉLICITERONT !

Zkilla: Les autres...?

Ménos: *énervé* OUI !! MES TROIS AUTRES AMIS VOUS ÉCRABOUILLERONT !!

Gisei se tourna vers Killasangz puis posa sa main sur son épaule.

Gisei: Il n'a pas l'air méchant... je pense qu'on devrait essayer de parler avec lui...

Killasangz fusilla du regard le sacrieur puis dégagea sa main de son épaule. Il s'avança vers la poupée puis la fixa de ses yeux sombres.

Killasangz: *pas lui-même* C'était impressionnant la voix que tu as imité...tu sais celle qui dis que je lui manque... tu peux la refaire pour voir ?

Ménos: *voix féminine* OH KILLASANGZ EMBRASSE MOI GRAND F...


*BOUUUUM !!!*

Killasangz venait d'envoyer un coup de poing d'une puissance magistrale en plein dans le crâne de la machine. La poupée s'écrasa au sol, elle était complètement morte, sa tête était écrasée en mille morceaux. Le sram observait la dépouille de la machine en reprenant son souffle, sous le regard du groupe, effrayé.

Zkilla: *effrayée* Tu...tu l'as tué...?!

Killasangz: *pas lui-même* C'est qu'une machine on s'en contre-fiche..

Gisei: *effrayé* B..bon.. eh bien..euh...

Le sram retira son chapeau puis prit plusieurs respirations profondes avant de remettre son haut-de-forme. En ouvrant les yeux, ses pupilles vertes étaient de retour.

Killasangz: Ça va mieux... Bien, il ne nous reste plus beaucoup de temp, nous devrions nous dépêcher !

Zkilla: Oui...je suppose...

Gisei: Ouaip tu as raison !

Le groupe s'avança jusqu'à une étrange salle. Elle était rose avec des cœurs de tout les côtés. Au milieu de la salle, se trouvait une autre de ces étranges poupées/machines, elle fixait le groupe.

Minora: *tic* Oh ? Des petits poussins sont venus me voir *tic* ?

La poupée ressemblait à une femme avec quelques rouages dans le dos, elle avait une tresse blonde et avait des yeux rouges avec du maquillages. Elle s'avança tout en continuant d'observer le groupe. Elle arriva devant Killasangz.

Minora: *tic* Tu es beau...ton chapeau te va bien mon poussin *tic* .

Killasangz: Merci mademoiselle !

La machine partit en direction de Gisei, elle lui sourit.

Minora: Toi tu as de beaux yeux ! *tic*

Gisei: Merci beaucoup ! Ma Maman me disait souvent ça aussi ! Elle disait aussi que mes cheveux était resplendissant mais ça c'est grâce à... bla bla.. bla bla...

La machine s'avança devant Zkilla, Mais, une fois qu'elle eut finit de l'observer, ses sourcils se froncèrent, ses dents devinrent pointues et aiguisées. Ses rouages tournèrent à pleins régimes et ses ongles se transformèrent en griffe.

Minora: *enragée* TOI...TOI !! *tic tic tic* TU TE PERMETS... *tic tic* ...D'ÊTRE PLUS JOLIE... *tic tic tic tic* ...QUE MOI ?!?!

Le robot se jetta sur la roublarde qui esquiva de peu. Zkilla recula puis jetta plusieurs bombes sur le robot, sans effet.

Minora: *enragée* JE HAIS..*tic tic tic* ...LES AUTRES FEMMES *tic tic tic* ELLES SONT TOUJOURS...*tic tic tic tic* ...PLUS JOLIE QUE MOI !!!! *tic tic*

La poupée dégaina un couteau puis continua de foncer sur Zkilla. Killasangz et Gisei tentèrent de s'interposer mais furent écrasés contre les murs.

Le sram se releva puis fixa le robot en furie. Gisei était persuadé que Killasangz allait à nouveau pêter un câble.... pourtant les pupilles du sram étaient toujours là et il se contentait de sourire. Il s'avança puis retira son chapeau. Il était à quelques centimètres de la poupée.

Killasangz: Vous avez tord de croire que les autres femmes sont moins belles que vous...

Le robot s'arrêta puis fixa le sram.

Killasangz: ...toutes les femmes sont magnifiques, robot, poupée, humaines...qu'importe...

Minora: *triste* Vous *tic* ...Vous mentez...

Killasangz: Non détrompez-vous... Vous êtes magnifique ! Vous savez... le vrai charme d'une femme, c'est son sourire ! Alors souriez !

Minora: *triste* Personne ne m'a jamais complimenté *tic* ...Parceque je suis une poupée... tout le monde se dit que je suis laide et sans vie...*tic*

Killasangz: Non, croyez-moi je ne suis pas un men...


*CLIC*

Soudain la poupée s'écrasa au sol. Killasangz recula et observa tout autour de lui. Une silhouette l'observait du haut de la salle.


Xanios: Je me suis permis de l'éteindre.

Killasangz: ?!

Xanios: Elle est trop sensible...trop stupide... elle a cru en vous et elle était prête à nous trahir en plus de nous affliger l'explication de son histoire inutile.

Zkilla: Qui êtes-vous ?

Xanios: Je ne parle pas aux humains, vous êtes inutile et ne méritez pas de nous côtoyer.

Gisei: Hey !! Répète ça !!

Xanios: C'est inutile, vous les humains vous n'êtes capable de vous défendre qu'avec vos ridicules armes. Répéter ce que j'ai déjà dis ne ferais que mettre vos nerf en boule.

Le robot était maigre Et petit Mais semblait en revanche extrêmement agile. Son regard s'arrêta lorsqu'il vit Killasangz.


Xanios: Toi par contre...

Killasangz: Plaît-il ?

Xanios: Tu sembles être comme nous... mort mais animé par une magie qui nous dépasse.

Killasangz recula, il était extrêmement mal à l'aise Mais semblait comprendre de quoi parlait le robot.

Killasangz: C'est normal.. je suis Un sram...

Xanios: Non, les srams ne possèdent pas cette fameuse "magie" ...

Killasangz: Ah bon...?

Xanios: J'ai le pouvoir d'ôter la vie à ceux à qui je souhaite simplement en les regardant. Ce pouvoir est très puissant Mais en revanche, mon système prend un sérieux coup... c'est pour cette raison que je n'utilise ce pouvoir que contre ceux qui en valent la peine.

Killasangz: Tu vas donc l'user sur Moi ?

Xanios: À vrai dire cela fait désormais deux Minutes trente deux que je m'en suis servie... Mais pour une raison que j'ignore... cette fameuse "magie" dont je t'ai parlé, semble maintenir ton âme sur terre...

Killasangz: Alors tu vas en venir aux poings ?!

Xanios: Non. Je n'ai jamais vu Un spécimens comme toi... alors je vais t'offrir un véritable privilège.

Killasangz: Oh ?

Xanios: Je vais t'expliquer tout ce que tu dois savoir sur nous.

Gisei: Et nous al...

Xanios: Nous sommes au nombre de quatre...


Comme tu l'as sans doute remarqué, nous ne sommes pas humain Mais des poupées...


...en réalité nous avons été construit par le dieu Sadida lui-même...

Killasangz: Intéressant...

Xanios: Notre histoire est liée à celle de l'EDEN...


Jusqu'à maintenant, il y a eu quatre EDEN... à la mort du troisième, les dieux ont eu beaucoup de mal à trouver le quatrième...


...le Dieu Sadida a donc décidé de créer un EDEN de ses propres mains... Un EDEN qui est en réalité une poupée Sadida...


...Mais une poupée, même fabriquée par un dieu, n'était pas capable d'être comme un EDEN...


Sadida a donc décidé de construire quatre poupée à qui il remettrait divers pouvoirs ainsi que différentes caractéristiques...

Ménos: C'était celui qui était capable de donner une personnalité au projet final. Grâce à sa capacité à sentir toutes les émotions ainsi que de pouvoir modifier sa voix.

Minora: C'était elle qui incarnait la beauté du projet final, son corp aurait dût être celui utilisé pour créer l'éden synthétique.

Zoru: Vous ne le connaissez pas encore Mais c'est lui qui devait maîtriser toute la partie sombre de l'éden. C'était lui qui devait maîtriser les pouvoir, les cauchemars et la folie de l'éden.

Puis pour finir Moi, Xanios: C'était à Moi que revenait les pouvoirs de xélors ainsi que tout le savoir et les connaissances du Mael-Eden...


Nous étions parfaits. Il ne restait plus qu'à nous assembler à l'intérieur de Minora....


... Mais Mael-Eden est arrivé Et à cause de lui nous avons été abandonnés...


...réduits à être de vulgaires prototypes qui resteront ainsi pour l'éternité...

...alors nous avons quitté le monde des dieux et sommes venus ici...

...les dieux vous considèrent comme étant supérieurs à nous...


...alors nous avons décidés de détruire leur sois-disantes "créations parfaites".


Killasangz: Je comprends... vous savez, en tant qu'humain nous pouvons comprendre votre problème...

Xanios: Comment ça ?

Killasangz: En tant qu'humain nous sommes en permanences face à des gens supérieurs à nous... on a parfois l'impression de n'être qu'un ramassis de choses ratées... qu'on est moins bien que les autres...

Xanios: Je vois.

Killasangz: Mais qu'importe car ce n'est pas vrai... Nous avons tous autant de qualités, c'est simplement que certaines sont plus discrètes que d'autres.

Xanios: Si tu essaies de me faire culpabiliser de faire partie de cette prise d'otages sache que ça ne marchera pas...


...j'ai analysé la situation...


...j'ai tout analysé...



...Tu as tué l'un de mes allié et tu as manipulé l'autre. Ta stratégie est fourbe et prouve bien que ton but est simplement de sauver les otages...


...abandonne Tu n'y arriveras pas... Zoru garde les otages et il est beaucoup plus puissant que nous tous.

Killasangz: Quand à toi ?

Xanios: Je ne me bats pas.

Killasangz: Dis Moi, Xanios...

Xanios: Quoi ?

Killasangz: Ça ne te tenterais pas de rejoindre mon équipage ?

Xanios: Pourquoi ? Pour que tu puisses me vendre à la police ?

Killasangz: Non... Mais tu as dis être la partie de la connaissance et du savoir... donc logiquement aussi de l'analyse...

Xanios: C'est exact.

Killasangz: Tu n'apprendras pas éternellement en restant enfermé dans cette pizzeria.

Le sram leva sa main vers le robot puis saisit son chapeau de l'autre, il sourit.

Xanios: Eh bien...

Killasangz: Je sais que tu en as envie.

Xanios: Évidemment, Mais je ne tomberais pas dans le panneau.

Killasangz: Je ne suis pas un menteur...

Xanios: Ça, Un menteur pourrait très bien le dire.

Killasangz: ... Tu n'as rien à perdre Xanios... tout les autres ont tellement de possibilité dans la criminalité avec leurs capacités... mais toi...

Xanios: L'intelligence est la chose la plus importante, dans toutes les situations.

Killasangz: Si Tu ne souhaites pas me suivre... alors fuis, Mais ne reste pas ici...

Le robot prit le temp d'analyser le sram. Il sauta du haut de son perchoir puis arriva devant le sram. Il sortit un pistolet de son dos puis tendit l'arme au sram.

Killasangz: Que..?!

Xanios: Prends l'arme.

Killasangz: Pourquoi ?!

Xanios: J'ai envie de voir.

Le sram prit l'arme.

Xanios: Maintenant...


...tu vas crever.

Le robot sortit une multitude d'arme de son ventre puis se jetta sur le sram. Killasangz resta figé puis se contenta de l'observer s'approcher. Il inspira puis le fusilla du regard.

Killasangz: Je te l'ai dis. Je vois du potentiel en toi ! Robot ou non, je ne te tuerais pas !

Xanios: DOM#AG# P#UR TO# !!!#!

Le robot arriva à quelques centimètre du sram puis s'arrêta. Killasangz continuait de le fixer..

Xanios: Tire...

Killasangz: Non.

Xanios: Il y a une balle à l'intérieur... allez... tu as une SEULE balle pour me montrer à quel point tu es un manipulateur.. un menteur... Un tra...


*PAN*


Les yeux du robot s'écarquillèrent. Le sram avait tiré...





...Mais il avait tiré en l'air.


Xanios: Qu'as tu fais ?!

Killasangz: Maintenant tu peux me tuer sans problème.

Xanios: ...Non c'est bon... Je n'aurais jamais cru que tu puisses commettre un tel acte...tu m'as prouvé que tu méritais mon attention...



...très bien, c'est d'accord... je rejoins ton équipage...


Killasangz: Haha, je savais que tu ferais le bon choix.

Xanios: Cependant vous devez vous hâter... Zoru ne se laissera pas convaincre... il est complètement fou Et exécutera bientôt les otages...

Killasangz: Bien... tu viens avec nous ?

Xanios: Je vais faire mes affaires puis je vous rejoindrais ! Zoru se trouve au fond de ce couloir ! Bonne chance !

Killasangz: Merci mon ami...

Killasangz fit un signe au groupe de le suivre. Il s'avança devant la porte principale du couloir puis observa le panneau "EXIT" qui était en sale état.

Gisei: Généralement le panneau Exit c'est le panneau qui nous rassure... qui fait fuir nos cauchemars dans les pires moments...

Killasangz: Pas cette fois...

Zkilla: Nos chances de victoires sont faibles... Mais pas inexistantes...

Killasangz: Alors fonçons.


[Chapitre V: Sur le Navire]


[Une heure plus tôt, sur le Maelström]


Sangpoursangs: Eh, tête rouge ?

Irilys: *énervée* JE M'APELLE IRILYS !!

Sangpoursangs: Ça intéresse quelqu'un ici ?

Psycho: Ça m'intéresserait...

Irilys: Ha !

Psycho: ...si c'était pas une fille...

Irilys: Quoi ?!

Sangpoursangs: Oooooh... bébé Irilys va aller pleurer dans les bras de Killa chéri ?

Irilys: *boude* Je suis plus mature que vous !

Sangpoursangs: Ouaip, Mais tu fais 40 cm alors calmes-toi !

Irilys: Si j'veux, eh bah j'peux détruire ce bâteau !!

Sangpoursangs: Ouaip bah continue d'écrire tes dictées là...

Irilys: C'est pas une dictée...c'est une poésie !!

Psycho: *énervé* OH PUT*IN FERMEZ-LA !!

Le Zobal se leva puis fusilla du regard les deux personnages. Il prit son masque puis sortit de la cabine en la claquant sans même leur dire un mot. Irilys se jetta par terre puis prit le temp de réfléchir.

Sangpoursangs: Tu vas pleurer ?

Irilys: Tu ferais mieux de te taire !

Sangpoursangs: Tsss... les gosses sont tellement fragiles...

Irilys: Toi au moins t'as des parents.

Le sacrieur leva les yeux. Il regarda la Sadida qui le fixait avec des petits yeux énervés.

Sangpoursangs: Les parents c'est tous des cr*tins... chiale pas pour ça.

Irilys: Tu peux pas comprendre, je suppose qu'on te les a pas arraché à ta naissance.

Sangpoursangs se leva puis arriva devant la Sadida qui continuait de le fixer. Il reprit son souffle puis se frotta les yeux avant de se passer la main dans ses cheveux en bataille.

Sangpoursangs: Ils sont mort tes parents ?

Irilys: *boude* Pourquoi je te le dirais ?

Sangpoursangs: J'suis pas un idiot comme Killasangz... j'accepte pas les individus dont on n'a aucune information.

Irilys: Oui, ils sont morts.

Sangpoursangs: Comment ?

Irilys: J'ai pas à te le dire !!

Sangpoursangs: Vas-y parle !

Irilys: Non !

Sangpoursangs: Si tu parle pas, tant pis... de toute façon je m'en fiche...

Irilys: Menteur.

Sangpoursangs: Tssss...

Irilys: Ils ont été sacrifié parce qu'ils étaient Otomien.

Sangpoursangs: *surpris* TU VIENS D'OTOMAÏ ?!

Irilys: Je suis Otomienne... Mais j'ai toujours habité à Amakna !

Sangpoursangs: Mais pourquoi tes parents se sont faits butés ?

Irilys: ...Ils voulaient protéger les innocents qui mourraient sur l'île d'otomaï pendant que des racailles comme toi vivent tranquillement dans leurs canapés ! Alors ils ont confectionnés des armes et ils les ont envoyés ! ...Mais un jour ils se sont faits prendre...



...et ils sont morts sous mes yeux...


Le sacrieur avait très bien entendu la pointe que lui avait envoyé Irilys, Mais il restait statique. Il était Un peu déçu de son caractère Mais sa manière d'être toujours impoli le ramena à la raison.

Sangpoursangs: Et t'avais quel âge ?

Irilys: 4 ans.

Sangpoursangs: Attend... t'as quel âge, maintenant ?!

Irilys: 8 ans.

Sangpoursangs: T'AS FOUTU QUOI PENDANT 4 ANS ?!

Irilys: *ironique* J'ai fais comme toute les filles fragiles de mon âge voyons..

Sangpoursangs: ?!

Irilys: J'ai mangé dans des poubelles et j'ai vécu sous des ponts.

Sangpoursangs: Attend qu..

À peine Sangpoursangs eut le temp de finir sa phrase que la Sadida avait quitté la cabine. Il s'appuya contre le hublot puis observa dehors, au loin, son regard se perdit dans les nuages... il était tout seul.


[Au même moment, ailleurs sur le Maelström]


Micky-Nai: T'es juste un gros jaloux en fait...

Aqua: Au moins moi je sais me défendre, j'ai pas besoin de sombrer dans l'alcool comme toi !

Micky-Nai: C'est juste normal de sombrer dans l'alcool, bouffon !!

Aquarelle se prit la tête dans les mains. Il reprit son souffle puis se dirigea vers la porte de la cabine. Micky-Nai tenta de se relever tout en l'observant.

Micky-Nai: Eh tu fais quoi ?!

Aqua: Je traîne pas avec les alcoolos...

Micky-Nai: Pfff... laisse tomber, tu peux pas comprendre... Tu sauras jamais ce que ça fais que de perdre une personne qu'on aime...

Aquarelle fusilla du regard la steameur. Il appuya sur la poignée de la porte puis l'ouvrit et mit Un pied en dehors de la salle avant de se retourner légèrement de manière à pouvoir observer Micky-Nai.

Aqua: Tu as bien raison ! De tout façon je suis totalement incapable d'aimer quelqu'un alors bon...

Puis il claqua la porte avant de se diriger sur le pont.


[Cinq Minutes plus tard, sur le pont]

Le Steamer s'appuya contre les barrières, il observa au loin. Il sentit ses jambes trembler au contact du vent. Soudain, une silhouette apparut à côté de lui, elle semblait lui parler à l'intérieur de sa tête.


"C'est pour ce monde ridicule que tu t'es battu...? ...Que tu m'as battu ?

Aqua: Ouaip...

"Tu as du potentiel Aquarelle... je suis le seul... LE SEUL... à l'avoir toujours su..."

Aqua: C'est vrai...

"Tu gâche tout à venir travailler ici pour un sram qui a un rêve complètement idiot... En plus, il ne connait rien de tes capacités.."

Aqua: Tu as raison...

"Alors qu'est ce que tu fais ici... même si tu m'as trahis... je crois toujours en toi..."

Aqua: Si je reste sur ce navire c'est parce que ici...


...on ne me comprend peut être pas Mais au moins on m'accepte pour qui je suis Et pas ce que je fais...

"Oh tu crois ça Aquarelle...?"

Aqua: Oui.

"Mais Moi aussi je t'appréciais toi ! SOUVIENS-TOI DE TOUTES CES PERSONNES QUI TE SOUS-ESTIMAIENT !!!"

Aqua: C'est vrai...

"Moi je t'ai offert Un chance..."

Aqua: Tu me faisais construire des bombes et des robots programmés pour tuer tout ce qui bouge !!

"Je faisais ça pour le bien du monde... dans ce monde il y a trop de gens qui ont une vie alors qu'ils ne le méritent pas..."

Aqua: TU NE PEUX PAS TUER DES INNOCENTS PARCEQU'ILS NE SONT PAS AUSSI PUISSANTS QUE TOI !!

"Si je le peux... Et j'aurais pu le faire encore longtemp si tu n'avais pas tout gâché..."

Aqua: Je ne suis pas autant idiots que les autres membres de l'équipage... je sais très bien que tu n'es qu'une illusion... que tu es dans ma tête...

"C'est bien ça le problème Aquarelle... Pour toi j'ai toujours était qu'une illusion..."

Aqua: ...

"Toi Et moi étions pareil... des machines sans sentiments dotés d'un cerveau supérieurs à celui des autres.. J'avais des projets pour toi... j'avais un avenir pour toi..."

Aqua: Un avenir entouré de cadavres...

"LE CADAVRE DE CEUX QUI ONT OSÉS DIRE QUE TU ÉTAIS INFÉRIEUR !!"

Aqua: Tsss...

"Rappelles-toi Aquarelle... rappelles-toi, à notre première rencontre... Tu te souviens qui étaient là ?"

Aqua: Mes parents..

"Et ils tenaient à toi ?"

Aqua: Non...

"Ils t'ont échangés contre des kamas... ILS T'ONT VENDU DE LEUR PLEIN GRÉ CONTRE DE L'ARGENT !!"

Aqua: ...

"Ils ont détruit ton monde... toi, tu construisais des machines parce que tu n'avais pas d'amis... tu n'avais personne pour te comprendre... tu n'avais que t'es robots... c'était eux les plus humains au fond..."

Aqua: Ce monde... tu l'as aussi détruits..

"Non... je l'ai amélioré..."

Aqua: Pfff... ça ne sert à rien de parler avec toi... tu n'es qu'une illusion...

"Tu crois ça...?"

Aqua: Je t'ai tué...je t'ai brûlé... j'ai détruits toutes mes armes et j'ai détruits toutes TES armes !

"Tu te trompes sur toute la ligne... Tu n'as fais que ralentir mon rêve... j'étais le coeur de mon projet mais qu'importe... Un coeur robotique ce n'est pas comme Un coeur humain...



...ça se remplace très facilement...


...mes armes sont de retour...


Aqua: C'était à prévoir...

"Et tu as détruits tes chers armes ainsi que tes amis les "robots tueurs" ...


...Mais tu n'as pas pris le temp de te débarrasser des bombes..."

Aqua: Les bombes ?!

"Oui... Mais ne t'inquiètes pas... elle ont déjà explosé... sur un petit village d'otomaï nommé Maerd..."

Aqua: Non c'est impossible...


"Quand à moi... je ne suis pas mort... loin de là..."

Aqua: Si.. je t'ai vu mourir !

"Je suis comme toi Aqua... je ne ressent pas la joie ni la tristesse... moi aussi je dois respirer avec des tuyaux et les gens me voient comme un monstre... moi aussi mes parents me trouvaient dégoûtant..."

Aqua: ...

"Mais contrairement à toi... moi, je n'ai jamais accepté cette vie.. j'ai décidé de faire bouger les choses et de faire payer à toutes ces Personnes... ils me comparaient à un robot... et bien ils ont eut raison.. j'ai fais remplacer la plupart de mon corp par des pièces technologiques..."

Aqua: Quoi ?! M..Mais ?

"Oui... je m'en suis mal sorti de notre affrontement... Mais je m'en suis sorti..."

Aqua: Je...

"N'ai pas peur... tu es la seule personne en ce monde capable de me comprendre... Je ne te ferai aucun mal... par contre ton équipage...."

Aqua: Laisse mes amis en dehors de tout ça ! EUX ILS ME COMPRENNENT !!

"C'est faux."

Aqua: Killasangz m'a accepté sur ce navire comme n'importe qui...

"C'est là où tu fais erreur... rappelle-moi la condition pour monter sur ce navire...?"

Aqua: Il faut... avoir des problèmes...?

"Exact... Et quand tu l'as rencontré ton "Killasangz" ... Tu lui as dis que tu regrette ton passé dans l'armée? Tu lui as dis que tu étais sans cesse comparé à une machine ? Que tu étais incapable d'aimer Et d'être aimé ? Que t'es parents t'ont vendu pour quelques kamas ? Que tu as causés la mort de nombreuses Personnes Et que tu le regrette terriblement ?

Aqua: N...non...

"Non... tu lui as simplement dis que tu savais y faire avec les machines..."

Aqua: C'est...non..mais...je...

"Tu n'est pas comme les autres pour lui...





...Tu n'est qu'un simple mécano."


[Chapitre VI: Quand le doute s'invite à la fête]

Aquarelle perdit l'équilibre, il se rattrapa grâce aux barrières. Il avait du mal à respirer malgré les tuyaux qui étaient prévus à cet effet situés dans son dos.

Aqua: Non...non c'est n'importe quoi...

La silhouette avait disparu, laissant Aqua seul, face à ses doutes. Il sentait les vertiges ainsi que des frissons désagréables monter en lui.

Aqua: Un simple mécano...non..non haha...non... je..je ne suis pas idiot... je ne vais pas croire Un fantôme... que dis-je... une illusion...

Malgré ses paroles, Aquarelle savait bien que l'illusion disait une part de vérité.

Aqua: Il a dit qu'il allait attaquer mes amis... je ne peux pas le laisser faire... non...

Le Steamer observa au loin. Il repensa à son voyage ainsi qu'à toutes ses rencontres Et toutes les choses qu'il avait vécu. Il reprit son souffle puis fixa l'échelle qui permettait de descendre du Maelström.

Aqua: Non... non j'en ai asser...

Aquarelle ne ressentait que très peu souvent les émotions, pourtant, il sentait la haine en lui comme si il avait toujours vécu avec. Le Steamer vira au rouge. Il s'avança jusqu'à l'échelle en effectuant des pas lourds. Une fois arrivé devant l'échelle, il s'assit puis commença à descendre.

Aqua: Personne n'arrive à me comprendre... c'est pas grave j'ai l'habitude... Mais cette fois j'en peux plus... Je quitte définitivement cet équipage...

Il leva son visage et observa la cabine dans laquelle devait se trouver normalement Sangpoursangs.

Aqua: T'ENTENDS ÇA, C*NNARD DE SACRIEUR DE M*RDE ?! J'ME CASSE DE CE NAVIRE À LA C*N !!!

Le Steamer sauta puis atterrit sur le sol sablonneux de Weston. Il jetta Un regards énervé à la pizzeria dans laquelle se passait la prise d'otage, puis, il partit sans même prendre le temp de récupérer ses affaires et d'observer une carte ou une simple boussole.

"C'est dommage Aquarelle, dès notre première rencontre j'ai tout de suite su que tu étais un passionné..."

Le Steamer se retourna, les vertiges prenaient de l'ampleur et il sentit la transpiration couler le long de son torse. Une nouvelle silhouette se tenait devant lui, celle de Killasangz.

Aqua: T..toi ?!

"N'ai pas peur, moi aussi, je ne suis qu'une illusion..."

Aqua: Ah...Ah bon...

"En ce moment, le vrai Killasangz se bats pour protéger des innocents au péril de sa vie... pendant que toi tu fuis... amusant n'est-ce pas ?"

Aqua: Tu ne me feras pas culpabiliser... Tu... tu ne m'apprécies pas autant que les autres...pour toi je ne suis qu'un simple mécano...

"Tout comme pour vous, je ne suis qu'un rabat-joie...n'est-ce pas ?"

Aqua: N...non..

"Je te souhaite bonne chance, Aquarelle... sache que le Maelström te seras toujours ouvert..."

Aqua: Évidemment Tu n'as aucun mal à te détacher de moi....

"Je ne suis qu'une illusion... que veux-tu que je fasse...?"

Aqua: Laisse tomber...

Le Steamer s'éloignant de la silhouette, il adressa un dernier regard à l'illusion qui le salua de son chapeau.

"C'est dommage Aquarelle... Tu n'es peut-être pas le préféré de Killasangz... Mais tu étais le mien en revanche... Tu t'occupais si bien de moi... malgré ta petite taille tu savais me chouchouter... c'est amusant, mais rare sont les personnes qui se sont bien occupés de moi.... Je ne t'oublierai jamais... chaque fois que je ferais tourner mes rouages... je penserais à toi."

Soudain la silhouette disparut dans la tempête de sable de Weston. Aquarelle fit une dizaine de pas, puis, il s'arrêta, prenant conscience des paroles de l'illusion.

Aqua: Attends...quoi ? ...Le préféré de qui ? Comment ça ma petite taille...?! ...Faire tourner mes rouages ?!

Le Steamer se retourna puis observa la gigantesque silhouette floue du Maelström, il fixa le navire puis comprit enfin.

Aqua: Attends...c'est Le Maelström qui vient de me parler ?!

"Navire à la c*n"

"Je me casse !"

"Tu es mon préféré"

Aqua: Qu'est ce que j'ai fais... quand j'étais petits j'ai perdu goût pour la robotique à force de travailler pour l'armée... Le Maelström c'est tout ce qu'il me reste... non... Killasangz...Irilys...Gisei...Et les autres... c'est tout ce qu'il me reste.

Les larmes montèrent, Le Steamer appréciait sentir la tristesse, Mais il ne prit pas le temp de s'en rendre compte. Il fonça vers le Maelström. La tempête de sable lui giflait le visage, Mais l'adrénaline lui faisait complètement oublier la douleur... quand soudain..


"BRRRRRRR......BRRRRROOOOOOOOUH.....BROOOOOOOOOOOOOUM !!!"

Le Steamer s'arrêta. Le Maelström était encore loin Mais suffisamment proche pour qu'il sois capable de reconnaître cet étrange bruit.

Aqua: Le Maelström est en train de décoller ?! N..non ?! NON C'EST IMPOSSIBLE !! KILLASANGZ ! SANGPOURSANGS ! ATTENDEZ MOI ! ATTENDEZ MOI !

Malgré la folle course du Steamer, il ne fut pas suffisamment rapide pour grimper sur le navire. Le Maelström s'élevait dans les airs d'une manière étrange. Aquarelle reprit son souffle puis consulta une sorte d'écran.

Aqua: Killasangz Et Zkilla viennent de partir... les infos ne disent pas que la prise d'otage à été arrêtée... Mais alors pourquoi le Maelström est en train de partir ?! C'est quoi ce bordel....

Le Steamer s'écroula au sol. Il était épuisé et se sentait incapable de faire un pas de plus.

Aqua: C'EST QUOI CE BORDEEEEEEEEEEL !!!

La fatigue le rendant trop lourd, il s'allongea contre le sol, laissant la tempête abbréger ses souffrances....


[Sur le Maelström, Quelques Minutes avant le départ d'Aquarelle-Z]


Sangpoursangs: *toquant à la cabine d'Aquarelle* Eh l'intello ? Ça me saoule de rester sur ce navire... on peut se barrer ?

Malgré les coups qu'affligeaient le sacrieur à cette pauvre porte, personne ne répondait. Perdant patience, le sacrieur entra. Une odeur d'alcool vint directement lui piquer le nez. Il analysa la cabine et remarqua Micky-Nai complètement K.O. Entourée d'une dizaine de bouteilles encore pleine. Le sacrieur se lécha les babines.

Sangpoursangs: C'est pas bien pour elle... je vais prendre ça avec moi...

Le sacrieur attrapa une bouteille puis la consomma entièrement en une fraction de seconde. Il commença à virer au rouge tandis qu'il entama le reste du stock.


[Deux Minutes après le départ d'Aquarelle, sur le Maelström, dans la cabine de contrôle.]

Sangpoursangs: *ivre* HIhiHi....çA bRiLle....hIHihi....

Gru: Grave.

Ross: Grave !

Sangpoursangs: *ivre* J'adOrE lEs tRuCS quI brIIIIIIllent....

Gru: Ouaip, pareil !

Ross: Moi aussi !

Sangpoursangs: *ivre* MAis pAs tOUcheR ! HihihiIIiii... LlikasaNgZ...euh...KilLasaNGz...mE grOndeRaiT...

Les deux Shushu se lancèrent un regard complice puis esquissèrent un large sourire mettant en avant leurs dents aiguisées.

Gru: Tu sais Sangpoursangs... Killasangz te donne beaucoup d'ordres... Mais au fond il veut juste que tu t'amuses...

Ross: Et appuyer sur des boutons c'est amusant !

Gru: En plus c'est à ça que ça sert...non ?

Sangpoursangs: *ivre* MmmHhH... jE sAiS pÔ...

Gru: Roooh... pas cool...

Ross: Ouais...

Sangpoursangs: MaIs...HihiHIiii...c'EsT vRaI... quE...QuE de sI joLis...bOutON...

Le sacrieur appuya sur un bouton, puis un autre Et ainsi de suite. Soudain, un tremblement se fit sentir. Toutes les lumières s'allumèrent Et les moteurs grondèrent. Les deux Shushu éclatèrent de rire puis se jettèrent contre les barrières du pont.

Gru: YOUHOOOOOOOOU !

Ross: OUAAAAAIS !!

Gru: POUR UNE FOIS ON VA MÊME PAS SE FAIRE GRONDER YEAAAAH !!

Sangpoursangs: *ivre* OuaIiiIS....!!!


[Chapitre VII: VS ZORU]

[Une demi-heure plus tard, dans la pizzeria de Weston]

Le groupe se tenait devant la porte "EXIT" il se jettèrent un regard avec peu d'assurance puis s'engouffrèrent dans l'obscurité du couloir. Gisei tremblait Et transpirait de la tête au pied.

Gisei: Ouhlala... fait chaud hein ?

Killasangz: Hum... pas vraiment je trouve....

Zkilla: On gèle...

Gisei: Ah...Ok....je vois....Ok.....ouais...Ok....

Killasangz: Plus Un bruit... regardez, nous sommes arrivés.

Le groupe arriva dans une étrange pièce où se trouvait un groupe d'otages attaché ainsi qu'un étrange robot en sale état qui tenait un couteau. Le robot se tourna et fusilla du regard le groupe de Killasangz.

Zoru: *CIBLES REPÉRÉES... CALCUL EFFECTUÉ... CHANCE DE VICTOIRE: 99,99999%*

Gisei: J'espère qu'il parle pour nous...

Zoru: N...n...né...négatif...

Killasangz: Vous semblez avoir du mal à parler...vous avez mal ?

Zoru: T...t...t...tout...tout ça c'est de la f...f..f...faute de Sadididida...

Killasangz: Je vois...

Zoru: *ANALYSE DES CORPS ÉTRANGERS.... ANALYSE POSITIVE: DEUX ÉTRANGERS SUR TROIS POSSÈDENT DES MARQUES DE SADIDA.*

Zkilla: Mais on est pas des s...

À peine Zkilla eut le temp de s'exprimer que le robot s'était jeté sur elle. Zkilla esquiva puis commença à placer quelques bombes. Killasangz fit reculer Gisei tandis que le robot tenta de charcuter le sram. Killasangz esquiva puis courût à l'autre bout de la salle.

Killasangz: Bon sang... il sait se battre...

Le groupe s'était divisé. Le robot se retourna puis remarqua Gisei qui était à seulement quelques mètre de lui.

Zoru: *CET INDIVIDU NE PORTE PAS DE MARQUES DE SADIDA... PRIORITÉ: 3*

Le robot se jetta sur Killasangz qui manqua le coup de peu.

Zkilla: Killasangz j'ai un plan ! Attire-le sur moi !

En signe de compréhension, Killasangz tira sur son chapeau. Il fit de grands gestes avec ses bras pour attirer l'attention du robot puis il fonça vers Zkilla puis se rendit invisible grâce à ses techniques sram. Le robot prit Zkilla comme nouvelle cible, il se jetta sur elle, elle se laissa faire. Le robot brandit son arme au dessus du crâne de la roublarde.

Killasangz: ZKILLA, ATTENTION !

Zkilla: Ne t'approche pas, je gère !

La roublarde fit un étrange signe avec ses doigts, quand soudain, elle hurla "ENTOURLOUPE" puis échangea de place avec une bombe qu'elle avait laissé à distance. Elle se rapprocha un peu tandis que le robot cherchait encore à comprendre ce qu'il se passait, puis elle cria "AIMANTATION". Soudain, un stock de bombe furent attirés contre le monstre robotique. Zkilla brandit un interrupteur puis appuya dessus.


"BOOOOOOOOOOOOOUM !!!"

L'explosion fit un bruit assourdissant. Killasangz Et Gisei reculèrent et admirèrent fièrement la roublarde qui esquissa son premier sourire de la journée.

Killasangz: Bien joué ! C'était une sacrée explosion !

Gisei: Rapelle-moi de ne jamais t'embêter !

Zkilla: Haha merci, merci ! Mais maintenant nous devrions aller libérer les otages !

Zoru: P..P...P...Pas si vite....

Le groupe recula. Le robot sortait des flammes de l'explosions sans aucune égratignure. Il fusilla la roublarde du regard.

Zkilla: C'est impossible !!

Zoru: J...j...j..j'ai été c...c....confectionné par un dieu et j'ai survécu à ses p..p...p...propres attaques... alors ta ridicule e...e...e..e..explosion... n'a aucun effet sur m..m..moi...

Zkilla recula. La panique et le désespoir prirent le dessus sur elle.

Killasangz: Je crois que je comprends pourquoi il insinue que nous sommes marqués par Sadida...

Zkilla: Ah bon..?

Killasangz: Ce matin j'ai fais un câlin à Irilys avant de quitter le navire...

Zkilla: Moi je l'ai prise dans mes bras...

Gisei: Eh bien pas moi ! Je suis resté avec ma femme !

Killasangz: Tout est plus clair... c'est pour ça qu'il n'attaque pas Gisei... Car Gisei n'a eu aucun contact avec Un Sadida... Et il semble détester les Sadidas plus que les autres classes...

Gisei: Rapellez-moi de ne jamais toucher Irilys !

Killasangz: Je ne manquerais p..

"VLAM !!"

Zkilla: KILLASANGZ ?!

Gisei: M*RDE !

Le sram s'écroula au sol. Le robot avait profité de sa déconcentration pour lui placer une droite. Il remarqua ensuite la roublarde.

Zkilla: Fais gaffe... j'ai encore plein d'explosifs...

Zoru: M..M...Mes protections faiblissent... J...J...J..Je ne peux pas prendre le risque de me rapprocher de toi...

Le robot leva ses deux bras. Il tenait deux armes différentes dans les deux mains. L'un, Un tazer, l'autre, un pistolet. À peine Zkilla eut le temp de s'en rendre compte que le robot avait utilisé le tazer contre elle. Les jambes de la roublarde se paralysèrent et la firent chuter au sol. Elle sentit la douleur traverser tout son corp, incapable de lever, elle était figée au sol.

Zoru: "RÉSULTAT DU COMBAT: VICTOIRE"

Zoru brandit le pistolet puis appuya sur la détente. La balle partit puis fonça tout droit sur la roublarde.

Killasangz: ZKILLA !!

Killasangz ferma les yeux. Il était incapable de voir un tel spectacle. En ouvrant à nouveau les yeux, la scène était totalement différente: la balle semblait comme figée dans le temp Et un individu avait fait son entrée dans la salle. Killasangz pensa tout de suite à Xanios, Mais ce n'était pas son corp. Le sram reconnut tout de suite la voix de l'étranger.

Mael-Eden: C'était long Mais j'ai enfin terminé avec tout ces crimes dans le monde des douzes...

Zoru: "ENTRÉE D'UN ÉLÈMENT NÉFASTE À LA RÉUSSITE DE LA MISSION... CALCUL EN COURS... CHANCE DE VICTOIRE: 0,000000001%"

Killasangz: Mael-Eden ! Dieu merci !

L'EDEN se retourna, en voyant le sram, il vira au rouge.

Mael-Eden: TOI ?! ICI ?!

Killasangz: Euh oui...

Mael-Eden: Je ne veux plus t'avoir dans mes pattes, compris ?!

Killasangz: Vous nous avez sauvé !

Mael-Eden: Ferme-la !!

Mael reprit son souffle puis se frotta les yeux.

Mael-Eden: J'ai eu une journée difficile... Et voilà que je dois me taper le "Capitaine du Maelström" ....génial...

Killasangz: Ah...

Mael-Eden: Je vais te le dire Killasangz... si je te revois une fois dans une affaire qui ne te concerne pas...

"CRACK"

Le robot avait tenté d'assassiner l'EDEN pendant qu'il parlait a Killasangz. La lame s'était brisée au contact de la peau de Mael-Eden, ne laissant même pas une petite égratignure. L'EDEN se retourna puis trucida le robot du regard.

Mael-Eden: Quand je parle....




...les autres ferment leur g*ule...!!!


"BAM !!"

Mael avait répliqué en envoyant une droite suivit d'un uppercut accompagné de divers boost Iop ainsi que d'une punition sacrieur. Le robot s'écrasa contre le mur Mais se releva quand même. L'EDEN se téléporta puis écrasa le robot sous des ronces Sadida puis il trancha sa jambe avec une épée de Iop. Il attrapa Zoru puis cala une attaque mortelle en plein dans son crâne. Soudain, il échangea de place avec Zkilla via Transposition puis il échangea de place avec Zoru via Coopération. Le robot se trouvait désormais à quelques millimètres de la balle qui était toujours figée.

Zoru: *massacré* "RÉsULtAT Du COMBAt: DÉFAiTE.

Soudain, Mael claqua des doigts, ce qui défigea la balle qui continua sa lignée puis vint se loger dans le crâne du robot.

Killasangz: Incroyable...

Zkilla: Bon Sang...

Zoru s'écrasa au sol puis explosa. Il ne restait désormais presque plus rien de son corp métallique.

Mael-Eden fixa le sram sans l'aider à se relever. Il s'alluma une clope puis fit une grimace qui fit trembler Gisei.

Mael-Eden: Vous m'avez peut-être épargné 5 Minutes de travail en plus en vous occupant des autres robots... Mais voir vos tronches c'est la chose qui me plait le moins...

Killasangz: Vous nous avez sauvé...! Merci beaucoup...

Mael-Eden: Me remercie pas... ça me donne envie de te foutre mon poing dans ta face...

Killasangz: *gêné* Hum...

Mael-Eden: Bon libérez les otages...j'ai pas que ça à foutre...

Killasangz: C'est d'accord.. puis nous retournerons voir ce cher Xanios !

Mael-Eden: Qui ça ?

Killasangz: Xanios ! C'était un membre de cette prise d'otage... Mais il a changé de camp Et il est prêt à devenir une personne bien !

Mael-Eden sourit puis éclata de rire. Killasangz l'observait sans comprendre ce qu'il trouvait d'amusant à ça. L'EDEN reprit son souffle puis essuya ses larmes.

Mael-Eden: Tu sais Killasangz... comme je te l'ai dis à notre première rencontre... contrairement à toi... moi je n'ai aucune pitié avec les criminels...

Mael-Eden fouilla dans son sac puis en sortit trois objets. Il les jetta au sol sous le regard effrayé du groupe. Les trois objets étaient en réalité les tête des trois autres robots...



....et celle de Xanios en faisait partie...

[Chapitre XIII: Où est le Maelström ?!]

Killasangz: Bon Sang...

Mael-Eden: Oh... je suis terriblement désolé....

Après tout ces changements d'états, Killasangz ne se sentait plus capable de s'énerver. Il se leva puis tituba jusqu'au crâne du robot. Il s'écroula, une fois à son niveau, puis attrapa la pièce métallique dans ses bras.

Killasangz: ...Je suis sûr... qu'il est plus heureux comme ça...

Mael-Eden: Ce n'est qu'une machine... ça n'a pas de coeur ni de conscience.

Soudain, Killasangz attrapa son chapeau, il se releva puis reprit son souffle.

Killasangz: Il y en a d'autres des robots similaires ?

Mael-Eden: Y en a... Mais ils n'appartiennent pas à Sadida...

Killasangz: Vous savez, Mael-Eden... Je ne vous serais jamais assez reconnaissant de nous avoir sauvés...

L'EDEN, fusilla Killasangz du regard. Il s'approcha du sram en esquissant une grimace.

Mael-Eden: Je ne l'ai pas fais pour vous... Moi, j'aimerais vous voir tous crever...

Killasangz: ...

Mael-Eden: Je te déteste Killasangz... et je déteste ton équipage de dépressif... Vous vous croyez tellement supérieurs juste parce que vous savez pleurnicher sur commande... Et que vous avez Un navire géant...

Killasangz: Laissez mon équipage en dehors de tout ça... la plupart d'entre eux pensent comme vous...

Mael-Eden: Je sais presque tout de vous... Vos problèmes de vies, tout le monde s'en fout complètement.

Killasangz: Mael-Eden... je sais que ça peut sembler ridicule venant de moi Mais... j'ai une question...

Malgré le sale caractère de Mael, le changement d'attitude du sram attira son attention. Il se retourna puis observa le sram.

Killasangz: Vous dites que les problèmes de mon équipage sont ridicules... Vous dites ça parce que vous, vous voyez des gens dans le besoin tout les jours...


...Ou parce que vous, vous en vivez des problèmes...?

L'osamodas reprit son souffle, il observa le sram puis lui sourit tout en fronçant les sourcils.

Mael-Eden: J'en ai rien à foutre des problèmes des autres... je suis Et j'ai toujours été le meilleur... Mais quand j'ai échoué à capturer Bastien, il y a fort longtemp... J'ai compris que même les meilleurs peuvent perdre..

Killasangz: Je vois...

Killasangz remercia l'EDEN de son chapeau, puis, il repartit en direction de son groupe. Il s'approcha de Zkilla pour l'aider à se relever, elle refusa son aide et se releva seule.

Mael-Eden: Ce que je t'ai dis ne change rien entre nous Killasangz. J'ai travaillé dur pour avoir ma place, j'ai dû tout sacrifier et je ne laisserai pas un microbe comme toi te mettre sur mon chemin !

Killasangz: Message reçu.

L'EDEN fit un geste avec ses mains puis disparut comme il était arrivé. Killasangz jetta Un dernier regards aux quatre robots puis il remercia Gisei Et Zkilla puis repartit en direction du Maelström.


[Deux Minutes Plus tôt, À Weston]

Aquarelle ne sentait plus son corp. La tempête effaçait complètement sa présence des lieux. Le sable recouvrait son corp.

Aqua: Ils sont...partis...sans...


"Sans toi..."

Aqua: Qui me parle...j'arrive plus à suivre...

"Tout le monde et personne à la fois..."

Aqua: Maelström...? Maelström...c'est toi ?

"Non... tu es seul... seul face à la réalité..."

Aquarelle sentit les larmes monter, Mais pour une fois, il n'appréciait pas ça.

Aqua: Je pensais *snif* ...je pensais au moins *snif* ...que je comptais un peu pour eux....

"Alors tu vas rester ici Et suffoquer dans le sable ?"

Aqua: ...Oui...

"Après tout ce que tu as fais c'est ridicule..."

Aqua: Ma vie...est un échec...

"Non... souviens-toi...


...tu as refusé de construire si ça coûtait la vie à des innocents...


...Tu t'es fais accepté sur le Maelström... ton plus grand rêve...!!

...Tu as fais plein de rencontre Et de découverte !!"

Soudain, le Steamer fut pris d'un sentiment étrange, une force inconnue l'enveloppa. Il se leva puis serra les poings. Il fronça les sourcils d'un air déterminé.

Aqua: Tu as raison... Oui, Tu as raison... Je me suis battu.... J'AI TOUT SACRIFIÉ POUR ÊTRE QUI JE SUIS AUJOURD'HUI !! Je ne vais pas abandonner... je ne mourrai pas sans avoir pu voir le Maelström une dernière fois de mes propres yeux...

Aquarelle attrapa ses affaires puis s'engouffra dans l'inconnu. La tempête l'enveloppait, le rendant complètement invisible. Le Steamer ne savait pas où il marchait, chacun de ses pas était guidé par la détermination et la haine. La tempête giflait son visage. Il trébucha puis se coupa la joue, Mais il continua sans s'arrêter.

Aqua: M...Maelström...



....J'arrive....



[Dix Minutes plus tard]


Gisei: C'EST QUOI CE BORDEL ?!

Le groupe de Killasangz venait d'arriver sur le lieu d'atterrissage du Maelström. Il ne restait désormais qu'un trou de sable qui avait épousé les formes du navire.

Gisei: IL ÉTAIT LÀ, NON ?!

Zkilla: Oui...oui il était là...

Gisei: Bon...bah on a perdu le Maelström...

Le sacrieur se retourna en direction du sram. Killasangz semblait inanimé. Il se contentait d'observer sans dire un mot.

Gisei: Killasangz...ça va...?

Killasangz: Pourquoi ça n'irai pas ?

Gisei: Bah...c'est que...

Zkilla: Tu est le capitaine de ce navire... ça ne te fais rien de voir qu'il n'est plus là...?

Killasangz: Un capitaine sait très bien qu'un navire c'est comme un boomerang, il revient toujours.

Gisei: Hum...

Zkilla: Euh...

Killasangz: Retournez à la pizzeria.

Zkilla: Quoi ? Pourquoi ?

Killasangz: Allez-y, c'est tout.

Gisei: Et toi tu viens pas...?

Killasangz: Non, je vais partir à la recherche de mon navire.

Gisei: Tu n'y arriveras jamais... pas à pied... pas seul...

Soudain, les pupilles des yeux de Killasangz disparurent. Les respirations du sram semblaient de plus en plus irrégulières. Le sram fut pris de vertige. Il se retourna vers le sacrieur.

Killasangz: *pas lui-même* Si je dois tuer pour retrouver mon navire, qu'il en soit ainsi...

Zkilla recula. Elle avait comprit que lorsque les yeux du sram devenaient sombres, il n'était plus vraiment lui.

Zkilla: Killasangz...n'y va pas tout seul..pas dans cet é...

Killasangz: *pas lui-même* SI !! ...Je...j'en ai besoin... j'ai envie d'être seul... je suis... Je suis fatigué... alors partez... je reviendrai vous chercher...

Zkilla: D'accord...

Gisei: Si Tu le dis...

Le sram les salua de son chapeau puis s'engouffra à son tour dans la tempête. À mesure qu'il avançait, sa silhouette disparaissait de la vision de Gisei Et Zkilla. Les deux amis retournèrent à la pizzeria avant de se lancer un regard complice...



...est-ce que Killasangz peut vraiment survivre seul dans le désert ?


[Chapitre IIX: Un nouveau voyage commence]


À mesure que le sram s'engouffrait dans la tempête, des voix résonnaient dans sa tête, Mais à sa grande surprise, il ne s'agissait pas de l'habituelle voix féminine... Non, c'était sa voix ainsi que celle d'une vingtaine d'enfants. Le sram n'écoutait pas, seul le Maelström l'intéressait. Il couvrait ses yeux de ses mains afin de se protéger des grains de sables qui s'y infiltraient.

Killasangz: *pas lui-même* Maelström... Maelström...Maelström...

"On croit en toi"

"Allez, t'y es presque !"

Les jambes dû squelettes tremblaient dans tout les sens, Killasangz luttait de toutes ses forces pour tenir debout. Il était seul, mais pas vraiment, le soleil avait disparu le confrontant à la tempête et aux multiples voix qui régnaient dans sa tête. Killasangz avait l'impression d'être observé, des têtes le regardaient, cachés derrières les dunes de sables, mais, lorsqu'il se retournait, il n'y avait plus que son ombre.

Killasangz: *pas lui-même* Je deviens fou... non..non j'ai toujours été fou... hihi...hahaha... Killasangz..pourquoi ce nom ? Hahaha...Mais c'est...Mais c'est complètement c*n...hihihi...

Soudain le sram trébucha et s'écroula au sol. Son corp squelettique semblait pesait des tonnes. Le squelette se contenta de sourire en observant les graines de sables le recouvrir. Son chapeau s'envola sous ses yeux, Mais il était trop faible pour le rattraper.

Killasangz: *pas lui-même* Ton style vestimentaire me dégoûte....ton corp me dégoûte... t'es moche Killasangz... hihihi... je me parle à moi-même.... non... non c'est pas moi... oh je sais plus....JE SAIS PLUS....je sais plus...je sais...


...Plus....



[Deux heures plus tard, sur le Maelström]



Apatite: Donc si je résume... on a décollé sans Killasangz Et les autres ?


L'équipage s'était réunis sur le pont, se rendant compte de la bêtises de Sangpoursangs ainsi que de l'absence de Killasangz, Apatite avait prit la tête du groupe.

Gru: Ouaip ! Et tout ça c'est de la faute de Sangpoursaaaaangs !

Sangpoursangs: *bourré* Gru... tU me faIs peNSé à IrilYs... voUs vOUs reSsemblEZ....

Gru: Oh l'insulte.

Ross: J'aurais pas aimé !

Irilys: Hey ! C'est moi qui devrais me plaindre !

Apatite: HEY ?!

L'énutrof tapa du pied. Le groupe cessa la discussion et se tourna vers Apatite, elle semblait en colère.

Apatite: Bon.. si Killasangz n'est pas là... qui peut nous aider..?

Irilys: Personne...

Apatite: Laissez-Moi faire la liste des gens présents... Sangpoursangs, Irilys, Sensei-Kz, Llikasettez, Psycho, Eva, Micky-Nai Et Aquarelle !

Sensei-Kz: Exact !

Apatite: Bien, le seul donc capable de manœuvrer le Maelström mise à part Killasangz... c'est Aquarelle-Z !

Gru: Exact, Mais le truc drôle c'est qu'il s'est barré "chepa" trop pourquoi...

Apatite: Il s'est barré où ? Dans la cuisine ? Dans sa cabine ?

Gru: Non, dehors du Navire.

Apatite: QUOI ?!

Gru: Calmos la mamie, tu vas faire une attaque "lol".

Apatite: Je crois que vous ne comprenez pas bien la situation...


Comprenant que l'équipage n'était pas en position de rire, Apatite concentra la totalité de ses forces pour rester sérieuse.

Apatite: Il n'y a personne d'apte à mener le groupe ici...

Gru: Y a toi !

Apatite: Je suis trop vieille...

Gru: Micky ?

Sangpoursangs: *bourré* Hihi...elLe eSt bourRéE... l'idiOTe... hihi...

Apatite: Oui c'est elle l'idiote, bien sûr...

Gru: Sinon y a Irilys, Llikasettez Et Sensei-Kz !

Apatite: Ce sont des enfants !

Gru: Eva ?

Apatite: Je ne l'ai encore jamais vue...

Gru: Psycho ?

Apatite: Reste sérieux...

Gru: Ross et moi ?

Apatite: *énervée* T'apelle ça "sérieux" ?!

Gru: MAIS JE SAIS PAS MOI !

Irilys: C'est de ta faute de toute façon !!

Gru: *moqueur* Nyah nyah nyah...t'as des preuves tête rouge ?

Irilys: *sors un objet métallique* Oui, je l'ai appelée "La caméra que mets toujours Aquarelle lorsqu'il s'absente afin d'éviter que des idiots tels que Gru ou Sangpoursangs s'infiltre dans des lieux où ils ne devraient pas être" !

Gru: Ah ouaaaais... il met carrément des caméras ?!

Irilys: Faut dire que ça sert...

Gru: Grrrr... toi je vais t'arracher tes ch'veux, tête rouge !!

Apatite: Hey calmez-vous...!

Apatite bouscula Gru qui riposta en montrant son doigt du milieu. L'énutrof se dirigea contre la barrière du pont puis observa au loin. Elle se mit à trembler en voyant la distance qui la séparait du sol.

Apatite: On est haut...

Gru: Ouais Mais la hauteur on s'en fout...

Apatite: *serrant les poings* NON ON S'EN FOUT PAS !! Tu te rend compte que c'est ce navire qui nous maintiens en vie ?! Tu te rends compte que c'est cette distance qui pourrait bien mettre fin à nos jours ?! Alors dis-moi ce qui est plus important que cette "HAUTEUR" HEIN ?!

Gru: *pointant calmement au loin* Les montagnes contre lesquels on fonce ?

[Dans le désert]


La tempête s'était calmée, le sram en avait profité pour reprendre des forces. En se relevant, le sable traversa son corp squelettique. Le soleil frappait fort Et l'éblouissait. À sa grande surprise, Weston n'était plus dans son champ de vision.


Killasangz: Mince, j'ai laissé ma montre-boussole dans le Maelström...

Le sram nettoya ses vêtements du sable puis regarda aux alentours, il remarqua un objets noir enfouis dans le sable. Il s'approcha puis constata avec joie qu'il s'agissait de son chapeau. Il le ramassa puis le nettoya. En se retournant, il remarqua des silhouettes nettes mais floues à la fois, l'observant.


???: On a pas fini de parler... tu croyais que c'était en dormant que tu nous oublierais.

Le sram recula puis trébucha, son chapeau retourna s'enfouir dans son trou en sable. Le sram se sentait trembler dans tout les sens, malgré sa sieste durant la tempête, il ne se sentait pas du tout mieux.

Killasangz: C'est insupportable... j..je....

???: Tu va retrouver ton navire...

Killasangz: Qui êtes-vous...?! P...pourquoi rien ne va...pourquoi je vois flou...?! Pourquoi je suis perdu dans ce désert hein ?!

???: Je n'existe que dans tes souvenirs... je ne peux pas répondre à ces questions...

Soudain, une vingtaine d'autres silhouettes firent leur apparitions, tous des enfants.

???: On croit en toi...


???: Tu as beaucoup changé...


???: Tu nous as aidé.... et on veut te remercier...


Killasangz: N...je...Mais...

???: Tu ne nous reconnais pas....?

???: Souviens-toi...quand tu étais haut comme trois pommes...

???: Tu nous faisais rire...tu nous aimais alors que tout le monde nous haïssait...

Killasangz se releva, visiblement les silhouettes ne lui voulaient aucun mal. Soudain, un terrible mal de tête mit à terre le sram. Il se roula dans le sable en tenant fort son crâne entre ses mains. Ses pupilles disparurent à nouveaux, laissant place à ses yeux vides et froids.

Killasangz: *pas lui-même* Dégagez...dégagez....

???: Tu ne va se pas bien...

???: C'est notre faute...

???: Nous t'avons blessé....

???: Pardon....


Killasangz: *pas lui-même* FERMEZ LA PUT*IN !!!

Les silhouettes reculèrent. Le sram les fixait, armé d'un couteau, un large sourire se dessinait sur son visage, il tremblait Et bougeait sa tête tel un malade mental.

Killasangz: *pas lui-même* Eh ouais...c'est c*n hein..? C'est c*n...c'est tellement c*n... mais vous savez quoi...? Ouais...ouais je vous reconnais.... vous êtes les c*nnards qui m'avaient abandonnés alors que je vous ai aidés..? J'avais aussi des problèmes... Personnes m'aimait, moi non plus... et vous....hahaha...vous...vous m'avez abandonné comme la plus grosse des m*rdes... je l'ai déjà fait et je le referais encore une fois... regardez à quel point JE N'AI PAS PEUR DE LA MORT !!!

Le sram saisit son couteau puis tenta de se le planter dans le ventre. Il observa les silhouettes qui le fixaient avec un regard effrayé, se rendant compte que Killasangz n'était pas comme ils le pensaient. Le sram venait de tenter de se suicider, il remarqua alors qu'il n'avait pas de chair. Soudain, il reprit son souffle.

Killasangz: Mais c'est quoi ce bordel... j'aurais juré que...que.. que j'étais fais de peau...et vous...j'avais... je... je comprends plus rien...

Les larmes montèrent, le sram jetta son couteau puis courût sans s'arrêter, il trébucha à nouveaux puis se releva. Il regarda derrière lui et remarqua que les silhouettes avaient disparus. Le lumineux soleil disparaissait lentement, faisant place à la froide lune.

Killasangz: Je deviens fou...Mais qu'est ce qu'il se passe...?! Je suis seul... Mais...je...

Alors que le sram regarda à nouveau derriere lui, il se cogna contre quelque chose, ou quelqu'un. L'homme se retourna, il avait des cheveux bleu et blancs ressemblant à l'espace. Il portait des vêtements similaires à ceux du sram mais rayés avec plus de bouton. Le jeune homme avait des yeux très clairs ainsi qu'une magnifique moustache s'alliant parfaitement avec son beau sourire lumineux. Il tendit sa main au sram afin de l'aider à se relever.

???: Comme le monde est petit !

Killasangz: V...vous êtes qui vous ?! Non...non vous n'existez pas...vous n'êtes qu'une illusion...haha...je deviens fou... je suis fou...

???: Allons allons... c'est simplement la fatigue ! Laissez-moi vous aider à vous relever.

Le jeune attrapa la main du sram puis le releva, il le dépoussiéra puis lui fit un magnifique sourire de ses dents blanches.

???: Vous avez vu des choses amusantes ?

Killasangz: Amusantes..? Pas vraiment.. Mais j'ai vu des choses...oui...

???: Il se fait tard... vous voudriez bien me raconter ça autour d'un feu ?

Killasangz: Un feu...ou ça...?

???: Retournez-vous deux seconde.

Le sram se retourna littéralement deux secondes, il refit face à l'étrange homme Et constata qu'en ces quelques secondes, l'homme avait installé une tente, Un feu et des sacs de couchages.

Killasangz: Incroyable ?! Vous êtes magicien ?! Ou alors c'est moi qui suis f...

???: Vous n'êtes pas fou hahaha... allez, asseyez-vous.

Le sram se dirigea vers Un petit banc proche du feu qu'avait installé l'homme. Il remarqua qu'il y avait un haut-de-forme dessus, son haut-de-forme.

Killasangz: Qu'est ce que ?!

???: Je l'ai trouvé sur le chemin ! Reprenez-le !

Killasangz: Mais je l'ai perdu il y...oh...laissez tomber...

Le sram prit place sur le banc. L'homme lui tendit quelques Rabmablagues Mais le sram refusa. L'homme lui esquissa un large sourire puis prit place avant de prendre sa tête entre ses mains afin d'écouter avec attention le sram.

???: Racontez-moi tout...

Killasangz: Je dois retrouver un navire volant qui a disparu... Mais ducoup je me suis perdu dans ce désert Et j'ai commencé à voir des enfants et à entendre des voix... puis je suis tombé sur vous Et...

Killasangz observa l'homme qui l'écoutait avec attention. Il reprit son souffle.

Killasangz: Je suis désolé c'est ridicule...

???: Mais non, continuez !

Killasangz: Vous allez me prendre pour un fou...

???: Vous n'êtes pas fou, Killasangz !

Le sram s'apprêtait à continuer son histoire lorsqu'il s'arrêta puis fixa avec effroi l'homme.

Killasangz: "Killasangz" ?!

???: Euh...pardon ?

Killasangz: Vous m'avez appelé Killasangz ?!

???: Eh bien...euh...

Killasangz: *parano* Je ne vous ai jamais dis mon prénom !!

???: C'est que euh...

Le sram recula. Il fouilla dans sa poche puis se rappela qu'il avait jeté son couteau.

Killasangz: J'en étais sûr...je deviens fou...vous..vous êtes une illusion...je...je perds les pédales...je pète un cable...

L'étrange reprit son souffle puis se recoiffa avant de s'excuser auprès du Sram.

???: Écoute Killasangz... je ne voulais pas te sembler étrange car tu semblais en mauvais état...

Killasangz: Mauvais état ?! Moi ?! Je...je vais bien ! Très bien !!!

???: Killasangz... contrairement à ce que tu crois je ne suis pas une illusion comme les silhouettes d'enfants que tu as vu...

Killasangz: Vous me tutoyez en plus ?!

???: Nous nous connaissons Killasangz... Mais ça fais longtemp... très longtemp...

Killasangz: N..non...vous mentez !!

???: Tu crois...? Si je te dis Dofus, Maelström, chute, enfant, ça te dis quelque chose..?

Le sram tenta d'assembler les mots pour comprendre. Soudain, il comprit. Il recula puis fixa l'homme d'une autre manière.

Killasangz: Vous voulez dire que...

???: Je j'aurais pas dû venir... tu ne vas pas bien...

Killasangz: Mais pourquoi... comment...je...

???: Tu ne perds pas la tête Killasangz... contrairement à ce que tu crois, les illusions que tu vois ne sont pas due au Maelström...

Killasangz: Alors c'est quoi hein ?!

???: Disons... Que ton passé semble te hanter...

Killasangz: Il m'a toujours hanté... Mais dans ma conscience... pas dans la vraie vie....

???: C'est plus compliqué que ça...

Killasangz: Oui, ça je le remarque ! Mais j'aimerais comprendre !

???: ...Ce n'est pas encore le moment...

L'homme se leva puis fixa le sram. Son sourire avait disparu de son visage.

???: J'ai toujours cru en toi Killasangz.. même avant que tu ne sois Killasangz... Et j'ai eu raison de croire en toi... je suis fier de qui tu es devenu... Mais ta vie est un véritable labyrinthe et ça nous dépasse tous... j'ai joué avec des choses qui dépassent même les dieux et aujourd'hui par ma faute tu perds la tête...

Killasangz: Vous n'y êtes pour rien... vous..vous m'avez aidé...

???: Ne dis rien à ton équipage sur ce que tu sais... il sont encore trop faible et ils ont besoin de quelqu'un en qui croire.

Soudain, le visage de l'homme devint tendre. Son sourire refit surface.

???: Tu les as aidé alors qu'ils ne croyaient plus en la vie... ça me rend tellement fier de toi... ils t'aiment et t'aimeront toujours... mais ils ont besoin de se sentir mieux avant que tu leur expliques tout ce que tu as à leur raconter...

Killasangz: Oui...

???: Continue sur ce chemin Killasangz... quand à tes folies... j'ai quelque chose qui devrait t'aider.

L'homme fouilla dans la tente et en ressortit un étrange sac d'une couleur semblable à ses cheveux. Il fourra sa main dedans puis en ressortit un magnifique petit arbre.

Killasangz: Un arbre...? Comment ça pourrait m'aider...?

???: Moi je sais que ça t'aidera... tu comprendras pourquoi...un jour... Mais pour l'instant contente-toi de le prendre !

Killlasangz: Tendit sa main puis saisit l'arbre. En le touchant, un sentiment de bienfaisance et de chaleur l'enveloppa, il se sentait si calme Et avait l'impression de reprendre le controle de ses esprits. Les vingtaines de voix qui murmuraient dans sa têtes disparaissaient petit à petit. Le sram serrât l'arbre fort dans s'est bras puis esquissa un large sourire. L'étrange homme fit de même.

Killasangz: Je me sens tellement mieux...

???: Tu en avais besoin...

Killasangz: J'ai l'impression d'être redevenu moi... je me sens... bien...

???: Désormais garde la tête haut ainsi que ton calme légendaire... et surtout, reprends ton language habituel !

Killasangz: Les insultes ne me vont vraiment pas décidément !

???: Ah Et si jamais... je t'offre l'arbre ! MAIS ! promets-moi une chose Killasangz !

Killasangz: Quoi donc ?

???: Promets-Moi que tu prendra chaque jour, quelques minutes, pour serrer ce petit arbre dans tes bras ! Et si tu viens à perdre le contrôle de toi... fais-le à nouveau !

Killasangz: C'est promis !

L'étrange homme ricana puis lui fit un sourire avant de se lever et d'observer les étoiles.

???: C'est beau hein ?

Killasangz: Oui... le véritable Paradis...

???: Continue comme ça et toi aussi tu la gagnera ta place au Paradis...

Killasangz: Oui...

???: Bien, maintenant retournes-toi, s'il te plaît !

Killasangz: D'accord !

Le sram se retourna. L'homme fit un soupir puis observa le squelette.

???: ...Même au paradis les gens ne croient pas en toi... Mais ils verront bientôt qui tu es...

Killasangz: Je ne comprends pas tout... mais si tu le dis, alors je te crois !

???: Je suis fier de toi... J'ai peut-être fais une bêtise avec toi mais je sens que je vais être très heureux de l'avoir faites cette bêtise... allez...il est temp de se quitter... aurevoire...



...Mon ami...



Soudain, une lueur bleue aveugla le sram. Il se retourna et constata que l'étranger avait disparu en emportant toutes ses affaires avec lui. Killasangz remarqua néanmoins un objets rond brillant, il s'en approcha et constata avec joie qu'il s'agissait de sa montre-boussole. Il la ramassa et remarqua un petit mot à l'intérieur de celle-ci.

"J'espère que ça t'aidera à retrouver le Maelström ! Bonne chance ! "

Le sram plia le papier puis le fourra dans ses poches. Il observa les étoiles puis fit un signe de son chapeau.


Killasangz: Merci mon ami... Je prendrais soin de cet arbre....


...et je rendrais mon équipage heureux.


[Chapitre IX: Je vais y arriver]


Le sram s'équipa de sa boussole puis se releva. Il observa aux alentours puis serra l'arbre contre ses os. Il prit une respiration profonde puis commença à tréfouiller dans ses souvenirs afin d'étudier la position du Maelström.


Killasangz: Sachant que les traces de la position où se trouvait le Maelström démontraient qu'il est retourné dans le sens où il est arrivé, je sais où il est... le problème c'est que je ne sais pas où je suis Et que je ne connais que mes alentours, l'ouest, l'est, le sud et bien entendu le nord...

...Sachant que Weston se trouve à l'ouest d'Informus Et que le Maelström est retourné dans son sens inverse, cela signifie que le Maelström s'est dirigé vers l'Est.

Le sram analysa sa boussole, il la serra dans la paume de sa main puis observa au loin. Il était déterminé à retrouver son navire Mais ne pouvait pas ignorer le manque d'informations cruciales dont il faisait face.

Killasangz: Même si je sais où il est partit... rien ne me dit qu'il n'a pas changé de sens... et puis l'Est, certes... mais c'est grand l'Est... c'est comme chercher une aiguille dans une botte de foin....

Le sram observa son arbre. Sur le pot qui abritait le petit arbre était dessiné un petit personnage souriant, le dessin était relativement moche mais amusait le sram. Soudain, Killasangz serra ses poings puis dirigea son regard vers l'Est à l'aide de sa montre-boussole.


Killasangz: Entre Informus Et Weston se trouvent une chaîne de montagne, avec un peu de chance peut-être que le Maelström y a fait une halte...

Le sram serra son chapeau puis ne put s'empêcher de rire.

Killasangz: Qu'importe...



...je vais y arriver.



[Au même moment, ailleurs, dans le désert.]


Cela faisait maintenant plusieurs heures que le Steamer marchait dans l'inconnu du gigantesque étendu sablonneux. Les paroles du "Faux Killasangz" le guidaient, la détermination et l'envie de pouvoir à nouveau accéder à la salle des contrôles était insoutenable. Le Steamer trébucha plusieurs fois, sa vision se troublait, la soif se faisait ressentir et le froid de la cruelle nuit écorchait sa motivation.


Aqua: *épuisé* Je vais y arriver... je vais y arriver.. pour toi Maelström...

Le Steamer buta contre une pierre dissimulée dans le sol ensablé, il s'écroula au sol tandis que ses genoux s'écorchèrent.

Aqua: Je suis bien content de ne presque rien sentir...

Le Steamer se releva à là seule force de ses bras. Il observa au loin, du sable à perte de vue. En voyant ça, le morale du Steamer chuta.

Aqua: Par chance j'ai pensé à mettre des puces de détection sur le Maelström... Mais soyons logique, le Maelström va bien plus vite que moi... je n'y arriverais jamais... je suis condamné à mourir dans ce maudit désert... tout ça parce que Killasangz m'a manipulé... grrrr... je lui ferais bien la peau... sans mauvais jeux de mots...

[Au même moment, sur le Maelström]


Irilys: ON VA S'ÉCRASER CONTRE LES MONTAGNES !!!

Gru: Faut se détendre "lol".

Ross: Ouais, faut se détendre !

Apatite: ON VA MOURIR PAR VOTRE FAUTE !!!

Gru: Roh mais c'est bon, vous avez qu'à aller dans la salle des commandes... y a sûrement un gouvernail comme tout les bateaux "lol" ...

Apatite: Pas bête !

Le groupe se hâta jusqu'à la salle des commandes. Les montagnes étaient encore bien lointaines, cependant, elle semblaient se rapprocher à pas de géants.

En entrant dans la salle des commandes, les sourires disparurent des visages de l'équipage. La salle ne disposait absolument pas d'un gouvernail mais d'une technologie de pointe signée Aquarelle-Z. Des lumières dans tout les sens attirèrent l'attention des deux Shushu tandis que les écrans verrouillés mirent Apatite mal à l'aise.

Apatite: Quelqu'un s'y connait ?

Irilys: Non...

Gru: Oui !

Apatite: Toi t'y touche pas !

Gru: Reloue la momie !

Apatite: LA QUOI ?!

Irilys: Arrêtez !

L'enutrofette se retourna et fixa la Sadida, elle s'excusa puis reprit son calme en prenant soin de laisser la parole à la petite fille aux cheveux rouges.

Irilys: Ça peut sembler idiot mais le seul ici capable "potentiellement" de s'occuper de ça... c'est Sangpoursangs.

Apatite: Tu n'as pas tord ma petite !

Soudain, le sacrieur déboula puis s'écrasa au sol, ce qui ne manqua pas de provoquer un fou rire du côté des deux Shushu.

Gru: Hahaha ! On dirait une vieille bouse !

Ross: On dirait une bonne vieille raclette ouais !

Gru: Hahahaha le boulet !

Apatite: Attendez...

Le calme de l'énutrofette disparut à nouveau.

Apatite: Comment ça se fait qu'il sois encore bourré ?! Depuis le temp il devrait aller un "poil" mieux non ?! Il est limite dans un coma éthylique !!

Gru: Il avait soif, donc j'ai été chercher des boissons chez Micky !

Apatite: GRRRRR...TOI J'VAIS T'FOUTRE DANS L'FEU TÊTE DE CHARBON !

Gru: QUI TU TRAITE DE TÊTE DE CHARBON ?!

Ross: Ouais, tête de charbon !

Gru: ROSS, TE LAISSE PAS MANIPULER !!!

Ross: Oh...Ah...euh..oui !

Apatite: Vous ne vous rendez pas compte qu'on va tous mourir par votre faute...?

Gru: Ça va, t'es pas celle qui va perdre le plus de temp de vie non plus !

Apatite: ( Objectif n.1: Éclater ce c*nnard de shushu)

Irilys: Bon.. il ne nous reste plus qu'à chercher Aquarelle en priant que Gru raconte des mensonges lorsqu'il dit qu'il est sorti...

Gru: Oui c'est ça vas-y ! Moi je vais relire les magazines "Intéressants" de Sangpoursangs !

Ross: C'est pas un magazine de bikini ?

Gru: Ouais...

Ross: On devrait en acheter !

Gru: Nan, c'est un magazine pour fille...

Ross: Pourquoi Sangpoursangs a un magazine de maillot pour fille ?

Gru: Laisse tomber, c'est typique des humains de regarder tout le temp des magazines du sexe opposé !

Ross: Surement un rituel...

Irilys: On vous gêne ?

Gru: TOI DÉGAGE, VAMATER DES GARS EN MAILLOT !

Irilys: *mhpf* Bande d'idiots...

Le groupe quitta la cabine, laissant les deux Shushu seuls. Apatite se pencha contre la barrière du pont puis observa au loin les montagnes.

Apatite: Qu'est ce qu'on peut faire...?

Irilys: On pourrait lâcher l'ancre, ça ne nous arrêtera pas suffisement mais ça nous ralentira..

Apatite: Bonne idée...


[30 Minutes plus tard, dans le désert]


Killasangz: Je...je suis à bout de souffle...

Le sram s'écroula contre le sol. Il observa le ciel tandis que ses chaussures se remplissaient de sables. Le squelette serra l'arbre contre lui puis observa sa montre, il la dépoussiéra puis se remémora le jour où il l'avait acheté.


Killasangz: C'était à Amakna... Je venais de rencontrer Sangpoursangs Et Psycho... Et aussi Apatite haha... c'était une bien belle ville... Mmmh... cette montre, je l'avais acheté à une marchande...c'était quoi son nom déjà...ah oui ! Asunaterra....

En prononçant ce nom, un frisson parcouru la colonne vertébrale du sram. Le squelette observa son chapeau ainsi que sa canne, la nostalgie s'empara de lui.

Killasangz: J'ai vécu tellement de choses.. avec eux... ils ne peuvent pas m'avoir abandonné...

Soudain, le sram sentit un frisson le traverser, son crâne chauffa. Il se releva en sursaut puis fusilla du regard son chapeau.

Killasangz: Et pourtant, ils me détestent... j'ai beau les aider... je m'en prends toujours dans la face...

Le squelette se retourna puis observa au loin. Ses pupilles disparaissaient petit à petit.

Killasangz: Qu'on m'insulte, OK. Qu'on me déteste, OK. Qu'on me reproche des chose au travers de ma conscience, OK.... MAIS QU'ON VOLE MON NAVIRE AINSI QUE MA FAMILLE.... C'EST..CE...

Le sram se retourna puis bondit sur le petit arbre. Comme il l'avait pensé, il se sentait tout de suite mieux. Il attrapa son chapeau puis se releva. Il grimpa au sommet d'une des nombreuses dunes de sables. De là-haut, il remarqua une forme au loin. Le sram se sentit prit par de terribles vertiges.

Killasangz: Oh non... encore des illusions ?!

Le squelette frotta son visage contre l'arbre, Mais rien à y faire, l'étrange forme humanoïde au loin continuait d'avancer vers l'Est.

Killasangz: Bah... de toute façon nos chemins se croiseront...

Le sram serra son chapeau puis reprit son élan, il trébucha quelque fois mais se releva sans perdre le rythme. Le squelette esquissa un sourire lorsqu'il fut suffisamment près de la silhouette pour pouvoir comprendre de qui il s'agissait.

Killasangz: Aquarelle ?

Le Steamer sursauta, il se retourna puis observa le sram avec des gros yeux.

Aqua: Oh Maelström, tu es revenu me dire bonjour ?

Killasangz: Hum...serais-tu toi aussi pris de folie ?

Aqua: Ah... c'est juste toi Killasangz...

Malgré ses soupçons sur la véritable nature du recrutement de Killasangz envers Aquarelle, le Steamer prit le temp de réfléchir, le Maelström était trop loin et si Killasangz n'était pas dessus alors il était sûrement en danger. Le Steamer mis sa rancune de côté puis questionna le sram.

Aqua: Qu'est ce que tu fais là ? Tu n'es pas sur le navire ?

Killasangz: J'aimerais te poser la même question... après tout j'ai une bonne excuse pour dire que je ne suis pas sur le Maelström en ce moment.

Aqua: C'est vrai que tu était à la prise d'otage...

Killasangz: Exact, Et toi... que fais-tu en dehors du Maelström ?

Le Steamer rougit. Il concentra toutes ses forces pour tenter de rester crédible.

Aqua: J'avais besoin de prendre l'air.

Killasangz: Je comprends... et sinon, tu semble être assez bien informé de la position actuelle du Maelström, je me trompe ?

Aqua: J'ai posé des puces de détections sur le navire.

Killasangz: Sage idée.

Le Steamer analysa le Sram. Son regard fut attiré par quelque chose.

Aqua: *pointant l'arbre* Tu comptais planter une forêt dans le désert ?

Killasangz: Oh ça ? C'est euh..

Le sram s'arrêta puis reprit son souffle.

Killasangz: Je le trouvais joli, je l'ai acheté.

Aqua: Je vois...

Killasangz: Revenons-en au Maelström je te prie...

Aqua: Bien... d'après les informations que j'ai nous n'allons pas assez vite pour rattraper le Maelström, bien que le navire semble avoir ralentit depuis environs 35 Minutes...

Killasangz: Peut-être ont-ils mis l'ancre ?

Aqua: Sûrement... mais ça ne suffit pas, d'après mes calculs même en courant on arrivera jamais à atteindre le Maelström avant qu'il ne s'écrase...

Killasangz: Alors...qu'est ce qu'on fait...?

Le Steamer baissa le regard. Il contempla ses bottes. Il releva son visage puis reprit sa respiration avant d'être traversé par un éclair de génie.

Aqua: Mes bottes disposent d'un Mode "ULTRA RAPIDE"

Killasangz: Tu es un génie !

Aqua: (Ouais, comme si tu ne le savais pas tssss...)

Killasangz: Qu'attendons-nous ?

Aqua: Mes bottes ont un problème avec ce Mode...

Killasangz: Ah bon ?

Aqua: Cette super vitesse est due à un mécanisme à base de vapeur, de rouage et de système de contraction en tout genre...

Killasangz: Et tout ça tient dans tes bottes ?

Aqua: C'est là le problème... le Mode "ULTRA RAPIDE" n'est qu'un prototype est malheureusement son défaut c'est qu'il écrase les jambes jusqu'à les briser....

Killasangz: Mince...c'est perdu...

Le Steamer nettoya son armure puis ricana, il observa le sram avec des yeux sournois.

Aqua: En revanche, ça ne devrait pas casser des jambes de Sram.

[Chapitre X: Killasangz contre la Montre]


Le sram observa les bottes du Steamer d'un air inquiet. Il se gratta le front tout en serrant sa canne.

Killasangz: Tu sais je me fais de vieux os...

Aqua: Ne t'inquiète pas, il n'y a aucun risque pour un sram.

Killasangz: Je vois... et toi ? Que fais-tu ?

Aqua: Je grimpe sur ton dos.

Killasangz: Eh bien euh...d'accord...

Aqua: C'est partit.

Le Steamer détacha les boucles sur ses bottes puis les tendît au sram. Killasangz les observa d'un air surpris, en les prenant, il manqua de s'écrouler tant elles étaient lourdes.

Killasangz: *essouflé* Bon Sang, tu marches avec ça tout les jours ?!

Aqua: T'inquiète elles sont dotées d'un "Duplicateur de puissance musculaire", avec ça t'auras l'impression d'être léger comme une plume.

Killasangz: Bien.

Le sram enfila les bottes puis attacha les boucles. Le Steamer s'approcha puis appuya sur un bouton qui serra les bottes au Point d'en arriver à une forme parfaitement similaires aux os du sram.

Killasangz: Trouver des bottes avec mes jambes n'est pas une tâche aisée ! Mais ton invention fonctionne bien !

Aqua: Peut-être mais n'oublie pas que tu ne les as jamais utilisées.

Killasangz: C'est embêtant ?

Aqua: J'ai construit ces bottes il y a 3 ans et j'ai toujours de la peine avec le Mode "ULTRA RAPIDE".

Killasangz: Je ferais attention.

Aqua: N'oublie pas qu'avec ces bottes on ira environ 2,5 fois plus vite que la vitesse maximum du Maelström.

Killasangz: *surpris* 2,5 ?!

Aqua: Oui.

Killasangz: Le Maelström est relativement rapide... c'est effrayant...

Aqua: On dépasse une vitesse prévue pour un être humain... on risque d'être pris de vertiges...

Killasangz: Je vois...

Aqua: Surtout ne chute pas, même sur du sable ça risque de picoter.

Killasangz: C'est d'accord...

Le Steamer se dirigea vers son sac, il rangea quelques affaires lorsque soudain, son regard fut attiré par un objet clignotant.

Killasangz: Quelque chose ne va pas ?

Aqua: Le Maelström fonce tout droit contre des montagnes.

Killasangz: Tes machines peuvent savoir ça ?!

Aqua: Je suis pas un cr*tin de Steamer d'Informus, je fais les choses bien.

Killasangz: Tu sais à peu près dans combien de temp ils vont se crasher ?

Aqua: 13 Minutes 24 Secondes Et 12 Centièmes.

Killasangz: Alors en selle !

Le Steamer enfila son sac puis s'accrocha aux vêtements du sram. Killasangz observa sa montre puis attacha son chapeau à l'aide d'un élastique qui traînait dans ses poches. Il tapa du pied deux fois puis se mis en position de départ.

Killasangz: Cheveux aux vents...

Aqua: T'as pas de cheveux...

Killasangz: Ah oui... c'est vrai...

Aqua: Allez fonce !

Killasangz: OK !!

Le sram se mit à avancer. Au début, ses pas étaient lourds Et lents puis à mesures qu'il avançait, des mécanismes dans ses bottes se déclenchaient, de la vapeur en sortait, soudain, il entendit un "Clic", ce qui suivit fût tout simplement incroyable.

Killasangz: ÇA VA TROP VIIIIIIITE !!!

Aqua: T'ARRÊTES PAS, ON A QU'UNE CHANCE !

Killasangz: C'EST PLUS DE MON ÂGE !!

Aqua: CONTINUE TOUT DROIT !

Le sram avançait si vite qu'il ne s'enfonçait même pas dans le sable, l'impression de voler. À peine voyait-il les dunes au loin, qu'il y était. Soudain, une gigantesque forme dans le ciel apparût.

Aqua: LE MAELSTRÖM !

Killasangz: COMMENT ON VA MONTER ?!

Le Steamer, continuant de s'accrocher, sortit une sorte de petit monocle. Il le posa sur son oeil droit puis appuya sur un petit bouton qui donna au monocle un effet de ZOOM.

Aqua: COMME ON S'EN DOUTAIT, ILS ONT LÂCHÉS L'ANCRE !

Killasangz: TU VEUX DIRE QU'ON VA GRIMPER SUR LES CHAÎNES QUI RETIENNENT L'ANCRE ?!

Aqua: EXACT, AH, MAINTENANT QUE TU LE DIS... SI TU TE FOIRES ON CRÈVE ET LE MAELSTRÖM AUSSI... DONC TE RATE PAS !

Le sram sentait la sueur coulait sur son front, l'avantage, c'est qu'elle s'envolait avec la vitesse. Les vertiges commencèrent à frapper le Steamer.

Killasangz: TOUT VA BIEN ?!

Aqua: C'EST JUSTE MES PROBLÈMES DE RESPIRATIONS... MAIS ÇA VA !

Killasangz: OK !

Aqua: IL NE RESTE PLUS QUE 9 MINUTES 32 SECONDES AVANT LE CRASH.

Le sram sentit alors son arbre dans les mains du Steamer.

"Ils croient en toi, Killasangz"

Prit par une détermination infinie, le sram accéléra encore et encore. Le Maelström n'était désormais plus qu'à quelques dizaines de mètres.

Aqua: ON EST ARRIVÉ À L'ANCRE !

Le sram baissa alors le rythme de manière à pouvoir analyser l'ancre. Une fois son observation terminée, il bondit sur les chaînes puis fonça jusqu'au sommet du navire. Le sram était si rapide qu'il réussit même à grimper les chaînes à la verticale. Une fois en haut, tout l'équipage qui avait abandonné tout espoir, fit un bond de surprise.

Apatite: KILLASANGZ ?! AQUARELLE ?!

Killasangz: Bonjour tout le monde !

Soudain, les bottes crachèrent un jet de vapeur, les lumières sur les côtés se stoppèrent, signifiant l'arrêt du Mode "ULTRA RAPIDE"

Apatite: KILLASANGZ ! ON VA S'ÉCRASER !!

Le sram se mit à rire, il retira l'élastique qui serrait son chapeau puis le dépoussiéra. Il fit descendre le Steamer de son dos puis attrapa son arbre dans les bras. Killasangz posa délicatement ses affaires et les nettoya, sous le regard effrayés de l'équipage.

Sensei-Kz: PAPA VITE !

Killasangz: Vite, vite... voyons... il n'y a pas le feu...

Apatite: MAIS ON VA...

Killasangz: Aqua, l'heure je te prie.

Aqua: 7 Minutes 8 Secondes...

Killasangz: Parfait, j'ai encore toute la journée devant moi.

Le sram se retourna puis se dirigea vers la cuisine tout en chantonnant.

Apatite: MAIS..MAIS ?! C'EST LA CUISINE LÀ !!

Killasangz: Oui... je vais boire un jus avant... d'ailleurs tout le monde va bien sur l'équipage ?

Apatite: OUI MAIS PAS SI TU...

Killasangz: Je vais me déshydrater... puis j'irais vous sauver la vie ensuite.

Aqua: Je peux m'en..

Killasangz: Non voyons... viens boire avec moi.

Le sram fit signe au Steamer de le rejoindre. Aquarelle fut prit de frissons Mais accepta néanmoins. Les deux amis rentrèrent dans la cuisine sans prêter plus attention aux montagnes qui étaient désormais toutes proches.

Le sram ouvrit le frigo et constata avec surprise qu'une personne s'y était cachée.

Killasangz: Voyez vous qui voilà ? Cette chère Irilys profite de ses derniers instants en vidant le frigo !

Irilys: Killasangz ?!

Killasangz: C'est exact ! Oh..pardon... je prends juste ça *prends le jus de pomme* ...voilà merci ! Tu reste dans le frigo ou tu nous rejoins ?

Irilys: J'aime bien le frigo mais je vous rejoins !

Le sram tendit sa main à la fillette qui la prit joyeusement, ils se dirigèrent jusqu'à la table où les attendait Aquarelle-Z, l'air inquiet.

Aqua: Killasangz, Irilys, On va mourir si vous ne vous grouillez pas !

Le sram s'assit puis tendit un verre de jus de pomme à la Sadida ainsi qu'au Steamer. Aquarelle prit le verre tandis que Killasangz ne put se retenir de rire.

Killasangz: Regardez ce mur, il y est écrit le "réglement de survie du Maelström" haha !

Aqua: Oui...Et...?

Killasangz: Regardez la première règle.. !

Irilys: "Toute personne ne disposant pas des capacités à manier le Maelström a l'interdiction formelle d'entrer dans la salle des commandes et d'utiliser les machines."

Killasangz: C'est exact...

Aqua: Plus que 6 Minutes 2 Secondes...

Killasangz: Ils n'ont pas écoutés le règlement... alors voilà ma petite punition hahaha !

Irilys: Fourbe...Mais amusant !

Killasangz: Hehehe...eh oui ! Enfin bon... je crois qu'il est temp de stopper ma petite blague...

Aqua: Oui je crois aussi...

Le sram se munit de son chapeau puis salua ses deux compères. Il sortit joyeusement de la cuisine puis contempla le magnifique paysage qui s'offrait à lui. Il s'arrêta deux secondes aux barrières du pont jusqu'à ce que les mouvements paniqués d'Apatite lui rappelèrent sa mission.

Le sram s'avança jusqu'à la salle des commandes. Une fois devant la porte, il leva sa main, s'apprêtant à toquer... tandis que ses esprits se perdaient.

"ILS ONT FAILLIT DÉTRUIRE LE MAELSTRÖM"

"PUNIS-LES !!!"

"Ils croient en toi, Killasangz..."

"ILS TE DÉTESTENT...ILS TE DÉTESTENT...!!!!"

"Tu es notre capitaine... ne l'oublie pas !"

Le sram se retourna puis observa l'arbre que lui avait offert son "ami" dans le désert. Il s'en approcha puis le serrât fort dans ses bras. Il reprit son souffle tandis que ses esprits reprenaient leur calme. Le sram toqua tout en esquissant un large sourire. Il ouvrit la porte et constata, sans surprise, Le sacrieur, à moitié K.O., au sol. Il s'en approcha puis le salua.

Killasangz: Tu sais que boire ce n'est pas bon pour la santé ?

Sangpoursangs: *bourré* OooOh... du rOugE ? IriLYs...c'EsT toI...?

Killasangz: Haha, non, c'est moi, Killasangz !

Sangpoursangs: *bourré* OooH...KilLasAngZ... mOn sRAm préFéRé...hihIhIii....

Killasangz: Hahahahaha... allons allons...

Le sram se dirigea vers les machines. Il tapota un peu partout lorsque soudain, des bruit de mécanismes se firent entendre. Sous le soulagement de tout l'équipage, le navire retournait dans le sens inverse petit à petit. Le sram sourit ,puis, tandis qu'il s'apprêtait à sortir, Sangpoursangs l'interpella.

Sangpoursangs: *bourré* Et l'aUtRe avEc soN HisToIRe tROp trIsTe...

Killasangz: Qui ça ?

Sangpoursangs: *bourré* IriLyS....

Le sram s'approcha du Sacrieur qui n'hésita pas à lui expliquer tout ce que lui avait conté la Sadida. Une fois l'histoire finie, le sram sourit puis se releva et avança en direction de la porte.

Killasangz: Je ne connaissais pas ces informations sur cette chère Irilys...

Sangpoursangs: *bourré* Tu sAiS KilLasaNGz... T'eS quAnD mêME vAcheMenT seXy...

Killasangz: C'est gentil mais ça reste un tantinet étrange...

Sangpoursangs: *bourré* PreSqUe auTaNT quE lEs fiLleS dAnS meS maGAzIneS...

Killasangz: *gêné* Hum... tu devrais sérieusement cesser de lire ces magazines...

Tandis que le sram s'apprêtait à nouveau à sortir, il ria puis dirigea son regard vers le sacrieur.

Killasangz: Tu sais, actuellement, j'ai une haine énormé en moi qui ne demande qu'à se vider sur toi... Mais je vais plutôt te remercier car tu m'as offert une aventure forte amusante et surtout très intéressante.

Soudain, le sourire sur le visage du sram s'effaça. Le sram le fixa avec des pupilles microscopiques et effrayantes.

Killasangz: Mais la prochaine fois que tu touche à mon navire... Prie pour qu'Aquarelle sois sur le navire car moi, je ne vous sauve plus jamais d'une telle situation...

Le sacrieur l'observa avec des petits yeux.

Killasangz: Compris ?

Sangpoursangs: *bourré* PiGé.... boSs....hihi...

Killasangz: Bien.

Le sram sortit de la salle, laissant le sacrieur seul. Il contempla le ciel avant de remarquer que l'équipage s'était réunit devant lui.

Apatite: Tu nous as sauvé...

Irilys: Merci...

Killasangz: Aucun problème, Mais je compte sur vous pour que ça n'arrive plus.

Apatite: No problem !

Killasangz: Bien, nous avons perdu assez de temp... nous retournons à Weston chercher Zkilla Et Gisei !

Aqua: Et ensuite ?

Killasangz: Et ensuite, Cap sur Osamodia !

Irilys: Osamodia...?

Killasangz: Exact ma chère ! Osamodia est un charmante village peuplé d'osamodas ainsi que d'animaux en tout genre ! Un magnifique village chargé d'histoire !


L'histoire d'Osamodia est sans doute l'une des plus incroyable, en effet, vers l'an 710, un groupe d'Osamodas a créé un mouvement pacifiste à base de manifestations dans la ville d'Amakna. Leur objectif étaient de parler des races d'animaux qui disparaissaient de ce monde à cause des nouvelle technologie comme par exemple les terres synthétiques ou encore les technologie d'Informus ou simplement la pollution. Le groupe s'est rapidement aggrandit, Mais pour eux, ce n'était pas suffisant, le groupe s'attaqua alors à divers monument de la mythique ville INFORMUS comme la fameuse tour du maire MYUS. Mais ce fut un échec conséquent lorsque les autorités de la ville les stoppèrent. Le groupe fut banni des grandes ville du monde des douzes à tout jamais. Le groupe qui était comparable à une véritable armée se terra au Nord-Ouest du continent afin d'y établir un village uniquement composé de gens fidèles à la nature du nom d'OSAMODIA.


Killasangz: Le village ne se trouve pas loin de Weston, cependant, il n'est pas non plus à côtés... alors il vaudrait mieux se hâter !

Aqua: Compris.

Irilys: Youpiii !

Sensei-Kz: Yeaaah !

Le sram s'avança jusqu'au barrières afin d'observer au loin comme il avait prit l'habitude de le faire, lorsque soudain, un détail vint le troubler.

Killasangz: Sensei, où se trouve ta sœur ?

Le pandawa s'approcha puis soupira.

Sensei-Kz: Je sais pas... elle boude...

Killasangz: Bah, elle grandit, c'est normal d'être de mauvaise humeur parfois !

Sensei-Kz: Irilys, elle, elle est jamais de mauvaise humeur !

Llikasettez: *cachée, au loin* Bah vas-y, épouse-là tant que t'y es...


[Au même moment à Weston.]


Le sacrieur entra dans la pizzeria en rejoignant la Roublarde qui avait prit le soin d'aller aider les otages à reprendre leurs esprits.

Gisei: J'ai reçu un appel d'Aquarelle ! Killasangz va bien ! Ils ont retrouvés le Maelström !

Zkilla: Cool...

Le sacrieur s'approcha et observa la Roublarde. Il fit signe à la jeune femme de le suivre jusqu'à une table. La roublarde le suivit puis s'assit à une table. Le sacrieur semblait mal à l'aise, il transpirait et fuyait du regard.

Gisei: Tu sais Zkilla...je...je ne te connais pas beaucoup mais j'ai quand même l'impression de remarquer quelque chose chez toi...

Zkilla: Quoi donc ?

Gisei: J'ai...je me trompe peut-être hein, hahaha... Mais j'ai l'impression que tu n'es pas très heureuse...

Zkilla: Comme tout le monde sur ce navire t'façon...

Gisei: Oui Mais toi...c'est...comment dire... différent...

Zkilla: Ah..?

Gisei: J'ai l'impression que tu as été heureuse Mais que tu n'es l'es plus...Et Depuis pas longtemp...

Zkilla: Peut-être...(comment il sait ça ?!)

Gisei: Mais j'ai aussi l'impression que... eh bien... grrr allez je me lance...

...j'ai l'impression que tu aimes Killasangz !

La roublarde recula tout en esquissant des yeux exprimant clairement sa surprise. Elle sentit des frissons traverser sa colonne vertébrale, la panique prenant le dessus sur elle.

Zkilla: Ah..ah bon ?

Gisei: Bon... faut que je te dise la vérité... je t'ai vu l'observer l'autre soir... tu avais l'air si heureuse... il y avait milles étoiles dans tes yeux...

Zkilla: Ça ne veut rien dire...

La roublarde releva son visage, en voyant avec quels yeux l'observait le sacrieur, elle eut l'impression de ne plus connaître le sens du mot "mensonge".

Zkilla: O...ok...arrête de me regarder comme ça... t'as raison... oui c'est vrai... je l'aime...

Gisei: Lui aussi... alors va lui avouer tes sentiments ! Ne le craint pas, car je suis sûr qu'il t'aime aussi !

La roublarde l'observa avec des yeux paniqués. Elle sentit ses mains trembler. Des vertiges lui donnèrent l'impression que le sol tremblait.

Zkilla: Non...tu comprends pas...

Gisei: Mais si ! Tu crains sa réponse ! Tu as peur qu'il te dise non ! Peur que se soit finit entre vous ! Peur que...

Zkilla: ...JE L'AI TROMPÉ ! JE LUI AI MENTI ALORS QU'IL ME FAISAIT CONFIANCE !!!

Le sacrieur recula. Il ferma sa bouche et se contenta de respirer discrètement. Son Sang s'était glacé. La roublarde reprit son souffle, les larmes montaient en tandem avec sa fatigue. Elle n'arrivait plus à cacher ce qu'elle ressentait.

Zkilla: Il sait que je l'aime et je le sais aussi... Mais... *snif* À Informus... j'ai..j'ai...

Gisei: Ça me déçois..mais malheureusement ça peut arriver à tout le monde de tromper quelqu'un pour se sentir bien... je suppose...

La roublarde étant incapable de faire bouger ses lèvres, ses larmes s'exprimèrent à sa place.

Zkilla: *snif*....*snif*...

Le sacrieur l'observa durant une dizaine de seconde avant d'enfin comprendre ce qu'essayait de lui dire la Roublarde.

Gisei: ...c'était pas pour se sentir bien...hein ?

Zkilla: *snif* N..non..*snif*...

Gisei: Zkilla...dis-moi tout... je te promets de ne rien dire à personne... pas même à Eva !

Le regard de Zkilla se perdait dans l'air. Elle ne semblait plus avoir les pieds sur terres. Elle concentra toutes ses forces afin de s'exprimer.

Zkilla: Je me suis évanouie...*snif* ..Et quand...et quand...*snif* Je...

Gisei: J'ai compris ne t'inquiète pas...

Zkilla: Je lui ai fais du mal...*snif*...

Gisei: Non tu te trompe... quelqu'un a abusé de toi...c'est lui le coupable et lui seulement !

Zkilla: Non...*snif*

Soudain, un appel vint mettre fin à la discussion. Lorsque le sacrieur décrocha, il resta silencieux quelques seconde en observant les yeux rongés par les larmes de la Roublarde.

Killasangz: *au téléphone* Gisei...Tu es là...?

Gisei: *ignorant Killasangz* Tu dois lui en parler... avant que...

Killasangz: *au téléphone* En parler à qui ?

Gisei: Oh euh...hum haha ! Pardon Killasangz ! Je parlais avec un otage... qui a euh... oublié d'acheter le pain que lui a demandé sa femme.

Soudain, la blague du Sacrieur vint décrochera un petit sourire chez la Roublarde qui essuya ses larmes.

Killasangz: *au téléphone* Mon dieu, Mais c'est horrible.

Gisei: Eh oui... pas de pain pour le dîner... tu imagines ?!

Killasangz: *au téléphone* Je n'aimerais pas que ça m'arrive !

Gisei: Et sinon, pourquoi tu m'as appelé ?

Killasangz: *au téléphone* Oh euh..ah oui ! On va arrivé à Weston dans 20 Minutes alors préparez-vous ! Allez à plus tard !

Gisei: À plus mon pote ! *clic*

Le sacrieur attrapa son sac puis observa la Roublarde qui faisait semblant d'aller bien.

Gisei: Je suis désolé Zkilla... tout les hommes ne sont pas comme ça... je ne veux pas que tu aies cette image de nous...

Zkilla: Je sais très bien que vous êtes de bonnes Personnes...Mais... j'ai besoin de prendre un peu de temp pour oublier...

Gisei: Je comprends... pardon de t'avoir chamboulée...

Zkilla: Ce n'est pas grave... mais maintenant nous devons y aller...

Gisei: C'est vrai !

Le sacrieur salua la foule d'otage puis se dirigea vers la porte de la pizzeria, il la tendit ouverte pour la Roublarde qui le remercia. Les deux amis se dirigèrent vers le Nord de Weston afin d'y rejoindre le reste de l'équipage.

Les Minutes passèrent Et le Maelström arriva enfin. Le navire se posa Et recueillit les deux amis. Killasangz se hâta afin de les saluer et de les aider à grimper. Une fois en haut, tout l'équipage vint les saluer, y comprit Sangpoursangs qui semblait un peu plus sobre.

Gisei: Vous nous avez manqués les gars !

Irilys: On a faillit mourir ! C'ÉTAIT HORRIBLE !

Gisei: Moi aussi j'ai faillis mourir !

Irilys: Comment ?

Gisei: J'ai faillis m'étouffer avec ma pizza !

Irilys: Oh la chance... il a mangé une pizza...

Gru: Toi t'as mangé un frigo.

Ross: Ouais ! Voleuse !

Irilys: Toi t'as tous voulu nous tuer Shushu de malheur !

Gru: TU VAS VOIR J'VAIS URINER SUR TON LIT TU LA RAMÈNERAS MOINS !!!

Killasangz: Du calme, du calme hahahaha !

Irilys: Cochon.

Gru: Idiote.

Ross: Pizza....

Killasangz: Bien, une fois que vous aurez finis de décrire l'intérieur d'un dictionnaire, pourrons-nous y aller ?

Gisei: Oui haha ! Je vous laisse, je vais rejoindre Eva dans notre cabine !

Gru: Pareil, je vais aller dans une cabine uri...euh... dormir.

Killasangz les salua de son chapeau puis rejoignit Aquarelle dans la salle des commandes. Il entra puis salua le Steamer qui semblait pleinement concentré.

Aqua: Nous y serons demain... c'est pas long.

Killasangz: Effectivement...

Le sram observa une carte, il posa une épingle précisément sur Osamodia. Il contempla sa carte fièrement.

Killasangz: Bien...



...Direction Osamodia !


[Chapitre XI: Osamodia.]


Deux jours passèrent avant que le village d'Osamodia pointe le bout de son nez. Haut, perché dans les airs, l'équipage observait avec joie le magnifique village qui s'offrait à eux. Killasangz s'avança et observa fièrement le village tandis qu'il tenait fermement son chapeau pour l'abriter des vents parfois violents.


Killasangz: Aquarelle, pose-nous un peu devant l'entrée du village. Le village est trop petit pour notre navire, de plus, il est abrité par des murailles en bois.

Le sram observa attentivement le village. Les maisons étaient diverses et variées mais semblaient toutes faites de matériaux basiques, le village ne semblait abriter aucun technologie.


Lorsque le navire volant se posa, tout les enfants du village rappliquèrent, visiblement au courant que ce dernier contenait des cadeaux pour eux, lorsque soudain, un homme armé d'une lance vint calmer la foule, sans doute un soldat. Killasangz sauta de l'échelle du navire et vint saluer l'homme, accompagné de Sangpoursangs et de Gisei. La foule observait attentivement le squelette.

Killasangz: *saluant de son chapeau* Bien le bonjour ! Nous venons apporter des cadeaux pour les habitants du village !

Soldat: Ah ouais ? D'abord vous débarquez à Informus et maintenant vous venez nous donner des "cadeaux" ?

Killasangz: Où est le problème ?

Soldat: Les cr*tins de citadins, surtout ceux qui ont rendus visite à Myus et sa ville, sont pas les bienvenus ici.

Killasangz: Nous venons simplement apporter des cadeaux...

Soldat: On a assez de problèmes ici actuellement, alors dégagez avec vos m*rdes emballées, sur le champ.

Killasangz: Nous ne sommes pas de mauvaise personnes, loin de là.

Sangpoursangs: Ouais, on est grave potes avec les bêbêtes hahaha !

Soldat: C'est drôle venant de la part d'un type qui écrase en ce moment un insecte.

Sangpoursangs: Euh j'ai...hum...c'est ce qui arrive à ceux qui se mettent en travers de mon chemin !

Killasangz: Excusez-le, il ne les avait pas vus...

Soldat: Et les arbres vous les avez pas vus non plus ?

Killasangz: Lesquels ?

Soldat: Ceux que vous avez massacrez pour construire vos jouets...

Killasangz: Mais enfin je...

Le soldat s'avança vers le Maelström sans prêter attention au sram, il caressa le navire puis ricana.

Soldat: Quel monstre... je me demande combien de forêts vous avez bousillés pour le construire...

Killasangz: Je ne l'ai pas construits...

Soldat: Je ne connais pas ce bois... bah... vu la taille de votre navire ça m'étonnerait pas que vous ayez détruits tout les arbres de son espèce.

Sangpoursangs: Et vos murailles en bois, c'est pas grave ça ?

Le soldat s'avança vers le sacrieur, un jeu de regard énervé se lança sans même que l'un d'entre eux ne dise un mot.

Soldat: Bien lancé, espèce de...

Killasangz: Du calme messieurs... Écoutez monsieur le soldat, nous voulons juste offrir nos cadeaux et accéder au village...

Soldat: Sans preuve que vous avez au moins une once de pitié pour la nature, vous dégagez.

Le sram se retourna puis prit le temp de réfléchir, il observa le navire ainsi que l'équipage.

Killasangz: Nous avons une Sadida parmis nous !

Soldat: C'est pas une preuve, des Sadida qui ne respectent plus la nature ça devient fréquent...

Le sram se retourna à nouveau puis puisa dans ses souvenir pour tenter de trouver une idée, lorsqu'il en trouva finalement une.

Killasangz: Attendez-moi deux secondes !

Le sram s'élança au sommet du navire. Quelques Minutes plus tard, il revint avec l'arbre qu'il avait reçu dans le désert.

Killasangz: Bel arbre, n'est ce pas ?

Le soldat s'approcha et observa le petit arbre, il semblait intrigué.

Soldat: Cet arbre... dégage une aura bizarre... semblable à celle de ton navire...

Killasangz: Alors..?

Soldat: Écoutez, donnez-nous les cadeaux et déguerpissez... on a assez de problèmes à Osamodia...

Killasangz: Monsieur, j'accepte de partir mais à condition que ces paroles sortent de la bouche du chef de votre village !

Le soldat fusilla du regard le sram, décidément, déterminé à chasser le sram.

Soldat: Il est là le problème, notre chef de village c'est notre coeur...notre moteur... mais elle a disparue dans les mines au nord du village...

Killasangz: Pourquoi ça ?

Soldat: Elle s'y recueille souvent...mais je sais pas trop pourquoi...

Killasangz: Laissez-moi aller la chercher !

Soldat: Hors de question.

Killasangz: S'il-vous-plaît...

Soldat: Bon d'accord mais seulement vous, les autres vous restez là, pigé ?

Killasangz: C'est d'accord !

Le sram retourna auprès de l'équipage et leur expliqua la situation, une fois fait, il s'avança jusqu'aux portes du village. Le soldat ouvrit les portes au sram et le fit entrer. A l'intérieur, il était difficile de savoir si il s'agissait de l'apocalypse, d'un zoo ou d'un village. Les gens se bousculaient, les animaux courraient dans tout les sens et des bagarres éclataient.

Killasangz: Et tout ce chaos, c'est à cause de la disparition de votre chef ?

Soldat: Ah ça ? Non, c'est le brouhaha habituel.

Killasangz: Je vois...

Le sram posa alors son arbre par terre afin d'observer sa montre. Le soldat l'interpella. Killasangz reprit son arbre et se hâta jusqu'aux mines du village où le soldat le laissa à sa mission.

Soldat: Bonne chance.

Une fois seul, le sram s'avança dans la mine, mais, avant de pénétrer dans l'obscurité, il fut comme stoppé par un frisson.

Killasangz: Chaque fois que je suis seul... j'ai l'impression qu'il m'arrive des choses qui me dépassent.

Soudain, le sram sentit la chaleur de l'arbre le recouvrant petit à petit, le sram se sentait invincible, il reprit son souffle puis pénétra dans la grotte.

[1 Heure plus tard]

Cela faisait maintenant une Heure que le sram parcourait les immenses mines d'Osamodia. Malgré l'attente, les pierres qui s'y trouvaient fascinaient tellement le sram que ce dernier ne voyait pas le temp passer. Lorsque soudain, des bruits de coups et des cris se firent entendre au loin. Le sram s'arrêta net, doutant des capacités de l'arbre, le sram fut prit de panique.

Killasangz: Alors ce sera qui cette fois... des enfants ? Une femme ? ...bon... allez...

Le sram avança doucement, plus il se rapprochait et plus les cris ressemblaient à des pleurs. Soudain, le sram arriva dans une grande salle de pierre où jonchait des pioches et des matériaux de récolte. Au milieu, se tenait une femme, couchée, pleurant de toutes ses larmes. Le sram s'avança, hésitant.

Killasangz: Bon..euh..bonjour..?

???: Je...je...

Killasangz: Seriez-vous...euh...

???: Je suis désolée...je suis désolée...je suis désolée...

Killasangz: Comment ça ? Désolée de quoi ?

Soudain la femme se leva, elle fixa le sram avec des yeux perçants, elle se jetta sur ce dernier et s'accrocha à ses vêtements.

???: Pardon Lisa !! Je voulais te protéger !! Mais..mais..j'étais...j'étais faible !!

Le sram trébucha et s'écroula. En se relevant, la femme semblait plus calme.

???: Je suis désolée...je.. je ne savais pas qu'il y avait quelqu'un d'autre ici...

Le sram attrapa son chapeau et le dépoussiéra, il s'aida de sa canne afin de s'approcher de la femme.

Killasangz: J'aimerais bien comprendre... mais je ne sais pas par quoi commencer...

Winnie: Je me nomme Winnie... Je suis la chef du village d'Osamodia..

Killasangz: Pour ma part, je me nomme Killasangz, capitaine du Maelström.

Winnie: Oh...Je ne savais pas que vous aviez quittés Informus.

Killasangz: Hum...cela fait un moment déjà...attendez... ça fait longtemp que vous êtes ici ?

Winnie: Je me recueille souvent ici.. j'aime être seule...

La jeune femme était blonde aux yeux bleus, elle était couverte de blessures au niveau des mains. Ses vêtements étaient couverts de poussières et son regard semblait mort.

Killasangz: Qu'est ce qui ne va pas...?

Winnie: Rien..rien je vais bien..

Killasangz: Vous êtes sur le point de pleurer...vous savez que vous pouvez tout me dire...?

La jeune femme éclata en sanglot et se jetta dans les bras du sram.

Winnie: C'est *snif* C'est ma fille.. *snif* Elle...elle est morte ici... dans ces mines...*snif* ...

Le sram se sentit faible, un frisson parcourut son dos tandis que ses jambes tremblaient.

Killasangz: Co..comment ça ?

Winnie: Elle...elle à été tuée...*snif* ...

Le sram invita la jeune femme à s'asseoir, elle accepta et en profita pour s'attacher les cheveux et dépoussiérer ses vêtements.

Winnie: C'était il y a 10 ans... elle avait 4 Ans....*snif* à l'époque je n'avais que 18 Ans... ma mère s'était faites tuée lors d'une manifestation pour la planète... comme le veut la coutume de notre village... c'était à moi que revenait le rôle de chef du village... mais à cet âge là... lorsque l'on à une fille de 4 Ans... un mari surdébordé par son métier d'éleveur et un emploi du temp chargé...

La femme reprit son souffle et fixât le sram.

Winnie: ...On a parfois besoin d'aide... à cet époque là, il y avait de toutes les classes dans notre village... et j'ai décidé d'en profiter pour embaucher une personne afin de garder ma fille...

Winnie détourna du regard tandis que ses larmes remontèrent à nouveau.

Winnie: ...J'ai...j'ai confié ma fille...à un totale inconnu... parceque je n'avais pas le temp de m'occuper d'elle comme une bonne mère...

Killasangz: Voyons..voyons...

Winnie: Mais cet homme... était un soldat...d'un..d'un grand criminel...

Killasangz: Vous parlez de...

Winnie: Bastien... le seul homme qui a survécu à l'EDEN... cet homme... à kidnappé ma fille...

Killasangz: Et...?

Winnie: *snif* Lorsqu'ils ont vu que ma fille *snif* avait une grande cicatrice sur la poitrine que lui avait infligé un sanglier à sa naissance... ils ont jugés qu'elle était trop laide et que personne n'achèterait une petite fille aussi moche... alors..*snif* alors...*snif snif*...

Killasangz: Alors ils s'en sont débarassés...

Winnie: J'aurais dû...j'aurais pu...je...

Killasangz: Vous n'y êtes pour rien...

Winnie: J'en veux tellement à ce criminel...*snif* Mais celui que je hais le plus...*snif* C'est..c'est mon c*nnard de grand-oncle...

Killasangz: Votre grand-oncle ?

Winnie: Il aurait pu protéger ma fille...*snif* il savait qu'elle était en danger...il savait très bien *snif*

Killasangz: Voyons... ce n'est de la faute que du tueur...

Winnie: Vous ne pouvez pas comprendre...

Killasangz: Si je le peux...essayez...

Winnie: Non..j'aimerais rester seule...

Killasangz: Vous devez remonter à la surface, le village a besoin de vous !

Winnie: Ma famille me dégoûte... ce village me dégoûte... je refuse de monter... je veux rester seule...

Killasangz: Vous savez... les gens comptent sur vous... alors même si ça peut vous sembler idiot... sachez que sans vous ils sont perdus... ils vous considèrent comme étant leurs moteur...

Winnie: Je... j'ai trop mal... elle me manque...

Killasangz: La vie est injuste, vous ne vouliez que faire votre travail et on vous retire votre fille... mais la vie continue... ça fait dix ans maintenant... vous devez passer à autre chose...

Winnie: Vous avez raison... ma fille n'aimerait pas me voir pleurer... alors...alors je vais me battre pour elle !

Killasangz: Exact !

La jeune femme se releva et aida le sram à faire de même. Les deux compères retournèrent à la surface où les attendaient le soldat de tout à l'heure, accompagné d'un grand homme, vêtu de bleu, bien coiffé avec un sourire ravissant.

Winnie: Simba !

Simba: Winnie !

Winnie: Killasangz, je vous présente Simba, mon mari !

Killasangz: Enchanté, Killasangz, capitaine du maelström !

Simba: De même, merci d'avoir retrouvé ma femme !

Soldat: Nous avons beaucoup de choses à faire madame, nous devrions rentrer.

Winnie: Oui, mais j'aimerais parler avec Killasangz et son équipage !

Soldat: Très bien, je m'en vais les chercher.

Winnie: Attendez, avant ça, j'aimerais faire visiter le village à Killasangz !

Soldat: Hum d'accord... alors qu'est-ce que je fais ?

Winnie: Dites-leurs de me rejoindre à midi dans ma maison !

Soldat: Oui, chef !

Le soldat se hâta jusqu'au Maelström tandis que Winnie se retourna et observa joyeusement le sram.

Winnie: Mon mari doit retourner travailler mais il nous rejoindra en même temp que votre équipage !

Killasangz: Parfait ! Cependant, j'ai entendu dire que vous aviez du travail ? Allez-y, je visiterai le village seul !

Winnie: Vous êtes sûr..?

Killasangz: Tout comme vous j'adore être seul parfois !

Winnie: Bien, d'accord ! Alors à midi chez moi ! Ma maison se trouve au centre du village, vous ne pouvez pas la rater !

Killasangz: D'accord ! À tout de suite !

Winnie: Profitez du voyage !

[Chapitre XII: Osamodia, Partie 2]

Cela faisait désormais une demi-heure que le sram visitait le village. Les maisons étaient magnifiques et dégageaient une chaleur apaisante rapellant les douces soirées d'hivers, devant la cheminée. Soudain, le sram bouscula un étrange homme.

Fokzy: Oh, Excusez-moi Monsi...

Killasangz: Pardonnez-moi, c'est ma faute !

Fokzy: Wouaw, c'est vous Killasangz ?!

Le jeune homme ressemblait à un grand lénald rose et blanc, une sorte de mélange entre un humain et un lénald, il avait des magnifiques cheveux roses ainsi que des yeux pétillants et des crocs blancs comme la neige, il ne manquait pas d'énergie et portait un énorme sac à dos de voyage.

Killasangz: C'est exact ! À qui ai-je l'honneur ?

Fokzy: Fokzy le Lénald Écaflip !

Killasangz: Lénald Écaflip ? C'est la première fois que je croise une personne comme vous !

Fokzy: Oui on me le dit souvent hahaha ! Vous venez visiter Osamodia vous aussi ? J'adore vos aventure je les suis toujours aux infos quand il y a une télé en vue ! J'ai même vu votre sauvetage à Weston, bravo !

Killasangz: Hahaha, merci, merci ! Ça me fais plaisir ! Mais dites-moi en plus sur vous ! Que faites-vous ?

L'écaflip observa le ciel puis inspira profondèment avant de continuer la discussion avec détermination.

Fokzy: J'ai la même passion que vous ! La folie du voyage ! Découvrir le monde... faire des connaissances... vivre quoi !

Killasangz: Je vois une énergie dans vos yeux qui me rappelle moi hahaha ! Vous savez, c'est rare que je le demande comme ça... mais vous voudriez rejoindre mon équipage ?

L'écaflip esquissa un large sourire.

Fokzy: Ça me touche énormément, vraiment.... mais je ne peux pas... tout simplement parceque j'ai un objectif précis...

Killasangz: Ah bon ?

Fokzy: Oui... à l'époque mon père, ma mère et moi n'avions pas d'argent... nous étions forcés de vivre comme des nomades... voyager dans le monde... survivre dans la nature...tout ce genre de chose !

Killasangz: Oh !

Fokzy: A cet époque j'étais petit...je n'e m'en rendais pas compte ! Mon père avait tout noté dans un livre pour que je puisse le lire une fois grand !

Killasangz: Quelle bonne idée !

Fokzy: Haha ! C'était bien mon père ça ! Toujours tout noter pour pouvoir tout expliquer ! Il adorait relire ses souvenirs avec les membres de sa famille ! Et moi aussi ! Je lisais ses histoires tout les soirs en boucles !

Killasangz: C'était comme votre héros !

Fokzy: Oui...mais contrairement à ceux que disent les films, les héros ne sont pas si résistants que ça... il est mort il y a trois mois...

Killasangz: Oh...je suis terriblement désolé...

Fokzy: Ne le soyez pas ! Aujourd'hui je revis son voyage, son aventure ! Je fais des rencontres inoubliables, comme vous ! Je redécouvre le monde...un monde qui a changé depuis mon enfance ! Mon trajet est le même que mon père... est pourtant l'aventure est si différente...

Killasangz: C'est si passionnant !

Fokzy: Oh que oui ! Et puis... c'est ça la vie après tout... il y a toujours le temp pour un voyage... mais il n'y en a pas pour le regretter !

Killasangz: Bien dit !

Fokzy: Quoi qu'il en soit je veux vivre avec les mêmes conditions que mon père, afin qu'il soit fière de moi ! Et que je puis moi aussi, peut-être un jour, raconter mes aventures à mes futures enfants !

Killasangz: Je suis de tout cœur avec vous !

Fokzy: D'ailleurs ou sera votre prochaine destination ?

Killasangz: Si je ne me trompe pas... il s'agit de L'île d'Orado...

Le sram fouilla dans son sac et en sortit une carte avec des flèches désignant le trajet du sram. L'écaflip l'attrapa et la consulta joyeusement.

Fokzy: Amusant, notre trajet est très ressemblant ! A quelques différence, comme par exemple "Xénécrome"... car après tout, "Xénécrome" Est un tout nouveau village battit sur les ruines de la clepsydre du Comte Harebourg à Frigost... à l'époque des mon père, ce village n'existait pas ! Et puis ça m'arrange, ce village xélor est un peu... dangereux haha !

Killasangz: C'est vrai ! Mais bon, il y a forcément des enfants qui souhaitent eux aussi avoir des cadeaux !

Fokzy: C'est très noble de votre part !

*DRIIIIN DRIIIIING*

Fokzy: C'est votre téléphone ?

Killasangz: Oui ! Je crois qu'il est temp que j'y aille mon ami !

Fokzy: Je comprends ! Qu'importe, nous nous reverrons !

Killasangz: Oui c'est évident !

Fokzy: La prochaine fois, je vous paierais une tournée hahaha !

Killasangz: Bien, je paierais la suivante héhé !

Fokzy: Bonne chance, mon ami !

Killasangz: *saluant de son chapeau* À vous aussi mon brave !

Le sram sortit sa montre et se dirigea vers le centre du village. Une fois là-bas, il remarqua un grand bâtiment en bois. Il comprit rapidement qu'il s'agissait de la maison du maire. Le sram s'approcha, retira son chapeau puis toqua... sans réponse.


*CRACK*

Un vase venait de se briser, le sram ouvrit la porte sans attendre. En entrant, il remarqua que tout l'équipage était là mais se tenait à l'écart de Simba et Winnie qui semblaient visiblement en pleine dispute.

Simba: Tu peux pas abandonner ton village ! C'est un truc de famille !

Winnie: J'en ai marre de ma famille, je ne l'aime pas !

Killasangz: Hey, du calme, du calme !

Simba: Ah, Killasangz, vous tombez bien ! Winnie refuse de s'occuper du village ! Dites-lui quelque chose !

Killasangz: Écoutez Winnie... J'aime être neutre face à un problème mais votre mari a raison... vous ne pouvez pas en vouloir à votre grand-oncle de ne pas avoir pu protéger votre fille !

Winnie: Avec tout le respect que je vous dois Killasangz, vous ne savez rien de ma famille alors restez en dehors de tout ça !

Killasangz: Winnie... ça fait 10 Ans... votre grand-oncle n'est pas un dieu non plus.. il ne peut pas tout faire... vous devez lui pardonner...

Winnie: Il aurait pu faire quelque chose !! AUJOURD'HUI AUSSI IL POURRAIT FAIRE QUELQUE CHOSE !! LORSQUE MA MÈRE EST MORTE AUSSI IL AURAIT PU FAIRE QUELQUE CHOSE !!! TOUT ÇA...Tout ça parce qu'il ne s'entendait pas bien avec sa sœur... ma grand-mère...

Killasangz: Il est vieux maintenant.. vous ne pouvez pas lui en vouloir à ce point... je vous le répète mais votre grand-oncle n'est pas un dieu...

Winnie: Et moi je vous répète que vous n'en savez rien... vous croyez que ce n'est pas un dieu hein ? Alors vous n'avez sûrement pas compris...




....que c'est Mael-Eden mon Grand-Oncle.

[Chapitre XII Du gamin à L'EDEN.]


L'équipage recula en effectuant chacun une grimace suivi d'un regard montrant clairement leur incompréhension. Winnie reprit son souffle ainsi que son calme puis fixa le squelette dans les yeux.

Winnie: ...J'ai tellement honte de ce monde...

Killasangz: ...

Sangpoursangs: Votre histoire n'a aucun sens ! J'vous rappelle que Mael-Eden fais encore plus jeune que vous !

Irilys: *gênée* Hihi...il dit pas ça pour vous blesser hein...hum..

Winnie: T'as raison, il fait plus jeune que moi... mais il y a une raison...

Killasangz: En effet, tout coïncide... Déjà, Mael-Eden est un Osamodas à la base... ensuite, pour son âge, il faut savoir qu'il a une partie du pouvoir de tout les dieux... y compris celui de Xélor...

Gisei: Il n'est donc pas vulnérable au temp !

Winnie: Exact...

Le regard de Winnie semblait dénué de joie, elle se contentait de regarder le sol et de toucher les objets qui l'entourait. Killasangz, curieux, la questionna:

Killasangz: Je suppose que vous voulez garder cela pour vous ?

Winnie: ...

Killasangz: Bon, vous êtes fatiguée... je peux comprendre... Équipage du Maelström, nous rentrons au na...

Winnie: Non, attendez....

Killasangz se retourna, heureux, il savait que Winnie allait tout lui raconter bien qu'il faisait semblant de penser le contraire.

Killasangz: Vous êtes sûre ?

Winnie: Vous m'avez aidé... et puis... vous avez déjà fait la rencontre de Mael....

Killasangz: Très bien... merci beaucoup de votre confiance...

L'équipage se rendit dans le salon, chacun prit place sur le canapé, Gru et Ross, bousculant Sangpoursangs ainsi qu'Aquarelle. Killasangz retira son chapeau puis observa Winnie avec attention.

Winnie: Il y a peu près 200 Ans... Mael n'était qu'un enfant timide et gentil... il était dans une petite famille qui tenait un magasin à Bonta... Il était entouré par son frère, Mörts... et sa sœur, ma grand-mère, Emma...

Sangpoursangs: Mörts..? Chelou comme nom...

Aqua: Ferme-là, tu t'appelles Sangpoursangs.

Sangpoursangs: Toi j'vais t'écla...

Killasangz: Taisez-vous, on ne coupe jamais une personne qui raconte une histoire. Reprenez, mademoiselle.

Winnie: Mael était le plus jeune de sa famille... il était faible et n'avait que son grand frère comme ami... Il détestait sa grande sœur car elle se moquait sans cesse de lui et de son frère et parceque c'était la préférée de ses parents... à cette époque, Il y avait un autre Éden du Nom de Carl. Mael s'en fichait un peu de l'éden à cette époque...


[Il y a environ 200 ans]

À cette époque, le monde était bien différent... Informus, Weston, Xénécrome...etc... n'éxistaient pas. Les terres synthétiques non plus. À cette époque, le grand criminel Bastien n'éxistait pas non plus...

Bonta était une ville tranquille où les gens vivaient dans l'harmonie et dans la joie. La famille de Mael tenait une boutique de fleurs à Bonta. Mörts, était encore trop jeune pour y travailler mais il appréciait par dessus tout les fleurs, il souhaitait enseigner son amour pour la nature à son petit frère.

Mörts: Regarde petit frère, cette fleur, c'est une orchidée freyesque, on ne les trouve que dans le village des éleveurs... elle servent à fabriquer diverses potions de soin !

Mael: *heureux* Wouaaaaaw ! J'en veux une !!

Mörts: Attention, elle sont très rares ! Le village des éleveurs et ses contrées sont détruits par la pollution... tu savais que d'ici 100 Ans, il n'y aura plus rien ?

Mael: C'est triste... mais dans 100 Ans je serais mort !

Mörts: Si tu meurs avant moi, je te mettrais un bouquet d'orchidée freyesque sur ta tombe !

Mael: Ouaaaais !!

Emma: Tsss... toi et tes fleurs... vous faites pitié...

Se terrant dans le noir, Emma fit son entrée en scène en jetant la fleur au sol et en l'écrasant avec ses talons.

Mael: *énervée* EH !

Emma: T'as un problème le mioche ?! Tu veux que je te mette une raclée comme hier ?!

Mörts: T'as frappé Mael ?! Mais t'es cinglée ?! Il n'a que 6 Ans !!

Emma: À 6 Ans... il sait toujours pas utiliser ses pouvoirs d'Osamodas...hahahaha le nul, il ne saura jamais ce battre ce crétin !

Mörts: Toi tu ferais mieux d'aller t'occuper de tout les gars qui te draguent à l'école !

Emma: Hahaha... les hommes sont tellement idiots... je les manipule avec tellement de facilité...et eux... ils m'offrent des bijoux avec l'argent de leurs parents...hihihi...

Mörts: Dégage ou je dis tout à papa et maman !

Emma: Oh tu crois...?

La sœur se dirigea vers l'atelier de fleuriste puis attrapa un outil tranchant, elle ricana avant de se couper volontairement la paume de la main avec.

Emma: AAAAAAAH !!! MAMAN, PAPA !!! MÖRTS M'A COUPÉ !!!

Les deux parents déboulèrent, Mörts et Mael tentèrent de calmer le jeux mais les parents n'écoutèrent pas.

Mère: Mörts, tu nous dégoutes... à ton âge, faire ça à ta sœur... elle qui est si gentille...

Emma: Maman...*snif* ...Mörts...me déteste..*snif* ...alors que...que...

Mörts: Elle manipule ses camarades d'école !

Mère: Mais écoute toi... tu n'as pas honte de mentir ?! Tu blesse ta sœur et tu l'insulte encore ?

Mael: Non il a rien fait !

Papa: Mael, tu es aussi coupable alors tais-toi !

Mörts: Mais...

Mère: Pas de mais ! Vous filez dans votre chambre, tout les deux !

Mörts serra les poings en baissant son visage. En sentant la main de son petit frère qui se faufila entre ses doigts, il sentit une force l'entourer, le rendant déterminé comme jamais.

Mörts: Je m'excuse... Je m'excuse d'être une petite m*rde à vos yeux.

*WLAN*

EN un éclair, la mère envoya valser l'enfant d'une gifle. Mael courût l'aider à se relever.

Mael: Mörts ? Mörts ?!

Mörts: J'vais bien...

Mère: Filez dans votre chambre, je ne veux plus vous voir.

Les deux frères foncèrent jusqu'à leur chambre. Mael sauta dans son lit et s'entoura de tout ses doudous tandis que Mörts observa une plante tout en mettant de la glace sur sa blessure.

Mael: J'aime pas Emma... je la déteste...

Mörts: C'est une fille... c'est dans sa nature d'être agaçante...

Mael: Quand je serais grand...bah j'épouserai jamais une fille !

Mörts: ...un garçon ?

Mael: Non ! J'épouserai Mr.Chicky !

Mörts: Tu l'as appelé Mr.Chicky...?

Mael: Oui !

Mr.Chicky était un oiseau qu'avait recueillit Mael l'hiver dernier, le pauvre était tombé d'un arbre et le froid avait failli le tuer. Depuis, l'oiseau vit libre dans la cité de Bonta mais revient souvent rendre visite à l'osamodas.

Mael: Mörts...?

Mörts: Oui frangin ?

Mael: C'est vrai que je sais pas me battre...?

Mörts se leva et prit son petit frère dans ses bras, il lui caressa les cheveux tout en le regardant dans les yeux.

Mörts: Oui, c'est vrai...

Le grand frère reprit son souffle.

Mörts: Mais la violence ne sert à rien... elle ne sert qu'à vaincre la violence... c'est stupide...

Mael: Donc je suis intelligent..?

Mörts sourit puis se mit à rire.

Mörts: Oui, contrairement à Emma.

Mael: Elle a écrasé notre fleur...

Mörts: Elle ne peut pas comprendre... pour elle, les fleurs ne servent à rien...

Mael: ...

Mörts: Oh regarde ! C'est Mr.Chicky à la fenêtre !

Mael fonça jusqu'à la fenêtre, il ouvrit la fenêtre puis attrapa un petit sachet dans son armoire, il en sortit des graines, Mr.Chicky les dévora avec un appétit de Kanigrou.

Mael: Wouaw ! Trop cool ce piou !

Mörts: C'est un tofu Mael !

Mael: Oh... trop cool ce Téfou !

Mörts: Haha, Tofu !

Une fois le repas fini, l'oiseau fit profiter les deux frères de sa magnifique voix puis il s'envola dans la nuit jusqu'à son nid. Mörts referma la fenêtre puis couva son frère dans son lit. Il lui fit un bisou sur le front puis se dirigea vers l'une de ses fleurs, il l'observa, pensif.

Mörts: (J'ai peur pour Mael... le jour où il découvrira qu'on vit dans un monde de brute... j'ai peur que... peur que les autres lui fassent du mal..


...il est si fragile.)


[Deux mois plus tard]

La vie était paisible, le bonheur régnait au sein des deux frères... mais la tragédie devait bien arriver...


Un jour, alors que les deux frères rentraient de leur balade afin d'observer la nature, il remarquèrent que quelque chose clochait avec la boutique.

Mörts: La porte est ouverte ?! Mais...Papa et Maman ne sont pas là !

Soudain, alors que Mörts s'apprêtait à rentrer, deux hommes, armés, jettèrent Emma au travers du portail de la porte. Mörts s'approcha et tenta de l'aider.

Mörts: Emma...Emma ça va ?!

Emma: Je..j'ai laissé la porte ouverte...et..et ils...

Zaki: Et on est rentré... hahahaha...

Mizelle: On est des voleurs...des vrais, hahahahaha !!

Mörts fit reculer Maël et Emma, il fronça des sourcils tout en serrant les poings.

Mizelle: J'ai l'impression qu'il veut se battre...

Mörts: V...vous avez saccagé toutes les fleurs...

Zaki: Ce ne sont que des fleurs...

Mörts: Ce ne sont pas juste des fleurs.. ce sont des êtres vivant qui permettent la vie.. et vous, vous les détruisez comme si c'é...

L'un des voleurs attrapa Mörts par la gorge puis se mit à le serrer, l'enfant vira au violet, se débattant, essayant de respirer, aucun succès.

Mael: EMMA VA L'AIDER !!!

Emma: Je..je..je...

La peur prit possession de la fillette, Emma s'enfuit, laissant les deux frères seuls.

Mael: EMMA !!

Zaki: Elle est partie... hahahaha... tu devrais faire de même...

Mael: RELÂCHEZ MON FRÈRE, IL VA MOURIR !!!

Zaki: Si tu y tiens tant... viens te battre...

L'un des voleurs s'avança vers l'enfant, le fusillant du regard. Mael fut prit par la panique, il tenta de fuir mais ses jambes s'arrêtèrent lorsqu'il vit son frère, à moitié mort, dans les bras de l'autre voleurs. L'enfant fut prit d'une énergie soudain, il sentit ses bras plus forts que jamais. Mael s'approcha et fusilla du regard le voleur, la fureur dans ses yeux se faisait sentir.

Mael: Re... REPOSEZ MON FRÈRE, MAINTENANT !!!

Zaki: Hahahahaha... !

L'enfant se jetta sur le voleur, lui plaçant un coup de boule dans... les boules.. hum..

Zaki: AH...SALE ENF*IRÉ !!!!

Le voleur rétorqua en envoyant un uppercut dans le ventre de l'enfant. Mael trébucha au sol, le coup lui faisait atrocement mal.

Zaki: Ah...ah...aïe...alors...hein...pfiouh...tu la ramène moins... hein...?

Mael: Je..je...

Zaki: Laisse tomber, t'as perdu...

Soudain, un homme apparut devant les deux bandits. Il était grand, doré et arborait un sourire blanc comme neige. Sur son torse était écrit "Éden". Ses cheveux blancs était particulièrement bien coiffés.

Carl-Eden: Hahahahahahahahaha Bonjour !

Mael: É...éden..? À...à l'aide...

Carl-Éden: Tiens, Zaki et Mizelle !

Zaki: L'éden !

Mael: Aidez mon frère !! Il est en train de mourir !

Carl-Eden: Oh Oui.. je vais briser les os de ces malfrats..

Soudain Zaki ricana puis sortit de sa poche un porte-monnaie, il en retira une bonne somme et la tendit à L'éden.

Carl-Éden: Ah Zaki... tu connais mes points faibles...

Zaki: Je suis ton meilleur client après tout..

Mael: Quoi ?!

Carl-Éden: Comment ça quoi ?

Mael: V..vous...vous faites quoi...?!

Carl-Éden: Je le laisse repartir contre de l'argent...pourquoi...?

Mael se releva avec peine, il sentit une force l'entourer, le poussant à donner le meilleur de lui-même.

Mael: Mon frère va mourir..et..et vous...vous refusez de m'aider contre de l'argent ?! M..mais.. c'est votre travail... vous êtes l'Éden... les gens comptent sur vous !!

Le regard de l'Éden devint alors sombre.

Carl-Éden: Tu n'y connais rien... tu n'es qu'un gamin... être l'éden c'est dur... long... et tu ne gagne rien...RIEN ! MÊME PAS UN BOL DE RIZ !! C'est dur... mais bon... tant que les dieux ne voient rien... il faut bien en profiter... alors Oui...Oui... c'est pas très gentil... mais ça s'appelle le commerce...

Mael s'écroula, des frissons le parcoururent tandis que des vertiges prirent possession de ses jambes.

Mael: Vous...Vous êtes un MONSTRE !!!

L'enfant se releva puis exécuta à nouveau un coup de boule bien placé, cette fois, sans effet. L'éden l'observa puis ricana.

Carl-Éden: Hahahaha...tu es faible, gamin... dans ce monde... les faibles ne gagnent rien... Zaki, viens tenir le gamin... j'ai une idée très amusante hahaha !

Zaki: Entendu !

Le voleur se jetta sur l'enfant puis le cloua au sol. L'éden s'approcha, puis, grâce à la magie d'énutrof, il invoqua une plaque en métal avec écrit "Faible" dessus. Il utilisa sa magie pour brûler la plaque en métal.

Mael: Non..Non attendez !

L'éden s'approcha puis écrasa le bras de Mael avec la plaque, l'enfant hurla de douleur, les larmes ne cessaient de couler. Une fois fini, l'éden se releva en observant son chef-d'œuvre, la marque "Faible" s'était imprimée à jamais sur le bras de l'enfant.

Mael: M..*snif* M...mon..f...rère...

Carl-Eden: Oh, je l'avais oublié... Mizelle, lâche-le !

Mizelle: Euh...il est plus très vivant patron...

Carl-Eden: Hahahaha... il l'a tué... quel maladroit ce Mizelle...

Tout se passa si vite dans la tête de l'enfant que ses yeux se refèrmerent, ses forces l'abandonnèrent, le plongeant dans un profond sommeil. L'éden l'observa en rigolant puis se retourna en direction des deux voleurs.

Zaki: Et elle partira quand sa marque...?

Carl-Eden: Jamais.

Zaki: M...mais... c'est pas très gentil...

Carl-Eden: Bah...les dieux ne regardent jamais le monde... j'ai rien à craindre...

Zaki: O...ok...

Carl-Eden: Bon, retournez à votre planque... j'ai à faire... bonne journée et merci pour l'argent.

L'éden ainsi que les voleurs disparurent, laissant l'enfant seul...




...face à ses démons.

[Chapitre XIII: Du gamin à L'EDEN Partie II]

Un mois après les évènements, Mael s'était enfui de sa famille depuis le meurtre de son frère et aujourd'hui il était venu se recueillir sur sa tombe, orchidée freyesque dans une main, Mr.Chicky dans l'autre.

Mael: *triste* C'est injuste... Pourquoi toi... pourquoi toujours toi... c'est moi qui aurais dû mourir.... tu me manque Mörts.... tu me manque... grand frère.

Soudain, une silhouette se tenant derrière l'enfant attira son attention.

Emma: Salut...Mael...

L'enfant recula, serrant les poings, se retenant de cogner sa sœur.

Mael: Toi...

Mael sécha ses larmes puis fusilla du regard Emma. La fille semblait vide, dénuée d'émotions.

Emma: C'est ma faute... je....

Mael: Tais-toi !!

La fille recula, ne reconnaissant plus son petit frère qu'elle avait connu si timide.

Mael: Tu t'es moquée de lui ! Tu la laissé mourir et tu oses venir t'excuser ?!

Les larmes coulèrent le long du visage des deux ennemis. Mael attrapa Mr.Chicky puis tourna le dos à sa sœur.

Mael: ...Quand je serai grand... je te tuerai... je t'arracherai tes bras et je les donnerai à manger à Mr.Chicky.

La sœur ne put se retenir de rire. L'enfant se retourna puis la fusilla du regard.

Mael: Rigole... mais tu le regrettera le jour venu.

Mael fit un signe d'adieu à la tombe puis s'enfuit sans adresser un aurevoire à sa sœur.

Emma: ...Mael...


[Deux semaines plus tard]

Comme l'avait prévu Carl, personne n'avait remarqué que c'était l'Éden qui avait tué Mörts. Mael avait bien tenté de l'expliquer, mais tout le monde le prenait pour un fou. L'enfant avait fini par s'enfuir. Aujourd'hui, il était perdu dans le massif de Cania, à la merci des créatures avides de sang ainsi qu'à la chaleur insupportable.

Mael: A...allez Mr.Chicky... On va y arriver...

Mr.Chicky: Cui ! (J'ai soif...)

Mael: Tu es mon seul ami Mr.Chicky...

Mr.Chicky: Cui cui ! (Toi aussi !)

Mael: Mörts me manque terriblement...

Mr.Chicky: Cui... (À moi aussi...)

Mael: Je parle à un oiseau... je deviens fou...

Mr.Chicky: Cui. (Je parle à un humain, je deviens fou...)

Les deux amis marchèrent durant des heures jusqu'à ce que la soif paralyse Mael, il s'écroula tandis que ses yeux se refermèrent doucement.

Mael: Je...j'ai...soi...f...

???: Que fais-tu ici tout seul, mon petit ?

Lorsque Mael ouvrit les yeux, il remarqua un étrange individu bleu l'observant, il sursauta puis recula.

Mael: Vous êtes qui vous ?!

Dosa: Je m'apelle Dosa, Dosa l'osamodas !

Mael: Moi c'est Mael... Mael l'osamodas... qui sait pas utiliser ses sorts osamodas...

Dosa: Oh...?

Mael: Et lui c'est Mr.Chicky !

Mael montra fièrement son oiseau au vieil homme.

Dosa: Comme il est beau ! Mais dis-moi... que fais-tu tout seul dans ce désert ?

L'enfant s'écroula tout en observant le sol, épuisé par la marche.

Mael: Laissez tomber... personne ne me croit...

Dosa: Quoi donc ?

Mael: ...

Dosa s'approcha puis tendit une gourde à l'enfant qui s'empressa de l'attraper et de la vider.

Mael: Mince j'ai tout bu...désolé...

Dosa: Haha pas de problème ! Mais raconte-moi ce qui ne va pas en échange !

Mael: C'est l'Eden...

Dosa: L'Eden ?

Mael: Oui, Carl... il a tué mon frère contre de l'argent...

Le vieil homme recula, il devint alors tout pâle.

Mael: Mais personne ne me croit... tout le monde dit que je suis fou...

Dosa: Moi je te crois !

Mael: Merci monsieur... c'est gentil...

L'enfant reprit sa marche sans se soucier du vieil homme. Dosa s'approcha puis l'intercepta.

Dosa: C'est quoi cette marque sur ton bras ?

Mael: *gêné* Ça...? Rien...c'est juste la vérité...

Dosa: Faible ? Tu te considères comme étant faible ?

Mael: Oui... je le suis...

Dosa: Mais Non...

L'enfant serra les poings puis concentra son énergie afin d'évacuer sa colère.

Mael: FACILE À DIRE ! MOI JE SAIS TOUJOURS PAS UTILISER UN SORT !!!!

L'enfant recula puis reprit son souffle sous le regard surpris du vieil homme.

Mael: Pardon...je voulais pas...

Dosa: Ce n'est rien... mais tu sais... les pouvoirs apparaissent parfois très tard !

Mael: Je sais...

Dosa: Écoute petit... viens avec moi... je t'entrainerais et je ferais de toi un homme très très très fort.

Épuisé par le désert, Mael accepta. Il aida l'homme à porter ses affaires puis le suivit discrètement. Les deux amis arrivèrent devant un étrange arbre situé en plein milieu du désert. Sur l'arbre se trouvait une cabane, celle de Dosa.


Les mois passèrent et Dosa fit de Mael un véritable soldat. 800 Pompes, 1000 abdos, 300 tractions ainsi qu'une myriade d'autre exercices quotidien complexes, transformèrent l'enfant en adulte. Un jour, Dosa rentra dans la maison, le sourire au lèvre.

Mael: Bonjour chef, j'ai déjà fait 674 Abdos !

Dosa: Tu peux t'arrêter... j'ai une très bonne nouvelle pour toi !

Mael: Ah...ah bon ?

Dosa: Tu vas peut-être devenir le prochain ÉDEN !

Mael recula, comprenant aussitôt qu'il s'agissait sans doute d'une mauvaise blague.

Mael: Bonne blague, chef, mais je dois retourner travailler !

Dosa: Ce n'est pas une blague... L'éden a été reconnu comme étant coupables de nombreux crimes...

Mael: Mais...comment c'est...

Le vieil homme fit taire Mael d'un regard. Il remonta ses manches puis montra une étrange marque à l'enfant.

Mael: C'est un beau tatouage !

Dosa: Merci mais ce n'est pas un tatouage... c'est une marque divine.

Mael recula, il devint pâle puis sentit sa respiration se couper.

Mael: U..une marque divine ?! M..mais..ça signifie q..que vous...

Dosa: Je suis le dieu Osamodas...

Mael sentit un frisson le paralyser, ses jambe sur l'abandonnèrent, le laissant tomber au sol.

Mael: N..Non... vous me faites une blague...

Dosa: Dosa n'est pas mon vrai nom... Dosa signifie D.Osa = Dieu Osamodas.

Mael: Mais.. mais j'ai vécu avec un dieu et je n'ai pas...

Dosa: Ne me considère pas comme tel... je ne suis pas comme tout les autres dieux... j'ai toujours préféré vivre dans le monde des douzes qu'au ciel... et puis... dès la première fois où je t'ai vu je t'ai considéré comme un ami.

Mael: Mais alors...c'est vous qui avez dénoncé Carl ?!

Dosa: C'est exact.

Mael: Je...je suis perdu...

Dosa: Je t'ai entraîné pour que tu deviennes le futur Éden.

Mael: Mais je ne voulais plus être un faible...pas être carrément l'Eden !

Dosa: Mael.

Mael recula, sentant que Dosa était plus sérieux que jamais.

Dosa: Si j'ai pu dénoncer Carl c'est grâce à toi... et puis... tu ne veux vraiment pas aider le monde...?

Mael serra les poings.

Mael: Vous avez raison...

Dosa: Redis-le.

Mael: Vous avez raison !

Dosa: Ah Oui...? Et pourquoi..?

Mael: Parceque je veux que le monde sois meilleur.

Dosa: Mais encore ?

Mael: Parceque je veux rendre mon frère fier de moi... parceque je veux rendre le monde fière de moi !!

Dosa: Mais encore...?

Mael: Parceque je refuse qu'un autre enfant pleure dans ce monde parcequ'un gardien de la paix à tué une personne qu'il aime... parceque... parceque je refuse d'échouer... je refuse de laisser de telles responsabilités entre les mains d'un autre que moi !!!

Dosa: Hahaha... c'est ce que je voulais entendre...

Mael: Allez-y, testez-moi ! Je suis prêt !!

Dosa ricana puis observa fièrement l'enfant.

Dosa: Du calme... les épreuves ne se déroulent pas ici... de plus, ça ne se passera que dans deux semaines... tu dois encore t'entrainer, tu ne sera pas le seul à te battre pour ce titre... les dieux te proposeront chacun des épreuves et tu devras les satisfaire.... es-tu certain de vouloir d'essayer...?

Mael: Oui.

[Chapitre XIIV Du gamin à l'EDEN partie III]


Durant deux semaines, Mael s'entraînait jusqu'à son maximum. Dosa, lui, observait fièrement chacun des efforts de l'osamodas. Quand vint le grand jour, Mael enfila ses plus beaux vêtements, se coiffa puis effaça toute trace de joie ou de fatigue de son visage.

Mael: Je suis prêt.

Dosa: Tu en sûr ? C'est le dernier moment pour..

Mael: Sûr.

Dosa: Bien bien... Fort bien...!

Le dieu attrapa l'enfant par l'épaule, il claqua des doigts, ce qui ouvrit une petite brèche tout juste asser grande pour y laisser entrer des personnes, à l'intérieur de la brèche, se dévoilait un paysage doré rempli de magie. Mael fut prit de frisson lorsqu'il pénétra la brèche. En posant son pied au sol, une chaleur incroyable l'envahit.

Mael: Je me sens... Tellement bien...

Dosa: Bienvenue dans la forêt d'Eden mon garçon...

Mael: La forêt d'Eden ?

Une forêt remplie d'arbre aux feuilles dorée aux troncs rose et bleus s'offrait à l'enfant. À mesure que l'enfant bougeait, il avait l'impression que les arbres l'observaient et riaient.

Dosa: La forêt d'Eden... Il s'agit de la Frontière entre Le paradis et l'Enfer... la frontière entre le monde vivant et celui des esprits...

Mael: Alors si je meurs...

Dosa: Tu viendras ici...exact. Une fois ici, tu iras sois en enfer...sois au paradis !

Le dieu se mit à rire en observant les yeux effrayés de l'enfant.

Dosa: Ne t'inquiète pas hahaha ! Tu n'est pas un méchant garçon à ce que je sache !

L'enfant s'arrêta puis observa un arbre.

Dosa: C'est beau n'est-ce pas ?

Mael: C'est quoi comme arbre...?

Dosa: Un arbre d'Eden.

Mael: Mmh... c'est juste un arbre... c'est ce que je me disais.

Le dieu éclata de rire. Il sécha ses larmes à l'aide de ses griffes puis observa l'enfant.

Dosa: Sans ces arbres, le monde n'existerait pas hahaha.

Mael: Ah...ah bon ?!

Dosa: Ces arbres représentent l'équilibre du monde...


...la joie, la tristesse...

...Le mal... le bien...

...l'intelligence et la ioperie (j'espère que le dieu Iop ne m'a pas entendu)...

...L'enfer et le paradis...

Mael: Et donc...?

Dosa: Lorsque l'on touche un arbre comme celui-ci, on oublie tout ses soucis... on se sent mieux... on se sent... neutre...équilibré...

Mael: Pourtant ces arbres me font froid dans le dos.

Dosa: Hahaha... c'est normal mon petit...


...c'est arbres sont vivants...

Mael: Mon frère dit que tout les végétaux sont vivants.

Dosa: Oui mais le bois d'éden est différent... il est doté d'une conscience. Il est capable de voir, de sentir, de réagir et d'entendre.

Mael: Bah ça reste des arbres... ils peuvent rien faire de spécial...

Soudain l'enfant s'écroula, il sentit une terrible douleur au sein de son crâne.

Mael: Aïe...ça...ça fait super mal...!

Dosa: Quand je te disais que le bois d'éden t'entends...

Mael: Ok ok pardon..!

Dosa: Le bois d'éden a d'autres capacités.

Mael: Ah...vraiment ?

Dosa: Il à la capacité de connaître le passé d'une personne... il peut faire apparaître des illusions des "démons de notre passé".

Mael: Vous voulez dire qu'il se pourrait que je voie des illusions de ma sœur ou de Carl ?!

Dosa: Par exemple... mais il est aussi possible que ce ne soit pas des illusions mais des fantômes.

Mael sentit un frisson lui parcourir la colonne vertébrale.

Dosa: Comme je te l'ai dis, le bois d'éden relie le monde des esprits et celui des vivants... c'est comme ça qu'ils sont capable, dans de très rare cas, de permettre une rencontre entre deux individus de monde différents.

Mael: Ça m'effraie...

Dosa: Ne t'inquiète pas... ce n'est qu'une pression mentale, les esprits ne peuvent pas te toucher et tu ne peux pas les toucher.

Mael: Ah !

Dosa: Sauf avec des armes faites avec du bois d'Éden !

Mael: Ah...

Dosa: Mais ne t'inquiète pas, ça n'existe pas...! Personne n'est capable d'abattre ces arbres...

Mael: Ah !

Dosa: Sauf...à notre grande surprise... L'Eden... pour une raison que nous ignorons c'est la seule personne capable de briser ces arbres...

Mael: Ah...

Dosa: Enfin, pas de temp à perdre, allons rejoindre les autres dieux !

L'enfant suivit le dieu, ils arrivèrent sur une grande place ou se tenait deux humains ainsi que tout les dieux. Mael s'avança puis s'agenouilla, il sentit ses jambes trembler. L'enfant perdu tout ses moyens lorsqu'il sentit le regard du dieu sram braqué sur lui.

Xélor: AH, OSAMODAS, VOILÀ DONC TON PETIT PROTÉGÉ ?

Dosa s'avança, il retira ses vêtements puis reprit sa forme originelle, le rendant géant.

Osamodas: LUI-MÊME.

Sram: IL EST MAIGRICHON...

Éniripsa: C'EST TOI QUI PARLE, SRAM ?

Sram: TSSSS... MOI AU MOINS JE SAIS FAIRE AUTRE CHOSE QUE SOIGNER...

Éniripsa: TU NE SAIS PAS SOIGNER...

Crâ: UN PEU DE SILENCE, NOUS AVONS UN TEST À FAIRE PASSER !!!

Les dieux reculèrent et laissèrent la place à la déesse Crâ. Dans ses beaux vêtements verts, la déesse s'approcha de Mael puis le prit dans ses mains.

Crâ: ALORS C'EST GRÂCE À TOI QUE NOUS AVONS DÉCOUVERT LES MENSONGES DE CARL...?

Le dieu osamodas fit un signe à l'enfant pour lui dire de s'exprimer. La peur paralysait Mael.

Mael: O...Oui, c'est moi..!

Crâ: INTÉRESSANT... SI ÇA PEUT TE FAIRE PLAISIR ET T'ENCOURAGER... SACHE QUE LE FUTUR ÉDEN AURA LA CHANCE D'EXÉCUTER CARL.

Mael sentit son Sang bouillir. Carl, c'était un nom qui sonnait comme la pire des insultes pour lui. La haine remplaça sa peur, l'enfant se leva puis serrât les poings.

Mael: JE DEVIENDRAIS L'ÉDEN ET JE LUI FERAIS PAYER SES CRIMES !!

Sram: J'AIME CETTE MENTALITÉ HAHAHAHAHA !!

Osamodas: (Pas moi... j'aime son innocence, pas l'inverse.)

La déesse Crâ reposa l'enfant puis recula.

Crâ: COMME TU L'AURAS REMARQUÉ MAEL, TU ES EN COMPAGNIE DE DEUX AUTRES HUMAINS, VOUS SEREZ RIVAUX... LES ÉPREUVES VONT COMMENCER DANS DIX MINUTES, PARTEZ VOUS PRÉPARER.

Mael remercia les dieux puis se mélangea au groupe d'humain. Les deux autres rivaux étaient une fille et un garçon, à peu près de son âge.

Mael: Enchanté, je m'appelle Mael !

Nico: Moi c'est Nico !

Sarah: Moi c'est Sarah !

Mael: Alors comme ça, vous aussi vous voulez devenir Éden ? Pourquoi ?

Sarah: Pour aider ma famille !

Nico: Pour rendre ma grand-mère fière de moi...et toi ?

Mael: Pour venger mon frère, mort à cause de l'Éden !

Les deux rivaux s'arrêtèrent, il règna un étrange silence suivit d'un rire agaçant.

Nico: Pouahahahaha, alors t'es là juste pour venger ton frère ?

Mael: *gêné* Euh..eh bien..Oui pourquoi...?

Sarah: Mais ton frère est mort, ça sert à rien hahaha !

Mael serrât les poings, il fusilla du regard les deux rivaux qui se stoppèrent net, lorsque soudain, le dieu sram vint calmer les ardeurs.

Sram: MAEL, TU PEUX VENIR DEUX SECONDES ?

Mael: euh..o..Oui... !

L'enfant s'écarta du groupe puis observa le dieu sram qui l'intimidait énormément.

Sram: *chuchote* Regarde-moi ces cr*tins que tu as pour rivaux...

Mael: Eh bien je...euh...

Sram: *chuchote* Toi tu fais ça pour te venger... pour déchaîner ta haine... pour faire pleuvoir les Morts....

Mael: ...

Sram: *chuchote* Tu me plais... et sache que les autres dieux pensent comme moi.

Mael: Mais je ne veux tuer personne ! Je veux rendre le monde meilleur ! Le dieu Osamodas m'a dit de rester toujours une bonne personne au coeur d'or

Le dieu sram esquissa une grimace.

Sram: *chuchote* Osamodas est un idiot... chez nous on le considère comme étant le pire dieu... il est trop lèche-botte tu vois ? Sache aussi que chez nous, notre phrase fétiche, c'est "L'efficacité passe avant tout."

Mael: Ça signifie quoi ?

Sram: On s'en fout du nombre de Morts, on s'en fout des dégâts, on sien fout de si c'est pas gentil... tant qu'on réussit notre mission...tu vois ? Les douziens sont là pour réparer les dégâts après tout hehehe...

Mael: ... (Si je veux gagner... je vais devoir faire preuve d'efficacité...si je veux venger mon frère...)

"DRINNNNNNG"

Sram: OH ?! LES ÉPREUVES VONT COMMENCER !

"PREMIÈRE ÉPREUVE, TEST DU DIEU ÉNIRIPSA"

Les trois rivaux se rassemblèrent devant la déesse Éniripsa.

Éniripsa: MON ÉPREUVE SE NOMME "DES PAROLES POUR LA VIE"... IMAGINONS QU'IL Y A UNE PRISE D'OTAGE... VOUS DEVEZ ÊTRE RAPIDE... CEPENDANT IMAGINEZ QUE JE SUIS UNE SIMPLE HUMAINE ET QUE JE VOUS RETIENS AVEC MOI...

Sarah: Embêtant...

Nico: Oui, vraiment... (Héhé...ça me dérangerait pas, ma belle.)

Éniripsa: CEPENDANT, JE VOUS LAISSE PARTIR SI VOUS ME RACONTEZ UNE BELLE HISTOIRE. QUE FAITES-VOUS ?

Sarah: Je vois.. une épreuve de créativité...

Nico: Ou d'analyse... la déesse Éniripsa à des goûts propres à elle, il faut savoir la satisfaire.

Mael: (Vous avez tout faux, bande de cr*tin)

Éniripsa: SARAH, TU COMMENCE !

Sarah se mit alors à expliquer l'histoire d'une Éniripsa faisant la rencontre d'une licorne ainsi que d'un prince charmant. La déesse n'écoutait presque pas.

Éniripsa: À TON TOUR, NICO.

Sarah: Mais j'ai pas f...

Nico: Pour ma part, j'ai décidé de partir sur quelque chose de plus.. effrayant...

Nico expliqua l'histoire d'un homme en costar cravate qui attirait les enfants dans la forêt a l'aide de dessin, l'homme avait un visage entièrement blanc, sans yeux, des tentacules effrayantes et il semblait se téléporter derrière les arbres. Éniripsa n'écoutait pas non plus.

Éniripsa: À TON TOUR... MAEL...

Mael: J'te cogne.

Sarah et Nico: QUOI ?!

Osamodas: (Mael...mais... qu'est ce qu'il te prend..?!)

Éniripsa: TU...TU ME COGNE... ?!

Mael: Vous avez précisé que vous n'étiez qu'une simple humaine... Si une prise d'otage est en cours alors vous n'avez rien à faire dans mes pattes. Un bandit pourrait s'échapper et vous me gênez.

Tout les dieux hormis Osamodas esquissèrent un large sourire. Les deux rivaux commencèrent à sentir la peur les envahir.

Nico: Une question piège...dès le début...?!

Sram: *moqueur* TU PRÉFÈRAIS UN PIÈGE TOUT COURT ?! ÇA PEUT S'ARRANGER HAHAHAHA !!!

"ÉPREUVE 2: CRÂ"

Nico: Sûrement une épreuve de vise.

Crâ: EXACTE, MAIS AVEC LES YEUX BANDÉS.

La déesse claqua des doigts, les trois enfants devinrent alors aveugles.

Crâ: OU AVEUGLE...

Sram: HAHAHAHAHAHAHAHAHA !!!

Nico: Comment vas-t'on viser sans nos yeux ?

Crâ: QUAND VOUS SEREZ UN ÉDEN, VOUS SEREZ SURPUISSANT, VOTRE SEUL POINT FAIBLE SERA VOTRE VISION... LES GENS POURRONT VOUS AVEUGLER ET S'ENFUIR... VOUS DEVREZ DONC UTILISER LE SORT "PERCÉPTION", UN SORT D'ÉCAFLIP OR, NOUS POSSÉDONS TOUS UNE PERCEPTION NATURELLE... PERCÉPTION D'ÉCAFLIP EST UN SORT COMPLIQUÉ ET SI VOUS NE SAVEZ PAS VOUS EN SERVIR ALORS VOUS NE SEREZ JAMAIS UN BON ÉDEN.

La déesse jetta alors en l'air un petit sac, un moskito en sortit alors. Crâ claqua des doigts ce qui fit apparaître des arcs dans les mains des trois rivaux.

Crâ: CELUI QUI TOUCHE LE MOSKITO EN PREMIER REMPORTE LA BATAILLE. BONNE CHANCE.

Un silence règna. Les trois enfants se concentrèrent, cependant, impossible de trouver le moskito.

Nico: Si au moins il était au sol...

Mael se concentra, il avait beau réfléchir, il ne trouvait aucun moyen de savoir comment trouver le moskito. Lorsque soudain, une ancienne discussion avec son frère vint lui dénicher une idée.

"Les moskitos sont friands de Sang, tu le savais ?"

Mael attrapa une flèche, il hurla afin d'attirer l'attention du moskito puis se coups la peau avec la pointe de la flèche. Son Sang coula, le moskito le remarqua puis se rua jusqu'à Mael.

Mael: (Il se rapproche, j'entends ses ailes battre à toute allure,)

L'enfant leva son arc et s'apprêtait à tuer lorsque soudain...

"SCHLACK"

Le moskito s'écrasa au sol, mort.

Crâ: NICO A TUÉ LE MOSKITO.

Mael: (Grrr c'était mon idée...)

Crâ: VAINQUEUR, MAEL ET NICO.

Nico et Mael: Quoi ?!

Sram: MAEL TU AS ÉTÉ TROP LENT... ET TOI NICO TU N'AS PAS ÉTÉ ASSER INTELLIGENT.

Soudain, à côté, Sarah explosa de rage.

Sarah: SAUF QU'ON SE BAT PAS CONTRE DES MOSKITOS EN TANT QU'ÉDEN !! ALORS L'ASTUCE DU SANG ÇA MARCHERA PAS !!

Les dieux la regardèrent puis rièrent.

Sram: HAHAHAHAHA... ACCEPTE TA DÉFAITE, GAMINE !

Sarah: Grrr....


La journée s'enchaina et les épreuves devinrent de plus en plus dur, Mael s'en était plutôt bien sortit, lorsque soudain, vinrent les épreuves de Sram.

Iop: (pauvre enfant, Sram n'a pas les meilleures épreuves)

Sram: LES ENFANTS... SACHEZ QUE JE SUIS LE SEUL À BÉNÉFICIER DE DEUX ÉPREUVES...

Nico: *épuisé* Ah...

Mael: D'accord.

Sram: LA PREMIÈRE ÉPREUVE EST SIMPLE, NOUS ALLONS SIMULER UNE PRISE D'OTAGE.

Nico: Tsss... je sens que ça va être facile.

Le dieu Sram s'arrêta, il fixa Nico, un sourire gigantesque se dessina sur son visage.

Sram: TU AS RAISON...C'EST SIMPLE... BEAUCOUP TROP SIMPLE... ALORS ÇA NE SERA PAS UNE SIMULATION MAIS UN VRAI HUMAIN PRIT EN OTAGE PAR UN CRIMINEL.

Le dieu fit apparaître un humain ainsi qu'un criminel, il bougea ses doigts d'une étrange manière, forçant le criminel à poser le canon de son arme sous la gorge de l'humain et à se cacher derrière.

Sram: JE VOUS DONNE UN FLINGUE ET UN GILET DE PROTECTION... FAITES COMME VOUS VOULEZ MAIS N'OUBLIEZ PAS QUE CE SONT DE VRAIS HUMAINS...

Au loin, le dieu Osamodas regardait avec crainte Mael.

Osamodas: (Mael est trop gentil et trop timide... il ne peut pas réussir cette épreuve... il ne peut pas...)

Sarah s'approcha en première, elle tenta d'engager une discussion avec le criminel.

Sarah: On peut régler ça ! Ne..ne lui faites pas de mal...p..pitié !!

Le criminel refusa d'écouter.

Vint le tour de Nico, il s'approcha puis tenta de viser l'homme avec son arme, mais impossible. Le criminel se cachait derrière l'otage.

Mael ricana puis s'avança à son tour. Il cracha par terre puis fusilla du regard le criminel.

Mael: Est-ce que tu pourrais relâcher cet innocent ?

Criminel: N...

*PAN*

Les rivaux reculèrent tandis que l'innocent et le criminel s'écroulèrent au sol, se vidant de leurs sang. Sarah se jetta sur Mael puis hurla tandis que les larmes brouillaient sa vue.

Sarah: TU VIENS DE TUER UN INNOCENT !!!

Mael ricana, il bouscula Sarah puis se retourna, leur faisant dos, il esquissa un sourire puis jetta son flingue au loin.

Mael: Non... disons plutôt que j'ai tué un criminel...

Sarah: Mais...mais...

Sram: MAEL, VAINQUEUR.

Sarah: Mais... il...

Osamodas: IL A TUÉ L'INNOCENT !!

Les dieux se retournèrent, fusillant du regard Osamodas. Le sourire s'effaça du visage du dieu sram.

Sram: ON S'EN FOUT....LES CRIMINEL EST MORT... UN POINT C'EST TOUT...

Osamodas: MAIS.... MAEL...T...TU ES TROP AGGRESSIF MAEL.. JE..JE NE TE RECO...

Crâ: TU AS UN PROBLÈME OSAMODAS ?

Iop: *fusillant du regard Sarah* J'AI L'IMPRESSION QU'IL N'Y A QUE TOI QUE ÇA DÉRANGE ICI, OSAMODAS.

Énutrof: TU ES LE DIEU LE PLUS COINCÉ D'ENTRE NOUS, TU ACCORDES TROP D'IMPORTANCES AUX HUMAINS, RÉSULTAT, TU NE RÉUSSIS JAMAIS RIEN À CAUSE D'EUX.

Osamodas: VOUS VOUS TRO...

Sacrieur: TU ES INCAPABLE DE TE BATTRE SEUL, ALORS TU T'ÉNERVES CONTRE MAEL CAR LUI, MALGRÉ SA CLASSE, IL SE BAT SANS INVOCATIONS ?

Sadida: *Ronfl* *Ronfl* C'EST...C'EST IDIOT DE TA PART OSA...*Ronfl* MODAS... C'EST TOI QUI L'A INSCRIT ICI... TU... *Ronfl* DEVRAIS ÊTRE FIER DE LUI...

Le dieu Osamodas serra ses poings, son visage vira au rouge.

Le dieux Sram se retourna et observa les trois rivaux, un large sourire apparut sur son visage.

Sram: LA DERNIÈRE ÉPREUVE, MA PRÉFÉRÉE...



"LE SACRIFICE".

[Chapitre XIV Du gamin à L'EDEN partie IV]


Le dieu Osamodas s'interposa sous le regard des dieux, le dieu sram grimaçait comme jamais.

Osamodas: MAEL, PEUX-TU VENIR AVEC MOI ?

Sram: IL EST EN PLEIN TEST SI T'AS PAS R'MARQUÉ !

Osamodas: JUSTE DEUX SECONDES...

Crâ: SUIS-LE MAEL, MAIS FAITES VITE.

Mael: Oui déesse Crâ.

L'enfant s'écarta du groupe lorsque le dieu l'interpella, tremblant.

Osamodas: *chuchotant* Tout va bien Mael...?

Mael: Oui, pourquoi ? Je déborde d'énergie !

Osamodas: Tu m'avais l'air un peu...agressif... durant les épreuves...

Mael: Efficace, pour être plus précis.

Osamodas: L'efficacité et l'aggressivité sont deux choses diff...

Mael: Non, c'est la même chose.

Le dieu Osamodas recula, bouillonant, il esquissa une grimace qui divulgua nettement ses dents pointues.

Osamodas: Tu ose me couper la parole ?! Bien que je sois ton ami n'oublie pas que je reste un dieu !

Mael l'observa en se contentant de rire, son regard était vide.

Mael: Le dieu Sram m'a dit d'être efficace, je ne fais qu'obéir... T'es p'têtre un dieu mais n'oublie pas que visiblement, ici, personne ne t'apprécie beaucoup. Allez, j'ai une épreuve à remporter.

Mael se retourna et s'avança jusqu'au groupe. Le dieu Osamodas resta de marbre, lorsque soudain...

Osamodas: LA PREMIÈRE FOIS QUE NOUS NOUS SOMMES ENTRAÎNÉS, TU M'AS DIS VOULOIR DEVENIR ÉDEN POUR QUE LE MONDE PUISSE ÊTRE PROTÉGÉ PAR UN ÉDEN DE CONFIANCE, POUR QUE LES GENS SOIENT EN SÉCURITÉ ET POUR QU'IL N'Y AIE PLUS JAMAIS UN ENFANT QUI PLEURE À CAUSE D'UN ÉDEN.

Mael: Exact... Mais maintenant je veux devenir Éden pour buter les c*nnards qui font de la vie un enfer.

Osamodas: Tu as changé Mael... et tes ambitions aussi ont changées...

Mael: Non tu te trompe, Tuer des méchants et protéger des gentils c'est pareil, c'est juste que l'un semble plus sympathique... mais dans le fond c'est pareil... même dans les contes de fées dans lesquels tu crois vivre.

Osamodas: Mael...pense à ton frère... à la nature qu'il t'a apprit à aimer... j'aime cette nature...plus que n'importe qui...

Soudain le dieu sentit l'adrénaline monter en lui.

Osamodas: LES DIEUX NE SONT PLUS CEUX QU'ILS SONT ! MÊME SADIDA N'APPRÉCIE PLUS LA NATURE... !!! TU VAS DEVENIR COMME EUX SI TU CONTINUE SUR CE CHEMIN !

Mael: La nature..? M'en fout. Les plantes et les moskitos et tout et tout... bah...ça intéresse que toi...

Osamodas: Comment un disciples d'osamodas peut dire ça...

Mael: Tu sais quel âge j'ai ? TU TE RENDS COMPTE QU'À MON ÂGE JE SUIS ENCORE INCAPABLE D'INVOQUER UN SEUL DE CES C*NNARDS D'ANIMAUX DE M*RDE ?! JE DÉTESTE TA CLASSE DE P*TE T'ENTENDS ÇA ?! SI T'AVAIS EU LE CULOT DE ME LAISSER UNE SEULE, NE SERAIT-CE QU'UNE SEULE P*TAIN D'INVOCATION, MON FRÈRE SERAIT PAS MORT !! ...Sram à raison... on est jamais mieux servit que par sois-même... J'aurais p'têtre dû naître sram...

Osamodas: Mael... je...

Mael: Je vais devenir le nouvel Éden... pour venger mon frère et pour détruire ceux qui s'y opposeront... mais je le ferais en tant que crâ... que sram, que Steamer, que Roublard, qu'absolument tout...!!!



....Mais pas d'osamodas....

L'enfant se retourna puis reprit son chemin sous le regard terrifié du dieu Osamodas. Au loin, le dieu sram riait comme jamais, faisant clairement comprendre qu'il avait tout entendu.

Mael: Je suis prêt pour la dernière épreuve.

Sram: BIEN..HÉHÉ....DONC L'ÉPREUVE DE SACRIFICE EST SIMPLE... VOUS ALLEZ DEVOIR SACRIFIER QUELQUE CHOSE...UN OBJET PAR EXEMPLE... PLUS L'OBJET EST CHER À VOS YEUX ET PLUS IL MONTRERA VOTRE DÉVOTION AU GRADE DE L'ÉDEN...


Sarah et Nico fouillèrent dans leur sac tandis que Mael restait figé devant le dieu sram.

Sram: TU NE PARTICIPE PAS, MAEL ?

Mael: C'est juste que... je n'ai rien... j'ai tout perdu... je n'ai même pas un souvenir de mon frère...

Sram: OH... JE REGRETTE MAEL... MAIS SANS CETTE ÉPREUVE... TU NE PEUX PAS DEVENIR ÉDEN...

Le dieu Osamodas sourit puis vint prendre Mael par la main, il ouvrit une brèche donnant sur Bonta.

Sram: ADIEU MAEL...

Iop: TU VAS NOUS MANQUER P'TITE TÊTE.

Sarah: Tsss bien fait.

Nico: Ça t'apprendra, chouchou.

Osamodas: Je te promets de t'enseigner tout mon amour pour les animaux pour me faire pardonner...

Soudain Mael s'arrêta, ignorant complètement le dieu Osamodas. Il fonça vers le dieu Sram en esquissant un large sourire. L'enfant tremblait et transpirait.

Mael: J...j'ai quelque chose...

Sram: OH ?

Mael posa son sac puis l'ouvrit, à première vue, il semblait vide. Les dieux l'observaient. Osamodas ne comprennait pas.

Mael: Héhé...héhé...héhéhé....!!

Soudain, deux petits yeux fixèrent le dieu sram.

Sram: QUEL EST CETTE CHOSE QUI M'OBSERVE ?

Osamodas: ATTENDS MAEL...NE ME DIS PAS QUE...

Soudain, le petit être sortit du sac en emportant une dizaine de plumes avec lui. Mael attrapa un couteau puis se lança à la poursuite de l'oiseau.

Osamodas: MR.CHICKY ?!

Sram: QUE...?

Mael: REVIENS PIAF DE MALHEUR !!!

L'enfant se jetta sur l'oiseau puis planta sa dague dans la poitrine de ce dernier. Le volatile vola quelques centimètres puis s'écrasa au sol. Encore vivant, il respirait à peine tandis que ses petits yeux bruns s'éteignaient.

Osamodas: MAEL NE FAIS PAS ÇA !!

Mael: Pardon Mr.Chiky...Mais c'est pour le bien de tout le monde...

L'enfant serra sa lame puis déchiqueta l'oiseau. Sarah recula puis vomit tandis que le dieu Sram éclata de rire. Mael resta de marbre, au sol, les jambes en tailleur, devant le cadavre de l'oiseau. Les larmes glissèrent le long des joues de l'enfant.

Osamodas: Mael... pourquoi....

Mael: *snif* ...Pardon...pardon Mr.Chicky...

Le dieu Osamodas referma la faille puis avança jusqu'aux dieux tout en gardant une distance de sécurité avec l'enfant.

Osamodas: (Qu'ai-je fais... j'ai transformer un enfant faible et pur en monstre avide de sang... j'ai tout raté... encore...et encore...)

Sram: HAHAHAHAHAHAHAHAHA J'ADORE VOIR LES ENFANTS PLEURER ! TU AVAIS L'AIR D'AIMER CET OISEAU MAEL, TANT MIEUX ! ET VOUS, LES DEUX AUTRES, VOUS SACRIFIEZ QUOI ?!

Sarah: Euh..m..mon bilboquet...

Nico: Et moi...c...cette photo...

Sacrieur: (Eh mais c'est moi sur la photo ?!)

Sram: PFFF...NAZE...BON ALLEZ VOUS COUCHER NOUS ALLONS DÉBATTRE AVEC LES AUTRES DIEUX.

Sarah: Et où allons-nous dormir ?

Sram: DANS LA FORÊT, C'EST PAS UN HÔTEL ICI HOHOHOHOHOHO !

Mael sécha ses larmes puis se dirigea jusqu'à la forêt, à l'écart des deux autres rivaux. Osamodas observa l'enfant s'éloigner, il voulait lui parler mais ses jambes semblaient paralysées.

Osamodas: (Mael... Devenir un Éden c'est perdre son humanité... pourquoi je t'ai proposé ça....Ton humanité... c'est ce que je préférais chez toi...)

[Le soir, dans la forêt]

Si Nico et Sarah s'étaient tenus toute l'après-midi à l'écart de Mael, la fatigue leur donnèrent envie de se joindre à lui.

Sarah: Ça va Mael..?

Mael: Laisse-moi.

Nico: On est désolés pour ce qu'on t'as dis Mael...vraiment..

Mael: ...

Sarah: La vraie raison pour laquelle j'aimerais devenir Éden... c'est parceque j'aimerais être la deuxième femme à l'être... Ma tante s'est faites frappée par mon oncle... alors que mon oncle la trompait...

Nico: Moi ma famille vit dans la misère... mon frère est malade...je l'aime beaucoup.

Mael serra les poings, il observa le feu qu'il avait allumé pour se réchauffer. Il y a quelques mois, il aurai fièrement remonter le moral de ses rivaux, pourtant...

Mael: Je m'en fout de vos vie nulles.

Nico: Quoi ?!

Mael: Vous vous moquez de moi et maintenant que vous savez que je serai l'Eden vous me léchez les bottes ?! Vous avez connu la misère ?! Moi j'ai connu la mort, c'est bien plus dur à vivre.

L'enfant serra les poings, la haine monta, ses veines ressortèrent, ses yeux devinrent rouges, dans sa tête, il voyait sa sœur.

Mael: *Furax* Toi, tu te bats pour les femmes hein....?! Hahaha...HAHAHAHAHA !!! MAIS ON S'EN FOUT DES FEMMES !! J'EN AI CONNU DEUX, L'UNE M'IGNORAIT ET L'AUTRE A LAISSÉ MON FRÈRE MOURIR !! Regarde-toi ! Oh snif snif ma tante a bobo snif mon oncle l'a tapée bouh bouh.... les femmes ça sert à rien, comme les hommes d'ailleurs, vous faites que chialer et acheter des robes inutiles juste pour vous sentir belles.

Mael reprit son souffle tandis que Sarah manquait de s'évanouir. L'enfant fixa Nico.

Mael: Et toi tu vis la misère hein ? Mais t'as une famille... ton frère il est encore vivant... alors franchement désolé mais tes petits problèmes de gamin pourris gâté... je m'en fou complètement.

Nico: T'ES MALADE OU QUOI ?!

Mael: Non, contrairement à ton frère HAHAHAHAHAHAHAHAHA !!!

Nico recula, il prit Sarah dans ses bras et fuya Mael comme la peste.

Mael: Demain je serai l'Eden. Tout ceux qui m'auront sous-estimé ou blessé, je leur cracherai à la g*eule, pigé ?! Je commencerai par écrabouiller Carl, puis je retrouverai les deux G*goles qui ont tués mon frère.. puis ce sera au tour de ma sœur...héhéhé...

Nico: Je deviendrai l'Eden et je te tuerai de mes propres mains espèce d'ordure...

Sarah: Tu es un monstre Mael...*snif* ...

Mael: Oh ça va arrête de chialer... Si tu veux défendre ta tante commence déjà par apprendre à te défendre toute seule...oh mais j'oublier..tu peux pas...parceque t'es une f..

Sarah tenta de gifler Mael, ce dernier esquiva puis répondit à l'attaque par un coup droit. Nico s'interposa et reçu le coup en plein dans le ventre. L'enfant s'écroula puis cracha du sang. Sarah l'aida à se relever tandis que Mael l'observait en ricanant.

Mael: J'vais dormir, j'ai rien à foutre avec des "bons pour la poubelle".


Mael parti se coucher, il attrapa des feuilles puis s'en servit comme d'un duvet. Lorsque tout le monde alla se coucher, Mael se releva et contempla l'espace et les étoiles qui s'offraient à lui. Depuis le champ d'Éden, les étoiles semblaient si proches.

Mael: (Mörts, tu es si proche... je le sens... et toi aussi Mr.Chicky...)

Mael s'approcha d'un arbre puis le toucha pour tenter de se sentir mieux, mais au lieu de ça, un frisson lui glaça le Sang. En ouvrant les yeux, il vit Mörts devant lui.

Mörts: Pourquoi Mael, pourquoi es-tu si violent....

Mael: M...Mörts ?!

Mörts: Ce n'est pas comme ça que je t'ai connu petit frère... tu as même tué Mr.Chicky...

Mael: Mörts...je..

Mörts: Je voulais juste que tu sois heureux... je ne voulais pas que tu te venges et que tu dises du mal à des gens...

Mael: Mais je veux juste te...

Mörts: Mael... je t'aime... tu es mon petit frère et tu le seras toujours...mais respecte les femmes...comme les malades...comme n'importe qui en ce monde... Nous avons tous une raison d'être et nous sommes tous différents... Tu ne peux pas comprendre ce que tout le monde ressent... Alors excuse-toi auprès de Nico et Sarah et du Dieu Osamodas...

Mael serra ses poings, il reprit son souffle puis s'empara de tout le courage qu'il avait afin de faire face à son frère.

Mael: Non... Non j'en ai asser...

L'enfant releva sa manche puis montra sa marque "faible".

Mael: Tu vois ça...?! TU LE VOIS ?!

Les larmes montèrent tandis que Mörts restait fixe et muet.

Mael: Ça me ronge... ça me brûle de l'intérieur... ça me donne envie de tuer tout le monde...de...de... de les empoisonner...de...

Mörts: Tu n'es pas faible petit-frère... pas dans ton cœur...

Mael: MAIS J'M'EN FOU D'ÊTRE FORT DANS MON COEUR !! Si quelqu'un m'agresse j'vais lui dire quoi, hein ?! OH REGARDEZ, JE SUIS GENTIL HIHIHI ÉPARGNEZ-MOI !

Mörts: Mael.

Mael: OU J'VAIS JOUER LES VICTIMES COMME NICO ET SARAH ?! OH REGARDEZ MOI JE SUIS UNE GENTILLE FIFILLE ET MON FRÈRE EST MALADE SNIF SNIIIIIF COMME JE SUIS TRISTE SNIIIIF.

Mörts: MAEL !

Mael: ...

Mörts: JE REFUSE QUE TU DEVIENNE CE GENRE DE PERSONNE, SI JE DOIS TE HANTER TOUTE TA VIE, ALORS JE LE FERAIS.

Mael: ...Et moi j'te dis que je fais ce que je veux.

Mael envoya un coup de pied directement dans l'arbre qu'il venait de toucher, ce qui fit affreusement mal à Mörts. L'esprit s'écroula au sol en se tordant de douleur.

Mael: Même les esprits ont mal visiblement...

Lorsqu'en Mörts se releva, son visage n'avait plus rien de l'enfant sensible et gentil qu'il avait était, c'était désormais un monstre aux yeux rouge comme le sang.

M#rt#: ESP#CE DE PETI# ENF#IRÉ DE M#RDE...!!¡

Mael: J'étais sûr que c'était cet idiot d'arbre qui me faisait un sale tour.

M##r##: J'V#IS TE DÉC?IQUET#R 5AL# MI0CH? DE M#RD#, J'V?IS ¿? P0UR#IR L¿ VIE, T'ENFERM#R D?N¿ UNE CAGE #T T'AR#ACHE¿ TE# MEMB¿ES J#SQU'# C? QU? T'AIE ?#OP MAL P¿UR PO#?OIR RESP?RE#... ##..JE VAIS T'É¿RA5ER, #E FAIRE B#UI?LIR, T? C#?NER PUIS #E DÉCAPIT¿R #SP#CE D? PUT#IN DE C0¿NAR? D'E#FOIR# DE M?RDE !!!¡!!¡

Mael: Le dieu Osamodas disait donc vrai... vous êtes vivant et rancunier.

#####: T# VA5 V0## ?¿I E#T RA#?UNIE# SAL# P?#¿ D# CON##?D ¡!!!¡!

Mael: C'est ça, tu me fais peur... tu n'es qu'un esprit, tu peux rien me faire. Allez, bonne nuit.

Mael s'enveloppa dans ses feuilles puis ferma les yeux. L'esprit le fixa durant une bonne Heure puis il s'écroula au sol.

Mörts: Il dit vrai... je ne suis qu'un esprit...

Le fantôme observa une dernière fois l'enfant puis disparut dans les ténèbres.

[Au même moment, quelque part dans les champs d'Eden]

Crâ: BIEN, LA RÉUNION PEUT DONC COMMENCER...

Sram: JE VOTE POUR MAEL !

Crâ: OUH, TU ES ÉNERGIQUE, SRAM !

Iop: J'AIME CETTE VIVACITÉ, C'EST RARE CHEZ LES SRAMS !

Sacrieur: REGARDEZ-ÇA, POUR UN IOP C'ÉTAIT PLUTÔT UNE BONNE BLAGUE HAHAHA !

Crâ: BIEN, BIEN...AVANT DE PASSER AUX VOTES J'AIMERAIS QUE CHACUN REVOIE EN DÉTAIL LES PARTICIPANTS... COMMENÇONS DONC PAR SARAH.

Énutrof: BON SENS DU TRAVAIL D'ÉQUIPE, SOCIALEMENT GENTILLE ET ELLE MAÎTRISE BIEN LES HACHES ET LES BAGUETTES.

Crâ: EN BREF, TOUTES SES QUALITÉS SONT INUTILES POUR UN ÉDEN.

Le dieu osamodas leva la main afin d'interpeller la déesse Crâ.

Osamodas: JE TROUVE QU'ÊTRE GENTIL EST IMPORTANT.

Tout le monde observa le dieu Osamodas.

Osamodas: *gêné* ...Non...?

Tout le monde éclata de rire. Le dieu Sram ne put s'arrêter de rire, si il avait était vivant, il en serait mort.

Sram: HAHAHAHA DIEU OSAMODAS, T'ES UN RIGOLO TOI !! HAHAHAHA

Osamodas: JE TROUVE QUE C'EST IMPORTANT...PAS VOUS...?

Iop: NON, ÊTRE GENTIL C'EST ÊTRE FAIBLE.

Osamodas: C'EST FAUX !

Sram: POURTANT TON PETIT PROTÉGÉ EST LE PARFAIT EXEMPLE, AVANT QU'IL NE TE CONNAISSE IL ÉTAIT GENTIL ET FRAGILE...ET MAINTENANT, PAR TA FAUTE, C'EST UN MONSTRE INTUABLE..

Osamodas: RÉPÈTE-LE POUR VOIR ?!

Crâ: OSAMODAS, SRAM, TAISEZ-VOUS. (ah les hommes, de vrais gosses...) SRAM A RAISON SUR CE POINT, SARAH ET NICO SONT BIEN TROP TENDRE.

Osamodas: GRRR...

Sram: *faisant une grimace à Osamodas* HIHIHIHI...

Crâ: BIEN, PASSONS À NICO...

Sadida: IL SAIT DIRIGER, DÉFENDRE ET IL EST ASSER FORT AVEC TOUTES LES ARMES...

Osamodas: BREF, IL EST PARFAIT, PRENONS-LE !!

Sadida: *Marmonnant* Les poupées mécaniques que j'avais construits pour remplacer l'Éden étaient parfaites...grmbl...mais vous n'en vouliez pas...

Crâ: OH SADIDA, CESSE DE FAIRE L'ENFANT, TES POUPÉES MÉCHANIQUES SONT QUATRES, IL NE NOUS FAUT QU'UN SEUL ÉDEN !

Sacrieur: POUR REVENIR À NICO, JE DIRAIS QU'EFFECTIVEMENT IL A DE BONNES QUALITÉS, COMME MAEL...

Sram: SAUF QUE MAEL LES A EN MIEUX !

Iop: ÇA C'EST VRAI !

Énutrof: SUR CE POINT, JE SUIS D'ACCORD...

XÉLOR: MES CONNAISSANCES ME DISENT QUE MAEL À NÉANMOINS ÉTAIT VIOLENT AVEC SES CAMARADES IL Y A ENVIRONS UNE HEURE ET DEMI.

Osamodas: AH !

Sram: ÇA PROUVE QU'IL EST DÉTERMINÉ !

Sacrieur: PAS FAUX... ET PUIS LA DOULEUR, C'EST COOL !

Sadida: *marmonant* Mes poupées méchaniques étaient aussi déterminées...

Crâ: JE SUIS D'ACCORD AVEC SRAM ! MAEL EST FORT ET NE LAISSE PERSONNE DIRE LE CONTRAIRE !

Osamodas vira au rouge, il serra les poings puis concentra toute son énergie dans ses cordes vocales.

Osamodas: IL NE S'ENTRAINE PAS DEPUIS LONGTEMP ET EN PLUS IL FRAPPE SES CAMARADES !! VOUS OSEZ LE CHOISIR ?! NON, PRENEZ NICO OU SARAH !!

Sram esquissa un large sourire puis ricana.

Sram: CRÂ, NE L'ÉCOUTEZ PAS... JE VOUS FERAI REMARQUER QUE MAEL A RÉUSSIT PRESQUE TOUTES LES ÉPREUVES, DE PLUS, IL EST LE SEUL À AVOIR EFFECTUER LE SACRIFICE ! ET COMME NOUS LE SAVONS TOUS ICI, OSAMODAS AUSSI, MÊME SI IL SEMBLE PROUVER LE CONTRAIRE... C'EST QUE L'IMPORTANT CHEZ L'EDEN, C'EST SON EFFICACITÉ... PAS SON AMOUR, SA GENTILESSE OU TOUTES SES CARACTÉRISTIQUES SNIF SNIF DE FILLETTE !

Osamodas: L'ANCIEN ÉDEN EST DEVENU UN CRIMINEL, ÇA NE T'AS PAS SERVIT DE LEÇON ? AH MAIS J'OUBLIAIS... ÇA T'ARRANGE QU'IL SOIS DEVENU UN SRAM COMME TOI !

Sram: MAEL N'EST PAS COMME LUI, IL FAIT ÇA POUR VENGER SON FRÈRE... EN PLUS L'ANCIEN ÉDEN EST DEVENU DANGEREUX CAR IL REPRENAIT SON CÔTÉ HUMAIN... CHOSE QUE MAEL SEMBLE OUBLIER PETIT À PETIT... CE QUI NOUS ARRANGE...

Osamodas sentit un frisson traverser sa colonne vertébrale, il comprit alors la manipulation des dieux envers Mael, ils voulaient supprimer son humanité afin de le rendre tel un robot et ainsi avoir un contrôle total sur ses actes.

Osamodas: CE QUE VOUS DITES EST MONSTRUEUX !!

Sram fusilla du regard Osamodas

Sram: POURTANT ÇA NE SEMBLE DÉRANGER QUE TOI ICI... FAIS ATTENTION OSAMODAS, DE TOUT LES DIEUX, TU ES LE PLUS IDIOTS... LE PLUS INUTILE... LE PLUS... MAUVAIS...HÉHÉ...

Osamodas: JE...

Sram: POUR TE LE RAPELLER, C'EST TOI QUI AS FAIS VENIR MAEL ICI, TU ES LE SEUL COUPABLE... DE PLUS, TU SEMBLE PARTICULIÈREMENT FOCUS SUR LUI... AU FINAL CE QUE TU VEUX, CE N'EST PAS QUE SARAH OU NICO SOIENT PRIS... TU VEUX JUSTE QUE MAEL NE SOIT PAS PRIT... MAIS DIS-MOI OSAMODAS... TU FAIS ÇA POUR LE PROTÉGER...OU LE COULER ?

Osamodas: MAIS JE...

Sram: LAISSE TOMBER OSAMODAS, PAR TA FAUTE SON FRÈRE EST MORT.. PARCEQUE TU AS REFUSÉ DE LUI DONNER UNE CROISSANGE AU NIVEAU DE SES POUVOIRS COMME N'IMPORTE QUEL AUTRE OSAMODAS... À SON ÂGE, IL DEVRAIT DÉJÀ POUVOIR INVOQUER SON TOFU AINSI QUE SON BOUFTOU... MAIS SI TON BUT C'EST DE LE COUVER COMME LE FRAGILE QU'IL N'EST PAS ET QU'IL CHERCHE À NE PAS ÊTRE... ALORS LAISSE TOMBER... IL A DÉJÀ TUÉ SON..."MR.CHICKY"... C'EST BIEN LA PREUVE QU'IL N'A PLUS RIEN DU PETIT ENFANT QUE TU AS CONNU...

Osamodas: ESPÈCE DE.... JE VAIS... TE RÉDUIRE EN POUSSIÈRE !!!!

Crâ: CESSEZ VOS CHAMAILLERIES !!

Osamodas et Sram reculèrent et laissèrent la parole à la déesse crâ.

Crâ: JE CROIS QUE NOUS SOMMES TOUS D'ACCORD POUR QUE MAEL SOIS LE NOUVEL ÉDEN.

Osamodas: NON.

Xélor: TU ES LE SEUL OSAMODAS.

Sram: 11 CONTRE 1, TU PERDS OSAMODAS... TU SAIS CE QUE ÇA SIGNIFIE ?

Osamodas: (Malheureusement...Oui...




...pardon Mael... j'ai tout fais pour te protéger...)



[Chapitre XV, Du Gamin à L'EDEN partie V]


Mael sentit la chaleur du soleil le réchauffer, le soleil vint le sortir de son sommeil, il se leva puis observa aux alentours mais n'apercervant pas le soleil. Il baissa le regardes puis ricana.

Mael: J'avais oublié que je suis au dessus du soleil héhé... une source de chaleur de la taille d'une planète sous nos pieds... c'est qu'on pourrait y faire un commerce de jacuzzi, ici !

L'osamodas se leva puis observa l'arbre contre lequel il avait frappé hier soir, surpris de remarquer que son coup de pied avait arracher une écorce de l'arbre. Il se pencha pour l'attraper, en se relevant, il remarqua l'illusion de son frère qui l'observait, l'enfant semblait avoir reprit sa forme bien que son visage était meurtri par les larmes.

Mael: Tiens donc, bébé a bien pleuré ?

???: ....

Mael: Je vais bientôt devenir le nouvel Éden, quand ce sera fait, sois un gentil arbre et apprends à te prosterner devant ton maître héhéhé...

???: Tu te crois si puissant, mais l'Éden n'est pas si fort que ça quand on connaît son point faible.

Mael: Détaille-moi ça.

???: Tu sauras, Mael, qu'entre arbre, la communication passe bien. Nous n'oublierons jamais ce que tu as fais subir et ce que tu m'as fais subir.

Mael: Cette maudite forêt ne fera pas long avec moi, mais dis-moi, en quoi voudrais tu être réincarné ? Une table ? Une chaise ? Un bâteau ? Ou simplement un feu de camp ?

???: ...

Mael: Moi, respecter des arbres ? Jamais ! A prendre l'apparence de mon frère tu sembles avoir pris son caractère ! Il n'y a que lui pour aimer des troncs morts comme toi !

L'enfant attrapa ses affaire puis parti dans la direction opposé à l'illusion.

Mael: Mon Heure de gloire arrive bientôt. J'aimerai éviter de la louper. Aurevoire futur armoire ! Hahahahaha !

???: Notre destin est tout tracé. Tu seras l'Éden, je le sais.

Mael: Oh, en plus tu peux voire dans le futur ?

???: Seulement des fragments.

Mael: Alors tu sais sans doute qui de nous deux gagnera cette petite querelle, malheureusement ce n'est pas un arbre qui me tuera crois-moi ! Hahahahaha !

???: (Il a raison, il va détruire une bonne partie de la forêt pour construire un projet avec un douzien, malheureusement je n'arrive pas à en savoir plus...)

Mael: Allez aurevoire la bûche !

???: Le destin se trompe parfois, tu n'aurais jamais dût être l'Eden, ça aurait dût être Mörts, ton frère.

Mael s'arrêta et serra les poings. Il resta muet.

???: Tu aurais dût mourir, pas ton frère. Le destin fais souvent bien les choses, mais parfois il fait des erreurs irréparables.

Mael: Je l'aime bien le destin, je crois que lui et moi on va très bien s'entendre.

Mael s'enfonça dans la forêt en laissant l'illusion seul. À mesure que l'enfant avançait, il entendait des chuchotements et des murmures lui lançant des insultes. Mael comprit qu'il s'agissait des arbres, encore remplit de rancunes.

Sram: AH REGARDEZ, VOILÀ MAEL QUI ARRIVE LE PREMIER ! LA NUIT ÉTAIT BONNE MON GARÇON ?!

L'enfant s'avança, il remarqua tout de suite le sourire sur le visage des dieux, sauf Osamodas qui restait en retrait, le regard vide. Mael salua les dieux lorsque soudain, ses deux rivaux arrivèrent derrière lui. Sarah fuyait Mael du regard tandis que Nico le fusillait.

Sram: ET LES DEUX RETARDATAIRES.... TSSS....

Sarah: *énervée* On est à l'heure !

Sram:*vexé* EH, OUBLIE PAS A QUI TU PARLE, MICROBE !

Sarah: Pardon...

Sram: JE DÉTESTE LES GENS QUI S'EXCUSENT.

Sarah: Mais...

Sram: JE DÉTESTE LES GENS QUI DISENT MAIS.

Sarah: Par...euh..je...

Sram: JE DÉTESTE LES GENS QUI NE SAVENT PAS PAR...

Crâ: TU DÉTESTE TOUT LE MONDE SRAM.

Sram: HAHAHAHAHAHAHAHAHA PAS FAUX !

Crâ: TRÊVE DE BAVARDAGE, L'HEURE DES RÉSULTATS À SONNÉ.

Sarah et Nico furent emparés par la peur, tandis que Mael restait calme et faisait preuve de sang froid.

Sram: CE N'ÉTAIT PAS FACILE DE VOUS DÉPARTAGER CAR VOUS ÊTES TOUS TRÈS TALENTUEUX... ÇA C'EST CE QUE JE DIRAI SI C'ÉTAIT LE CAS HAHAHAHAHA !!

Iop: HAHAHAHA BONNE BLAGUE IOP !

Sacrieur: *chuchote* T'as pas compris, Iop...?

Iop: *triste* NON....

Sram: LAISSEZ TOMBER, LE GRAND VAINQUEUR EST...

Crâ: ATTENDS SRAM... LE FUTUR ÉDEN DOIT SAVOIR QUE CE RÔLE N'EST PAS SIMPLE, IL EST TRÈS DUR ET DEMANDE DE NOMBREUX SACRIFICES, CELUI QUI DEVIENT ÉDEN PERD UNE GRANDE PARTIE DE SON HUMANITÉ, DE PLUS, IL DEVIENT INSENSIBLE À LA VIEILLESSE... CETTE CAPACITÉ DE JOUVENCE EST UN POUVOIR CONVOITÉE PAR TOUT LES HUMAINS MAIS L'ÉDEN SAURA BIEN VITE QU'IL S'AGIT EN RÉALITÉ D'UNE MALÉDICTION. POUR FINIR, SACHEZ QUE LES ÉDENS NE SONT JAMAIS MORTS PAR DES ARMES.

Nico et Sarah furent pris de terribles vertiges, cette annonce leur glaça le Sang.

Crâ: SUICIDE, TRAHISON ET J'EN PASSE... VOILÀ LES VRAIS RAISONS POUR LESQUELS LES ÉDENS PRÉCÉDENTS SONT MORTS.

Un silence régnait, Mael ne bougeait pas d'un poil tandis que ses rivaux tenaient à peine debout.

Sram: BIEN.. CE N'EST DONC PLUS UNE SURPRISE.... MAEL, AVANCE-TOI...

L'enfant s'approcha du dieu Sram. Il le fixa dans les yeux tandis que Sram ricanait.

Sram: FÉLICITATION...TU ES LE NOUVEL ÉDEN.... HAHAHAHAHAHAHAHAHA...HAHAHAHAHAHAHAHAHA !

Énutrof: BRAVO PETIT HÉHÉHÉHÉHÉ !

Iop: HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA (x60)

Crâ: IOP, ON A COMPRIS.

Les dieux cessèrent leurs commentaires. Osamodas s'approcha mais garda néanmoins une distance avec Mael.

Osamodas: Bravo Mael.

Mael: Merci.

Osamodas: J'ai beaucoup réfléchi et je pense que rester ici m'est difficilement encore supportable.

Mael: C'est bien dommage.

Osamodas: Je crois que ça nous arrange tout les deux. Mais sache, Mael, qu'être l'Éden est le pire cauchemar qu'on puisse vivre si on ne sait pas rester humain.

Mael: Vous savez quoi, dieu Osamodas ? Je vais devenir L'Éden, j'aurais autant de puissance que vous sauf que la mienne sera variée et intéressante. Je deviendrai un personnage important, né pour faire le travail que vous êtes incapable de remplir.

Osamodas: Mael..

Mael: ME COUPE PAS LA PAROLE !

Un silence régna, Nico et Sarah, persuadés que Mael allait mourir, reculèrent.

Osamodas: P...pardon..?

Mael: Maintenant, tu me dois autant de respect que je t'en ai dût. Alors si tu n'as plus ta place ici, va te promener dans les champs du monde des douzes, va bouder là-bas comme les enfants de 5 Ans.

Le dieu Osamodas serra les poings, sa patience arriva à terme, il s'avança vers Mael, prêt à lui arracher le visage.

Sram: OSAMODAS... MAEL T'AS DIS DE T'EN ALLER... JE CROIS QUE TU DEVRAIS APPRENDRE À ÉCOUTER L'EDEN COMME TOUT LES DOUZIENS, PUISQUE TU TE SENS PLUS À TA PLACE DANS LEUR MONDE.

Osamodas sentit ses jambes faiblirent, il recula, salua tout le monde puis se dirigea vers une brèche qu'il avait soigneusement crée quelques Minutes plus tôt.

Osamodas: Au fond je suis fière de toi Mael... je crois que tu vas me manquer...

Sram: Osamodas...

Osamodas: Oui, Sram..?

Sram: L'avantage c'est que là, en bas, il y a des mouchoirs pour sécher tes larmes, HAHAHAHAHAHAHAHAHA !

Iop: HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA (x178)

Osamodas, humilié, rigola malgré les larmes qui coulaient le long de son visage. Il s'avanca vers la brèche puis se retourna rapidement en espérant voir un regard attristé de la part de Mael, mais rien, l'enfant était déjà partit s'entrainer avec la déesse Crâ.

Osamodas: Vous passerez le bonjour à Wood... Je crois qu'il travaille actuellement...

Osamodas traversa la brèche, il observa au loin, les grand champs de Bonta. Il partit en direction d'Amakna tandis que la distance effaçait petit à petit sa silhouette. Nico et Sarah patientèrent en observant le dieu qui s'éloignait au loin.

Sarah: Ça me fait de la peine...

Nico: Tsss... c'est Mael qui a gagné...

Sarah: Il n'y a même pas de fête ?

Nico: Non et tant mieux..Ils ont tous la grosse tête ici.

Sarah: Alors on fait quoi...?

Nico: Nous seront ramenés chez nous ce soir... Je déteste Mael mais je suis plus intelligent que lui... alors je vais aller le féliciter. Tu viens aussi ?

Sarah: Non, vas-y sans moi.

Nico: D'accord.

Nico se dirigea vers la forêt, il observa partout puis remarqua finalement Mael qui se tenait sur son lit de feuille. Nico s'approcha et puisa dans ses forces pour ne pas frapper l'osamodas.

Nico: Félicitation, ça doit te faire plaisir !

Mael: Non.

Nico: Ah..je...euh...

Mael: Tu me veux quoi ?

Nico: Je viens juste te féliciter...!

Mael: Ok...c'est sympa... elle est pas là la chihuahua ?

Nico: Euh, non...elle...elle est encore un peu triste...

Mael: Tsss... vraiment une gonzesse celle-là.

Nico: Hum...bon je vais te laisser...hein.. (quel enfo*ré)

Mael: Ouais, bon retour chez toi. (Quel cr*tin)

Nico disparut dans les bois tandis que Mael s'enfonça dans le sommeil. Soudain, un bruit le réveilla, en ouvrant les yeux il remarqua qu'un homme l'observait.

Mael: Que...?! T'es qui toi ?!

Wood: Enchanté, je me nomme Wood !

Wood était grand et portait un haut-de-forme ainsi qu'une canne, il avait des cheveux couleur galaxie ainsi qu'un grand sourire blanc.

Mael: Euh..je peux t'aider..?

Wood: Oh, je venais simplement arroser les arbres... puis je t'ai vu... comme on va travailler un peu ensemble dans le futur... j'ai pas voulu perdre de temp !

Mael: Arroser les arbres...? Travailler ensemble...?!

Wood: Oh pardon ! Quel idiot hahaha ! Je suis donc Wood, comme dit avant... mais je suis aussi le gardien du Paradis ainsi que de tout le territoire d'Éden !

Mael: T'es genre celui qui choisis qui vit ou non...qui va en Enfer et qui va au Paradis ?! T'es genre le maître du monde ?! Le dieu suprême ?!

Wood écarquilla les yeux puis éclata de rire.

Wood: Hahahahahahahahaha ! Non, je suis simplement le gardien ! Je m'occupe un peu des lieux pour qu'ils restent en bons états, c'est tout ! En terme de hiérarchie, je suis placé plus bas que les dieux et que l'éden ! Je ne suis pas très puissant... cependant j'ai des pouvoirs très intéressants !

Mael: Comme quoi...?

Wood: Je peux changer d'apparence, me téleporter, connaître totalement la vie d'une personne (pas son futur malheureusement snif), vivre au Paradis comme dans le monde des douzes et d'autres pouvoirs secondaires amusant comme la possibilité de faire apparaître des objets !

Mael: Genre... des chaises...ou des figurines en plastiques...?

Wood: Oui, par exemple... ou je peux aussi faire apparaître d'autre chose comme des Dofus.

Mael: Créer des Dofus ?!

Wood: Pas vraiment... seulement les "téléporter" en gros...c'est un peu comme si je les vole.

Mael: Ah...mmh...okay...

Wood: J'adore cette forêt, les arbres sont si agréables... ne va pas le répéter mais j'ai une dent contre les dieux...

Mael: Mmh...pourquoi ?

Wood: Certains d'entre eux pensent que la forêt est asser grande et qu'on pourrait utiliser certains arbres pour faire des armes...

Mael: Ah...je vois...

Wood: Heureusement Osamodas me défend... tant qu'il sera là alors ma forêt ne craint rien... toi aussi tu aimes la nature ?

Mael:*épuisé* J'adore... (il va être déçu pour Osamodas héhé)

Wood: Tu sais, créer des armes avec du bois d'Éden... c'est une très mauvaise chose... parceque les arbres, même coupés, continuent de vivre... et ils pourraient se retourner contre leurs utilisateurs...

Mael: Ouais génial...mais tu vois demain ce sera l'exécution de l'ancien Éden... ce sera moi le bourreau alors sois sympa et laisse-moi me préparer.

Wood: Ok ok, pas de problème mon ami, bonne journée.

Wood attrapa Mael par le cou puis le plaqua contre un mur, une trentaine d'illusions apparurent derrière Wood. Le visage de Wood était devenu sombre et brisé.

Mael: Tu fais quoi ?! T'es malade ?!

Wood: On va juste être clair, j'ai beau être gentil, les pestes comme toi me démangent !

Mael: Quoi ?!

Wood: Tu oses t'attaquer à l'un de mes arbres et en plus tu dis aimer la nature ?!

Mael: Mais tu raconte n'importe quoi !!

7##k9: NON, IL M'A FRAPPÉ HIER SOIR !

8€€&/: OUI J'AI TOUT VU !

889/': FAIS-LE SOUFFRIR, WOOD !

*]£'f: IL A CHASSER OSAMODAS ET NOUS SERONS LES PROCHAINS !

Mael: Tes arbres racontent n'importe quoi ! Ils sont jaloux, c'est tout !

Wood fouilla dans les poches de l'osamodas et en ressortit l'écorce qu'avait récupéré Mael ce matin.

Wood: ET ÇA, C'EST UN MENSONGE ?!

Mael: Wood...calme-toi, c'est que des...

W#od: QU# DES A?BRES H#IN ?!

Mael: Non c'est pas ce que je voulais dire...

Wood éjecta Mael contre le sol puis s'écarta, il se recoiffa puis calma les arbres.

Wood: Du calme mes amis, je pense que l'Éden a compris la leçon. Ce serait bête d'être ennemi avec lui, n'est ce pas ? Sache Mael, que ce n'est pas dans mon habitude de m'énerver... mais quand quelqu'un frappe l'un de ces arbres... ces arbres que j'affectionne tant...et que je nourris de mon amour tout les jours... je sais pas... je ressent comme une envie d'arracher les veines de celui qui fait ça... héhé...c'est plus fort que moi...j'y peux rien...

Mael: (Ce mec est taré ?!)

Wood: Je suis heureux d'être ton collègue de travail. Mes amis ne t'embêteront plus.

Mael se releva, il dépoussiéra ses vêtements puis pointa du doigt Wood tandis que ce dernier resta stable, les mains dans le dos, l'air calme.

Mael: Oublie pas que tu es faible et que quand je serai Éden, je pourrai t'écraser comme un insecte !

Wood: Mes connaissances sur toi me disent pourtant que de nous deux, c'est toi qui porte la marque du "faible".

Mael vira au rouge, il se jetta sur Wood mais à peine il s'approcha que de terrible douleurs au niveau du crâne l'arrêtèrent.

Wood: Fort, tu l'est, c'est sûr. Mais dans cette forêt, l'Éden n'a aucune chance, surtout face à moi. Les dieux ont peur du bois d'Éden pour deux raisons... deux raisons qui pourraient tuer l'Éden. Ils t'ont choisis parceque tu es le moins humain de tous...

Mael roula sur le sol, ses douleurs le torturaient, incapable de se relever.

Wood: Bonne journée Mael. Puisse la nature te rendre ton énergie.

Wood s'enfonça dans la forêt tandis que les illusions disparaissaient. Mael se releva puis fit quelques pas avant de s'écrouler et de s'évanouir.


[Chapitre XVI: Du gamin à L'EDEN partie VI]


Le lendemain, Mael se releva avec une terrible douleur au crâne, il entendait des rires dans sa tête, probablement ceux des arbres qui le sous-estimait profondèment, Mael restait calme simplement pour éviter un nouvel évanouissement, ce qui lui ferait rater l'exécution de l'ancien Éden. Mais au fond, tout le monde savait que ce n'était qu'une question de temp avant que Mael rase cette forêt. Mael grogna, attrapa ses affaires puis sorti de la forêt. Une fois dehors, la lumière vint l'aveugler. Il réouvrit les yeux puis constata avec "joie" , Wood, s'amusant avec un bilboquet.

Mael: Toi et moi devons parler, n'est-ce pas ?

Wood: Mmmh... Je ne crois pas non...

Mael: Hier... tu m'as étourdis puis tu t'es enfuis comme un lâche !

Wood: Toi et moi allons bientôt travailler ensemble... il me semble normal de te prévenir que cette forêt n'est que le reflet de ce que je suis.

Mael: L'exécution va commencer. Je n'ai pas de temp à perdre avec un idiot comme toi. Adieu.

Tandis que Mael se dirigea vers le lieu du sacrifice, Wood ricana tout en jouant avec son bilboquet.

Wood: Tu as la haine n'est-ce pas ?

Mael: Oui. Une fois que je serai officiellement le nouvel Éden, j'écraserai les morveux dans ton genre.

Wood: Tu sais quoi ? Fais-toi plaisir... écrase-moi, humilie-moi, tue-moi...

Mael se retourna et contempla le regard de Wood, comme hier, il était rempli de détermination.

Wood: ...Mais ne touche pas à cette forêt... Car crois-moi en tant que gardien du Paradis je m'assurerai que tu passe ta "retraite" dix milliards de pieds sous terre.

Mael: Tu continue de me donner des ordres. Très bien, joue donc au plus malin.

Mael quitta la discussion comme à son aise. Il rejoignit les autres dieux afin de pouvoir enfin se venger de Carl. Sram interpella Mael afin de le préparer pour ce grand moment. Le dieu lui sourit puis lui donna un vêtement blanc rayé de noir.

Sram: TA TENUE D'ÉDEN.

Mael: Merci, Dieu Sram.

Sram: DÈS QUE LA GUILLOTINE AURA TRANCHÉ LA GORGE DE CE SAL*PARD, TU OBTIENDRAS SES POUVOIRS HAHA !

Mael: Attendez, il a toujours ses pouvoirs ?

Sram: ILS SONT INACTIFS MAIS TOUJOURS PRÉSENTS, OUI.

Mael: Mais je... je pensais que l'Éden était... invincible..

Sram: C'EST LE CAS, EN RÉALITÉ... L'ÉDEN N'A QU'UNE SEULE FAIBLESSE HAHA.. UNE SEULE, MAIS FORT HEUREUSEMENT, PERSONNE N'A CETTE CHOSE EN SA POSESSION !

Mael: Puis-je savoir de quoi il s'agit...?

Sram: TU LE SAURAS EN TEMP VOULU.

Mael: Si vous le dites.

Soudain, la déesse crâ apparût devant le dieu Sram, elle attrapa la main de Mael puis le guida jusqu'à Carl. Les dieux entourèrent la guillotine dans laquelle était placé Carl. Les dieux fermèrent les yeux, laissant Mael et Carl face à face, Mael avait la possibilité d'enclencher le mécanisme de la guillotine à tout moment.

Mael: Salut Carl.

Mael semblait plus déterminé que jamais, ses veines ressortaient, ses yeux viraient au rouge, ses pupilles étaient aussi fines que celles d'un kanigrou enragé.

Carl: Tss...On s'connaît ?!

Mael: Moi oui... mais toi, tu vas apprendre à me connaitre.

Mael remonta ses manches, laissant paraître la marque qu'avait infligé Carl, au fer.

Carl: ..."Faible"... ?

Mael: Tu t'en souviens..?

Carl: Une minute...tu es...?!

Mael: Bien vu.

Carl: Mais...tu..comment..c'était il y a si peu longtemp ?!

Mael: Merci Carl, j'ai voulu devenir comme toi... tu étais ma motivation, mon idole... mais j'ai compris que tu n'étais qu'un raté, tu as faillit à ta tâche... au fond... tu n'étais qu'un pantin en chocolat, peint en or.

Carl: J'ai fais plus pour le monde des Douzes que tu en feras....

Mael: ...des crimes ? Exact, mais maintenant que je prends ta place... les choses vont changer.

Carl: L'Éden n'est qu'une manipulation des Dieux, une machine crée pour réduire l'espoir de l'humanité à Zéro.

Mael: J'ai honte d'entendre ces mots sortir d'une cr*tin comme toi.

Carl: ils t'ont eu, les dieux ont fait de toi leur nouvelle marionette !!

Mael: Tsss... Tu es patéthique... tu me fais de la peine...

Carl: ...

Mael: Les rôles ont changés, c'est toi qui me supplie à présent... Bienvenue dans la peau du "faible".

Carl: Voit les choses en face, Sadida a tenté de créer un Éden à base de marionette ! C'est bien la preuve que l'humanité n'est pas un critère de l'Éden !!

Mael: Tant mieux... c'est pour ça que je suis l'Éden aujourd'hui... mes deux autres rivaux étaient un peu...des faibles... enfin... il fallait s'y attendre dès le moment où ils ont invité une fille...

Carl: Matcho en plus... tu fais pitié cr*vard !

Mael: Venant de quelqu'un qui va mourir dans la minute ça me glace le sang.

Carl: Ça te fais rire hein ?! Tu kiffe me faire souffrir ?!

Mael: Oh noon.. loin de moin cette idée... mais je me suis dis que te rendre ce que je te devais était tout ce qu'il y avait de plus normal.

Carl: L'Éden est une mauvaise chose, l'humanité est faites pour apprendre à vivre ensemble... pas pour qu'un homme s'en charge.

Mael s'approcha de l'oreille de Carl, il lui sourit puis lui chuchotta doucement.

Mael: Ne t'inquiète pas pour ça, ce n'est plus ton travail... profite bien de ta "retraite" Carl. Pense à dire bonjour à mon frère...oh mais je suis idiot...

...toi tu vas aller au centre du monde.

"Clic"

La guillotine s'activa, une étrange lame faites en bois vint trancher la gorge de Carl. La tête de l'ancien Éden s'éjecta en provocant une inondation de sang qui vint salir le visage de Mael. Le sang coula sur les vêtements de l'Éden, il s'y infiltra parfaitement, laissant penser que ce vêtement connaissait bien le sang. Mael lècha le sang de Carl, savourant sa délicieuse victoire.

L'enfant se retourna puis avança auprès des autres dieux. Sram s'avança puis le félicita, il lui tandis le visage de Carl.

Mael: Qu'y a-t'il, Dieu sram ?

Sram: *chuchotant* Pour obtenir les pouvoirs de l'Éden tu vas devoir manger la chair de Carl.

Mael: Quoi mais...

Mael observa le cadavre de l'homme, il prit une profonde respiration puis sourit.

Mael: Après tout, ce n'est pas le moment de faire la fine bouche.

Mael se dirigea vers le cadavre puis commença à le manger. Une heure plus tard, une fois finit, il sentit le pouvoir couler dans son sang, son coeur battait tellement qu'il ne le sentait plus. Ses yeux devinrent doré et ses cheveux, blancs. Il vomit deux ou trois fois puis se releva et observa les dieux, il avait gagné en assurance et perdu en faiblesse, il avait troqué de la puissance contre son humanité.

Mael-Eden: Parfait... Je me sens...

Crâ: PUISSANT ?

Iop: GRAND ?

Sram: MORT ?

Mael-Eden: Vous avez tout les trois raison...héhé...

Wood: Félicitation Éden.

Mael se retourna et fusilla du regard Wood.

Mael-Eden: Tiens donc, voyez qui voilà !

Sram: MAEL, JE TE PRÉSENTE...

Mael-Eden: Pas besoin, je le connais déjà.

Wood: Peut-être qu'à partir de maintenant tu respectera les arbres.

Mael-Eden: Moi respecter des arbres ? Jamais, hahaha !

Sram: HAHAHA, ATTENTION MAEL, WOOD ADORE LES ARBRES, CE SERAIT BÊTE QUE TU FINISSE COMME LE DEUXIÈME ÉDEN !

Mael sentit son sang refroidir, il se retourna et devint pâle.

Mael-Eden: Il est arrivé quoi ?

Sram: LE DEUXIÈME ÉDEN À COUPÉ ENVIRON 6 OU 7 ARBRES ET...

Wood: Et je l'ai tué, sans aucune pitié, je l'ai planté tandis qu'il suffoquait pendant que ses poumons gisaient trois mètre plus loin. Et pour info c'était 6,71936491547 Arbres qui ont été coupés, j'aime la précision.

Mael recula, il n'avait pas peur, mais en entendant ça, il comprit bien vite que Wood connaissait le fameux "Point faible" De l'Éden... et qu'en plus, il possédait cette fameuse "arme tueuse d'Éden".

Mael-Éden: Tss.. moi aussi j'ai tué un Éden, rien d'impressionant.

Wood: Effectivement, il existe déjà des gens qui ont tués un Éden...

Wood sourit en se lèchant les babines.

Wood: ...Mais personne n'a tué deux Édens... ça pourrait être un beau record...tu ne crois pas ?

Mael-Éden: ...Ça n'arrivera jamais, navré de te décevoir.

Wood: Dommage...

Mael et Wood se séparèrent, l'Éden partit en compagnie des Dieux, dans les champs d'Éden, où débutèrent les entrainements acharnés d'Éden. L'enfant dût s'entrainer trois ans avant d'enfin pouvoir débuter ses missions. Sa première mission consista à tuer deux criminels contre qui il avait une certaine rancune... je crois que vous les connaissez... enfin..ça...c'est une autre histoire. [Fin du passé de Mael]


Killasangz: Cette histoire est... assez nouvelle pour moi.

Irilys: Il est méchant Mael !

Apatite: Non ma petite, il est sauvage, c'est différent !

Irilys: C'est le même adjectif...non..?

Apatite: (Oui, sauf que l'un est sexy et pas l'autre héhéhé...)

Simba: Ma chérie.. Je sais que c'est dur pour toi...

Winnie: Quand mon enfant s'est fait kidnapper dans les mines par ce criminel..."Bastien"... j'ai eu si peur...j'ai supplié Mael de venir m'aider... mais il avait toujours de la rancune envers ma famille à cause de sa soeur... alors il n'est jamais venu...

Zkilla: C'est affreux..

Winnie: J'ai laisse mon enfant une semaine, seul dans les mines, en compagnie d'un criminel... quand je suis descendue... ma fille était morte... elle avait agonisé, seul, tentant désespéremment que quelqu'un entende ses faibles cris... ses larmes avaient coulés si longtemp sans que personne ne sois là pour les sécher... j'avais abandonné ma fille... par peur...ou par égoïsme...

Killasangz: ...

Gisei: Tout va bien Killasangz ?

Killasangz: Euh..c'est que..en fait... cette histoire me touche beaucoup...

Zkilla: Ne pleurez plus, votre fille vous aime et elle ne vous en veut pas, vous avez fait de votre mieux...

Winnie: Si c'était mon mieux...alors je suis une bonne à rien...

Simba: Ma chérie...

Winnie: J'aimerais être seule...s'il-vous plaît...

Killasangz: Vous devez vous reposer, vous avez raison... mais ne faites plus d'escapades c'est d'accord !

Winnie: Oui...comptez sur moi.

Killasangz: Bien, à plus tard, Monsieur, Madame.

[Chapitre XVII: Ne pleure pas Micky]

Killasangz prit le soin d'ouvrir la porte à son équipage puis de la refermer délicatement, visiblement heureux, malgré un pincement au cœur pour Winnie. Le squelette souriait discrètement.

Apatite: Qu'est-ce qui te rends si heureux Killasangz ?

Killasangz: Je trouve l'histoire de Mael intéressante.

Apatite: C'est juste un idiot qui se prend pour une brute.

Gru: Il est juste à côté...

Apatite: Mael ?!

Gru: Non, Sangpoursangs...c'est pas de lui que tu parlais ?

Sangpoursangs: GRRR...TOI JE VAIS TE...

Killasangz: Du calme... contrairement à ce que tu dis, Apatite, je ne trouve pas Mael idiot, son histoire l'a changé, c'est tout.

Sangpoursangs: En attendant on sait qu'il a un point faible !

Zkilla: Ça pourrait nous servir.

Apatite: Il faut le découvrir et vite !

Killasangz se gratta le menton en plissant les yeux.

Killasangz: Vous rigolez j'espère ?

Apatite: Non, pourquoi ?

Killasangz: Écoutez, Mael est dur, mais il ne fait que son travail... des milliers d'enfants l'admirent, des milliers d'adultes sont sauvés par lui... c'est pas parcequ'il a un sale caractère qu'il mérite de mourir.

Sangpoursangs: N'empêche qu'il a laissé le fils de Winnie mourir juste parcequ'il a un sale caractère.

Aqua: Venant de la bouche de quelqu'un qui a faillit m'assassiner c'est amusant.

Sangpoursangs et Aqua se défièrent du regard, Killasangz les observa puis reprit la discussion en les ignorant.

Killasangz: Non, Mael a fait une bêtise...

Killasangz serra les poings.

Killasangz: Nous en faisons tous...

Le squelette se mordit les lèvres.

Killasangz: Le vrai coupable, c'est Bastien...point.

Le sram termina la discussion puis reprit sa marche en direction du Maelström. Zkilla s'arrêta.

Zkilla: N'empêche que c'est pas la seule chose perturbante.

Apatite: Ah bon...?

Zkilla: Les champs d'Eden, le bois d'Eden...tout ça...ça vous perturbe pas ?

Killasangz: C'est un lieu étrange effectivement... mais je doute que ce soit à nous d'en parler.

Apatite: Et ce fameux Wood...il a l'air sexy...

Killasangz éclata discrètement de rire.

Killasangz: Ça me rapelle que je dois aller faire quelque chose.

Le sram grimpa l'échelle du Maelström puis fila dans sa cabine en s'empressant d'attraper son arbre.

Killasangz: Mon voyage commence à devenir intéressant... il se passe tellement de chose...

Le sram se pencha vers le hublot, il observa au loin puis sourit.

Killasangz: L'étrange inconnu Lénald avec qui j'ai parlé tout à l'heure, ce mystérieux arbre qu'on m'a offert dans le désert....et...

Le regard du sram s'assombrit.

Killasangz: ...ET cette mystèrieuse voix qui résonne en moi... Ça devient compliqué à suivre...

Gru: Ouaip, surtout si tu parles tout seul !

Killasangz: AH !

Le sram manqua de chuter de son lit, le shushu était entré discrètement sans que Killasangz ne l'aperçoive.

Killasangz: Oh, Gru...c'est toi ! Qu'est-ce qui t'ammène ?

Gru: Bah, comme t'es parti comme une flèche... on s'est demandé ce qu'on devait faire maintenant...

Killasangz: Comment ça...?

Gru: Osamodia, c'est minuscule, on a déjà fait le tour...

Killasangz: J'ai encore beaucoup de chose à demander à Winnie...

Gru: Mais Winnie a son mari pour ce genre de problème !

Killasangz: J'ai envie de l'aider c'est tout.

Gru: C'est sa faute si sa fille est morte aussi...être une mère c'est pas facile mais ça ne se prend pas à la légère.

Killasangz serra les poings.

Killasangz: Pour la dernière fois, ce n'est pas de sa faute... et puis, j'ai mes raisons de m'intéresser à son histoire...

Gru soupira puis ouvrit la porte de la cabine en faisant un pas en dehors.

Gru: Si j'ai bien entendu, t'entends une voix dans ta tête ?

Killasangz: Non...c'est juste...bah rien.

Gru: T'es chelou comme gars, vraiment.

Le shushu quitta la pièce, laissant le sram seul face à ses questions. Killasangz attrapa son arbre puis observa à nouveau dehors.

[Au même moment, dans la salle des moteurs.]

Aqua: Lalala...Smooooke on the Watheer....! Lalala...

*CRAC*

Aquarelle recula et attrapa un couteau, il avait entendu un bruit provenant de la partie sombre des moteurs, il regrettait de ne pas avoir installer de lumière auparavant. Il s'approcha, petit à petit, puis constata qu'il ne s'agissait que de Micky, à moitié bourrée.

Aqua: Tiens donc, tu viens voir les prodiges des moteurs de Sufokia ?

Micky-Nai: *bourrée* N'importe quoi... je croyais que Sufokia c'était l'eau....pas les airs...

Aqua: Eh bien...

Aquarelle fut coupé dans son élan, en y repensant, Micky avait raison, Informus n'existe pas depuis longtemp or, le Maelström, lui, existe depuis belle lurette.

Aqua: Comment le Maelström pouvait voler auparavant...

Micky-Nai: *bourrée* Je sais paaaaas...mais dégaaaaaage...j'essaie de boire tranquillement !!

Aqua vira au rouge.

Aqua: Si tu veux te bourrer la g*eule, tu vas le faire ailleurs, pigé ?!

Micky-Nai: *bourrée* Et pourquoi...?

Aqua: *Ironique* Oh je sais pas, sûrement pas parceque tu te trouve dans la salle des moteurs, destinée à faire fonctionner des moteurs, destinés à faire voler le Maelström, destiné à rendre notre voyage possible...

Micky-Nai: *bourrée* Bah...alors où est le problème...?

Aqua: *agacé* J'ai l'impression de voir Sangpoursangs, bordel.

Le steamer s'approcha de Micky et l'attrapa par le bras.

Micky-Nai: Eh ?!

Aqua: Quoi ?!

Micky-Nai: Pervers !

Aqua: Ça va pas ?!

Micky-Nai: Lâche-moi ! Tu me touche, je t'empoisonne !

Aqua: Mais ça va pas, mais t'es pas net, non ?!

Le steamer recula, il fronça les sourcils. Micky le bouscula puis lui jetta sa bouteille vide qui lui finit en plein sur la tête. Le steamer s'écroula, par chance, il ne saignait pas.

Aqua: T'ES MALADE ?!

Micky-Nai: Pervers, profiteur !

Aqua: P*tain...Dégage de ma salle des moteurs...DÉGAGE !!

Micky-Nai: Non...pas envie...

Le steamer se releva, il avait une grosse bosse ainsi qu'un bleu.

Aqua: Ça te fais rire de jouer les alcooliques ?!

Micky-Nai: Je joue pas, j'ai juste envie de noyer mes problèmes.

Aqua: Moi aussi j'ai des problèmes, des problèmes comme toi !

Micky-Nai: Ça va, c'est bon, je pars...pfff..

Aqua lui rendit sa bouteille puis la bouscula à son tour. Micky manqua de tomber plusieurs fois, elle se stabilisa à l'aide du mur. Une fois stable, elle releva ses cheveux puis observa le steamer.

Aqua: Quoi ?

Micky-Nai: Désolé...pour ta bosse...

Aqua: C'est bon...allez, je dois travailler...

Micky-Nai: Tu me rapelle mon mari...il se faisait toujours des bleus...

Aqua: (J'espère que ce n'était pas par la même personne...)

Micky-Nai: Il adorait protéger les gens...je sais pas...toujours à jouer les boucliers...

Aqua: (Déjà que j'ai du mal à ressentir les émotions...comment veut-elle que je ressente de l'intérêt pour son histoire...pff.)

Micky-Nai: Mais bon...malheureusement...les boucliers n'ont pas de boucliers, eux...

Aqua: C'est un peu logique.

Mick-Nai: Tu ne t'es jamais mis à la place d'un bouclier ?

Aquarelle nettoya ses mains qui s'étaient salies avec la poussière des machines qu'il, avait nettoyé, puis, il fixa Micky dans les yeux.

Aqua: Pourquoi je me mettrai à la place d'un morceau de métal ou de plastique ?

Micky-Nai: Parcequ'un bouclier ça te protège, ça te rassure, ça te soutient... puis ça finit dans la feraille ou dans les poubelles...

Aqua: C'est pareil pour une épée, je vois pas le problème.

Micky-Nai: Non, les épées, les guerriers les vénèrent, ils les gardent et les chérissent... pourtant ce sont les épées qui tuent, ce sont elles qui créent la guerre...pas les boucliers...

Aquarelle se frotta le front, il savait que Micky-Nai était encore en proie à l'alcool.

Aqua: Franchement j'ai pas envie de vivre comme un bouclier... tu es fatiguée, va dormir, tu m'épuise...

Micky ouvrit la porte puis manqua de chuter en l'empruntant, une fois de l'autre côté de celle-ci, elle observa Aquarelle, à nouveau.

Micky-Nai: Tu crois que je dis ça à cause de l'alcool...?

Aquarelle soupira, reprit son souffle ainsi que son courage puis fixa à son tour Micky.

Aqua: Oui, clairement.

Micky-Nai: Mon mari a toujours protégé les siens, mais personne n'est jamais venu pour lui... quand il est mort.. j'ai compris que ceux qui l'avaient tués ce n'étaient pas les ennemis mais ses alliés... cet idiot a encore fait passer la vie des autres avant la sienne... et personne ne l'a remarqué...il est mort en zéro.

Aqua: Tu n'y connais rien à la guerre alors tais-toi.

Micky-Nai: Tu y connais quelque chose toi, hein ?!

Aqua: Oui.

Micky-Nai: Oh mais bien sûr...MONSIEUR est un homme...MONSIEUR à survécu à la guerre....MONSIEUR pense à l'honneur comme tout les hommes !

Micky-Nai se retourna en n'adressant aucun signe à Aqua, ce dernier serra les poings, visiblement à bout de force.

Aqua: Tu n'en sais rien, j'ai été forcé de travailler pour l'armée moi ! Moi j'ai construis des bombes, des machines tueuses, des armes, des munitions. Des millions de personnes sont mortes par ma faute. Quand je marche dans la rue, je me dis: Tiens, peut-être que j'ai tué sa famille... ou son frère...ou sa copine. Tu vois, moi aussi j'ai vécu la guerre... mais j'étais tranquille...à l'abris... protégé comme le héro que je n'étais pas...

Le steamer serra les poings.

Aqua: Je ne me mets pas à la place des boucliers parceque moi j'étais une épée, j'ai tué, j'ai détruits...et pourtant personne ne me vénère, c'est à peine si on se souvient de moi.

Micky-Nai: Je...

Aqua: Mais si tu crois que c'était mon rêve absolu d'exploser des lieux et des personnes avec mes créations, alors fais-toi plaisir, insulte-moi si tu veux. Je m'en fiche, je sais ce que j'ai fais et je n'ai aucun regret parceque je n'ai pas choisi d'être une épée.

Micky-Nai: T'as tué des gens et tu dis n'avoir aucun regret...? T'es quel genre de monstre...

Aqua: Tu connais mon histoire ? Je ne crois pas. Tu ne me connais pas et j'ai horreur que tu croies que toi et moi on puisse se comprendre parcequ'on est tout les deux des steamers.

Micky-Nai: ...

Aqua: Je t'aime pas, j'aime pas ta ville et j'aime pas ta manière de penser... mais vu que c'est sûrement réciproque alors finissons cette discussion et laisse-moi travailler.

Micky-Nai: Quelle Bombe.

Aqua: Comment ça ?

Micky-Nai: Quelles bombes t'as crée ?!

Aqua: Comment tu veux que je m'en souvienne...et puis, j'étais jeune quand j'ai travaillé pour l'armée ! J'avais pas accès à toutes ces infos !

Micky-Nai s'approcha du steamer puis enfonca son doigt dans son ventre.

Micky-Nai: Si c'est toi qui a buté mon mari, je te promets que tu vas le regretter !

Aquarelle repoussa la steameuse puis la fixa dans les yeux.

Aqua: C'était quoi le nom de la bombe qui a tué ton mari...?

Micky-Nai: P.N.2

Aquarelle se retourna puis observa sa boite à outil, le regard vide, il fouillait dedans en suppliant les dieux de faire partir Micky, Il restait calme et muet et pourtant si anxieux à la fois. Micky-Nai, jetta sa bouteille puis se retourna en pleurant.

Micky-Nai: Ne m'adresse plus jamais la parole.

[Chapitre XVIII: Meurtrier à board]

Killasangz se jetta sur son lit, il resta paralysé sur ses draps en observant son navire. Il toucha les murs et devint soudain pensif. Il se leva et analysa la pièce de fond en comble.

Killasangz: Parfois j'ai l'impression d'entendre des pleurs... Pas cette voix étrange dans ma tête... mais bel et bien des pleurs... ça se produit toujours pendant la nuit...alors je me doute bien que ce n'est que la fatigue...

Killasang se retourna puis remarqua son petit arbre au sol, il l'attrapa puis se posa sur le sol. L'instant d'une seconde, il eut l'impression que l'arbre s'était illuminé, une terrible envie de toucher les murs du Maelström s'empara du sram. Il se leva, tout en portant son arbre entre ses bras puis toucha le mur... puis..



...un électrochoc, le sram s'écroula dans son lit, ses yeux se fermèrent longtemp. En les rouvrant, il se trouvait dans une étendue de lumière. Il remarqua avec surprise qu'il tenait un petit enfant lumineux dans ses bras, l'enfant avait des yeux blanc, il souriait et prenait le sram dans ses bras. Killasangz fit de même, mais, il fût coupé lorsqu'il remarqua une troupe d'autre étrangers devant lui. Il souhaitait les saluer, mais il était muet. Les étranges personnes attirèrent l'attention du petit enfant, ils lui ressemblaient, mais c'était des adultes, ils ne dégagaient aucune lumière et semblaient blessés et tristes. L'enfant quitta les bras du sram et rejoignit ceux des adultes. Les individus lui firent un calin comme si ils s'étaient toujours connu. Killasangz s'avança lorsqu'il entendit des bruits sourd, les bruits se rapporchaient et ressemblaient de plus en plus à des appels. Le sram luttait mais il était paralysé. L'un des adultes s'avança et donna l'enfant dans les bras du sram.

#*}¿: Nou# te pard#nnons.

Killasangz: ### #### ####?

#*}¿: Pr#nds soin de cet enf#nt pour nous... nous mour#ons petit à petit... mais no#s lutterons...

...Tu no#s vengeras Killasangz, nous le sa#ons. Tu don#eras toute ta vie pour te bat#re et protéger ceux que #u aimes.

Killasangz: ## #### ######-#### ?

#*}¿: Tu sauras tout en temp voulu. Main#enant pars, ces bru#ts sourds so#t ceux de ton équi#age, ils ont besoin d# toi.

Le sram lutta afin de se faire entendre, mais impossible. L'enfant lui sourit, les cris devinrent de plus en plus clairs, lorsque soudain, le sram fût tiré de son sommeil par des pleurs, cette fois bien réels.

Killasangz: Des bruits sur le pont ?!

Le sram se leva puis observa son arbre, il lui sourit puis fonça jusqu'au pont. Une fois en haut, le spectacle qui s'offrait à lui lui coupa le souffle. Micky-Nai se tenait sur l'une des barrières, sous le regard de tout l'équipage, menaçant de sauter si Aquarelle s'approchait. Killasangz fonça puis tenta de calmer Micky.

Killasangz: Micky-Nai, qu'est-ce qui te prends ?

La steameuse pleurait à chaude larme. N'importe qui pouvait croire qu'il ne s'agissait que des effets de l'alcool, mais pas Killasangz.

Micky-Nai: *pleurant* TON C*NNARD DE BRICOLEUR DE M*RDE A TUÉ MON MARI !!

Aqua: POUR LA DERNIÈRE FOIS, JE NE L'AI PAS TUÉ !

Killasangz se retourna et fixa Aquarelle dans les yeux, ce dernier fuyait du regard.

Killasangz: Comment ça Aquarelle ?

Aqua: *aggressif* Toi te mêle pas de ça...!

Killasangz: Aquarelle, je suis là pour vous aider !

Aqua: Moi aussi je suis là que pour ça d'ailleurs !!

Killasangz: Que veux-tu dire ?

Aqua: Tu crois que je sais pas pourquoi tu m'accepte ?! Tu crois que j'ai pas des problèmes moi non plus ?!

Killasangz: Aquarelle...

Aqua: *serrant les poings* C'est toujours pareils avec les douziens... c'est parceque je répare des machines que j'en suis une, c'est ça ?!

Killasangz: Non Aquarelle...ne dis pas ça !

Micky-Nai: LA VÉRITÉ C'EST QUE T'ES UN P*TAIN DE TUEUR ET MOI JE VAIS SAUTER !!!

Zkilla: Non Micky !

Apatite: Micky fais pas ça, pense à tout les bg que tu vas rencontrer !

Killasangz: Micky-Nai, calme-toi... j'aimerais comprendre ce qu'il se passe.

Micky-Nai: *pleurant* Y a rien à comprendre...snif...Ce cr*tin...c'est..*snif*... lui qui a construit la bombe qui a tué mon mari snif...

Killasangz: Aquarelle...quand as-tu construits des bombes...?

Aqua: Qu'est-ce que ça peut te foutre...

Killasangz: Aquarelle... je suis désolé si tu as pensé que je ne t'appréciais que pour tes compétences...

Aqua: Je me tue à la tâche pour réparer ce navire...pour rendre votre voyage possible...pour maintenir votre survie...si je le voulais, je pourrais tous vous tuer en retirant un simple rouage...

Killasangz: Tu n'es pas comme ça...

Micky-Nai: Ça, ça reste à voir !!

Aquarelle se retourna, il attrapa son sac et baissa le regard.

Micky-Nai: Je ne peux pas rester sur le même navire que celui qui a tué mon mari... Je vais sauter...

Zkilla: Micky, Non !!

Aqua: Non.

Killasangz se retourna vers Aquarelle, il était partagé mais ne comprenait pas le problème.

Aqua: C'est moi qui part, si vous me considérez comme un meurtrier après tout ce que j'ai fais pour vous alors j'ai plus envie de perdre une minute ici.

Killasangz: Aquarelle...

Aqua: Toi ne me parle pas, j'aurais mieux fait de ne jamais voir ton navire.

Aquarelle avança en direction de l'échelle, tout l'équipage s'écarta, le fuyant comme la peste. Micky reprit pied sur le pont, tout le monde vint s'occuper d'elle, délaissant complètement Aquarelle. Le steamer adressa un dernier discret regard, Killasangz le croisa, il sentit le désespoir dans les yeux du steamer.

Le steamer descendit du navire puis partit dans le désert. Killasangz se cacha derrière son chapeau, la culpabilité le rongeait.

Killasangz: Je suis désolé Micky, mais je ne peux pas laisser Aquarelle penser que je l'utilise de la sorte...

Le sram courût jusqu'à l'échelle et se hâta afin de rattraper le steamer. Le soleil se couchait lentement, faisant place à la lune ainsi que son climat froid et inamicale.


[ Au même moment, sur l'île d'Otomaï ]

Depuis qu'elle avait quitté son village à cause des attaques d'Amakna, Emy avait tenté tant bien que mal de survivre dans les zones inhabitées ou détruites d'Otomaï. Elle avait passé ces dernières semaines uniquement en se nourissant de nourriture périmée ainsi que d'eau de cactus, son ventre grondait et lui faisait atrocement mal, l'envie de vomir la rendait folle. Par chance, son ami doudou, lui redonnait du courage.

La jeune fille était arrivée à une ville dont elle ignorait l'existence. Elle fonça avec joie, étant persuadée que la position géographique de cette ville signifait qu'elle n'avait pas encore était attaquée par l'armée d'Amakna... malheureusement, durant les dures semaines qu'avait difficilement vécue la petite fille, la progression de la conquète d'Otomaï par l'armée d'Amakna avait grimpé en flèche.

Elle s'avança jusqu'aux portes de la ville, en voyant des soldats similaires à ceux qui avaient tués sa famille, la jeune fille fut prise d'hésitations. La faim eut raison d'elle, elle prit son courage à deux mains et pénétra dans la ville. Elle serra son doudou contre sa poitrine en suppliant l'esprit de son père de la protéger. Le spectacle qui s'offrait à elle consumait petit à petit son caractère innocent d'enfant, des cadavres, des gens bloqués sous des débris, des squelettes et surtout des hommes armés jusqu'aux dents, tirant et attaquant tout ce qui bouge, de véritables machines de guerre ne connaissant pas la pitié.

La fillette avançait lentement mais sûrement, se cachant derrière le peu de murs qu'il restait. Elle observait avec effroi les terribles machines volantes faites de métal qui tournoyait haut dans les airs, ces terribles machines semblant indestructibles, les mêmes qui avaient rasés sa ville sans aucune difficulté. Craignant d'être vue puis bombardée, la fillette accélera le rythme. Elle fut bloquée lorsqu'elle arriva vers la place principale où se trouvaient trois soldats, discutant de leur records de meurtres. La petite fille sentit un frisson lui parcourir le coeur lorsqu'elle remarqua au loin une vingtaine de personnes, adulte comme enfant, agenouillés, les bras en l'air, au bord du gouffre de la mort, pointés dans le dos par des soldats, heureux de leurs trouvailles. À côté d'eux se trouvaient des piles de cadavres, entassés comme des sac de patates. Les enfants pleuraient tandis que les adultes suppliaient les soldats de les épargner. Emy savait que c'était peine perdu pour eux, ils allaient mourir comme tout ce qui croisait le chemin de ces bêtes, avides de sang.

La fillette se sentit coupable mais profita de la fusillade des innocents pour continuer sa traversée de la ville. Finalement, elle arriva enfin dans un lieu intéressant. Un magasin à moitié détruit, rasé et brûlé par les armes, bien qu'il y restait quelques fruits, certes malpropres mais comestible. Emy remercia les Dieux, elle embrassa son doudou puis se jetta comme un Wabbit sur les fruits, elle planta ses dents dans l'un des fruits, un vert juteux qui avait attiré son regard. Le goût des aliments avait tant manqué à la jeune fille qu'elle en pleura. Elle dévora la nourriture mais prit le soin d'en conserver quelques-un dans ses poches.

Elle fourra tout ce qu'elle pût dans ses poches. Elle se jetta au sol afin d'observer sous les débris si il pouvait par chance y rester des choses intéressantes, malgré que le sol écorchait ses genoux ainsi que ses pieds, regrettant d'avoir perdu ces chaussures durant son voyage. Après avoir finit sa récolte, la petite fille se releva, heureuse. Ces vêtements n'avaient jamais étaient aussi sales mais ses réserves jamais autant remplies. La petite fillette se retourna, puis se cogna contre quelque chose, elle tomba au sol, s'écorchant tout le dos ainsi que les fesses, ses fruits tombèrent. L'un des fruits roula jusqu'à l'obstacle qui avait fait chuter la fillete, la silhouette leva son pied puis écrasa le fruit sans aucune difficulté. Emy fut emparée par la peur, son sang devint glacé tandis que son coeur battait, un soldat gigantesque se tenait devant elle, l'observant derrière ses lunettes avec un regard pervers et fier. La fillette tenta de fuir mais l'homme l'attrapa par la gorge puis la souleva. Elle tenta tant bien que mal de se débattre mais les énormes mains du soldats s'étaient refermées sur la gorge de la pauvre fille, piégée comme un animal, privée de souffle, la fillette vira au violet tandis qu'elle commençait lentement à sombrer dans l'inconscience.

[Chapitre XIIX: PAN !]

Le soldat dégaina un pistolet tandis que la pauvre fillette se vidait de son oxygène, incapable de se défendre. Il plaça l'arme sur la tempe de la petite fille, elle tenta inutilement de le supplier mais se rendit rapidement compte qu'elle en était incapable. Elle pleura, ferma les yeux puis entendit le bruit de la détonation avant de s'écraser au sol...


....pourtant, après 5 secondes, elle réouvrit les yeux et constata avec effroi, que l'homme qui avait tenté de la tuer était à terre, mort, balle dans la tête. La vue du sang et le traumatisme d'avoir frôlé la mort terrifièrent la fillette. Un individu, grand, musclé et armé jusqu'aux dents s'approcha de la jeune fille, visiblement le tueur du soldat, son visage était caché par l'ombre ainsi que ses divers équipements. Emy recula et tenta de se remettre debout mais la peur la clouait au sol.

???: Tu vas me filer ta nourriture, tout de suite.

Emy: *effrayée* N..non, monsieur..je..je suis une otomïenne...!!

???: Et alors...? C'est chacun pour soi, je t'ai sauvé la vie... alors file-moi ta bouffe.

Le jeune homme semblait relativement aggressif, il carressait sans cesse sa fine moustache dont il semblait très fier.

Emy: J'ai mal et j'ai si faim ! Pitié !

L'individu observa la fillette, ses vêtements semblaient trop grands, on pouvait voir les extrémités de son corp grâce aux nombreuses déchirures, l'habit tenait encore par miracle. L'homme remarqua les côtes de la fillette, prouvant qu'elle n'avait pas mangé depuis un moment. Il cacha ses yeux avec son casque militaire.

???: C'est bon, je suis pas un monstre, file-moi juste une paztek.

La fillette fouilla dans son stock puis posa délicatement le fruit devant les pieds de l'homme avant de reculer rapidement. L'homme se baissa puis attrapa la nourriture, il l'observa, la retourna puis la mit dans sa poche.

???: La détonation de mon flingue s'est sûrement faites entendre...put*in...

L'homme observa son arme, il fouilla dans le chargeur puis dans son sac.

???: Pas assez de munitions pour tous les buter... pas le choix, je me tire, à+ Gamine !

L'homme se retourna, tandis qu'il s'apprêtait à piquer un sprint, Emy s'aggrippa à ses vêtements.

Emy: Non ! Pitié ! Laissez-moi venir avec vous !

L'homme serra les dents et bouscula la jeune fille.

???: Hors de question, maintenant c'est chacun pour sois !

Emy: Pitié ! Je vous aiderai !

???: Écoute ma mignonne, j'ai refusé de m'allier avec des types, baraqués comme pas possible, armés jusqu'aux dents, des types de confiances qui savent viser crois-moi, des gros durs qui connaissent pas la pitié, par contre cette île, ça il connaisse... alors je vais te poser la fameuse question des adultes... pourquoi toi plutôt qu'eux, hein ?

Emy: Parceque...parceque...

La fillette recula, elle sentit la peur monter, si elle ne trouvait pas les bons mots, alors elle finirait sa vie dans les ruines de cette ville.

Emy: Parceque...je suis mignonne !

???: C'est sûr que c'est exactement ce dont j'ai besoin en ce moment... allez, retourne avec tes parents, tchüss !

Tandis que l'homme reprenait sa marche, Emy serra les poings et prit sa confiance à deux mains.

Emy: Ils sont morts à Meard !

???: ...Désolé gamine...mais c'est pas mon problème..

Emy: Pitié...!

???: Écoute, je vais te faire sortir de cette ville...mais après, tu dégage, tu rentre chez toi, tu vas à la plage, tu fais ce que tu veux...mais tu reste pas dans mes pattes ! Je refuse de rater ma survie pour laquelle je me suis entraîné des mois et des mois juste à cause d'un enfant, pigé ?!

La fillette sentit les larmes monter, elle se jetta dans les bras de l'homme et le serra fort, ce dernier grimaça puis donna un coup de pied dans les débrits d'un des distributeurs. Emy reprit pied sur le sol puis attrapa la main de l'homme, il tenta de s'en dégager mais malgré son physique, la petite fille avait une sacrée poigne.

[Chapitre XIX: Qui est Aquarelle ?]

Le steamer avançait sans se retourner, ses pas étaient guidés par sa haine, persuadé d'avoir été trahis et traité comme ce qu'il n'était pas. Sans grande surprise, Killasangz avait courût jusqu'à lui. Le sram mit sa main sur son épaule puis lui sourit, l'air de rien.

Killasangz: Tout va bien Aqua ?

Aqua: Génial.

Killasangz: Écoute tu sais...je crois qu'on s'est mal comprit...

Aqua: Je crois aussi, oui.

Killasangz: Je ne voulais pas que tu penses que je t'appréciais seulement pour tes compétences...

Aquarelle observa au loin, il fit quelques pas en s'écartant du sram puis reprit tout depuis le début, cherchant où il y avait un problème.

Aqua: Pardon, Killasangz...

Killasangz: De...de quoi ?

Aqua: *agacé* J'ai été manipulé...

Killasangz: Par qui ?

Aqua: Je ne t'en veux pas et j´espère que toi non plus.

Killasangz resta figé, il plissa les yeux puis observa Aquarelle qui fuyait du regard.

Killasangz: Manipulé...par qui..?

Aqua: Rien...par personne...par moi...c´est tout.

Killasangz: Aquarelle...?

Aqua: Quoi ?

Killasangz: Pourquoi Micky dit que tu as tué son mari ?

Aqua: Elle délire...elle est alcoolo !

Killasangz: Pourtant ça semble bien te toucher.

Aqua vira au rouge, il ne supportait plus toutes ses questions. Alors qu'il était sur le point de partir sans adresser un aurevoire, il attrapa aggressivement la main du sram puis le traîna jusqu'au navire. Une fois en haut, Micky hurla jusqu'à la mort mais ce dernier usa de ses cordes vocales et remporta haut la main ce combat sonore.

Aqua: Vous voulez savoir pourquoi l'alcoolo raconte des âneries pareilles ?

L'équipage resta muet, persuadés qu'Aquarelle n'était pas net. Killasangz s'avança devant l'équipage, serra son chapeau, s'appuya contre sa canne puis dit d'un ton sûr:

Killasangz: Raconte-nous tout.

Aquarelle: J'ai effectivement participé à la mort de ton mari.

Micky-Nai: JE TE DÉTESTE !!

Killasangz: Micky, laisse-le finir je te prie.

Aqua: P.N.2, c'est le nom de la bombe qui a tué ton mari, c'est l'abréviaton de PESTE NOIRE 2.

Micky-Nai: C'est toi la peste...

Aquarelle: C'est l'une des bombes les plus dangereuses du monde, elle libère un gaz toxique qui peut tuer n'importe qui, il n'étouffe pas, il fait fondre la peau de ceux à son contact... un concentré d'acide Sadida, de magie Xélor et de mécanique programmé ainsi que de matériaux spéciaux de Steamer. Sa taille et son poids étaient assez moyens, c'était une bombe basée en premier temp sur la précision, puis, lorsque l'acide se mélangeaient correctement avec la magie xélor, une deuxième explosion se déclenche et détruit tout dans un rayon 15 fois plus grand que celui du choc de la première explosion.

Killasangz: Si je comprends bien, la bombe n'explosait pas directement lorsqu'elle touchait le sol ?

Aqua: Exact, comme une grenade, sauf qu'elle lâchait déjà son gaz une fois au sol puis par la suite ce dernier se répandait sans difficulté.

Aquarelle observa Micky-Nai en gardant son sérieux, la pauvre étaient en larme.

Aqua: Si on a mis tant de temp à retrouver ton mari c'est parceque son corp devait sûrement être fondu.

Micky-Nai: *enragée* Ça m'avance à quoi de savoir ce que je sais déjà...?!

Aqua: Tu vas en savoir plus.

Le steamer se retourna et observa au loin.

Aqua: Je vais vous raconter mon passé...

Sangpoursangs: Hahaha qui a envie d'entendre ça ?

Aqua: Tout a commencé à Sufokia...

Sangpoursangs: Ferme ta ...

Aquarelle se retourna, un flingue dirigé droit entre les deux yeux du Sacrieur, ses yeux étaient rouges et cassés. Killasangz resta calme, il savait que le flingue ne tirait que des jets de vapeurs, certes puissant mais pas mortels.

Aqua: TOI TU VAS FERMER TA G*EULE ET M'ÉCOUTER !!

Sangpoursangs: Ok, ok d'solé...

Le steamer rangea son arme puis ferma les yeux.

Aqua: J'ai grandit dans une famille de 7 Frères...

Irilys: 7 enfants ? Ça devait être amusant !

Aqua: Ça devait... mais dans cette famille il y avait le benjamin, le plus petit... ces 6 grand frères étaient beaux, appréciés, sportifs, amoureux, cool...etc..

Killasangz: Je suppose que le "benjamin" n'est autre que toi..?

Aqua: Exact...moi..je n'avais rien, mes parents ne me remarquaient pas, les gens m'ignoraient et me fuyaient, me trouvant bizarre et anti-sociale... mais ça m'étais égal, leurs vies ne m'intéressaient pas... j'étais bien dans mon monde...

Killasangz: Haha, tu as bien raison.

Aqua: Mes parents ne m'aimaient pas, souvent ils oubliaient de me nourrir, de m'aider pour mes devoirs...d'être là pour moi...

Le steamer serra les poings.

Aqua: Mais je n'étais pas seul, dans ma tête, mon monde était si grand, si beau si... parfait... j'avais des amis imaginaires, des milliers, je n'étais jamais seul, ils étaient là pour moi... les gens me disaient souvent que ce n'étais pas réel... mais ils n'y connaissent rien... il fallait bien que je remplace ceux qui n'étaient pas là pour moi.

Le steamer reprit son souffle puis continua.

Aqua: On m'avait diagnostiqué une terrible maladie rare... apparemment il n'y avait que moi et un autre type à avoir cette maladie dans le monde... elle avait divers noms.. La maladie mécanique, le syndrome du robot...bref... une maladie qui fait que vous êtes comme une machine, vous ne ressentez que très peu les émotions, vous avez du mal à respirer sans machine, vous ne pouvez consommer que des choses liquides ou avec des tuyaux... bref... j'avais tellement entendu les gens me traiter de robot que je crois que j'y ai trouvé ma place... je construisais des machines, de belles machines, elles représentaient toutes une facette de moi, elles étaient vivantes, joyeuses, souriante...et là pour moi...

...Comme il m'était impossible d'être un vrai humain... je m'étais mis en tête de rendre ces machines humaines... elles m'appréciaient et moi aussi... je n'avais jamais été aussi heureux de ma vie... je passais mes journées et mes nuits à construire des robots... j'étais morts, mais tellement vivant... j'avais des cernes tellement visibles qu'on ne les remarquait plus... malgré mon jeune âge de 10 ans, je buvais du café tout le temp, je ne pouvait pas m'arrêter, c'était la seule chose qui me permettait de resister au sommeil.. ou à la mort... je ne sais plus... les gens me voyaient comme un fou...comme toujours...les idiots ne changent jamais d'avis... personne ne pouvait m'apprécier...personne ne pouvait aimer une machine...sauf moi...


...et ce type....ce sale type...


[Il y a longtemp à Sufokia]


À cette époque, Aquarelle n'avait que 10 ans, il était très maigre, très faible et passait ses journées seul, dans son atelier.

Aqua: *épuisé* Je devrais avoir asser de câbles pour construire ma machine...je l'espère... comment... je vais la nommer.

L'enfant recula afin de mieux voir sa machine, il avait construit un grand robot crocodile, parfois, il avait l'impression de les voir bouger.

Aqua: Je sais...je vais...t'appeler... King Croque....haha..hahahahaha...ah....

L'un de ses robots s'approcha, il s'appelait Realmum, une grande femme robotique, douce et gentille avec des joues peintes en rose, sa seule fonction était de faire des câlins, des sucreries et de dire des mots doux.

Realmum: Bonjour mon enfant, ne travaille pas trop dur.

Aqua: Bonjour maman, ne t'inquiète pas, je vais bien.

Realmum: Je suis fière de toi mon chéri et ton père aussi.

Aqua: Merci maman...je te promets que je construirais une armée de robots... nous serons tous heureux...

Realmum: Je te crois mon enfant.

Le steamer fit un bisou au robot puis sortit de son atelier afin d'aller trouver certains composants, en chemin, il croisa la route de ses 6 frères.

Marc: R'gardez, voilà le robot !

Frank: Alors, tu cherchais de l´huile pour arrêter de grincer ?

Bob: Arrêtez de l'embêter ou il va tirer des lasers de ses yeux hahaha !

Aqua: Je ne suis pas un robot.

Jeff: *moqueur* Je-ne-suis-pas-un-roboooooooot. Hahahahaha ,

Marc: Analyse de la blague, statue: incompris. Hahahahaha !

Aqua: Vous faites pitié.

Marc s'avança puis choppa Aquarelle par le col de son pull, l'enfant resta calme et immobile.

Marc: Ce qui fait pitié c'est qu'en t'apellant Aquarelle, tu fasse aussi tâche, hahahahahaha !!

Jeff: Bien lancé !

Bob: Allez dégage le robot !

Marc jetta l'enfant au sol, le steamer s'écorcha les genoux contre le gravier du terrain, il attrapa sa caisse de composant puis rentra chez lui. En arrivant dans son atelier, son robot comprit directement ce qu'il s'était passé, il prit l'enfant dans ses bras et lui fit un câlin. Aquarelle sentit le métal froid et creux du robot, il avait prit goût à cette matière, il avait apprit à l'apprécier, puisqu'il n'avait touché de la peau d'un autre humain que lui.

Aqua: Ce sont encore mes frères.

Realmum: Oublie-les, ils sont idiots, va jouer avec tes frères robotiques plutôt ,

Brobot 1: Oh oui Aquarelle, viens jouer avec nous !

Brobot 4 : Ah Ah Ah !

Brobot 6 Jouons au....*analyse* ...Ballon de football !

Aqua: Désolé, je dois travailler.

Le steamer s´en retourna à son travail, sa mère robot l'observait, comme si elle ressentait vraiment les émotions d'Aquarelle.

Une fois la nuit tombée, le Steamer vint se coucher sur ses robots, ils le prirent dans leurs bras, activèrent leurs modules de réchauffement rapprochés puis le serrèrent dans leur bras métalique. Le steamer sourit, les embrassa un à un puis sombra dans la fatigue...

Au petit matin, le steamer se réveilla, il remarqua que Realmum lui avait fait de la soupe. Le steamer s´avança, demanda l'heure puis fit un bond en arrière.

Aqua: 4:00 du matin ?!

Realmum: oui, mon chéri.

Aqua: J'ai dormit 2 HEURES ?!

Realmum: Tu devrais retourner te coucher.

Aqua: *fourré dans ses machines* Non, j'ai largement dépassé le temp de sommeil autorisé...2 Heures...sois 120 Minutes... c'est terrible...avec tout le café que j'ai consommé...

Realmum: S'il-te-plaît, retourne te coucher, tu es mort de fatigue...

Aqua: Merci maman...mais je ne peux pas...

La maman robot prit l'enfant dans ses bras, le posa sur le lit puis lui chanta une berceuse, l'enfant lutta mais sombra rapidement dans la fatigue.

Realmum: Regardez, il sourit !

Brobot 3: Oh ! Je ne l'ai jamais vu vraiment sourire !

Brobot 4: Maman, regardez-derrière vous.

Le robot se retourna et remarqua la présence d'un humain adulte qui ne faisait pas partit de ses archives.

Realmum: Je ne suis pas programmée pour parler avec des inconnus de famille: Humain.

???: Humain...tsss... ce n'est qu'une apparence.

Realmum: 214 Recherches trouvées pour le mot "Démence".

Brobot 5: Mère, je crois qu'il a dit le mot "Appat"

???: Vous n'êtes que des robots de bas étages, je ne discute pas avec vous, ammenez-moi aux parents de cet enfant.

Realmum: Je suis désolée mais je ne suis pas programmée pour aider des inconnus de famille: Humain

???: Tsss laisse tomber...

L'inconnu observa les robots puis sourit avant de disparaître.

???: Quelques modifications et ils devraient pouvoir tuer une centaine d'humain ou deux...héhéhé...

[Chapitre XX: Mode dangereux, activé.]

L'homme entra dans la maison au dessus de l'atelier, il ouvrit la porte de lui-même, une bête, un homme sombre et potentiellement dangereux, en quête permanante de lumière, car c'est là ou se réfugient toutes les bêtes plus faibles. Soudain, le père d'Aquarelle pénétra dans la cuisine, il prit peur en voyant l'homme, habillé comme un soldat, extrêmement maigre mais à la fois si fort, habillé tel une machine de tuerie.

Paul: Ce...c'est pour...?

Deadlie: Je me nomme Deadlie...

Paul: Oh...vous êtes venu pour mon fils...?

Deadlie: Oui.

Paul: *appeuré* U..un peu de thé...?

Deadlie: Je ne bois pas du thé provenant de choses sales comme vous.

Paul recula, trop effrayé pour répondre, l'homme en face de lui était armé jusqu'aux dents, des tuyaux pénétraient ses bras.

Paul: Je..je vais chercher ma femme...

Béa: Pas besoin, je suis là.

Paul: Oh...Béa...hum..monsieur je vous présente...

Deadlie: Donnez l'enfant.

Béa: La politesse, vous connaissez ?!

Le soldat se leva, s'avança lentement vers la femme puis l'attrapa par le cou, il serra puis la trucida du regard.

Deadlie: Ne jouez pas à la plus maligne avec moi, DONNEZ-MOI L'ENFANT.

Aqua: Je suppose que vous parlez de moi...?

Aqua avait tout entendu, il se tenait en face du soldat, ils se regardèrent et se dévisagèrent.

Deadlie: C'est donc toi...Aquarelle-Z...?

Paul: Eff...

Deadlie: Tais-toi, je ne t'ai pas adressé la parole.

Aqua: Oui, c'est moi. Que me voulez-vous ?

Deadlie: Tes ordures de parents t'ont vendu à l'armée pour une bouchée de pain.

Aqua se pencha et les fixa, si un enfant normal aurait pleuré et refusé, Aquarelle ne ressentait absolument rien.

Aqua: Et si j'ai pas envie...?

Deadlie: Comment peux-tu t'en ficher...?

Aqua: La guerre....je m'en fout, c'est un truc d'humain complètement idiot....

Le soldat ricana et s'agenouilla pour observer l'enfant de plus près, Aquarelle fût tout de suite impressionné par la technologie que portait le soldat.

Deadlie: Tu connais les shushus....?

Aqua: Non...

Deadlie: Il existe des gentils shushu....mais surtout des méchants... ce sont des démons d'une autre dimension... des créatures crées pour détruire l'humanité et nous faire souffrir...

Aqua: Je vois...

Deadlie: Je ne tue pas les humains... tout ce sang...ces organes...très peu pour moi... non, moi, je suis chargé d'éliminer les créatures qui détruisent notre monde...

Aqua: C'est bien...

Deadlie: Je suis le chef d'une armée d'adulte homme surentrainé pour tuer, mais surtout protéger... cependant... nous avons remarqués que la jeunesse maitrisait bien mieux la technologie que nous...

Aqua: Ah...

Deadlie: Nous avons recrutés une trentaine d'enfant afin de construire des bombes pour nous protéger des shushus... ils travaillent directement dans des bombardeurs géants... en bas, les gens les admirent...les aimes...les considèrent comme des héros...

Aqua: Ça ne m'intéresse pas... les humains n'ont qu'a apprendre à faire la paix, c'est pas mon problème...

Aqua se retourna en direction de la sortie, le soldat se releva, rigola puis se retourna à son tour en tenant ses mains dans son dos.

Deadlie: Tu n'en as pas marre d'être avec des parents qui ne t´aiment pas...?

Aqua: ...

Paul: M...mais si, on t'aime Attarelle !

Béa: *chuchotte* C'est Aquarelle...

Deadlie: Tu n'en as pas asser d'être considéré comme un moins que rien par ta famille... un idiot, un nul... alors que tu es celui qui travaille le plus..? Celui qui pourrait en mourir juste pour réussir...?

Aqua: Votre offre ne m'intéresse pas. Je comptais fuguer sans votre aide, croyez-moi.

Paul: Enfin Attarelle...c'est pas très gentil...

Aqua: C'est Aquarelle, mais bon, toi tu ne me parle jamais, comme l'autre, la femelle.

Béa: La femelle ?!

Deadlie: Taisez-vous les primates, laissez l'enfant parler.

Aquarelle observa au loin puis se retourna.

Aqua: J'aime mon monde, j'aime ce que j'ai créé et si pour les autres je suis un bouché, pour moi je suis juste le héros de mon univers...alors non, j'ai pas envie de faire la guerre.

Deadlie: Je suis comme toi mon petit... tu sais... sous tout ce métal se cache aussi un homme qui rêve de vivre dans un monde de paix... moi aussi...je rêve d'un monde uniquement avec des gens comme moi... mon univers....

Aqua: Je pourrais apprendre la technologie...à vos côtés...?

Deadlie: Bien entendu...

Aqua: J'accepte...

Deadlie: Parfait....

Aqua: Mais je veux prendre mes robots avec moi.

Deadlie: Bien, je t'attendrais dehors.

Le soldat s'approcha de la sortie lorsque Aquarelle l'attrapa par le pantalon.

Aqua: Les gens m'apprécieront vraiment...?

Deadlie: Tu ne sauras plus juste le héros de ton univers...mais celui de l'univers tout entier...

Le soldat sortit en balançant des billets par terre, les parents de l'enfant se jettèrent joyeusement dessus. Aquarelle les observa.

Aqua: Adieu...

Paul: *heureux* Oui c'est ça, amuses-toi bien !

Béa: *heureuse* Travaille bien hahahahaha !!

Aquarelle soupira puis retourna à son atelier, il attrapa ses affaires puis réunit ses robots.

Aqua: Nous partons en voyage...

Realmum: Ah bon ?

Brobot 3: Oh ouais !

Brobot 2: Pourquoi ?

Aqua: Nous allons aider le monde à aller mieux...

Realmum: Vraiment ?

Brobot 4: Trop cool !

Aqua: Un jour vous verrez...les humains m'accepteront...nous accepterons....!

Realmum: J'ai hâte d'aider le monde ! Mais comment allons-nous faire ?

Aqua: On va construire des bombes...

Tout les robots reculèrent.

Aqua: J'en ai déjà construit... ce n'est pas compliqué...

Realmum: Le problème n'est pas là !

Brobot1: On va tuer des gens ?!

Aqua: Des shushus...

Realmum: Mais Aquarelle...

Le robot s'approcha de l'enfant.

Realmum: Tu nous as toujours appris que toutes les vies étaient autant importantes...

Aquarelle recula puis observa au loin, réfléchissant difficilement à sa réponse.

Aqua: Les shushus tuent des humains... ils doivent payer....c'est tout...

Realmum observa Aquarelle avec surprise, elle ne reconnaissait pas là son petit steamer préféré.

Aqua: Allons-nous en, vivre sous la maison des gens qui disent être mes parents me dégoûte...

Le steamer se rendit jusqu'au soldat, accompagné de son armée de robot. Deadlie sourit, compta les nouveaux arrivants puis ricana doucement.

Deadlie: Nous pouvons y aller...

Aqua: Oui...

Deadlie prit l'initiative puis se dirigea jusqu'à une petite navette volante, suffisante pour accueillir les amis du steamer. Aquarelle entra puis prit place, Deadlie activa les boutons, la machine s'envola doucement. Aquarelle observait dehors, ses robots étaient en mode avion. Il remarqua dans les airs une silhouette gigantesque, tranchant les nuages et dévorant les cieux tel un dragon.

Aqua: C'est quoi cette chose...?

Deadlie: l'une de nos fameuses bases volantes dans laquelle vous allez travailler !

Aqua: D'ailleurs...pourquoi m'avoir choisis moi...? Comment me connaissiez-vous ?

Deadlie: Je suis bien informé, c'est tout.

Aqua: Je vois...

La navette arriva puis se posa sur le sol du vaisseau, Aquarelle enclencha ses robots puis traîna sa valise dehors. À première vue, le vaisseau ressemblait plutôt à une prison.

[Chapitre XXI: Le Sauveur]


Deadlie pénétra dans le navire, un nombre incroyable de soldats vinrent au garde à vous. Deadlie leur fit signe de retourner travailler, il se retourna vers Aquarelle puis l'observa curieusement.

Deadlie: Un problème ?

Aqua: Non.

Deadlie: Bien...

Deadlie appuya sur un étrange bouton rouge, une grande porte s'ouvrit, donnant vue à un étrange spectacle. Des centaines de personnes travaillants sur des bombes et d'autres armes mortelles, à première vue, il n'y avait que des enfants.

Deadlie: Voici ton nouveau plan de travail...

Aqua: Je savais pas qu'il y aurait d'autres enfants...

Deadlie: Ça t'embête ?

Aqua: Ouais...

Deadlie sourit puis ricana. Il emmena Aquarelle dans le coin de la salle où se trouvait plusieurs grosses machines. Aquarelle écarquilla les yeux en voyant un tel matériel.

Deadlie: Tu es spécial... alors tu as le droit à un traitement spécial haha !

Aqua: Merci...je suppose...

Realmum: Pourquoi mon fils ne peut-il pas aller avec les autres enfants de son âge ?

Deadlie: Parcequ'il est bien supérieurs aux autres... allez, travaillez, nous avons une guerre à gagner... ces sales shushus vont regretter de s´attaquer aux humains !

Aqua: Je m'y mets tout de suite !

Deadlie quitta la pièce en observant le travail des différents enfants. Realmum s'approcha d'Aquarelle, inquiète.

Realmum: Tout va bien mon chéri...?

Aqua: Oui, j'ai déjà commencer à fabriquer la carapace ainsi que le "squelette" et le plan de la première bombe !

Realmum: Tu ne trouve pas ce...Deadlie, bizarre ?

Aquarelle posa son outil puis observa curieusement Realmum.

Aqua: Non... c'est un homme honorable... certes un peu blasé... mais très motivé ! Et pour une fois qu'un humain et sympa avec moi !

???: On aimerait bien avoir cette chance nous aussi....

Aquarelle se retourna puis remarqua un groupe de trois enfants, deux blonds et un noireau, l'un des blonds s'adressa à lui.

Mathys: Tu vois nous on a pas ta chance, Le Sauveur ne nous adresse jamais la parole...

Aqua: Le Sauveur ?

Quentin: Nous dit pas que tu l'apelle par son nom ?!

Mathys: Oublie pas que c'est son chouchou !

Realmum fronça les sourcils et s'approcha du blondinet.

Realmum: Aquarelle est mon chouchou, pas celui du chef !

Mathys: Elle me parle à moi la boîte de conserve ?!

Brobot 6: Qui tu traite de boîte de conserve ?!

Loic: C'est pas notre faute si Aquarelle est un chouchou !

Brobot 3: Je vais t'en coller une tu vas voir !!

Aquarelle s´interposa et calma ses Brobots.

Aqua: Ils n'en valent pas la peine, alors calmez-vous.

Mathys: Pas la peine ?! RÉPÈTE POUR VOIR ?!

Aqua: J'ai du travail, foutez-moi la paix

Mathys s'approcha de son lieu de travail puis en sortit une clef à molette, il vira au rouge, ses veines ressortèrent et les larmes montèrent, il courût jusqu'à Aquarelle pour lui asséner un bon coup, mais quelque chose s´interposa...

Brobot 4: Realmum !!

Brobot 1: MAMAN !

Realmum se tenait devant Aquarelle, l'arme avait traverser son crâne, le robot s´écroula au sol. Aquarelle observait la scène sans bouger, ses mains tremblaient et ses yeux se gorgeaient de sang, son rythme cardiaque augmentait à vue d´oeil, il se retourna puis saisit un objet dans ses mains.

"Ce jour-là j'ai ressentit la haine... quand j'ai vu ma mère... celle qui m'avait toujours aimé et protégé...même en étant un robot... à terre... je...j'ai pas résisté... j'ai sortit quelque chose que je ne pensais ne jamais me servir pour de vrai... je l´ai dégainé et je l'ai visé..."

Mathys: A...Aquarelle Attends ! C'est...C'est un vrai flingue ?!

Aqua: ...

Brobot 2: Tu vas vite le savoir !

Mathys: Aqua attends...com..comprends-moi...on ne mange qu'une fois par jour...on est vendus par nos parents et on ne voit la lumière du jour que lorsqu'un autre d´entre nous tombe dans cette prison...!!

Aqua: ...Ta minable vie ne m'intéresse pas, elle sera bien trop courte.

Mathys: A...Aqua s´il te plaît...

Au fond de la salle, une silhouette sortit de l'ombre, ses lunettes rouges comme le sang et son casque sâlit par les combats ne mentaient pas, Deadlie avait vu toute la scène. Il observait Aqua en se contentant de sourire, les mains dans le dos.

Deadlie: Vas-y Aquarelle, tire.

En entendant ça, Aquarelle reprit lentement ses esprits.

Aqua: M...mais...

Deadlie: Il n'aime pas sa vie et tu n'aime pas la sienne, alors fais-toi plaisir mon petit !

Aquarelle observa Mathys, des larmes coulaient le long de ses joues, ses yeux étaient rouge, il tremblait comme une feuille au vent.

Aqua: *baissant son arme* ...

Deadlie: ...

Mathys: Je...je suis...

Deadlie: Désolé, on sait... vous allez chacun à votre tour venir dans mon bureau.... *se retournant* ET VOUS LES AUTRES, CONTINUEZ DE BOSSER !!

Aquarelle fut le premier a rejoindre Deadlie dans son bureau. Il traîna Realmum de toutes ses forces. En entrant dans la salle, Deadlie invita Aquarelle à s'asseoir, il lui proposa un thé mais ce dernier refusa.

Deadlie: Alors Aquarelle, qu'est-ce qui ne va pas...? Tu peux tout me dire... même si je peux sembler agressif, le bonheur de chacun fait partit de mes priorités...

Aqua: ...

Deadlie: Il t'as insulté ? Il t'as blessé ?

Aqua: Il a fait du mal à Realmum...

Deadlie: Ne t´inquiètes pas, nous allons prendre tout tes robots et nous allons tous les réparer... d´ici deux jours ils seront comme neufs !

Aqua: Vous n'allez pas les modifier ?!

Deadlie: Hum...ça te dérange...?

Aquarelle serra les poings et fixa le sol.

Aqua: Avec ma maladie... Ce sont mes seuls amis... les choses en moi qui sont vivantes...

Deadlie sourit puis s'approcha de lui.

Deadlie: Je comprends, ne t´inquiètes pas, nous allons seulement les réparer, je te le promets !

Aqua: Merci...

Deadlie: Revenons-en à nos moutons... pourquoi Mathys t'as insulté ?

Aqua: Il dit que je suis votre chouchou...

Deadlie: Je vois... ne t'inquiète pas... je vais en discuter calmement avec lui ! TU peux retourner travailler en paix !

Aquarelle le remercia, il ouvrit la porte puis sortit délicatement en laissant la porte ouverte pour Mathys. En entrant dans la salle, Mathys remarqua que le visage de Deadlie se modifia complètement, il fronçait les sourcils et esquissait une grimace tout en dévoilant une voix grave et aggressive.

Deadlie: Pourquoi tu l'as insulté, hein ?!

Mathys: Parceque..parceque...

L'enfant sécha ses larmes puis serra les poings.

Mathys: Moi j'aime pas les robots comme lui ! Je le déteste ! Il vient et juste parcequ'il est malade il a le droit à des traitements de faveurs ?!

Deadlie bouillonna, il dégaina un flingue tandis qu'il se tenait la tête avec l'autre main, incapable de se contrôler.

Deadlie: Peut-être... maks lui il ne t´as pas tirer dessus au moins...

Mathys: J'étais sûr que vous n'étiez qu'une ordure... je n'ai plus revu mon ami Florian depuis qu'il a volé de la nourriture... vous m'aviez dit qu'il était rentré chez lui...mais en fait vous l´avez...

Deadlie: Affirmatif.

[Chapitre XXII: Mathys est bien rentré chez lui *clin d'oeil*]

Les semaines passèrent et Deadlie s´était excusé car la réparation des robots d´Aquarelle avait prit plus de temp que prévu. Deadlie avait expliqué à tout le monde que Mathys ne supportait plus de vivre ici et qu'il avait assez travailler pour pouvoir enfin rentrer chez lui, personne n'avait eu le temp de le voir. Aquarelle ne se portait pas très bien, comme les autres enfants, il n'avait qu'un repas par jour et malgré son faible poid, il continuait de perdre des kilos... Il arrivait néanmoins que Deadlie lui glisse quelques petits encas liquides.

L'enfant steamer était extrêmement seul, sans ses robot, fort heureusement sa maladie lui avait apprit à vivre seul. Il avait commencé à écrire un journal où il racontait toutes ses aventures, il avait hâte de le lire à Realmum. Il s'imaginait tout les soirs, avec sa famille robotique, bravant les dangers et vivants des aventures magiques sous les étoiles... il était heureux, malgré sa solitude éternel, Aquarelle souriait, il souriait dans son esprit, entouré de tout ceux qu'il aime... priant chaque soir pour un monde meilleur. Il se recoucha puis observa le mur, chaque soir il dessinait une petite étoile dessus, depuis le temp, son monde était devenu bien étoilé... désormais il en rêvait plus que jamais... il voulait revoir une véritable étoile... mais il était coincé... enchainé dans cette prison de chair et d'armes métallique sentant la mort.


[Au matin]

Deadlie avait fait réunir les enfants. Il semblait très sérieux.

Deadlie: Vous avez fait du bon travail, bravo. 2000 bombes crées par 200 enfants en 2 semaines... ça fait beaucoup de deux... Bravo à Aquarelle qui a battu le record en en construisant 150 à lui tout seul.

Toute la salle applaudit. Tout le monde semblait blasé, voir mort.

Deadlie: J'ai entendu certains d'entre vous qui souhaitaient enfin pouvoir sortir ne serait-ce que quelques minutes....

Soudain, Aquarelle remarqua des lueurs d'espoirs s'allumer dans les yeux des enfants.

Deadlie: Mais vous l'aurez peut-être remarqué mais nous avons atterit hier soir... cependant nous ne sommes pas loin du lieu de combat où de nombreux shushus périssent grâce à vous ! Alors vous ne pouvez pas sortir, je regrette... cependant je vous accorde une pause de 2 minutes.

Tout les enfants fûrent déçus, certains d'entre eux versèrent des larmes et se consolèrent en se prenant dans les bras. En voyant ce spectacle, Aquarelle se posa une question qu'il ne s´était jamais posé auparavant.

Aqua: (Comment font-ils pour vivre en étant triste... je ne comprends pas..)

Le steamer retourna dans sa chambre afin d'y desiner une étoile sur le mur. En s'y rendant, il remarqua quelque chose... une botte, une botte couverte de boue séchée. Le steamer s'approcha et toucha la boue, il fut surpris de toucher de la terre, il n'avait plus eu cette étrange sensation depuis si longtemp. Soudain, il comprit alors pourquoi tout les enfants étaient si tristes de ne pas pouvoir sortir, la nature leur manquait. Aquarelle dessina une étoile puis se fit une promesse.

Aqua: *touchant le mur* Quand je serai grand, je voudrais toucher les nuages... puis toucher les étoiles...

Deadlie: Tu y arriveras, je crois en toi.

Aquarelle se retourna puis tenta tant bien que mal de cacher le mur. Deadlie lui sourit puis rigola.

Deadlie: J'avais déjà vu ces étoiles... tu sais je comprends que l'extérieur te manque... j'aimerai tellement que tu sois heureux.. malheureusement le monde des adultes est un monde sans pitié et malheureusement ça retombe si souvent sur des enfants innocents comme vous...

Aqua: Oui...

Deadlie: Mais vous sauvez la vie de milliers de personnes... tout le monde vous est reconnaissant... je sais que c'est dur Aquarelle, mais vous sauvez notre monde...malgré le fait que ce soit nous autres, adultes, qui le détruisons...

Deadlie lui sourit puis il toucha les étoiles à son tour.

Deadlie: Quand j'étais petit, je rêvais d´un monde paix, mais ce monde était en moi... j'y avais tellement d'amis... j'étais si heureux...

Aqua: *intéressé* Qu'est ce qui s'est passé ?

Deadlie: Un jour j'ai construit un robot... un peu comme toi, mais un homme m'a volé mon robot... mon ami en métal... je l'ai suivit et j'ai finit sans trop comprendre sur un champ de guerre... CE champ de guerre.... et un Shushu m'a attaqué... il a détruit mon robot puis m'a blessé...alors que je n'aurais même pas fait de mal à un moskito... depuis ce jour je me suis promis de défendre les humains... car ils me regardent tous depuis là où ils sont... à la télé... ou depuis leur jardin... ou dans leurs bâtiments... je veux juse que nous puissions tous vivre dans un monde où le mot violence est banni...

Aquarelle lui sourit, sans trop comprendre ce qu'il se passait, il prit Deadlie dans ses bras, en s'en rendant compte, il paniqua...mais Deadlie fit de même.

Deadlie: J'ai l'impression que tu es le seul à me comprendre mon petit... j'ai parfois l´impression que toi et moi sommes....

Aqua: ...Amis ?

Deadlie: Oui...de très bons amis...

Deadlie recula en riant, il remercia Aquarelle de l´avoir écouté puis il retourna à son bureau.

Le steamer observa les étoiles puis s´endormit en rêvant d'histoires merveilleuses avec ses robots... mais pour la première fois, il y avait un autre humain dans son rêve... Deadlie.


[Durant la nuit]

Un bruit étrange réveilla le steamer, il se rendit compte qu'il avait dormit toute la journée, ce qui n'avait visiblement pas dérangé Deadlie... Il se leva puis tenta de se diriger vers la salle de travail où les enfants sacrifiaient leur sommeil pour le travail, mais l'étrange bruit continuait de se faire entendre. Aquarelle se retourna puis constata avec effroi une lumière sortir du mur, il sentit ses jambes lâcher tandis que la lumière illuminait son mur étoilé.

Aqua: La... la lumiere de la lune ?!

Aqua sentit des frissons le parcourir, il n'avait plus vu de lumière naturelle depuis son départ, cette prison de métal et de violence ne disposait d´aucune fenêtre. Aquarelle se frotta le menton, il avait vu à quel point les autres enfants étaient malheureux de ne plus voir l'extérieur... Mais Aquarelle se rapella sa promesse...

Aqua: Les étoiles... Je ne peux pas risquer de laisser un enfant aller tout balancer à Deadlie...

Le steamer attrapa ses affaires puis s´approcha du trou afin de le reboucher, mais ses mains refusèrent de l'y aider.

Aqua: Je... J'ai besoin de sortir... il me le faut...

L'enfant se retourna, il pria puis passa sa tête dans la fissure. Le trou avait dut se former à cause d'un rocher à l´atterissage, la pression des nombreux tuyaux nécessaires aux machines avaient dût terminer le travail. L'enfant passa tout son corp, il ferma les yeux puis tenta de s´imaginer son paysage.

Aqua: Des villages, magnifiques et colorés...avec...euh...p..plein de plantes...et aussi....

"PAN, BOUM, BAM, BOOOUM"

Les nombreux bruits du champ de bataille sortèrent l'enfant de son rêve, devant lui s´offrait une île rasée par la guerre, une île saccagée et bombardée... Aquarelle fouilla dans sa mémoire et reconnu d'après ses analyses qu'il s'agissait d'Otomaï.

Aqua: Pauvre île...envahie par les shushus.. ce doit être un sacré bordel...

L'enfant observa les étoiles ainsi que la lune, il cru pleurer de joie si sa maladie ne le lui empêchait pas, mais soudain, la terre sous ses pieds se détacha et le fit chuter le long de la colline. Il arriva en bas, intacte. D'ici, il voyait clairement les villes et villages rasés par les bombes et les attaques.

Aqua: J'aimerai bien voir comment mes bombes détruisent ces sales shushus...

"Alors vas-y"

Le steamer avait de plus en plus envie d'aller observer cette guerre de plus proche, mais c'était trop risqué.

"Tu vas le regretter"

Aqua: C'est trop dangereux...

"Tu en as besoin"

Le steamer sentit ses jambes prendrent le contrôle, il partit en direction des champs de batailles. Mais en arrivant là-bas, il ne remarqua aucun shushu, il entendait des cris des pleurs, il se dirigea vers ces sons et découvrit une famille. Malgré sa timidité, l'enfant se rapella des paroles de Deadlie, il serra les poings puis prit son courage à deux mains.

Aqua: Ne pleurez plus ! Tout va bien !

Mère de famille: Qu...qui êtes-vous ?!

Aqua: Je suis venu vous aider, nous sommes là pour vous aider !

Le mari de la femme se leva en prenant Aquarelle dans ses bras, il le serra fort en pleurant toutes ses larmes.

Homme Otomien: Ma chérie, je te l'avais dit ! Je te l'avais dit que les renforts viendraient ! Les dieux soient loués ! Ils n'ont pas abandonnés Otomaï.

Aqua sourit puis prit l'homme dans ses bras en souriant, il était heureux, Deadlie avait dit vrai, il sauvait le monde... Mais malgré ça, il remarqua quelque chose d´anormal, la femme observait Aquarelle avec des yeux de terreurs, elle tenait ses enfants dans ses bras en versants de grosses larmes... elle était terrifiée et pointait les vêtements d'Aquarelle.

Mère de famille: *effrayée* V..vous...vous....

Aqua: Ne vous inquiétez pas, mes vêtements son propres ! Ce sont des vêtements donnés par l'armée !

Le mari sentit un frisson le parcourir, il vira au blanc, sa femme hurla en continuant de pointer les vêtements du steamer. Aquarelle recula, ne comprenant pas.

Mère de famille: *effrayée* SUR SES VÊTEMENTS !! LE SIGNE D..DE...DE...

Aqua: *observant ses vêtements* Ça ? C'est le symbole de l´armée d...

Homme Otomien: *appeuré* AMAKNA !!! LES ENFANTS COUREZ !!!

La famille prit fuite tandis que l´homme attrapa un couteau et tenta de ralentir le steamer. Aquarelle recula, ne comprennant pas.

Aqua: M...mais, que faites-vous ?! Je suis votre allié !

Homme Otomien: Vous voulez nous tuer ! N...Nous n'avons rien fait !!

Aqua: Mais je ne vous v....

Soldat d'Amakna: *s'incrustant* MAINS EN L'AIR, CONTRE LE MUR, TOUT DE SUITE !!!

Aquarelle et l'homme sursautèrent, ils se plaquèrent contre le mur en priant. Le soldat s´approcha d´Aquarelle.

Soldat d'Amakna: EH, tu fais quoi toi ?

Aqua: J..je..je...

Soldat d'Amakna: Tu porte l´insigne d´Amakna, tu es l'un des nôtres ! Alors ne te prends pas pour l'un de ces crev*rds d'Otomien !

Aqua: Je ne comprends pas... qu'allez-vous lui faire ?!

Soldat d'Amakna: Attends un peu de voir ce que le chef de l'armée nous a donné !

Des bruits de pas lourds se firent entendre, un gigantesque robot déboula et fracassa les murs.

Soldat d´Amakna: La classe, non ?

Aquarelle recula, le robot pointa son flingue en direction de l´homme puis tira une salve de balle, du sang gicla partout sur le peu de mur qu'il restait ainsi que partout sur les vêtements du Steamer. Aquarelle observa le sang...

Aqua: Je...je suis un monstre.. je...je...

Soldat d'Amakna: J'ai appelé ce robot "Killer07" car c'est le 7ème robot qu'on nous a donné ! Vous savez qu'il peut même parler et comprendre ce qu'on dit ?

Aquarelle s´écroula, il versa des larmes puis observa le soldat en pleurant, ses yeux tentaient de lui faire voir le cadavre de l´homme qu'il avait cru aider... Aquarelle sècha ses larmes puis se releva en tentant de fuir, il s´arrêta puis s'adressa à nouveau au soldat.

Aqua: Ce robot..*snif* ... Il s´apelle Realmum...et oui je le savais... c'est moi qui l'ai construit.

[Chapitre XXIII Nous sommes des machines, nous tuons.]

Le steamer tentait tant bien que mal de retourner au vaisseau, mais les évènements avaient eu raison de lui, il avait ressentit la tristesse pour la première fois, il avait croisé le regard froid de celle qu'il avait construit et aimé mais surtout... il avait inconsciemment tué des milliers de personnes. Ses machines, vitales pour sa survie, clignotaient de toutes les couleurs.

"Surchauffe des Systèmes"

"Défaillance mentale, veuillez vous reposer"

Aqua: *étouffant* Sa...saleté de machines...f..fermez..fermez-là...*tousse* *tousse*

" Rythme cardiaque, Extrêmement élevé"

Aqua:*bouillonant* Il m'a mentit...Il...il m'a manipulé...

" État de la santé mentale Critique, veuillez vous reposer"

Le steamer s'écroula au sol, les débrits sur lesquelles il s'était agenouillé lui avait écorchés la peau, le steamer tenta tant bien que mal de se relever, les bruits incessants de ses machines ainsi que leur lumière aveuglante lui taper sur le système, le steamer bouillona, ses veines étaient clairement visibles, ses yeux devenaient aiguisés comme une lame. Le steamer se releva puis commença à frapper ses machines.

Aqua: *enragé* FERMEZ-LÀ ! TAISEZ-VOUS, TAISEZ-VOUS, TAI-SEZ- VOUUUUUS !!!!!!

"D..défaillance des systè..."

"Ét...criti...veuill...us...poser...."

Le steamer concentra toutes ses forces afin d'arriver au vaisseau, la prison dans laquelle il avait passé plusieurs semaines apparût au sommet de l'une des montagnes. Le steamer serra les poings puis commença son ascension, déterminé à obtenir des réponses, et surtout une vengeance.

"V...illez..us...r...oser.."

Aqua: *épuisé* Taisez-vous...Taisez-vous...

La faim et la fatigue donnaient des visions au steamer, les étoiles semblaient rire de lui, riant de son désespoir, victime d'une tragédie à laquelle il pensait agir comme un héros... Une fois en haut, le steamer serra les poings puis s'enfonça dans la brèche... mais en arrivant dans le vaisseau, l'ambiance était encore pire qu'à son départ...

Aqua: Qu'est-ce que...

Les murs étaient recouverts de rouge, Aquarelle s'approcha de son mur d'étoile, il était à présent recouverts de marque de mains rouges ainsi que de petits dessins montrant un homme au dessus de milliers d'enfants morts...

Aqua: *attrape l'une de ses machines* Dis Iris, analyse de la substance.

"Analyse en cours, veuillez patienter..."

Le steamer serra les poings, après la tristesse, la peur semblait dès à présent faire son entrée elle aussi.

"Analyse terminée... Substance: Sang. État: Solide (séché) ainsi que Liquide. Groupe Sanguin: Divers, il y a du sang de tout les groupes."

Aquarelle recula, son mur sur lequel il avait peint ses rêves était désormais tâché par les monstruosités qu'il avait inconsciemment commis, ses meurtres...ces gens morts par sa faute... Aquarelle comprit bien vite ce qu'il s'était passé durant son départ.

Aqua: Deadlie... il a dut remarqué que j'avais disparu... si la vérité sur ses méfaits avaient éclaté au grand jour... la guerre aurait prit une autre tournure... et Deadlie... aurait été tué et traité comme un monstre....

Soudain, des bruits de pas lourds et de fusillade se firent entendre aux étages supérieurs.

Aqua: Deadlie ! Je dois me grouiller !

Le steamer fonça jusqu'au bureau de Deadlie, lorsqu'il arriva devant la porte, il remarqua une pile de sac sentant mauvais, des mouches tournaient autour.

Aqua: Je pense savoir ce qu'il y a là-dedans...

Le steamer observa la porte qui le séparait de Deadlie, il serra les poings, baissa les yeux puis s´avança.

"V...lle...vo....poser..."

Aqua: *ouvre la porte*

En entrant, Deadlie salua le jeune steamer, il ricana puis l'invita à s'asseoir.

Deadlie: Tu me sembles épuisé...une tasse de thé..? Hahahaha...

Aquarelle observa le soldat sans le quitter des yeux, il remarqua immédiatement que Deadlie avait beaucoup de mal à cacher son envie de s'en prendre à Aquarelle.

Deadlie: *Bouillonant* Alors comment s'est passé le voyage ? Les étoiles étaient belles ? Otomaï te plait ?? Hahahaha....

Aqua: Alors il s'agit bel et bien d'Otomaï...

Deadlie: Et oui...hahaha..hahahahaha...hahahahahaha !!!

Aqua: Vous m'avez mentit...depuis le début...

Deadlie se leva puis ria.

Deadlie: Tu te trompes... Je ne t´ai jamais menti....

Aqua: Vous tuez des êtres humains...pas des shushus...VOUS M'AVEZ MENTI !!

Deadlie: Shushu et Otomiens...c'est pareil...ce sont des ordures....

Aqua: Pourquoi...pourquoi vous avez fait ça...?

Deadlie: Tu te souviens quand je t'ai dis qu'un shushu m'avait attaqué et avait détruit mon seul ami que j'avais construit de mes propres mains...?

Aqua: Oui...

Deadlie: Ce n'était pas un shushu mais un Otomien...un humain...une ordure... je n'avais que 6 ou 7 ans et cet homme d´une trentaine d'année... il m'a poursuivit pendant deux heures... la fatigue a eu raison de moi... je me suis écroulé et j'ai hurlé pour qu'on vienne m'aider... mais personne n'est venu, ils m'ont tous entendus mais il m'ont abandonnés... Ce jour-là, ce sale type a passé ses nerfs sur moi... ça a commencé par des claques...puis des coups... puis il m'a arrachés mes doigts avec un couteau...puis mes mains, mes pieds...mes jambes mes bras et...et... et ma vie...

Aqua: ...

Deadlie: Ce jour-là, mon robot n'a pas était détruit par ce type.. il est venu récupérer mon cerveau... le seul organe encore en un morceau de tout mon corp... il a utilisé les informations qu'il avait récupéré sur moi... toutes ces fois où nous avions parlé... il a tout retranscrit dans une carte mémoire qu'il a placé dans mon cerveau avant de retirer sa carte pour mettre la mienne dans son corp...

Aquarelle recula, si il avait bien comprit les paroles de Deadlie alors...

Aqua: V...vous êtes un...

Deadlie: Un robot, un être fait de rouages et de boulons... exact... mais dôté d'une conscience et d'un cerveau... après avoir prit la place de mon ami robot.. j'ai bien vite comprit que l'enfant que j'avait été était désormais mort... après tout... je ne suis qu'une carte mémoire ressemblant à cette enfant, tué par un Otomien... je ne suis qu'un prototype, une version râtée d'une facette de la perfection... Mais lorsque j'ai pris contrôle de ce corp mécanique, j'ai rapidement compris que les gens ne voudraient plus jamais de moi... j'ai amélioré mon corp pour le transformer en arme de guerre puis j'ai tué des humains par milliers... j'ai crée des centaines de manteaux faits de chaire humaine destinés à me recouvrir afin de me faire ressembler à un humain... et un jour j'ai réussit... j'ai enfilé un casque, des lunettes et une armure que je n'ai plus jamais retirés... puis je me suis engagé dans l'armée d'Amakna... j'ai enchainé les victoires et les manipulations afin de me hisser au rang que je suis en ce moment... lorsque j'ai appris la guerre entre Otomaï et Amakna... j'ai sauté sur l'occasion... j'ai tué puis volé et j'ai acheté des enfants, bien trop innocents pour comprendre le monde des adultes... tout ça pour me venger... pour venger l'enfant que j'ai été...

Aqua: Vous êtes fou...

Deadlie: Quand j'ai appris l'existence d'un enfant victime du syndrome de la machine, j'ai sauté sur l'occasion... j'ai enfin eu l'impression de revivre, d'avoir quelqu'un qui puisse me comprendre... Toi, Aquarelle... toi et moi sommes des robots... les gens ne nous ont jamais comprit...car ils en sont incapables, ils sont idiots et corrompus... leur coeur est bien trop sombre...

Aqua: ...

Deadlie: Je refuse de te tuer Aquarelle... Je veux que toi et moi soyons les nouveaux maîtres de ce monde... commençons par supprimer Otomaï...puis Frigost...puis Amakna...PUIS LE MONDE !!

Aqua: ...Vous êtes un cinglé !!

Deadlie: Je veux juste reconstruire un monde de personne faites de tuyaux et de boulons...comme nous Aquarelle... alors aide-moi... tu veux bien ?

Aqua: *énervé* Je ne suis pas un robot...j'ai des problèmes de santé c'est tout ! ET JE NE SUIS PAS UN MEURTRIER COMME VOUS !!

Deadlie ricana, il s'approcha d'un de ses étranges mur puis il appuya sur un bouton, le mur s'ouvrit, donnant vue au paysage détruits d'Otomaï.

Deadlie: Dans quelques instants... Tu vas regretter ces paroles...

Aqua: Hein..? Quoi ?!

Deadlie: Tes bombes tueront bien plus que je n'aurais tué dans toute ma vie...

Aquarelle se jetta sur l'homme, il tenta de le blesser mais sans succès.

Aqua: NE FAITES PAS ÇA !!

Deadlie: Les bombes sont stockées dans les bas étages du vaisseau... nous allons bientôt décoller... puis nous raserons cette ile minable...

Aquarelle recula puis serra les poings, il fronça les sourcils puis se retourna en direction de la porte de sortie.

Aqua: J'ai construit ces bombes... je sais comment les arrêter...

Deadlie: Je t´interdis de faire ça...

Aqua: Je ne vous entends pas !

Soudain, le soldat ricana puis claqua des doigts. Des robots déboulèrent puis se placèrent autour du steamer, ce dernier remarqua directement un détail.

Aqua: Realmum, les brobots ?!

Deadlie: Et oui... triste réalité... mais désormais ils sont dans mon camp.

Les robot se jettèrent sur le steamer puis l´attrapèrent

Aqua: Non ! Lâchez-moi !

Deadlie: Tes brobots sont bien obéissants.. mais ta "Realmum" fait encore des siennes.

Soudain, une idée germa dans l'esprit du steamer.

Aqua: Dis Iris, réinitialise le système de Realmum.

Deadlie: Qu'est-ce que tu fais ?!

"Réinitialisation terminée, Realmum est désormais retournée sur sa dernière sauvegarde manuelle, dernière sauvegarde manuelle: 2 Semaines et demi.

Deadlie: Attends, qu...

"VLAN"

Realmum mit à terre le soldat, elle le piétinna puis se jetta sur les Brobot afin d'attraper Aquarelle. Elle prit dans ses bras puis fonça dans les bas étages du vaisseau. Le steamer la serra fort dans ses bras.

Aqua: Merci maman...merci beaucoup...

Realmum: Je suis désolée de t'avoir abandonnée mon enfant...

Aqua: Je t´aime Maman... je t'aime...

Realmum: Moi aussi mon chéri, je n'ai jamais arrêté de penser à toi...et tes frères aussi...

Soudain, le steamer et le robot arrivèrent devant une porte fermée, le robot l'enfonça, à l'intérieur, se trouvait un stock énorme de bombe. Aquarelle se propulsa en avant et fonça jusqu'aux bombes du fond de la salle, il tenta tant bien que mal de les éteindre mais impossible.

Realmum: Le vaisseau...il a décollé...!

Aqua: Deadlie va lâcher les bombes... on doit se dépêcher !!

"LARGUAGE DES BOMBES DANS 5 minutes, VEUILLEZ QUITTER LA ZONE DE LARGUAGE"

Soudain, des alarmes provenant d'Otomaï résonnèrent. La trappe de la salle s'ouvrit, donnant vue à tout Otomaï vu du haut.

Aqua: On va pas y arriver !! On a plus asser de temp les bombes vont tomber !!

Deadlie: C'est exact...

Aqua: Deadlie ?!

Deadlie: Je te laisse une dernière chance de me rejoindre...rejoindre ta famille... de robot...

Realmum: Aquarelle est un humain ! Il a un coeur d´or, ce n'est pas quelques tuyaux qui font de lui un robot !

Aqua: Maman...

Deadlie: Tant pis, je sors les griffes...

Le soldat détacha son casque puis le balança... sous tout ces masques se cachaient un robot effrayant ayant des dents aussi longues qu'acérées.

Deadlie: *Furieux* Dis Adieu à ta mère...

Le soldat se jetta sur Realmum, leur affrontement dura une minute, lorsque soudain, Deadlie s'apprêta à détruire le robot.

Deadlie: C'est la fin, j'ai ga...

*CRRRRACK, SCHLACK*

Le soldat baissa les yeux, derrière lui se trouvait Aquarelle, le steamer venait de lui enfoncer une poutre en plein dans son thorax.

Deadlie: Q...qu'impo..po...popo...rte...jejeje...v...gagneeeeneneeeer..

Realmum soupira puis éjecta Deadlie, elle s'approcha du steamer puis le prit dans ses bras.

Realmum: Promets-moi que tu ne deviendras jamais comme cet homme...

Aqua: Maman, ce..c'est pas le...

Realmum: Je t'aime mon fils.

Realmum attrapa un parachute de secours, elle prit Aquarelle dans ses bras puis le jetta par la trappe.

Aqua: *en chute* MAMAAAAAaaaaaaaaaaa..aa...a...an !!!

Realmum s'approcha des bombes puis appuya sur un bouton caché sur sa nuque.

Deadlie: Q..qqqqqq...qu'est..qu'est...qu'est...ce...que vous....vous...faitetetetes...?¿

Realmum: Je fais faire surcharger puis court-circuiter mes systèmes afin d'exploser avec ce vaisseau.

Deadlie: N..n..n..onononon... n..n..ne...ne...

Realmum: Aquarelle avait créer ce bouton sur ma nuque...un bouton qui devait me permettre de tout ressentir comme une humaine... il l'avait fait spécialement pour moi... mais ça n'a jamais marché...*riant* Mais j'ai foi en lui...il y arrivera, croyez-moi *appuye sur le bouton*


Deadlie: N..N..NON...NOOONONOOOONOOOOON !!!!


"BOOOOOOOOOOOOOOOOOUM !!!!!!!!"

Une explosion immense, ressemblant au soleil, illumina l'entièreté d'Otomaï. Les habitants, les soldats ainsi qu'Aquarelle s´arrêtèrent afin de contempler l'une des plus grosse explosion qu'ai put connaître le monde. La guerre semblait avoir été mise sur pause tandis que débrits du vaisseau commençaient à s'ecraser contre le sol. Aquarelle tenta de se relever, d'aller voir si Realmum était toujours là, il leva la tête puis remarqua un morceau de taule fonçant à toute allure vers lui, lorsque soudain.

"VLAN"

[Chapitre XXIV: Une bien belle histoire.]

[Maelström, sur le pont]

Aqua: Après avoir vaincu Deadlie et avoir chuté, un débrit du vaisseau s'est écrasé sur mon crâne, j'ai sombré dans un coma durant un mois et à mon réveil, j'étais à Amakna.. l'un des infirmiers m'a annoncé que sans les nombreuses machines insérée dans mon organisme, je serais sûrement mort... ça n'aurait peut-être pas été plus mal...

Micky-Nai: Ça c'est vrai...

Killasangz esquissa un large sourire qu'il cacha timidement derrière son chapeau, connaître le passé d'Aquarelle l'avait remplit de joie, lui donnant l'impression d'être sur le chemin de la réussite.

Killasangz: Bravo Aquarelle, c'est courageux de ta part d'en parler !

Micky-Nai: COMMENT TU PEUX DÉFENDRE CE MEURTRIER ?!

Killasangz: Voyons Micky, ce n'est pas un...

Micky-Nai: TA G*EULE, TOUT EST DE SA FAUTE !

Killasangz: Mais enfin je...

Aqua: Laisse tomber, tout le monde ne peut pas être talentueux comme moi, toi tu n'aurais jamais été engagée pour quoi que ce soit !

Micky-Nai: Je travaillais dans un hôpital, je sauvais des vies, j'étais pas comme toi, je soignais des choses vivantes pas des êtres faits de métaux, froids comme l'hiver !

Aqua: Soigner des gens, toi ? Tu devrais pratiquer l'auto-soin, ton sang est salit par les litres d'alcool que tu bois par jour !!

Killasangz: Voyons il est inu...

Micky-Nai: TAIS-TOI, TOI !

Killasangz: Oui, chef.

Aqua: Laissons tomber cette discussion, il est claire que l'ivresse parle pour toi !

Micky-Nai: Toujours l'alcool, facile à dire...

Aqua: Va savoir pourquoi.

Micky-Nai bouscula Killasangz de l'épaule puis partit dans sa cabine, le sram tenta d'engager une discussion avec Aquarelle mais ce dernier avait déjà disparu dans les tréfonds du navire. En se retournant, Killasangz remarqua qu'il était désormais seul. Il s'appuya contre la barrière puis observa au loin, il retira son chapeau afin de le dépoussiérer lorsque soudain, un bruit attira son attention.

Killasangz: Llika ? C'est toi ?

Llika: Ouais..

Killasangz: Viens me rejoindre, la vue est splendide !

Llika: Ouais, c'est la même vue que tout les jours.

La fillette quitta à nouveau le pont. Le sram sourit puis enfila son chapeau en protégeant ses yeux de la lumière. Le pollen des plantes d'Osamodia volait dans le ciel, ressemblant à une tempête de neige. Killasangz observa au loin les prairies sauvages balayées par les vents, il s'appuya contre la barrière puis renifla le doux parfum de la nature. Soudain, il remarqua haut dans le ciel deux bwaks tournoyants l'un autour de l'autre, démontrant chacun leur amour pour son partenaire. Le sram souria puis se dirigea vers sa cabine, lorsque soudain...

???: On est ami ?

Le sram se retourna, il était seul, les feuilles virevoltaient dans le ciel formant une mini tornade, le pollen ainsi que les pétales des roses vinrent s'ajouter au spectacle. Le sram observa tout autour de lui, mais personne ne semblait pointer le bout de son nez.

Killasangz: Qui êtes-vous ?

???: J'aimerais être ton ami...

Le sram était persuadé qu'il s'agissait à nouveau de voix dans sa tête, mais cette fois, la voix ressemblait à celle d´un petit garçon.

Killasangz: Qui êtes-vous, s'il-vous-plaît, mon ami ?

???: Nous sommes amis ?

Killasangz: Je...je suppose, oui !

???: Je suis là, en bas.

Le sram fût surpris, comment une voix si douce pouvait se faire entendre jusqu'à une telle distance, le squelette s'appuya contre la barrière puis observa au sol, il remarqua un enfant flou lui faisant signe de le suivre. Le sram hésita, se tourna puis prit son courage à deux mains et emprunta l'échelle afin de suivre l'enfant. Une fois en bas, l'enfant semblait encore plus loin, Killasangz continua sa course durant une bonne dizaine de minutes, l'enfant semblait incapable à rattraper, cependant, à mesure que Killasangz s'enfonçait dans la forêt, il se sentait mieux, l'impression que c'était réciproque pour l'enfant qui semblait jouer avc le sram. Soudain, le sram arriva dans un coin dégagé de la forêt, il y avait de l´eau, des papillons de toutes les couleurs qui se mélangeaient haut dans le ciel, semblable à milles arc-en-ciels. Le sram se retourna puis remarqua le jeune enfant sur un tronc en haut d'une petite colline. Il grimpa au sommet, une fois en haut, l'enfant avait disparu, à la place, il y avait l'arbre qu'avait reçu Killasangz dans le désert.

Killasangz: Mon arbre ? Que fait-il ici ?! Je pensais l'avoir gardé au chaud sur mon navire...

???: Nous sommes amis.

Killasangz: Où es-tu ? Je ne te vois plus...

???: Pourquoi tu es triste...?

Killasangz: Q...quoi ?

???: Ton âme pleure, mais ton corp, lui, montre l'inverse.

Killasangz: Je ne comprends pas...

???: Pourquoi tu ne souris pas ? Tu es triste ?

Killasangz: Non, voyons, je suis juste... un peu fatigué !

???: Je sais pourquoi tu es triste...

Soudain, l'enfant apparût devant le sram, il était blond aux yeux dorés, sa bouche ne bougeait pas, elle se contentait de sourir, il portait de long vêtements et dégageait une chaleur rassurante.

???: *tends sa main* Je veux te voir sourir.

Killasangz: Q...quoi ?

???: Prends ma main, je t´emmenerais là où tu veux être.

Killasangz: Mais c'est ici que je veux être...!

???: Fais-moi confiance.

Le sram avala sa salive puis attrapa la main de l'enfant, il sentit ses forces l'abandonner, il s'écroula au sol puis plongea dans un profond sommeil. Les papillons vinrent se poser sur lui, formant un voile arc-en-ciel, la lumière illumina le visage du sram tandis que l'enfant se contenta de sourire avant de disparaître.

[À Osamodia]

Simba: Chérie, écoute, je sais que la mort de notre fille t'as troublé mais tu dois passer à autre chose...

Winnie: C'est pas si simple...

Simba: Je sais Winnie... mais...mais notre fille t'aime et nous l'aimons...

Winnie: Toi, l'aimer..? Tu ne t'es jamais occupé d'elle...

Simba: C'est vrai que je n'ai pas été le meilleur père... mais...

Winnie: Le meilleur père..? C'est à peine si tu te souviens de son visage...

Simba: Winnie, tu sais très bien que ça ne m'a jamais empêché de l'aimer...

Winnie: Et l'aimer ne t'as jamais empêché de ne pas exister pour elle !

Simba: Winnie, arrête...

Winnie: Parfois...parfois je me demande pourquoi moi je pleure pendant que toi tu souris ! P...PARFOIS...PARFOIS JE ME DEMANDE SI ELLE N'EST PAS MORTE PAR TA FAUTE !

Simba: W..Winnie...?! Comment peux-tu d...

Winnie: Même quand j'étais morte de tristesse dans les mines, c'est un inconnu qui m'a consolé et qui m'a ramené !!

Simba: Winnie je suis...

Winnie: DÉSOLÉ, DÉSOLÉ, JE SAIS !!! Tes "désolé" ont tué notre fille...tu es fièr de toi ?!

Simba: Winnie...je n'aurais jamais...

Winnie: Laisse-moi seule Simba, j'ai besoin de réfléchir...

Simba: D´accord...

Simba quitta la pièce, laissant Winnie seule face à ses questions.

[Au même moment, quelque part.]

Killasangz: *ronfl ronfl*

Un bruit métallique vint réveiller Killasangz. Le sram se releva, il ouvrit doucement les yeux puis remarqua des mèches de cheveux posées sur son nez. Une jeune femme se tenait au dessus du sram. Killasangz reprit doucement ses esprits, lorsqu'il réussit à voir correctement la jeune femme, il crû exploser.

???: Tout va bien chéri ?

[Chapitre XXV: Nuit d'Amour]

Le sram écarquilla les yeux, en observant la jeune femme, il crut voir un fantôme. Il se releva en paniquant. En se retournant, il vit son reflet dans un miroir, à la vue de cet étrange spectacle, il s'écroula à nouveau sous la panique de la jeune femme.

???: Chéri, e...est-ce que tout va bien ?!

"Killasangz": J...j'ai..j'ai de la peau ?!

???: *ironique* Tu as aussi des veines, des organes et à notre plus grande surprise, des muscles !

Le sram se releva, il retira son chapeau, toucha ses cheveux puis sombra dans les larmes.

"Killasangz": W...wouaw, r...regardez ! J'AI...J'AI DES CHEVEUX !!

???: hum...tout va bien mon chou..?

"Killasangz": Mon chou..?

Le sram observa à nouveau son reflet, son sourire disparut et laissa place à une grimace ainsi qu'aux doutes. Le sram observa la jeune femme en reculant, il vira au pâle tandis que son rythme cardiaque accélérait.

"Killasangz" Angelina...c'est toi..?

Angelina: Tout va bien mon amour...? Tu...tu es tout blanc...

"Killasangz": C'est bien toi Angelina..?!

Le sram attrapa les petites mains de la femme, il sentit son parfum puis observa ses yeux.

"Killasangz": (Ses yeux... et son parfum...ses cheveux et ses mains...ses mains si douces...)

Angelina: Tout va bien chéri..?

"Killasangz": Où...où est Llikasettez ?!

La jeune femme ria en caressant son ventre.

Angelina: *souriante* Moi qui pensait que tu ne voulais pas de ce nom hihi.

"Killasangz": Q...quoi ?

Angelina: On ne sait pas encore si ce sera une fille, tu t'en souviens ? Encore quelques mois, patience hihi..

Le sram recula, il crût s'évanouir, sa peau, cette femme, cette odeur, tout lui semblait si familier mais si lointain, les souvenirs traversaient sa mémoire aussi vite que son sang dans ses veines, le plantant tel un couteau aiguisé.

"Killasangz": Angelina..tu...tu m'aimes..?

Angelina: Mais...oui..pourquoi cette question mon amour ?

"Killasangz": (C'est quoi ce bordel...je...je...)

"Tu ne souris toujours pas...?"

"Killasangz": (l'enfant de lumière ?!)

"Cette femme, c'est la deuxième fille la plus importante de ta vie, la voir en vie ne te fais pas plaisir..?)

"Killasangz": (Je n'arrive pas à comprendre...où est Llikasettez, Sensei, le Maelström..?!)

"Ils ne sont pas ici... tu te trouve dans ton passé, le dernier moment de ton passé où tu étais serein, en paix et en amitié avec l'univers."

"Killasangz": (Je n'ai jamais été en paix..et surtout pas à cette époque ! Je...Je ne veux pas revivre ça ! FAIS-MOI RENTRER !!)

"Aujourd'hui tu as la possibilité de sourire et de demander pardon, alors fais-le, et surtout profite de cette soirée, elle est unique."

Angelina: Chéri ?

"Killasangz": Angelina...tu..tu...

Angelina: Est-ce que...tu pleures..?

"Killasangz" *sèchant ses larmes" T..t..tu..u m'as tellement..

Angelina: *prenant "Killasangz" dans ses bras* Ne pleure pas, tout va bien, on est heureux ici non..?

"Killasangz" *tremblant* TU me m..*snif* me manque *snif* ...tu..tu...

Angelina: Hihihi, mais je suis là voyons, je serais toujours à tes côtés mon amour !

Les deux amoureux continuèrent de se caliner pendant une dizaine de minutes, soudain, Angelina embrassa le jeune homme, le sram mit ses mains dans les cheveux de la jeune femme, elle observa "Killasangz" de ses magnifiques yeux bleu clair.

Angelina: Je t'aime, je t'aime et je t'aime encore...

"Killasangz": Moi encore plus...

Angelina: *rougis* Hihi...

Le sram détourna du regard, il observa le paysage autour de lui auquel il n'avait prêté aucune attention. La lumière, les chansons et les rires des enfants ravivèrent des souvenis heureux lointains.

"Killasangz": La foire du troll...

Angelina: La foire du troll ? Hahaha, ça fait longtemp qu'elle ne s´apelle plus comme ça !

"Killasangz": (C'est vrai, la foire du troll est devenue si grande qu'elle s'apelle désormais "le pays des jouets"...M..mais...dans le présent, le pays des jouets est complètement abandonné, détruits et souillé...cela fait longtemp que ce lieu ne procure plus aucune joie dans le monde...)

Le sram s'avança puis observa les enfants autour de lui, tout le monde riait, Angelina passa sa main dans ses cheveux puis observa la lune, haute dans le ciel. La lumière était magnifique, la foire était magique et la joie rendait l'ambiance unique, c'était l'un des lieux les plus beaux du monde. Soudain, un homme barbu ressemblant à un jouet s'approcha de "Killasangz".

Doyen: Tiens, tiens héhéhé...c'est "Boulet" et "l'Ange" ?

Le sram se retourna, son coeur battait à 1000 km/h. Lorsqu'il vit ce haut-de-forme et cette canne ainsi que cette barbe et ce sourire infini, le sram versa de nouvelles larmes.

"Killasangz": D..Doyen..?! C'est vous ?!

Doyen: Héhéhé, "Boulet", je t´ai autant manqué que ça en un jour ?

Angelina: Il est très émotif ce soir !

"Killasangz" D...doyen..j..je.. *snif* Je...

Doyen: Héhéhé, "Boulet", tu es vraiment étrange ce soir, d'habitude tu piques une crise dès que je t'apelle ainsi héhé.

Le sram tenta tant bien que mal de retenir ses émotions, mais il abandonna, il se jetta dans les bras du doyens en cachant son visage mouillé dans sa douce barbe grise.

Doyen: Qu'est ce qui te tracasse ainsi...?

"Killasangz": Je...je me rends juste compte d'à qu'elle point j'ai de la chance de vous connaître...c'est..*snif* c'est tout...

Doyen: Hahaha, tu sais bien que ce n'est rien... j'offre toujours une deuxième chance tu le sais hein....? Nous avons tous un enfant en nous... je veux juste rendre cet enfant heureux...c'est pour ça que j'ai construit le pays des jouets héhé.. ouhlà attention, tu risque de mouiller mon chapeau avec tes larmes incessantes ! Tu sais que ce chapeau est la chose la plus importante à mes yeux.

Le sram recula en sèchant ses larmes, il observa la canne et le chapeau du vieil homme en esquissant un sourire discret.

"Killasangz": (Oh oui je le sais...moi aussi ce sont mes objets les plus importants... quand vous me les avez offerts...vous...vous avez pleurez pendant un mois haha... depuis...depuis je ne les quitte plus... ce chapeau représente tout pour moi...tout...)

Doyen: Comme je l'ai toujours dit... ce chapeau est la fierté de toute ma famille...il se transmettait de père en fils... mais comme je n'ai pas d'enfant... bah...je trouverais bien quelqu'un que j'aime assez pour le considérer comme mon fils..héhéhé...

"Killasangz": (Doyen..vous avez été plus qu'un père pour moi..aujourd'hui je porte votre chapeau et votre canne comme une fierté...alors..alors que j'ai été un monstre...j'ai toujours été un monstre avec vous tous...toi aussi Angelina..je..je..)

Doyen: Viendras-tu écouter une nouvelle histoire ce soir "boulet" ?

Angelina: *souriante* Ah non ! Ce soir je vous l'emprunte Doyen !

"Killasangz": Doyen..je..j'aimerai vous parler après..s'il-vous-plaît...

Le doyen s'approcha du jeune homme, il caressa ses joues puis posa sa main sur son front.

Doyen: Nous parlerons de tes soucis quand il le faudra...pour le moment..conten...

Angelina: Contente-toi de sourire et..

"Killasangz": D'aimer ta vie, car..

Doyen: ...C'est la plus belle chose qui t'appartienne..héhéhéhé...! Allez va mon garçon ! Ce monde est le tien ce soir ! Héhéhé !

Angelina sourit puis attrapa le sram par la main elle l'entraîna dans les rues enjouées de la foire, le sram se retourna en observant la silhouette du Doyen, rapetissant petit à petit, devenant trouble. Le sram se retint de verser une larme, incapable de sourire malgré tout ce qu'il avait retrouvé...

"Killasangz": (Doyen... S'il-vous-plaît... je veux juste vous demander pardon..je..je veux juste que vous me considériez à nouveau comme votre fils..je..je..)

Angelina: Je sais ce qui ne va pas chez toi chéri !

"Killasangz": Ah bon..?

Angelina: Attends-moi là, une seconde mon coeur !

La jeune femme embrassa le sram puis lâcha ses mains avant de disparaître dans la foule. Le sram observa autour de lui les enfants, les adultes et même les bébés, tout le monde était si heureux, le sram s'écroula par terre, poignardé par les souvenirs.

"Killasangz": *observant le ciel* Ici, j'avais tout... un travail..une vie calme et heureuse...et pour la première fois de ma vie...une famille.. ma fille aurait put naître heureuse et avoir des milliers d'amis..elle aurait pu passer ses journées sur ces attractions en me regardant et en disant fièrement à ses amis que.. que je suis son père... *snif* Mais..mais je me souviens de tout..j'ai tout gâché par égoïsme..par avidité ou peut-être juste par folie.. j'ai détruit ce paradis... et..et le paradis n'a plus jamais voulut de moi.. je suis mort.. seul..et..je..

Angelina: *au loin* Chéri, chéri !!

La jeune femme sauta dans les bras du sram en lui tenant une barbapapa arc-en-ciel dans les mains, elle rigola puis en arracha un bout et le fourra dans la bouche du sram. La sucrerie fondait doucement tandis que les deux amoureux ne cessaient de noyaient leurs regards l'un dans l'autre.

Angelina: Ça...ça te fais plaisir...?

"Killasangz": Te revoir..ça...c'est le plus beau cadeau qu'on m'aie fait...

Angelina: *chuchotant* La soirée n'est pas finie, loin de là.

La jeune femme montra son plus beau sourire puis saisit la main du sram et l'emmena dans la foule, se faufilant parmis les enfants, traversant les milles et unes odeurs délicieuses et esquivant les milliards de lumières qui remplissaient le regard des enfants de magie. Soudain, la jeune femme s'arrêta devant une immense attraction, la plus grande et de loin, une grande roue.

"Killasangz": Cette grande roue est...incroyable..

Angelina: *timide* Je...je sais que c'est l´endroit que tu préfères...

"Killasangz: (Je venais souvent ici, juste dans cette attraction, si calme, si lente...mais si belle...j'observait au loin lorsque j'étais au sommet puis j'oubliais tout mes problèmes..je me sentais en sécurité...Aujourd'hui cette grande roue à été détruite puis réutilisée pour construires des engins de guerre.)

Angelina: On y va ? Dis oui, s'il-te-plaît !

"Killasangs": Oh Oui, avec joie !

Les deux amoureux foncèrent jusqu'à la machine, il entrèrent puis descendèrent délicatement la barre de sécurité, la machine continua son ascension tandis que Killasangz noyait son regard dans le magnifique paysage. Angelina caressa son ventre en contemplant les yeux de son amoureux.

Angelina: J'espère que ce sera une fille...

"Killasangz": Moi aussi..

Angelina: Ah bon... mais je pensais que tu voulais un garçon qui devienne robuste comme toi ?

"Killasangz": Non..hahaha...je veux une fille avec un grand coeur...

Angelina: *souriante* Moi aussi...

La jeune femme prit la main du sram puis la posa sur son ventre.

Angelina: J'aimerais tellement qu'elle m'entende..que je puisse lui dire à qu'elle point je l´aime...

"Killasangz" Je suis sûr qu'elle le sait...

Angelina: J'aimerais être là...j'aimerai être là à chaque moment important de sa vie...je...je voudrais être une bonne mère...

Le sram lutta de toute ses forces pour retenir ses larmes, il détourna du regard, tentant désespéremment de fuir la réalité.

Angelina: Mon coeur.. qu'est-ce qui te rends si triste...? Tu as peur..? Mais ici tu es en sécurité...personne ne sait qui tu es et tu as un magnifique métier...tu t'occupe des costumes, ils sont magnifiques tu sais...?

Le sram n'écoutait pas, le parfum d'Angelina le paralysait, perdu dans ses pensées.

Angelina: Ma mère me disait toujours de ne pas sortir avec toi...que..j'avais une grande carrière de chanteuse..elle ne t'aimait vraiment pas.. elle disait que tu étais un voyou... elle ne peux pas nous comprendre... j'espère que je serai une meilleure mère

Soudain le sram se retourna, ses yeux étaient rouges, ils serraient les dents et serrait les poings.

"Killasangz": Angelina, est-ce que tu veux te suicider...?!

Angelina: Qu..quoi ?

"Killasangz": J..je veux dire...est-ce que...est-ce que tu y a déjà pensé ?! Est-ce que...est-ce que je te rends triste ?!

Angelina: *douce* Mais non voyons..tu as fais des bêtises dans ta vie mais..mais je suis de tout coeur avec toi..

"Killasangz": Pardon Angelina..pardon..pardon d'avoir été un abr*ti...pardon de n'avoir jamais su te parlé correctement..d'avoir...d'avoir toujours été aussi horrible avec toi..!

Angelina: Mais...qu'est-ce-qu'il t'arrive ce soir...? *détournant du regard* Oh regarde chéri, nous sommes au sommet !

"Killasangz": Pitié Angelina, écoute-moi..je t'aime, tu es la plus belle..tu..tu es la personne qui compte le plus à mes yeux je t'aime tellement, je pourrais en mourir..n..non.. NON, J'EN SUIS MORT !!

Angelina: Chéri...tu..tu me fais peur...est-ce que ça va..?

"Killasangz": *sèchant ses larmes" *snif* Tu devrais être morte *snif snif* Ça me fais tellement mal..je..je t'ai tué...*snif*

Angelina: *Paniquant* Je..

"Killasangz" Je t'ai oublié *snif*... je t´ai traité comme une moins que rien... je t'ai même dit que des femmes comme toi je pouvais m'en payer *snif* des milliers *snif* ...j'ai été monstrueux alors que *snif* j'étais la seule personne qu'il te restait, et tu t'es...tu t´es...tu..tu es montée au so.. *snif* sommet de la falaise et... *snif snif*

Le sram releva les yeux, il remarqua que le manège s'était arrêté, Angelina était sortie, elle reculait en observant avec terreur le sram puis elle s´enfuya, disparaissant dans la foule, le sram se leva à son tour puis tenta en vain de la rattraper, il s'écroula au sol puis observa son reflet dans une flaque au sol. Il avait des cheveux asser long et des yeux noirs, brouillés par les larmes, il frappa la flaque de son poing en s´insultant de tout les noms.

"Killasangz": Je te hais...JE TE HAIS TU M'ENTENDS ?! DISPARAIS DE MA VIE PASSÉ DE M*RDE, FICHE-MOI LA PUT*N DE PAIX AVEC TES CHEVEUX À LA C*N, TON SOURIRE DE CR*TIN ET..ET TON P*TIN D'ÉGOÏSME !!!!!

La foule s'était reculée, entourant le sram avec effroi. "Killasangz" remarqua au loin le doyen accourant aux côtés d'Angelina, le sram tenta d'avancer mais il s'écroula à nouveau, ses yeux se fermèrent lentement tandis que sa respiration se calmait.

"Killasangz" Doyen...Doyen...et..et Angelina..s..s'il-vous-plaît...je suis..je suis... *tombant dans le coma* ...désol...

"Excuse-moi Killasangz de ne pas avoir réussis à te rendre le sourire...pardon...vraiment.."

En réouvrant les yeux, le sram était à nouveau dans la forêt d'Osamodia, à son époque... le sram prit son arbre dans les bras puis le serra fermement, il se mit en boule, incapable de supporter plus longtemp le poid de la tristesse, il pleura toutes les larmes de son corp, seul et terriblement triste.

[Chapitre XXVI: Cicatrice]

"Je t´aime chéri... Mon amour... Mon...mon cœur..."

Le sram sentit les larmes couler le long de ses os, incapable de se relever, il pouvait sentir son coeur inexistant saigner, son âme mourir à petit feu tandis que les reflets de la femme qu'il avait aimé disparaissaient petit à petit... Le sram ramena ses jambes contre lui puis enfonça sa tête dedans, tentant désespéremment de fuir sa tristesse...

Killasangz: *snif* *snif*

La voix de sa femme résonnait encore en lui, le hantant jusqu'à la folie.

"Je suis désolé...je pensais que revoir ceci te..."

Killasangz: *sèchant ses larmes* Non arrête...

Le sram puisa dans des forces afin de se relever, il s'appuya contre sa canne, son regard s'arrêta sur son haut-de-forme qui s'était envolé sur un tas de feuille, illuminé par la lumière qui se faufillait parmis les feuilles des arbres, le sram sentit la haine monter en lui, ses mains tremblèrent, ses yeux versèrent des larmes salées comme la mère grondante.

Killasangz: *furax* Avoue-le, tu l'as fais exprès hein ? Pourquoi...parceque j'ai fait des mauvais choix ?! Parceque j'ai refusé d'avoir la même vie que tout ces cr*tins de douziens hein ?!

Le sram peinait à respirer correctement, son corp tremblait, il perdait l'équilibre tandis que ses idées devenaient aussi noire que son regard. Il parlait seul, face à ses problèmes, s'enfonçant dans la haine la plus totale.

Killasangz: Pourquoi moi ?! POURQUOI TOUJOURS MOI ?! *jetant sa canne sur son chapeau* VOUS CROYEZ QUE JE SOUFFRE PAS ASSEZ ,C'EST ÇA ?! *reprenant son souffle* J...j'aurais jamais dût faire ce voyage minable... j'aurais dût rester dans ma vieille maison moisie... à continuer ma vie banale et futile...

Le sram se retourna, son regard s'arrêta sur une gigantesque forme, obstruant le soleil et attirant l´attention des volatiles: Le Maelström.

Killasangz: Toi...toi navire de malheur... J'AURAIS DÛT TE FOUTRE DANS L'FEU !! J'AURAIS DÛT TE JETER AVEC TOUT MES LIVRES SUR TOI ! "Navire du paradis" Nyah nyah nyah, "Navire magique" et puis quoi encore ?! Navire anti-dépressif c'est ça ?! SALE TAS DE BOIS, T'ES QU'UN MINABLE TISSU DE MENSONGE, TU M'ENTENDS ?! UN TISSU DE MENSONGE EXACTEMENT COMME...comme..

...comme moi...

Le sram attrapa son arbre puis son chapeau, il le dépoussiéra puis retourna lentement au navire, vidé de ses forces, il manqua plusieurs fois de buter contre des pierres. Une fois devant le navire, il s'agrippa à la barrière puis monta délicatement cette dernière, lorsqu'il arriva en haut, il remarqua tout de suite le coucher du soleil qui l'aveuglait, soudain, une voix familière vint l'arrêter.

Sangpoursangs: Hep l'annorexique, on a faim, on bouffe quoi ?

Le sram lui adressa un regard froid et vide puis s'enfonça dans les profondeurs du Maelström jusqu'à sa cabine, le sacrieur resta de marbre tandis que Llikasettez restait caché derrière une caisse, spectatrice de ce qui s'était produit.

Sangpoursangs: Wow..il...il pleurait ?

[Au même moment, dans la cabine de Killasangz]

Le sram avait ressortit un vieux coffre poussiéreux de son armoire, il s'en approcha, prit une grande bouffée d'air puis plongea sa main à l'intérieur et en ressortit un disque avec une affiche à moitié déchirée où on y peinait à voir le visage d´une jeune femme.

"Ma mère me disait de ne pas sortir avec quelqu'un comme toi... de continuer ma carrière..."

Le sram caressa le disque en prenant soin de jeter l'étiquette déchirée sans observer le visage de l'inconnue au dessus, il s'approcha d'une étrange machine tout autant poussiéreuse puis y inséra le disque, une musique se lança, le sram se jetta sur son lit, complètement vidé, il ferma les yeux en écoutant la voix angélique de la jeune femme.

"Lui et moiiii...c'est une histoire interdite...
Mon amour pour lui me ronge tel des termiiites..
Il m'aime mais se cache tel un ermiiiite...
Son regard, sa bouche...
...je regrette pourquoi cela va si viiiiite..."


Killasangz: Je suis complètement perdu... je..je ne comprends plus rien.. je fout ma vie en l´air... puis y a ce type dans le désert...maintenant cet enfant de lumière...puis mes voix dans ma tête... c'est...tellement...étrange.

Une lumière attira le regard du sram, au loin, au travers de l'hublot, celle d'une ville...peut-être s'agissait-il de Weston...ou d'Informus..peu importait le Sram, ses souvenirs trottaient dans sa tête...le pays des jouets... Le doyen qu'il aimait comme son père... et ces moments magiques passés en compagnies de..

Llikasettez: Maman...

Le sram sursauta, Llikasettez se tenait devant la porte ouverte du sram, elle avait assisté à la scène mais s´était tût, voyant la tristesse sur le visage de son père. Le père avança jusqu'à l'étrange machine musicale afin de l'arrêter lorsque soudain...

Llikasettez: Non, attends !

Killasangz: Ma chérie..je..allons...allons ailleurs, veux-tu ?

Llikasettez: C'est...c'est la voix..de Maman..?

Killasangz: *gêné* Peut-être...

Llikasettez: Papa...

Killasangz: Oui...oui c'est-elle...

L'éniripsa s'approcha, elle s'accouda contre la table et observa le disque tournant sur la machine, ses yeux étaient remplis de lumière, on pouvait voir un sourire se dessiner sur ses lèvres tandis que les larmes coulaient le long de ses joues.

Llikasettez: "Angelina: Celui que j'aime"...

Killasangz: Elle...elle chante bien...n'est-ce-pas...?

Llikasettez: ...

La fillette versa de chaude petites larmes salées, le sram s'approcha timidement puis prit sa fille dans les bras, il prit place sur le lit puis contempla les magnifiques yeux brillants mais brouillés par les larmes de sa fille.

Killasangz: Cette vie dans tes yeux...c'est exactement la même que ta mère...

Llikasettez: *snif* Papa...pourquoi tu ne m'as jamais parlé de Maman...

Le sram ferma les yeux puis reprit son souffle, comprennant que sa fille avait bien trop longtemp vécu sans connaître celle qui l'avait mise au monde.

Killasangz: Ta mère...c'est un rêve...un rêve magnifique... mais c'est parfois dur de parler de ses rêves...ils sont si...merveilleux...mais complexes...

Llikasettez: Maman...tu l'as connue comment...?

Killasangz: Elle avait tout... et tout le monde l'aimait pour tout ce qu'elle avait... et moi je n'avais rien...héhé...personne ne m'aimait... et un jour...alors que...je comptais partir "travailler"...j'ai entendu une magnifique voix...j'ai suivit cette voix et je suis tombé sur un ange...ou du moins, c'est ce qui semblait être pour mes yeux... nos deux regards se sont croisés...et..nous nous sommes aimés...

Llikasettez: Pourquoi elle a arrêté de chanter...?

Killasangz: Nos vies étaient si différentes...tout nous opposait et tout le monde lui conseillait vivement de cesser de m'aimer...mais elle ne les a pas écouter... et elle s'est enfuie du luxe et de la vie de richesse pour me choisir...

Llikasettez: ...

Killasangz: Llikasettez...ma chérie...je...ce n'est pas facile pour moi de t'en parler...

Llikasettez: Pourquoi elle revient pas...

Killasangz: ...

Llikasettez: C'est parceque tu ne l'aimes plus..?

Killasangz: *surpris* Ma chérie, pourquoi dis-tu une telle chose ?

Llikasettez: *gênée* Parceque...parceque.... parceque je t´ai vu embrasser Zkilla !!

Killasangz: *prit de frissons* Llika...je..

Llikasettez: Depuis que Zkilla et Irilys sont arrivées, tu n'en as plus que pour elles, *repoussant son père* SI..si tu ne nous aimes plus..alors...alors dis-le !

Killasangz: Mais voyons Llikasettez..je..ce n'est pas..non..je ne les aime pas plus que toi, voyons...

Llikasettez: *triste* Depuis que Zkilla est arrivée...tu passe tes soirées dans sa cabine...tu lui offre des fleurs...et *snif* tu la complimente... comme *snif* comme tu complimente Maman...

Killasangz: Llika...

Llikasettez: Quand Irilys est arrivée... je me suis dis que j'étais jalouse... que c'était de fausses pensées...mais tu ne me raconte plus d'histoires... tu ne vient parfois même plus me faire de bisous le soir...tu ne me couves plus comme tu le faisais auparavant...

Le sram recula, il avait été inconscient de ses bêtises.

Killasangz: Ma chérie...je..je ne savais pas que c'était ce à quoi tu pensais...je..je t'aime de tout mon coeur... ta mère et toi êtes les plus belles choses qui me soient arrivées...

Llikasettez: ...c'est...vrai ?

Killasangz: Je n'oublierais jamais le jour où tu es née... tu étais si calme... je t'ai tout de suite aimé... et aujourd'hui encore je t´aime... je te le promet..

La fillette et et son père peinèrent à retenir leurs émotions, l'éniripsa se jetta dans les bras du sram, la musique s'arrêta délicatement tandis que la lumière illuminait Killasangz et sa fille. Soudain, une voix grave se fit entendre au travers des Micros du navires.

"ICI AQUARELLE, RÉUNION SUR LE PONT, C'EST URGENT FAITES VITE !"

Killasangz: Il semblerait que...nous sommes appelés...

Llikasettez: Oui papa.

Killasangz: Tu ne m'en veux pas d´avoir été un mauvais père ?

Llikasettez: Tu seras jamais un mauvais papa !

Killasangz: Dans ce cas je ferais tout pour respecter ces paroles Haha !

"Si tu lui disais comment je suis morte, elle changerait d'avis."

[Chapitre XXVII: Pour l'amour, pour la mort]

Tandis que la fillette quittait la chambre, le sram s'arrêta net puis observa autour de lui, comme par magie, la musique s´enclencha à nouveau, le Maelström semblait trembler alors qu'il était parfaitement stable, le chapeau du sram tomba au sol tandis que les souvenirs du squelette trottaient dans sa tête.

Killasangz: Je crois que je commence à comprendre...

"Toi, comprendre ? Surprenant."

Killasangz: Tu...tu n'es peut-être pas juste une voix dans ma tête...

"Comme tu es perspicace, tu en auras mis du temps"

Killasangz: Alors..c'est..c'est bien toi...? Je..je ne suis pas fou..?

Soudain, les hauts-parleurs s'activèrent à nouveau, rapellant pour la deuxième fois le sram sur le pont, ce dernier attrapa son chapeau puis fonça en oubliant sa discussion sous l'adrénaline de sa course.

"Pas fou...? Voilà une drôle de réflexion venant d´un taré comme toi..."

Soudain, le sram arriva, essouflé, sur le pont sous le regard de tout les membres de l'équipages. Chacun se tenait alligné et regardait au sol, semblant coupables.

Asus: Sangpoursangs, tu veux lui dire ?

Sangpoursangs: mmmh...nan..

Killasangz: Qu'y a-t'il...? Pourquoi tirez-vous cette tête ?

Asus: Sangpoursangs t'as vu pleurer Killasangz...on..on sait qu'on est un peu dur avec toi...

Killasangz: *gêné* Mais non voyons...je..je ne pleurais pas po...

Gisei-sha: Et en plus il refuse d'admettre qu'il a faiblit...*applaudit* Vous êtes le plus fort Capitaine, vous êtes notre exemple !

Killasangz: Hein ? Quoi ?

Asus: Tu nous pardonne Killasangz ?

Le sram observa l'équipage sans comprendre la situation, il se contenta de sourir puis de les serrer dans bras.

Gru: Ouais par contre, les câlins, si on pouvait éviter ce serait cool.

Sangpoursangs: Ouais...c'est désagréable...

Gru: Te plains pas, t'as pas à supporter ton odeur alors que nous on la sent !

Sangpoursangs: Ouais j'en ai de la chance...attends, tu viens de m'insulter là ?!

Gru: Haha, ils sont idiots ces douziens contrairement aux shushus, n'est-ce pas Ross ?

Ross: attends...Sangpoursangs c'est un douzien ? C'est pas un sacrieur ?!

Gru: *Soupir* (Parfois je me demande ce que je fous là)

Le sram recula puis observa l'équipage d'un air gêné, il faisait tournoyé ses pouces en cherchant quelque chose à dire, par chance, Aquarelle lui vint en aide.

Aqua: Les amis, je crois qu'on a un problème !

Killasangz: Quoi donc ?

Aqua: C'est Simba, il semblerait que sa femme soit en train de péter un câble !

Killasangz: Ah bon ?!

Aqua: Elle devient incontrôlable, il a besoin de notre aide !

Killasangz: Apatite, Aqua et Gisei, venez avec moi !

[Quelques minutes plus tard, à Osamodia]

Winnie: Si notre fille est morte c'est de ta faute !

Simba: Comment peux-tu dire ça ?! J'ai été un mauvais père, oui, mais tu crois que ça me fais plaisir ?!

Winnie: Ah ouais ?! Je ne me souviens même plus de l'avoir déjà vue dans tes bras ! Tu lui a déjà raconter une histoire le soir ?! Tu lui déjà offert une glace hein ?! L'as-tu défendue quand les garçons l'embêtaient hein ?!

Simba: Non...non j'étais inexistant c'est vrai... mais tu crois quoi...? Que j'aurais voulu qu'elle meurt c'est ça ?! Je l'aimais ! Et jamais je n'oublierais son visage !!

Winnie: Ah bon...jamais ?! Mais mon pauvre, tu n'es même plus capable de se souvenir de la couleur de ses yeux !!

Simba: Elle...elle avait...

Killasangz: *ouvrant la porte* Hey du calme par ici, on vous entends partout !

Winnie fusilla le sram du regard, comme pour lui indiquer qu'il n'était actuellement pas le bienvenue, le sram recula lentement.

Winnie: Tout est de ta faute Simba...

Simba: Tu pense que c'est si facile... mais tu crois quoi, que je me tournais les pouces ? Que j'allais voir d´autres femmes ? Que je vous fuyais c'est ça ?! Non, moi, madame, je bossais, je faisais TON travail ! Alors oui, j'ai pas su garder ma fille en vie, mais j'ai fais survivre mon village parceque MADAME semblait oublier qui elle était !!

Winnie: C'est ma faute donc ?! Mais toi, tu sais pas ce que c'est d'avoir un bébé pendant 9 mois dans son ventre ! Tu crois quoi, que c'est comparable à une pizza ?! Non, c'est ma fille, mon enfant que j'ai vu naître sous MES yeux ! Alors oui, excuse-moi de préférer ma fille à mon village !!

Les deux adversaires se lancèrent un jeux de regard intense, tout deux grognaient comme des bêtes enragées. Killasangz s'interposa entre les deux puis serra son chapeau avec de les retenir avec ses mains.

Killasangz: Vous devriez arrêter de vous battre...vous pensez que c'est ce que votre fille voudrait...? Arrêtez de chercher le coupable où il n'est pas... le seul responsable... c'est celui qui la tuée...c´est la seule personne à blâmer.

Simba: Tu...tu as raison...

Winnie: Simba...dis-moi la vérité... tu n'en voulais pas de cette fille hein...?

Simba: *serrant les poings* Tu veux que je te dises....bah non, j'aurais préféré qu'elle n'existe jamais !!!

Winnie: Quoi ?!

Simba: Winnie, ça fais des années qu'elle est morte ! J'en peux plus de tout faire ! M'occuper de ce village, jouer le psy, gagner notre argent et en vivre...tu crois que ça me fait plaisir moi ?! Et bien sûr c'est moi le coupable ! Je pleure pas alors je suis le méchant c'est ça ?! Mais moi aussi j'ai une vie m*rde ! J'ai pas envie de la perdre à pleurnicher pour le passé même si il est douloureux !!

Winnie: ...Je crois...je crois qu'il vaut mieux pour nous deux qu'on arrête...

Simba: Winnie...attends..

Winnie: Non Simba, c'est mieux qu'on mette fin à notre relation...je...je veux pas briser ta vie et je veux être seule...c'est la seule solution.

La jeune femme fonda en larme, elle s'essuya avec un mouchoir puis sortit de la salle en courant sous le regard de l'équipage et de son mari. Le sram s'approcha de Simba puis plaça sa mains sur son épaule.

Killasangz: Être père ce n'est pas facile...

Simba: Je...je crois qu'il vaut mieux que je parte...

Killasangz: Vous devriez allez la voir, elle exagère...mais elle le fait parcequ'elle souffre.

Simba: Je vous remercie Killasangz pour tout ce que vous avez fait... mais moi aussi je souffre et on s'entretue elle et moi... *ouvrant la porte* Je vais y aller...A...adieu...je suppose...

Killasangz: Vous réussirez à vaincre vos problèmes, je le sais.

Simba: Haha...merci...j'aimerai être comme vous...j'aimerai avoir encore ma fille...

Killasangz: Et moi j'aimerai encore avoir ma femme.

Simba: Je...

Killasangz: Dans la vie on a pas toujours ce que l'ont veut, mais on a toujours quelque chose, même si à vos yeux ça n'a pas de valeur, croyez-moi, ça en a beaucoup.

Simba: Où voulez-vous en venir..?

Killasangz: Vous avez laissé ce criminel, Bastien, prendre votre fille...et vous allez aussi lui céder votre femme..?

Simba: Non...non vous avez raison...

Killasangz: Partez la chercher vite, avant que ce soit trop tard.

Simba: Vous...vous avez raison...mais je ne sais pas où el...

Killasangz: Elle est sur le Maelström.

Simba: Comment le savez-vous ?!

Killasangz: "Les âmes déchirées trouvent toujours le chemin du Maelström"... maintenant partez, vite.

Simba: Vous avez raison !

[Au même moment, sur le pont du Maelström]

La jeune femme avait profité que les derniers membres de l'équipages disparaissent dans leur cabine afin de se hisser au sommet du Maelström. Elle prit place contre un mur puis observa au loin. Elle enfonça sa main dans sa longue chevelure puis versa quelques larmes chaudes.

Winnie: Lisa ma chérie...j'aurais aimé te faire découvrir ce monde...cette forêt...ces animaux...

Soudain, la jeune femme remarqua du coin de l´oeil une étrange silhouette obscure la fixant, elle se retourna puis sentit con coeur battre à toute allure.

L#sa: Tu #s peur de m#i, Mam#n ?

[Chapitre XXVIII: Juste un souvenir]

Winnie sursauta, devant elle se tenait une étrange petite fille sombre et déformée, ses lèvres semblaient fondue comme de l'acide, ses yeux pleuraient une sorte de liquide noire mais malgré ses expressions tristes, la fillette semblait particulièrement souriante. Winnie recula puis trébucha et cogna sa tête contre une barrière du navire. La fillette s´approcha en gardant une distance de sécurité.

L#sa: Je t'a#me mam#n, #ai# toi, tu me rejet#s, pourq#oi ?

Winnie: Vous êtes qui ?! Vous me voulez quoi ?!

L#sa: Je v#ux q#e tu m# rej##gne #u paradis, Ma#an...

Winnie: *effrayée* Je..je ne vous comprends pas !!

L#sa: Ve#ge-moi m##an, venge-n##s...il m'# tué, il m'a ble#sé... po##quoi tu l'##précies...pour#uoi tu c##is se# mots..?

Winnie: F...foutez-moi la paix ! Je ne vous connais pas, retournez dans votre cabine !! Qui que vous soyez !!

L#sa: Mam#n, tue-le, je t´## sup#lie, fais-le p#ur moi, ma##acre le #vec s#n ####### et#sa #####..et##es y#ux #####...ses ## ##u###..

Winnie: De qui parlez-vous ?! De quoi parlez-vous ?!

La femme se rattrapa sur la barrière en massant sa blessure, elle observa la jeune fille, elle semblait se tordre de douleur et pleurer, et pourtant, elle semblait incapable de le montrer.

L#sa: M#man, j'ai #al, il m'# fait mal, il ##us a ##it mal, #e le la##se p#s partir... #l m'a t#é, j'ai s#ntit sa lame, s#n c#uteau, se pla##er dans m# chaire, je su#s conda#née à la r#s#entir à j#mais, c#mme un p#rasite q#i ## t#rture jusqu'# u#e mort q#i m'a oublié#...

Winnie: Je ne comprends pas... je ne comprends pas... *s'écroulant* partez...partez laissez-moi seule, je veux juste ma penser à ma fille...pas à vous... vous m'effrayer...

Soudain, la fillette cessa de sourire, elle se retourna lorsqu'elle entendit des bruits provenant de l´échelle du navire, l'étrange fille disparût en disant ses dernières paroles.

L#sa: Il a#rive M##an, ne croi# p#s ses j#lis m#ts, t#ut le mo#de l´a#me mais perso#ne ne le con#a#t, #l t# rac#nte des me#songes, il va t# faire du mal s##s que pers#nne ne le sa#he j##ais, tou# le m#nde l´##me al#rs qu'il m'# tué... j# t'aime m##an..

Simba: Winnie !!

Winnie: Simba !

En un instant, les deux amoureux cessèrent leur dispute, tout leurs mots furent comme supprimés de leurs mémoires, Winnie se jetta dans les bras de Simba, Le jeune homme ne pût se retenir de pleurer. Tandis que le couple se câlinait chaleureusement, Killasangz, lui, nettoyait son chapeau en souriant.

Killasangz: Tout va bien Winnie ? Ces derniers jours vous ont été difficiles...j'en suis désolé...

Winnie: C'est vrai...mais... *observant le Maelström* Je crois que Simba a raison... Lisa est morte... je suis désolée d'avoir dit que c'était de ta faute si Lisa était morte Simba...

Simba: Et moi je suis désolé d'avoir été si peu présent pour toi ma Winnie...

Killasangz: Bien, tout est rentré dans l'ordre ! Votre fille restera à jamais dans votre coeur n'est-ce pas ?

Winnie: Oui ! Par contre... il y avait une étrange fille qui m'a parlé il y a quelques minutes avant que vous n'arriviez...

Killasangz: Notre équipage comporte plusieurs filles... Apatite ? Llikasettez ? Irilys peut-être ?

Winnie: Elle était asser petite et avait une peau très foncée..

Killasangz: Irilys a une peau un peu plus sombre comme de nombreux sadida !

Winnie: Non, elle était noire comme votre chapeau !

Killasangz: Hum..vu la couleur, je pense que vous avez été victime d'une mauvaise blague de Gru et Ross... je regrette...

Winnie: Ils m'ont bien eue *snif* l'espace d'un instant j'ai crû voire... *fixe Simba* Enfin non.. rien...

Simba: Rentrons Winnie, il se fait tard et malheureusement, Killasangz et son équipage devront décoller demain...

Winnie: Déjà ?!

Killasangz: EH oui, je regrette haha...

Winnie: Je viendrais vous souhaiter un bon départ !

Killasangz: Avec joie ! Allez, bonne nuit !

Winnie: Bonne nuit Killasangz !

Killasangz: Attendez Winnie je devais vous dire...c'est asser compliqué à... enfin non, rien, laissez tomber, bonne nuit !

Tandis que Winnie et Simba retournèrent au village, Killasangz se dirigea sur le pont en attendant patiemment que l'équipage finisse le repas puis s'enfonce dans un profond sommeil. Le sram s'accouda contre une barrière puis observa la lune en espèrant à nouveau entendre sa "fameuse" voix dans sa tête.

Killasangz: Parfois j'ai l'impression de t'entendre Angelina... ta voix...tes lèvres tes danses et tes paroles... ça me hante... haha... mais... ça me fait du bien... j'ai l'impression de me sentir encore vivant...

"Ce n'est pas une bonne chose"

Killasangz: Mais peut-être... que je vire juste à la folie... ma vie à perdu tout son sens il y a plusieurs années...

"Ça remonte à bien plus longtemp"

Killasangz: Parfois j'aimerai que tu sois encore là... j'aimerai t'embrasser, sentir tes cheveux et juste me perdre dans ton regard... j'ai fais des erreurs...

"Naître a été ta première erreur"

Killasangz: Haha...peut-être...

"Mais renaître a été la pire erreur de l'humanité"

Killasangz: ...

"..."

Killasangz: Peu importe si je délire, Angelina, je suis sûr que c'est toi.

"Oublie tout"

Killasangz: Si je fais tout ce voyage...si j'aide tout ces gens... c'est parcequ'au fond de moi j'ai fais des bêtises, je ne les réparerait jamais mais je peux au moins essayer de devenir une bonne personne..

Le sram se retourna en direction du couloir des cabines, il observa une dernière fois la lune avant de s´enfoncer dans l´obscurité du Maelström.

[Le lendemain]

La journée avait commencé tôt, Psycho, affamé, montrait sa tête pour la première fois depuis des jours, il se dirigea discrètement vers la cuisine en fuyant tout contact féminin comme si il s'agissait de la peste. Soudain, il surprit une discussion entre Killasangz et Winnie.

Killasangz: Bonjour Winnie, vous êtes bien matinale !

Winnie: Je venais vous offrir ceci *tend un pendentif* Il appartenait à ma fille, je vous le donne, je n'en veux pas ça me fait trop mal.

Killasangz: *très mal à l'aise* Je...je regrette mais j'aimerai beaucoup éviter de le prendre..

Winnie: Pourquoi donc, vous savez il va aussi très bien aux hommes !

Killasangz: Je n'en doute pas mais... mais cela me mets mal à l'aise...vraiment...

Winnie: Je comprends... c'est normal..

Winnie observa le sram, un blanc apparût dans la discussion, Winnie tenta tant bien que mal de combler la discussion.

Winnie: Alors...Vous...vous comptez aller où maintenant..?

Killasangz: Un lieu très sympa, vous devez sûrement connaître, la fameuse île d'Orado !

*VLAN CRACK BOUM*

Killasangz se retourna, il remarqua que quelque venait de s´écrouler derrière lui, il s'approcha et remarqua avec surprise qu'il s'agissait de..

Killasangz: Psycho ?!

[Chapitre XXVIV: ALLEZ-Y SANS MOI !!]

Le sram s'approcha sous le regard inquiet de Winnie. Psycho bondit en arrière puis fusilla Killasangz du regards, des veines se dessinaient sur son visage.

Psycho: *enragé* MOI J'Y VAIS PAS SUR CETTE ÎLE !!

Killasangz: Hein, quoi ?!

Les cris du zobals avaient attirés tout les membres de l´équipage, encore somnolents dût à l'heure. Le sram sentit des frissons le parcourir, Psycho ne lui avait pratiquement jamais adressé la parole du voyage.

Killasangz: Psycho, voyons, il est inutile de s´énerver... si ce sont les moskitos qui te gênent là-bas, sache qu'il ne sont pas si fréquents...

Psycho: J'M'EN FOUS DE TES MOSKITOS, MOI JE RETOURNE PAS SUR CETTE ÎLE !!

Killasangz: Y retourner ?! Comment ça ?

Aquarelle: Intéressant...

Killasangz: Psycho, tu y es déjà allé ?

Prennant conscience de la foule qui l´entourait, le zobal se renferma sur lui-même, sa respiration s'accéléra, son rythme cardiaque augmenta. Llikasettez l'observait attentivement.

Psycho: Moi j'y retourne pas, moi j'y retourne pas, moi j'y retourne pas....

Killasangz: *agacé* Écoute Psycho, je ne sais pas pourquoi tu ne veux pas t´y rendre mais depuis le début du voyage tu as refusé de sortir de ta cabine, tu t'y enferme et personne ne te vois de la journée...

Psycho: J'y retournerai pas...

Le zobal s'écroula au sol, il se prit la tête entre les mains puis commença à paniquer.

Killasangz: Psycho, ce n'est qu'une île comme une autre !

Llikasettez: *s'approchant de Psycho* Tout va b...

Psycho: *sursautant* NON, TOI M´APPROCHE PAS !!

L'espace d'un instant, Killasangz remarqua à nouveau ces étranges cicatrices sur le bras du Zobal. Le sram s'approcha du Zobal et remarqua que ce dernier ne stressait pas autant qu'avec Llikasettez.

Killasangz: Psycho, tout va bien d'accord ?

Psycho: *stressé* Je veux pas... je veux pas... je veux pas....

Zkilla: On devrait les laisser un peu seul...

Apatite: Oui tu as raison, allons dire adieu à Osamodia pendant que Killasangz s'occupe de Psycho.

Le sram accepta d´un mouvement de la tête, il s'approcha doucement du zobal puis le guida jusqu'à sa cabine sans trop s'approcher. Une fois devant la porte, le sram poussa de toutes ses forces, lorsque cette dernière s'ouvrit, un torrent de feuilles se déversa sur lui.

Killasangz: Bon sang, voilà donc ce que tu faisais durant tes...

Psycho: *timide* S'il-te-plaît...

Le sram se retourna, il remarqua à quel point le visage du zobal s'était adoucit, il semblait presque tendre.

Psycho: *timide* Ne regarde pas mes dessins...je..j'aime pas ça...j'aime pas...j'aime pas du tout...

Killasangz: Je peux comprendre.

Le sram pénétra dans la pièce, le zobal le suivit doucement, puis soudain, il se rua dans les toilettes puis vomit son petit-déjeuner. Le sram patienta, il lutta de toutes ses forces mais ses yeux se dirigèrent sur une pile de dessin. Il remarqua à quel point les dessins semblaient enfantin, jolis, mignons et tendre. La douceur des dessins en fit oublier à Killasangz son interdiction d'y toucher. Il saisit la pile puis la consulta.

Killasangz: (Tiens...c'est à chaque fois le même dessin)

Le sram remarqua comment, subtilement, chaque dessins possédait de légères différences, plus le sram s'enfonçait dans la pile et plus les dessins possédaient des couleurs sombres et froides. Certains détails commençaient à rendre le sram mal à l'aise: Des yeux rouges malsains, des mains pointues, des corps presques squelettique, le soleil chaleureux au coin droit de la feuille qui se transformait en lune froide, les personnages qui semblaient disparaître un par un. Soudain, le sram arriva au dernier dessin, il fut prit d'un sentiment de panique en voyant un dessin entièrement dessiné avec une texture similaire à du sang, le dessin était vide et on y voyait un chaise couchée au sol et au sommet de la feuille, au dessus de la chaise, on arrivait difficilement à voir ce qui semblait être des pieds.

Psycho: *aggressif* Tu fais quoi ?!

Killasangz: Euh..ta pile de dessin m'est tombée dessus..

Psycho: *aggressif* TU ments...TU MENTS !!!

Killasangz: Écoute Psycho, je n'ai pas regardé tes dessins, je te l'assure...

Psycho: ...

Killasangz: Tu veux que je te laisse tout seul..?

Psycho: Oui...oui..

Le sram le salua puis enfila son chapeau avant de se diriger vers la sortie.

Psycho: Mais moi je veux pas leur faire mal...je veux faire de mal à personne... à personne... à personne... à personne..

Le sram ferma la porte en souhaitant oublier cette scène, ces murs colorés par toutes sortes de couleurs, ces dessins colorés mais qui cache des messages malsains. Le sram s'adossa contre la porte puis reprit son souffle...

Killasangz: On dirait un enfant... un enfant bloqué dans une vie d´adulte... c'est marrant mais... lui et moi... on est un peu les m...

*BAM BOUM*

Le sram ouvrit la porte, il fonça dans les toilettes puis vit avec effroi le zobal, à terre, inconscient, à côté d'un étrange masque. Le sram se baissa puis tenta d'attraper le masque mais en approchant sa main, il sentit des frissons parcourir son corp, l'impression d'être parcouru par des idées noires, piégé par des démons.

"Enf#le-moi j#ste une sec#nde"

Le sram s'écroula au sol, ce n'était pas la voix habituel féminine à laquelle il s'était habitué. Il prit son courage à deux mains puis effleura le masque des doigts...

" 3NFILE-M0I, ALLEZ, 0UBLIE TOUT TE5 S0UCI5, 0UBLI3 LA M#RDE QUE TU 35, 0UBLIE TA FAMILLE T35 AMIS ET TES PR0JET5 P0URRI5, IL5 N3 50NT RI3N, M3T5 FIN A TA VI3, M3T5 FIN A TA VI3, M3T5 FIN A TA VI3, M3T5 FIN A TA VI3, M3T5 FIN A TA VI3, M3T5 FIN TA VI3 ¡¡¡¡¡¡¡ "

Killasangz: NOM D'UN CHIENCHIEN ?!

Le sram fit un bond en arrière, sentant ses craintes le guetter comme un morceau de viande, des frissons parcoururent son corp tandis que ses jambes tremblaient dans tout les sens.

Killasangz: *paniqué* Ps..Ps..Psycho..??? T..tu..tu m'entends ?

Le zobal était toujours inconscient. Killasangz courrût chercher du secours, quelques minutes plus tard il revint avec Gisei-sha qui était le seul encore sur le navire avec sa femme.

Killasangz: Ta femme est partie Gisei ?

Gisei: Oh oui, quand tu es arrivé elle s´est cachée haha, peu importe au moins ça me laisse le temp de venir voir ce qui ne va pas !

Le sram avança jusqu'à la porte de la cabine, il posa délicatement sa main dessus, prit un grand bol d'air puis ouvrit la porte. Gisei y glissa sa tête.

Psycho: *dessinant* Oh tiens, bonjour les amis, comment allez-vous ?

Gisei: Oh ? Hahaha, Killasangz, tu délire ou quoi ? Hahahaha ! Avoue-le, tu espérais pouvoir parler avec ma femme pendant que je comptais venir ici n'est-ce pas ?

Killasangz: M..mais non ! Psycho tu étais bien dans les pommes n'est-ce pas ?!

Psycho: Je dormais simplement haha.

Killasangz: AH...je vois...désolé...

Gisei: Pardon mon pote !

Psycho: Oh ! Ah, Killasangz ! Pour l´île d'Orado... j'accepte de venir avec vous !

Killasangz: *souriant* Oh super ! Je suis ravi, je vais aller annoncer la nouvelle à l'équipage puis dire adieu à Osamodia, tu veux venir avec nous ?

Psycho: Oh haha, allez-y sans moi ! Je reste ici !

Le sram et le sacrieur saluèrent le zobal puis disparûrent dans les couloirs en prenant le soin de fermer la porte de la cabine. Psycho effaça son sourire, attrapa son masque puis l'enfila, des larmes coulèrent le long de ses joues...

"N3 PL3UR3 PLU5 P5YCH0...0N VA TR0UV3R 50NYA...ET 0N VA LA CR3V3R..."

[Chapitre XXX: Simple Vengeance]

Le Maelström avait décollé depuis désormais de nombreuses heures, le départ d'Osamodia avait été difficile, Winnie avait à nouveau sombré dans les larmes tandis que Simba perdait confiance mais Killasangz les avaient rassurés en leur affirmant que leurs blessures cicatriseraient avec le temp. Le sram était fier de voir que Psycho s'ouvrait enfin un peu, ce dernier se trouvait sur le pont avec une sacoche contenant l'étrange masque. Le sram s'approcha du Zobal, il s'accouda contre la barrière et profita du voyage pour discuter avec l'équipage.

Killasangz: Salut Psycho !

Psycho: Oh, salut Killasangz ! Ça me fait plaisir de te revoir !

Killasangz: *surpris* Oh, moi aussi mon cher !

Psycho: Quand allons-nous arriver ?

Le sram esquissa une légère grimace, Psycho se gratter le bras sans cesse, semblant incapable de s´arrêter, son bras devenait rouges et ses veines ressortaient.

Killasangz: Nous y serons normalement...demain.

Psycho: J'ai hâte, très hâte (trop hâte).

Killasangz: Ça doit te faire plaisir de retourner sur ton île n'est-ce pas ?

Psycho: Une joie immense, j'ai trois amis à qui je dois aller passer le bonjour... ils ne vont pas très bien malheureusement...

Killasangz: Mince...que leurs est-il arrivé ?

Psycho: D'après ce qu'on m'avait dit... ils ont été violemment aggressé par un homme... ahlala.. ils sont entre la vie et la mort ça me désole...

Killasangz: *tapotant l'épaule de Psycho* Ça va aller, j'en suis sûr... ce dangereux individu ne restera pas dans l´ombre bien longtemp !

Psycho: (Ça tu l'as dis)

Killasangz: Tu fais de nombreuses crises et tu as du mal à être social... de plus je te soupçonne d'avoir peur des femmes...

Psycho: Tu as raison... mais j'aimerai éviter de parler de mon passé...c'est inutile pour le moment haha...

Killasangz: Tu préfère les hommes ? Tu n'as pas à avoir honte, ici tout le monde sait apprécier les différences d'autrui tu sais ?

Psycho: Je te rassure je ne préfère pas les hommes, pour le moment l´amour n'est simplement pas une priorité, c'est tout.

Killasangz: Je vois ,je vois.

Le sram remarqua une étrange corne en bois sortant subtilement du sac du Zobal, la corne était rayée de rouge et de blanc, le sram plissa les yeux.

Killasangz: Lors de notre dernière discussion, j'ai touché par mégarde ton masque... j'ai alors ressentit un frisson et des envies... sombres...

Psycho: J'ai construit ce masque moi-même... je regrette Killasangz mais il n'a rien de spécial, tu as dût rêver...

Killasangz: Oh, tu l'as construit toi-même ! Ouf pendant un instant j'ai crût qu'il s'agissait d'un de ces fameux masque bannis à cause de leur fâcheuse tendance à rendre leurs hôtes meurtriers et suicidaires...comment s'appelaient-ils déjà...

Le Zobal plissa les yeux tandis que le sram se retenait de sourire, bien conscient de la véritable nature du masque de Psycho. Killasangz continua de jouer la comédie pour éviter la catastrophe mais la tension montait et le sac semblait tremblait légèrement.

"Tu3-l3s t0us P5ych0, TU3-L35 T0U5, VIT3, IL5 50NT DANG3R3UX VIT3 ¡¡¡"

Killasangz: Ah oui, Masque du psychopathe... Tu savais que d´après la légende, on y enfermait les esprits de personnes dans ces masques ?

Psycho: J'aimerait rester un peu seul Killasangz, c'est déjà un gros effort pour moi de te parler de mes amis en dangers.

Killasangz: Je comprends *se retourne et pars en saluant de son chapeau* Bonne jou...

Psycho: D'ailleurs d´où sais-tu tout ça, ces légendes de masques hein ?

Killasangz: Ce sont des histoires que je contais à mes enfants étant plus jeunes.

Psycho: Drôles d'histoires quand on sait que la plupart se terminaient dans des meurtres des vi*ls ou des suicides non ?

Killasangz: Ne t'inquiète pas, je coupais toujours les morceaux trop sensibles de ces histoires.

Psycho: Mon masque est un faux, ça devrait te rassurer...

Killasangz: Ah oui ?

Psycho: Plus une personne est synchro avec son masque plus celui-ci entre facilement contact avec lui... pour qu'il te fasse un tel effet alors que tu l'as à peine touché... si ça avait été un vrai... alors tu serai un sacré malade mentale... heureusement, c'est un faux n'est-ce pas ?

Killasangz: ...Heureusement...*s'en va*

Le zobal s'accouda contre la barrière puis esquissa un large sourire victorieux

"3h bi3n di5 d0nc, j3 n3 t3 cr0yai5 pa5 5i 50ciable Psycho ¡"

Psycho: Pff..je jouais juste un rôle... parler avec cet type m'enchante pas...

"H3h3 qu3l act3ur tu fai5 !"

Psycho: Tant que nous ne serons pas arrivés à Orado je devrais continuer à faire semblant de les apprécier... puis..après...je m'occuperais de Sonya et de ses deux b*uffons d´amis...puis j'irais sauver Jeff...

"N0u5 n'y s0mm35 pa5 3nc0r3 mai5 ça arriv3ra...et l'3quipag3, tu 3n f3ra5 qu0i ¿"

Psycho: J'hésite... il ne m'ont pas fait de mal..je crois...je crois que je ne devrai pas...

"Il5 n3 50nt pa5 t35 alli35, à la pr3mi3r3 0cca5i0n il5 t3 lâch3r0nt n3 l'9ubl3e pa5 P5ych0 !

Psycho: Mais je ne veux p...

"5i j3 l3 v3ux, al0r5 tu l3 v3ux au55i ! N3 DI5CUT3 PA5 M35 0RDR35 ICI C'35T M0I L3 CH3F PIG3 ¿¡"

Psycho: Oui...excuse-moi...

"Maint3nant r3ntre à la cabin3"

Psycho: Oui...

"N0u5 l35 ma55acr3r0n5 t0u5... mais5 j'aim3rai lai553r l3 squ3l3tt3 3n vi3..."

Psycho: Pourquoi ?

"Il 35t tr35 int3r355ant cr0i5-m5i."

[Au même moment dans la cuisine du Maelström]

Gisei-sha, souriant comme d´habitude, vint s'asseoir aux côtés de Micky-Nai, sous le regard d'Apatite et de Sangpoursangs.

Gisei: Salut tout l'monde !

Micky-Nai: Mmpfalut..

Sangpoursangs: Tsss...

Apatite: S'lut p'tit c*l !

Gisei: Ouhlà Apa, je suis pris tu l'sais !

Apatite: Rôh ouais.... on la voit pas souvent ta copine mon pote !

Gisei: Elle profite de la vue !

Apatite: *saigne du nez* Hihi..moi aussi j'profite de la vue..

Gisei: Oooh Apatite, t'es vraiment la meilleure ! Y a vraiment des gens qui voulaient t'enfermer dans un home ?!

Apatite: Mais ouais, qu'ils sont idiots...moi j'retrouve mes petits-enfants et j'me tire hehehe !

Gisei: J'profite qu'Eva sois pas là mais franchement tu fais carrément plus jeune que ton âge Apa !

Apatite: Merci mon mignon.

Sangpoursangs: Oh bah ça va, embrassez-vous pendant que vous y êtes !

Apatite: J'te sens jaloux mon p'tit Sang, avoue.

Sangpoursangs: (faut que j'me taise)

Micky-Nai: Pourquoi Eva, ta femme, se cache tout le temp Gisei..?

Gisei: Ma femme est Otomienne, elle a vécu dans un camp durant son enfance...

Micky-Nai: Mince...

Gisei: J'habitais pas loin et j'ai trouvé un trou dans les grillages du camp...donc chaque jour je venais et je lui donnais de la nourriture !

Apatite: Quel Romantique !

Gisei: Elle aurait dût être pendue... mais par chance elle a réussie à s´enfuir le jour même où la pendaison été prévue ! Donc depuis elle a peur des habitants d´amakna haha sauf, bizarrement, Killasangz et Moi !

Micky-Nai: Étrange...

Un silence régna dans la salle lorsque soudain, les hauts-parleurs s'enclenchèrent, on y entendit la voix d'Aquarelle.

"C'est l'heure du repas, je vais enclencher le mode automatique puis vous me rejoindrez tous à la cuisine"

Gisei: Quelle chance nous y sommes déjà, je vais préparer le r...

Soudain, quelqu´un attrapa Gisei par le bras, ce dernier se retourna puis remarqua avec surprise Micky-Nai, toute rouge et gênée.

Micky-Nai: *timide* Je...j´aimerai bien aller voir les étoiles dehors...tu...tu voudrais pas m´accompagner...?

[Chapitre XXXI: P5YCH0]

1 0
Réactions 4
Score : 309

Ma petite Llika :3

1 0
Score : 1419

Je l'avais pas dis mais j'attendais un comm pour refaire les anecdotes !

Ducoup j'en ai beaucoup à rattraper, je prévise qu'il est conseiller de lire les anecdotes a la fin des chapitres car elles peuvent raconter des spoils mineur sur le chapitre en question....


Anecdotes 1: Au début de l'histoire, Killasangz dit: NON, PAS MON BRAS !

En réalité c'est un clin d'oeil car étant un squelette (donc constitué d'os) Killasangz fait souvent le cauchemar d'être machouillé par des chienchiens.

Anecdotes 2: Mael est un de mes personnages préférés, il est unique au Maelström (vous ne le reverrez pas dans d'autres histoires) mais il s'avère qu'à la base il ne devait pas exister, je ne l'ai inventé que quelques chapitres avant que l'équipage arrive à Informus !

Anecdotes 3: Psycho est un personnage que j'apprécie beaucoup, vous vous demandez sûrement pourquoi on ne le voit pas beaucoup ? En réalité Psycho passe tout son temp dans sa cabine à dessiner.

Anecdote 4: À la base l'équipage ne devait compter que 4 ou 5 personnes.

Anecdote 5: Depuis toujours, Killasangz évite les siestes l'après-midi... lorsqu'il est 16:35, Killasangz se réveille en ayant une sensation de chute puis d'écrasement contre du bois.

Anecdote 6: À la base Zarrick (Ex de Zkilla) devait faire partit de l'équipage !

Anecdote 7: L'un des robots de Weston devait à la base rejoindre l'équipage.

Anecdote 8: Informus est la plus grande ville du monde, elle est constituée des dernières technologie et de bâtiments incroyablement grands ! Mais il se trouve qu'elle possède de nombreuses stars comme Infinimyus, une mascotte célèbre car adorée par le maire d'Informus... cette mascotte devrait sûrement apparaître dans l'histoire !

Anecdote 9: La guerre Amakna contre Otomaï est beaucoup plus violente que celle de Brâkmar Bonta, en effet, elle compte plus de 70 000 morts... le 85% des morts sont des habitants d'Otomaï... malheureusement Mael-Eden n'a pas le droit d'intéragir dans tout conflit de guerre.

Anecdote 10: Parfois, Sensei-Kz entends des rires d'enfants... chose étrange c'est que c'est plus fréquent lorsqu'il voit des bandelettes ou du Papier toilette.

Anecdote 11: Comme le Maelström se passe 100 après notre époque, les choses sont bien différentes ! Saviez-vous que les Pandawas et les Xélors sont en voie de disparition ? Saviez-vous que de plus en plus de roublards quittent les roublards pour créer des confréries dont ils sont les chefs ?

Anecdote 12: Il était prévu que Killasangz, après Weston, quitte le Maelström pendant un moment pour faire le vide dans son esprit... finalement, il se trouve que grâce à une certaine personne mystérieuse, il y est déjà arrivé !

Anecdotes 13: Présentation de Personnage, SANGPOURSANGS.
Taille: 1Mètre92
Aime: La bagarre, la danse et le chant.
Déteste: Allister, Killasangz et l'équipage.
Né à: Brâkmar.

Anecdotes 14: Irilys

Taille: 1mètre17
Aime: la poésie, les plantes, Sensei-Kz
Déteste: Les armes, la guerre, les blagues de Gru.
Né à: Inconnu pour le moment.

Anecdotes 14: Asunaterra (la marchande)

Taille: 1mètre40
Aime: L'argent, Draguer, les réductions, les gens riches, les magasins...etc.
Déteste: Les voleurs, les autres énutrofs, qu'on la traite de folle (triste vérité)
Né dans: Une mine (1 minute de silence pour sa mère)

Anecdote 15: Mael-Eden

Aime: Euh...bonne question..
Déteste: Presque tout, surtout Bastien et le Maelström.
Né à: Bonta

Anecdote 16: Llikasettez

Aime: Sa famille, le Maelström, les lapinos.
Déteste: sa jalousie, les habits tachés, les bworks.
Née: Quelque part sur Amakna.

0 0
Score : 1

j'adore gg killa !!
 

0 0
Score : 1419

Oh merci beaucoup, content de voir qu'il y a des personnes assez patientes pour lire tout ça haha merci ^^

0 0
Réagir à ce sujet