En poursuivant votre navigation sur ce site ou en cliquant sur la croix, vous acceptez le dépôt de cookies destinés à réaliser des statistiques de visites ainsi qu'à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des publicités personnalisées et un service de chat. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies X

FR EN
FR EN

Ce matin de martalo, les aventuriers du Monde des Douze ont eu la chance de découvrir une surprise de taille dans leur boite à lettres. Au milieu des rappels de leur Enutrof de banquier et des prospectus vantant les mérites de la dernière panoplie en date, se trouvait une enveloppe pas comme les autres aux contours dorés et au cachet de cire inimitable. Provenance : l’Ingloriom...

Iop DOFUS Touch
Les hautes sphères. Le repaire des Douze. Il fallait avoir fait quelque chose d’important (ou de grave) pour recevoir ce genre de missives. L’écriture, semblable à des traces de pattes de moumouches, était aisément reconnaissable : l’auteur de la lettre était Iop en personne. Le dieu de la bravoure et du courage leur avait écrit. Autant dire que dans la vie d’un Douzien, ce genre de choses n’arrive pas tous les jours. D’ailleurs, que Iop écrive, tout simplement, ça n’arrive pas bien souvent... Rares sont ceux qui peuvent se vanter de l’avoir déjà vu tenir une plume de Piou. Pas très à l’aise... Pas dans ses habitudes. Non, non... celles du dieu de la castagne se résument plus à bastonner, guerroyer, coller des torgnoles, en somme : un dieu qui multiplie les pains. Mais aussi les tartes. Bref, avec lui il y en a pour tous les coups. Faire glisser les mots sur le papier, construire des phrases et s’adresser aux Douziens dans la langue krosmique, ça par contre, c’est une autre histoire... Aussi, lorsque Grado Malofoie, à l’instar de milliers d’autres aventuriers en même temps que lui, a ouvert la divine bafouille, ils savaient d’ores et déjà que son contenu était d’une importance capitale.

Le style ne trompait personne : là où Xélor aurait sans doute pris la peine de choisir le plus élégant des papiers, ou Eniripsa à l’ornementer de petits cœurs, Iop lui s’était contenté d’une page arrachée du dernier numéro de « L’hebdo des Roux’stes » pour y mettre noir sur blanc le fond de ses pensées. Des tâches de gras constellaient la page ici et là. Probablement les vestiges d’un apéro divin à base de saucisson de porkass et de chips de cawotte, le péché mignon de Sadida.
 
Mes chers copains-triotes (ça commençait bien...)

Vous n’êtes pas sans savoir que notre monde est depuis quelque temps en proie au tourment. Sacrieur m’a expliqué ce que ça veut dire, mais j’ai oublié. Peu importe : ce qui est sûr, c’est que tout ça ne sent pas très bon. Presque aussi mauvais que les vilaines pattes d’Enutrof même. La situation est grave.

Depuis peu, la terre s’est déchirée, fendue dans sa chair, comme on éventre un wabbit avec son épée. En ont jailli des monstres jamais vus ailleurs, des créatures qui semblaient possédées, comme animées par des démons... Et pour cause : elles sont tout bonnement contrôlées par des Shushus tout droit venus de la Shukrute ! Oui : la vermine se répand sur notre belle planète ! Comme des marionnettes manipulées par ces vicieux Shushus qui, non contents de sévir sur leurs terres viciées, viennent investir nos jolies contrées et nos paisibles prairies où il fait bon s’étriper. Car non, NON, nous n’avons pas besoin d’eux pour nous mettre sur la tronche ! Qu’ils le sachent !

Je suis quelqu’un que j’aime beaucoup me bagarrer, que j’aime taper... Mais là, je peux pas ! Je suis impuissant ! Xélor m’a dit que techniquement, nous n’avons aucune preuve que ces actes ont été commandités par Rushu. Les Shushus peuvent très bien agir de leur propre initiation. Le pacte de non-agression n’a donc pas été enfreint et nous, les Dieux, on ne peut pas intervenir… Alors à vous de leur mettre une raclée !

N’avez-vous jamais rêvé de compter parmi ces héros légendaires qui ont, maintes et maintes fois, sauvé le Monde des Douze des pires fléaux ? Le suprême, celui qui sévit dans les couches basses du Krosmoz a été repoussé par les plus grands. Et si cette fois, c’était vous qui donniez une bonne leçon à ces visiteurs indésirables ? N’aimeriez-vous pas avoir une panoplie à votre effigie, votre nom gravé en lettres d’or dans les manuscrits d’histoire krosmique, cité comme exemple dans les plus prestigieux kanojedos, ou encore faire la une du prochain Gamakna ?

Aujourd’hui, c’est vous, oui, VOUS, qui allez sauver le Monde des Douze de ces infâmes créatures. Et pour cela, moi Iop, dieu de la force, de la bravoure et du courage, vous offre un accès à la meilleure salle d’entraînement du Monde des Douze, que dis-je, du Krosmoz tout entier. J’ai nommé : Externam !

Externam... Dernier rempart avant la réincarnation... Lieu de rassemblement des âmes des défunts, dans l’attente du jugement. Oh, pas d’inquiétude ! Vous n’êtes pas encore mort... Pour la première fois dans l’histoire krosmique, les divinités, avec l’accord de Thanatena, ont accepté d’ouvrir les portes de ce lieu ultime aux Douziens encore en chair et pas seulement en os.

Vous y croiserez peut-être les âmes de héros légendaires morts au combat et bénis des dieux. Rykke-Errel, Brutas, Crail, Galgarion : vous vous entrainerez auprès des plus grands, au milieu des Champs de l’île Ésée, cet endroit préservé qui accueille les Douziens frileux à l’idée de se réincarner et prêts à se battre par-delà la mort.

Un tournoi y sera même organisé afin de sélectionner les meilleurs guerriers du Monde des Douze : vous y jouterez comme jamais, mes amis !

Mais attention... Il y aura de la sueur, du sang, des larmes, de l’huile de coude et du jus de genoux. Ah ça, vous allez en baver ! Cela dit, ce n’est rien face à ce que vous allez leur mettre... Car je crois en vous. Ah, si vous saviez comme je suis ému, même si je ne le montre pas vis-à-vis de mes yeux.

Bref, vous m’avez comprendu : il est temps de dire stop ! Ensemble, nous devons faire face au danger qui menace notre monde. Alors, pour une fois, je vous le demande : arrêtez de vous batter, posez vos glaives et vos épées, et venez plutôt vous entraîner dans le Hall des Valeureux !

La gloire vous tend les bras !
Grado Malofoie n’en croyait pas ses yeux. Externam ? Le royaume des morts ? Le Pays Gris ?? Le jeune aventurier était tiraillé entre la terreur et l’excitation. Les deux se mêlaient en lui, formant un tourbillon au plus profond de ses entrailles qui lui donnait la sensation de léviter. À moins qu’il ne fût déjà happé par les dieux pour accomplir son devoir : rejoindre le Hall des Valeureux et montrer ce qu’il avait dans le ventre !
 

En savoir plus sur la nouvelle zone tournoi disponible en jeu
En savoir plus sur la Joute des Abîmes